Archive for août, 2011

TROIS PISTES CONTRE LA CRISE

Faut-il que l’actuelle Union européenne soit moribonde et sa légitimité épuisée parmi les citoyens pour qu’un Jacques Delors,l’un des concepteurs du marché unique,de la libre circulation des capitaux,de la monnaie unique,de la Banque centrale européenne (BCE) « indépendante »…en viennne à affirmer que « l’euro et l’Europe sont au bord du gouffre » et à qualifier de « gadget farfelu » une proposition solennelle de Jean-Claude Trichet, le président de la sacro-sainte BCE ( il s’agit de l’idée de nommer un ministre européen des finances doté d’un droit de veto sur des décisions des Etats membres!)!Ce type d’épisode en dit long sur le désarroi qui rêgne désormais aussi bien parmi les dirigeants de cette « Union » que chez les idéologues d’une construction en situation de pré-implosion.

Cette situation,tout à la fois,recelle de grands dangers et peut ouvrir des opportunités à l’action pour un vrai changement.Les dangers sont évidents:celui d’une fuite en avant sans limite autre que celle de la résistance des peuples dans des politiques de régression sociale phénoménales,mais aussi,et de plus en plus,celui d’un démontage sans précédent depuis la création de la Communauté européenne de fondements essentiels de la démocratie et de la souveraineté,au nom de la nécessité de « rassurer les marchés ».Les « propositions » pernicieuses qui circulent de toutes parts à cet égard sont à décrypter avec soin et à combattre résolument.

Qu’en est-il à présent des « opportunités » à saisir pour faire partager largement des idées alternatives?Les décideurs actuels et leurs idéologues perdant tous les jours un peu plus de leur crédibilité auprès des Européens, et les mesures préconisées étant aux antipodes des attentes populaires et citoyennes,les idées alternatives,pour peu qu’elles aillent au fond des problèmes et prennent en considération les exigences légitimes qui montent de toutes les sociétés européennes,sont susceptibles de recueillir un écho tel qu’elles peuvent devenir incontournables.L’exemple de la taxation des transactions financières,dont le principe est aujourd’hui retenu par ceux-là même qui naguère en écartaient l’idée d’un revers de manche,est éclairant. Une fois la brèche ouverte,les luttes peuvent permettre de l’élargir toujours plus.Cela ne vaut pas que pour la « taxe Tobin ».

Parmi toutes les mesures alternatives en débat, certaines paraissent particulièrement rassembleuses dans le contexte présent. Citons trois pistes.

Le refus de l’austérité,tout d’abord,qui,en plus d’être profondément injuste,est à l’opposé d’une solution à la crise.La logique alternative passe par une profonde réforme fiscale;une nouvelle politique du crédit (le crédit sélectif,favorable aux investissements créateurs d’emplois et très dissuasif en cas d’opérations financières);le développement des services publics;la responsabilisation des entreprises en matière d’emploi,de formation,de salaire,d’environnement.

La mise en cause de la toute-puissance des marchés financiers,ensuite.A cet égard,l’interdiction des parafis fiscaux et l’interdiction des instruments purements spéculatifs est nécessaire mais pas suffisant. Il faut le recours au pouvoir (illimité !) de création monétaire de la BCE. Celle-ci peut, en plus de l’achat de titres publics,assurer,sans risque d’inflation non maitrisée,assurer le financement (par prêts à des taux très faibles voire nuls et à long terme) d’investissements publics massifs en faveur du développement social et écologique.La constitution de pôles financiers publics va dans le même sens. De même que l’organisation d’une bataille internationale pour mettre en cause la domination du dollar.

Le troisième axe allant de pair avec tout ce qui précède est la défense et la promotion des droits démocratiques,depuis les droits d’intervention des salariés dans les entreprises jusqu’à l’exercice effectif de la citoyenneté dans la vie sociale,y compris en matière de souveraineté nationale. Cette fois , l’Europe est bien placée devant un choix de civilisation.

25 août 2011 at 12:53 1 commentaire

L’INSATIABLE APPETIT DES MARCHÉS

La douloureuse expérience de cet été aura -espérons le!- définitivement prouvé à qui en aurait douté que l’appétit des marchés financiers est décidément insatiable et que toute stratégie visant à les « rassurer » plutôt qu’à s’en émanciper entrainera l’Europe entière dans un engrenage fatal, tant sur le plan social qu’en ce qui concerne la démocratie. Petit retour en arrière. « C’est une nouvelle ère qui commence dans l’histoire de l’euro » se rassurait « Die Tageszeitung » de Berlin au lendemain de l’accord « historique » du 21 juillet entre les chefs d’Etat et de gouvernement de la zone euro. Pour tous les responsables, la contagion de la crise était enfin enrayée. Nicolas Sarkozy célébrait « l’ébauche d’un Fonds monétaire européen ». De fait, ce 21 juillet, les dirigeants européens avaient décidé de mesures qui, dans leur logique -rassurer les marchés- paraissaient plus audacieuses que jamais : nouveau « plan d’aide » à la Grèce de 160 milliards d’euros, et surtout pouvoir confié au Fonds européen de stabilité financière (FESF, garanti par les Etats membres à hauteur de 440 milliards d’euros, dont 89 milliards par la France) de racheter des titres de dettes ou d’accorder des prêts à des pays de la zone en difficulté. Et ce dès fin septembre, après ratification des parlements nationaux. 

Moins de quinze jours après, pourtant, la tempête financière se déchainait de plus belle, touchant à présent le cœur de la zone : Espagne et Italie. M. Barroso, le président de la Commission européenne, dut reconnaitre piteusement que « les décisions audacieuses du 21 juillet n’ont pas eu les effets escomptés ». Devant cet échec, le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, crût calmer le jeu en rachetant des titres de dette publique en attendant que le FESF soit autorisé à le faire. Il accorda aussi des crédits supplémentaires aux banques qui hésitent à nouveau à se prêter de l’argent entre elles. Rien n’y fit : même « la BCE n’a pas réussi à modifier l’humeur des marchés », titrait « Les Echos » le 5 août. Les « investisseurs » avaient remarqué qu’elle s’était contentée de racheter de la dette des petits pays. Ils exigeaient qu’elle fasse de même pour les gros. « Standard & Poor’s », l’agence de notation qui avait dégradé la note des USA, s’en mêla, soulignant que « la BCE doit continuer à se montrer rassurante » pour les marchés. Ce qu’elle fit, en acceptant le 8 août ce qu’elle avait strictement refusé le 4 : racheter des titres espagnols et italiens. Mais avec, en contre-partie, une quasi-mise sous tutelle de l’Italie, qui a conduit l’ancien et illustre commissaire européen, pourtant libéral, italien, Mario Monti, à lancer ce terrible cri du cœur : « Désormais l’Italie est dirigée par un podestat étranger »!(Sous le fascisme, le podestat, nommé par décret royal, concentrait tous les pouvoirs normalement dévolus aux organes démocratiques dans chaque commune). 

Quelle sera la prochaine étape dans cette descente aux enfers pour les peuples et la démocratie destinée à rassurer les marchés ? Un ministre des finances européen doté d’un droit de véto sur les choix nationaux ? Un Président européen (de préférence allemand a suggéré un ex- économiste du FMI…)? Un  » Conseil de stabilité » chargé de surveiller, gérer, sanctionner des Etats « laxistes »? Comment contribuer à contrer cette fuite en avant redoutable et sans limite? Nous y reviendrons dans la prochaine chronique.

22 août 2011 at 11:41 Laisser un commentaire

QUESTIONS APRES LA TRAGEDIE D’OSLO

Nous devons être très clairs: distinguer les vues et opinions extrêmes qu’il est complètement légal et légitime d’avoir,et le recours illégitime à la violence pour tenter de mettre en oeuvre ces vues extrêmes. » Ces propos du Premier ministre norvégien,Jens Stoltenberg,après la tragédie du 23 juillet,méritent discussion. Certes,l’on ne peut que saluer l’esprit de tolérance que ce pays tente traditionnellement de faire vivre et souhaiter qu’il perdure malgré cette épreuve sans précédent. De même,personne ne songe à interdire à quelqu’un d’ « avoir » une opinion fût-elle « extrême ». En revanche,continuer à considérer « complètement légal » et même « légitime » la banalisation d’un discours de haine,raciste et xénophobe,sur « la colonisation islamique de l’Europe »,débouchant sur un appel à la « croisade » et l’encouragement à « tuer (plutôt)trop que pas assez » pour ne pas risquer « de réduire l’impact idéologique désiré de cette frappe »(extraits du « Manifeste » publié par Anders Breivik peu avant le carnage) reviendrait à défendre une conception de la liberté d’expression hautement problématique.

Il n’est pas sans intérêt,à cet égard,de prendre un peu de recul par rapport à l’image un peu mythique des « démocraties paisibles » de Scandinavie.Les mouvements populistes ne cessent d’y étendre leur influence. En Norvège même,le « parti du progrès » -auquel le tueur d’Oslo a appartenu jusqu’en 2006- est depuis 2009 la premiere force d’opposition et recueuille 23% des suffrages. Certes,pour devenir des partis de masse,ces formations s’efforcent d’user d’un langage audible par le plus grand nombre. Cela ne les empêche nullement de constituer de puissants viviers de l’idéologie islamophobe.Il n’est,dès lors,pas étonnant que,nourris à ce lait empoisonné,les plus radicaux de leurs sympathisants pousse la « logique » du « choc des civilisations » ou de l’ « Eurabia » jusqu’au bout…Le cas de la Norvège est,de ce point de vue,dramatiquement éclairant: voilà une société longtemps ethniquement et culturellement « homogène »et qui, comme d’autres,s’ouvre depuis deux ou trois générations à des immigrés de diverse origine. Compte tenu de sa situation économique relativement favorable et de ses traditions de tolérance,elle était parfaitement en mesure de réussir ce brassage humain.C’était sans compter avec le travail insidieux de déstabilisation identitaire mené « légalement » par des mouvements xénophobes au nom de la « résistance à l’islamisation rampante »du pays.On voit aujourd’hui jusqu’où peut conduire l’expression libre de ces « vues extrêmes » sans bataille politique appropriée:l’islamophobie tue.

Souhaitons pour le moins que le choc d’Oslo serve de révélateur et provoque un sursaut.Qui n’a pas,d’emblée,en apprenant la nouvelle de l’attentat dans la capitale norvégienne,pensé à un attentat terroriste…islamique? Désormais cette « évidence » n’a plus de raison d’être: il y a des terroristes BCBG ( blanc,chrétien,blond,glabre)! Plus généralement et surtout,on ne peut plus laisser sans réagir se développer des campagnes, frontales ou subreptices, contre l’islam, « les musulmans » ou « les arabes ». Ce débat ne concerne évidemment pas que les pays nordiques. Il vaut notamment pour la France où la démagogie islamophobe est devenue un marqueur de premier plan de la bataille politique,non seulement à l’extrême droite mais jusqu’au plus haut niveau de l’Etat.Attention danger! Après Oslo, personne ne pourra plus dire: »Comment une telle horreur est-elle possible chez nous ?

7 août 2011 at 2:15 1 commentaire


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 172 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

août 2011
L M M J V S D
« Juil   Sep »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Commentaires récents

Robert Loiseau sur NON , LA CAMPAGNE DE 2005 N…
Sylvie sur D’ISRAEL À LA TURQUIE :…
de ANDRADE sur LES TROIS PREMIÈRES LEÇONS DU…
Gabriel Legros-Colla… sur FACE À L’ EFFET TRUMP,…
Gabriel Legros-Colla… sur WOLFGANG SCHÄUBLE, «…

Catégories

Pages

Pages