Posts filed under ‘Jean-Marie Le Pen’

« ANTI-EURO DE TOUS LES PARTIS, UNISSEZ-VOUS » ?

On aurait tort de passer trop vite sur l’énormité que vient de proférer Jacques Sapir, économiste réputé proche de la « gauche de la gauche » . Rappelons les faits : affirmant que le « démantèlement de la zone euro » est la « tâche prioritaire » de l’heure, il vient d’appeler à un « front de libération nationale » anti-euro, transcendant tous les courants politiques de gauche ou de droite et ouvert « à terme » au FN ! (1) En quoi cette initiative doit-elle particulièrement nous alerter ? En ce qu’elle n’est pas un simple cas supplémentaire de compromission d’une personnalité « républicaine » avec l’extrême droite. Émanant d’un intellectuel de gauche reconnu et respecté , par ailleurs partisan invétéré et de longue date de la sortie de l’euro, elle révèle jusqu’où peut conduire une approche des enjeux européens fondée davantage sur un a priori quasi-obsessionnel que sur une analyse politique partant des contradictions du réel.

Expliquons-nous. Le débat sur l’avenir de l’euro est on ne peut plus légitime à gauche, tant son bilan est calamiteux pour les peuples , l’économie elle-même et la souveraineté populaire dans les pays membres. Un changement radical est donc nécessaire. Mais lequel ? A quel type de transformations notre peuple -et d’autres , dont nous souhaitons qu’ils soient du même combat- aspirent-ils au juste ? Comment s’y prendre aujourd’hui pour réussir à imposer les ruptures que supposent ces bouleversements dans un environnement européen et mondial dominé par des pressions sans précédent des marchés financiers à tous les niveaux de notre société ? Autant de questions stratégiques auxquelles il ne suffit pas de répondre par des slogans à l’emporte-pièce, mais qui méritent un débat sérieux, rationnel, responsable, non seulement entre « experts » mais avec les citoyens concernés.

Jacques Sapir, lui, est de ceux pour qui les choses sont simples: hors de la « sortie de l’euro », point de salut. D’ailleurs -annonce-t-il de façon péremptoire depuis plus de sept ans (!)- , « l’éclatement de la zone euro est proche ». En 2008, au coeur de la crise financière, intervenant devant les parlementaires de la Gauche unitaire européenne, il a même précisé , avec une assurance qui ne laissait place au moindre doute , à quel moment la Grèce, puis l’Espagne, suivie de l’Italie allaient quitter la zone euro ! Il a réitéré ses certitudes en 2009, puis en 2011. Cette fois, c’était sûr : la « fin de l’euro » approchait. Sans doute « début 2012 » (2) . Rebelote en décembre dernier : « la zone euro ne survivra pas à l’année 2015 » (3) . Ce type de vision schématique , quasi-mécanique, ignore la complexité de la vie réelle. Il sous-estime la capacité des classes dirigeantes à s’adapter aux circonstances imprévues pour perpétuer leur domination . Et surtout, il fait peu de cas des aspirations des peuples forgées par l’histoire, la culture , l’expérience vécue, le contexte concret…Ainsi, la volonté de la grande majorité des Grecs de rester dans la zone euro , qui a pesé lourd dans les choix si difficiles auquel a été contraint Alexis Tsipras, échappe complètement à ce genre de schémas préfabriqués. Cela s’appelle du dogmatisme . Rien ne compte plus que la réalisation -à n’importe quel prix- de sa « tâche prioritaire » . Dès lors, la tentation est grande de la fuite en avant en direction du parti anti-euro par excellence : le FN . Un contre-exemple à méditer.

———-
(1) Voir Figaro Vox (21/8/2015), France-Inter (27/8/2015)
(2) Voir Marianne (19/9/2011)
(3) Voir Radio « Voix de la Russie » (3/12/2014)

Publicités

3 septembre 2015 at 4:39 Laisser un commentaire

L’ALLEMAGNE EST-ELLE « KAPUTT »?

wurtz-l-humanite-dimanche            « Réseau ferré vétuste; ponts ferroviaires barrés; trains rapides immobilisés; écoles et universités négligées; réseau électrique inadapté à la transition énergétique…La puissance industrielle dominante en Europe fait des économies là où il faudrait investir ! « L’un des trois plus grands quotidiens allemands, la « Suddeutsche Zeitung », ne mâchait pas ses mots, l’autre jour , n’hésitant pas à barrer sa « une » d’un tonitruant « Kaputt »pour caractériser l’état des infrastructures publiques outre-Rhin.(1). Une double page intérieure en dressait un tableau sans complaisance, agrémenté de jugements alarmistes d’experts et de chercheurs de renom. Il faut saluer ce courageux accès de lucidité qui a le mérite de torpiller maintes idées reçues sur le « modèle allemand » et surtout celui d’illustrer crûment l’étendue des effets pervers de l’obsession de la réduction des dépenses publiques dont Madame Merkel s’est faite l’irréductible avocate. Qu’on en juge.

Le journal cite un nombre impressionnant d’exemples justifiant ce cri d’alarme: tel pont autoroutier interdit aux poids lourds pendant trois mois en raison de dangereuses fissures;  telle ligne de tram fermée faute de crédits pour sa rénovation;  tel canal fermé à la circulation pendant 10 jours faute d’entretien; telle voie maritime rendue impraticable pour la première fois depuis 1885 du fait de déficiences techniques, et contraignant des centaines de gros navires à faire un long détour; la gare de Mayence obligée de paralyser un poste d’aiguillage pendant tout un mois par manque de personnel… « L’Allemagne est en train de s’user » note le journal « Car les dépenses pour l’entretien et le développement des infrastructures ont reculé de près d’un tiers en 20 ans ,relativement aux richesses produites ».

Ainsi, concernant le système de formation, il manque 25 milliards d’euros par an pour que l’Allemagne atteigne le niveau moyen des dépenses des pays de l’OCDE! Pour ce qui est des chemins de fer, la direction reconnait que « d’urgence », 1400 ponts ferroviaires nécessitent des travaux . Plus généralement,selon les auteurs de l’enquête, sur les 34000 km de voies du pays, il est « visible que l’on se contente d’huiler quelques aiguillages et de changer quelques vis »! Sans une revalorisation conséquente des dépenses, le retard pris serait difficilement rattrapable. Pour la remise en état des routes principales, les besoins sont évalués à 4,7 milliards de plus par an pendant 15 ans.

Le plus étonnant est le cas des investissements d’avenir. Ainsi les universités: « La Conférence des Présidents d’Université de 2012 était au bord de la panique » souligne le journal. C’est qu’il manque 30 milliards d’euros pour la seule rénovation des bâtiments! Quant à l’infrastructure de l’internet, elle est devant une impasse: le remplacement des vieux câbles en cuivre est jugé trop cher. « Or l’avenir n’attend pas! « Madame Merkel avait promis en 2009 que « trois ménages sur quatre auraient accès au très haut débit en 2014. On en est à 13%. Elle s’était engagée à un minimum de 50 mégabits à la seconde. On en est à 6,5 en moyenne:moins qu’en Roumanie!  » Enfin, il y a le casse-tête de l’énergie,rappellent les enquêteurs: « il manque plusieurs milliers de km de lignes de haute tension pour transporter le courant produit par les éoliennes du nord du pays vers les grandes concentrations d’usagers au sud et à l’ouest.  Le coût de l’opération reste dans l’ombre et risque d’être à la charge des consommateurs… » L’Allemagne n’est peut-être pas « kaputt », mais elle a un sacré changement politique à opérer , si elle veut éviter un réveil douloureux.

(1) 12-13/10/2013

24 octobre 2013 at 6:34 1 commentaire

PARIS-BERLIN CÔTÉ COUR ET CÔTÉ JARDIN

wurtz-l-humanite-dimanche Petit retour sur les récentes festivités du Cinquantenaire du traité de l’Elysée censées consacrer la permanence de l’amitié franco-allemande au plus haut niveau des deux États.fw

Côté jardin, il faut bien dire que les cérémonies de Berlin avaient de l’allure: 1000 parlementaires et de nombreux invités, dont 200 jeunes, des deux pays, réunis au Bundestag;  le Président de la République et la Chancelière célébrant de conserve leur attachement à la paix, à l’entente et à la coopération durables en Europe; le Chef de l’Etat fédéral déclamant les beaux vers du « Göttingen » de Barbara avant le bouquet final sous la forme d’un grand concert symphonique conclu par l’ « Ode à la joie » de Beethoven, pour célébrer en musique « les valeurs qui unissent les nations européennes ».

Malheureusement, le lustre de cette prestigieuse manifestation cachait mal le côté cour, décidément moins reluisant, de cette célébration. Ainsi, dès avant la cérémonie du Parlement allemand, les deux gouvernements avaient-ils rendu public le texte d’une Déclaration commune qui ne forçait pas sur le lyrisme! Les deux alliés y « invitent les représentants des employeurs et ceux des salariés à créer un groupe de travail franco-allemand qui proposera des initiatives conjointes…dans le domaine de la compétitivité ainsi que du modèle social dans nos deux pays. « La veille, dans un long entretien accordé au « Figaro », l’ancien Chancelier Gerhard Schroeder avait, en quelque sorte, décrypté par avance cette recommandation en déclarant tout de go: « L’Allemagne attend que la France fasse les devoirs que nous avions accomplis en 2003 », et même qu’elle « procède à un rattapage ». Rappelons que le détricotage de pans entiers d’acquis sociaux auquel s’était livré, il y a dix ans, le dirigeant social-libéral vaut à l’Allemagne d’afficher aujourd’hui un taux-record de précarité et de pauvreté, y compris parmi les travailleurs ayant un  » emploi « :  7,5 millions d’entre-eux gagnent en moyenne quelque 290 € par mois pour un « mini-job » à temps partiel et se préparent à une retraite de misère!

Gageons que le « peuple de gauche », des deux côtés du Rhin, a une autre vision de l’amitié franco-allemande que celle du père des « lois Hartz », qui avaient d’ailleurs valu à son parti d’être chassé du pouvoir. On peut imaginer que nombre de sympathisants socialistes français accueillent avec circonspection sinon inquiétude le satisfecit accordé par Schroeder au gouvernement Hollande-Ayrault au sujet du « processus de réformes qui semble enfin engagé » de ce côté-ci du Rhin.

Intéressant, à cet égard, est le récit publié, le jour des festivités berlinoises, par le quotidien allemand « Die Welt ». Son correspondant à Paris, Sascha Lenhartz,y relate une conversation avec son voisin français. Il lui vante sa conception des rapports entre syndicats et patronat, fondés selon lui sur « la confiance » et « l’intérêt commun ». « Ça,c’est de l’utopie! » rétorqua son interlocuteur parisien. Ce réalisme et ce bon sens font, du reste, leur chemin en Allemagne également. C’est précisément cette convergence qu’il s’agit de nourrir de nos expériences respectives.

Voilà pourquoi l’heure est à l’élaboration d’un nouveau « partenariat franco-allemand » dans une optique de gauche. C’est ce qu’ont décidé, en marge des cérémonies officielles du Bundestag, les dirigeants du Front de Gauche et ceux de « Die Linke ». Avec ,comme première initiative commune,…l’analyse des Lois Hartz,afin de contribuer à prévenir tout risque de contagion! Dans cet esprit, vive l’amitié franco-allemande!

31 janvier 2013 at 8:39 Laisser un commentaire

Articles Plus Récents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 227 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

septembre 2019
L M M J V S D
« Août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Commentaires récents

jean-louis Hoffet dans RÉVÉLER ENCORE ET TOUJOURS LA…
Pabbpabb dans « BREXIT …
KACZMAREK PATRICK dans ENVERS LES KURDES , A NOUVEAU,…
franciswurtz dans MACRON CONTRE « L…
de ANDRADE Roger dans MACRON CONTRE « L…

Archives

Catégories

Pages

Pages