Archive for novembre, 2018

EUROPE : SIX MOIS POUR CHANGER LA DONNE !

« Dans six mois, le 26 mai 2019, auront lieu les élections européennes. Vous être un très grand nombre à ne pas (ou à ne plus) vous reconnaître dans les politiques et le mode de fonctionnement de l’actuelle Union européenne. Un très grand nombre également à souhaiter agir pour de vrais changements dans les domaines du social, de l’écologie, de la solidarité en Europe. Vous allez avoir une carte à jouer pour changer la donne, et cette carte, la voici ! » Cette démarche toute simple pourrait être, à mes yeux, un excellent fil rouge de la campagne des soutiens de la liste de rassemblement annoncée par les communistes, avec Ian Brossat.

Alors, quelle est cette « carte à jouer »?  C’est la part -très sous-estimée- de pouvoir sur « l’Europe » de demain que chacune et chacun d’entre nous va avoir entre ses mains  le jour du vote. Autrement dit, le jour où nous aurons la possibilité de changer le rapport de force au Parlement européen. En effet, au risque de me répéter, je me permets d’insister : d’abord, la plupart des « directives » ou des « règlements » européens , souvent légitimement contestés,  n’existent que parce qu’une majorité de parlementaires européens les a adoptés. Ensuite, concernant le budget européen, dont les orientations suscitent également du mécontentement très compréhensible, par exemple en matière de politique agricole commune ou de « fonds structurels » (Fonds social européen, Fonds européen de développement régional, Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche…), il faut savoir ( et faire savoir ) que les parlementaires européens ont le dernier mot sur l’ensemble des dépenses de l’Union européenne. Enfin, si nous sommes de ceux ou celles qui estiment -là encore non sans raison-  que la Commission européenne pêche par arrogance et mériterait d’être davantage soumise à la volonté des peuples, nous avons, à nouveau, tout à gagner à nous intéresser de près à qui va nous représenter au Parlement de Strasbourg : les députés européens ont, en effet, le pouvoir de censurer -autrement dit de renverser- l’exécutif européen. À tout le moins peuvent-ils et elles jouer de cet ultime recours pour s’en faire entendre et respecter. Ils l’ont d’ailleurs fait une (seule) fois : en 1998, en poussant l’ensemble de la Commission à la démission. C’est sur chacun de ces terrains, et d’autres encore, que nous détenons, avec notre bulletin de vote, le moyen de faire bouger le rapport de force. Et quand cette « carte » est délaissée par plus de 20 millions d’électrices et d’électeurs (56,5% des inscrits et même 73% des moins de 35 ans !) abstentionnistes en 2014 par défaut d’information sur les vrais enjeux du scrutin, on mesure l’ampleur du cadeau involontaire ainsi fait aux promoteurs de l’Europe libérale (en économie) et autoritaire (sur le plan politique) . Corriger, même très partiellement, cette terrible anomalie peut « changer la donne ».
Or, s’il y a une liste dont on puisse être sûr.e qu’elle est prête à jouer pleinement son rôle sur tous ces terrains -parce qu’elle est l’héritière de plusieurs décennies de fidélité à cette orientation-, c’est celle que je viens de nommer. Nous avons six mois pour gagner cette manche.
Publicités

29 novembre 2018 at 4:57 Laisser un commentaire

L’IRRESPONSABILITÉ DES PROMOTEURS DU BREXIT

Les promoteurs du « Brexit » ont décidément trompé le peuple britannique sur toute la ligne ! On se souvient de leurs promesses honteusement mensongères sur le bénéfice que le pays était censé tirer de la sortie de l’UE : 350 millions de Livres Sterling (445 millions d’euros) PAR SEMAINE -un chiffre totalement farfelu !- qui devaient, qui plus est,… aller au système de santé du Royaume-Uni ! Mais il n’y a pas que le recours à la caricature populiste qu’on puisse reprocher à ces ultra-conservateurs prêts à tout pour arriver à leurs fins. Leur nationalisme les a rendus, en outre, réellement incapables de prendre la mesure des interdépendances créées par 45 années d’appartenance de la Grande-Bretagne à l’Union européenne, malgré les nombreuses spécificités et dérogations dont leur pays a bénéficié au sein de cette « Union ». C’est ainsi qu’on a récemment entendu le …ministre alors en charge des négociations du Brexit, Dominic Raab, reconnaître publiquement qu’il n’avait pas réalisé combien la voie maritime Calais-Douvre était importante pour le commerce britannique ! « Une telle ignorance de la part d’un ministre perturbe beaucoup de gens » avait légitimement commenté le leader travailliste, Jérémy Corbyn (1).

Deux ans et demi après le vote, voici les députés britanniques placés devant un sacré dilemme : ou opter pour le « No deal » (absence d’accord avec l’UE) et prendre le risque de plonger le pays dans le chaos (les scénarios des experts britanniques font frémir en cas d’annulation brutale de tous les accords de coopération noués dans le cadre de l’UE !) ou accepter le projet d’accord négocié par Theresa May avec les « 27 », qui tourne le dos aux promesses faites aux électeurs. Qu’on en juge ! Le « Brexit » devait rapporter beaucoup d’argent : en fait, il va coûter cher. En effet, le dû à l’UE en vertu des engagements financiers pris par Londres approche les 50 milliards d’euros auxquels vont s’ajouter deux années de cotisations supplémentaires car la Grande-Bretagne a demandé à pouvoir rester dans l’UE jusqu’à la fin de 2020 au moins pour amortir les conséquences de la sortie. Mais surtout, la promesse No 1 était que le « Brexit »permettrait à Londres de recouvrer la pleine souveraineté vis-à-vis de « Bruxelles ». Or, c’est l’exact contraire qui se produit aujourd’hui : après le 29 mars prochain, les Britanniques n’auront plus ni parlementaires européens, ni Commissaire européen, ni juge à la Cour européenne et leur gouvernement perdra sa place au Conseil européen ! En revanche, ils devront continuer d’appliquer intégralement les règles européennes , dépendront toujours de la Cour européenne et ne pourront pas conclure d’accord commercial bilatéral avec d’autres pays, tels les Etats-Unis, pour une durée indéterminée, c’est-à-dire tant qu’ils resteront dans « l’Union douanière » avec l’UE, afin de pouvoir continuer d’ importer sans entraves ce dont ils ont besoin et vendre leurs biens sans droit de douane dans toute l’UE -ce qui est vital pour le pays- tout en évitant de rétablir une frontière entre l’Irlande du Nord (sous contrôle britannique) et la République d’Irlande (membre de l’UE). Tout cela était parfaitement prévisible, sauf que l’obsession du « chacun pour soi » -ou la conviction que le chantage exercé sur l’UE allait faire céder celle-ci- l’a emporté sur tout le reste auprès des hérauts du « Brexit ». Mais c’est le peuple britannique -et, le cas échéant, les peuples de l’UE- qui risquent de payer le prix de leur irresponsabilité. À méditer.

———
(1) « The Guardian » (14/11/2018)

23 novembre 2018 at 5:19 Laisser un commentaire

MACRON CONTRE « L’EUROPE ULTRA-LIBERALE »: UN GAG INSTRUCTIF

« En même temps » qu’il supprime en France l’impôt sur les fortunes remplacé par un impôt sur l’immobilier bien plus léger, qu’il crée le « prélèvement forfaitaire unique » sur les revenus du capital, bien plus avantageux que les taxations précédentes, qu’il fait voter un budget ne profitant qu’aux « 5% des Français les plus riches »(dixit la revue « Capital » 24/7/2018 !), Emmanuel Macron se présente donc désormais comme un adversaire d’ « une Europe ultra-libérale qui ne permet plus aux classes moyennes de bien vivre » ! (1) Cette sortie tient du gag, mais elle est instructive à plus d’un égard.

D’abord, elle confirme que son positionnement de départ en vue des élections européennes -choix entre « progressistes » et nationalistes- ne fonctionne pas pour nombre d’électrices et d’électeurs dont il convoite le vote. Il est, en effet, illusoire d’imaginer pouvoir -par un « remake » du « moi ou le chaos »- passer par pertes et profits le contentieux qui ne cesse de s’alourdir entre les Français et l’UE sur les grands enjeux sociaux . Personne ne pourra mener campagne sur l’Europe en ignorant ce qui la caractérise avant tout dans les consciences aujourd’hui : les politiques d’austérité ; la soumission des services publics aux règles générales de la concurrence ; les « réformes structurelles » du droit du travail, des retraites et de la protection sociale…Et comme il est difficile pour « le Président des riches » d’aborder franchement ces sujets, il espère se sortir du piège par une pirouette . En fustigeant l’ « ultralibéralisme », il se présente en libéral modéré, sensible aux préoccupations des gens. La ficelle peut nous paraître grosse, mais, dans le brouillard politique actuel, nous aurions tort d’en négliger les effets possibles.

Aussi aurions-nous tout à gagner à faire la clarté sur cette opération. Où Emmanuel Macron place-t-il le curseur entre Europe « libérale » et « ultra-libérale » ? De quel traité, de quelle règle de l’actuelle UE est-il prêt à contester concrètement la logique ? Celle du traité budgétaire que le candidat Hollande avait, naguère, promis de « renégocier » une fois élu ? Celle du Pacte de stabilité et de son fétichisme des 3% du PIB de déficit ? Celle des accords de libre-échange du type CETA (UE-Canada) ? Il est également intéressant d’évoquer le profil politique de son principal allié au sein du Parlement européen, Guy Verhofstadt, longtemps surnommé « Baby Thatcher » dans son pays, la Belgique , dont il fut Premier Ministre avant de présider le groupe libéral de l’Assemblée de Strasbourg. Lui aussi est désireux de se défaire de son image de libéral « forcené, pur, revendiqué » (Le Soir de Bruxelles 5/7/2016) : un jour en partant avec Daniel Cohn-Bendit en croisade pour installer un véritable fédéralisme européen; un autre en invitant le « Mouvement cinq étoiles » italien à rejoindre son groupe parlementaire ; enfin en annonçant (« Ouest-France, le 10/9/2018) qu’il va former un mouvement avec « En marche » en vue des élections de 2019.

Morale de l’histoire : gardons-nous nous-mêmes de l’inflation de superlatifs parfaitement inutiles pour caractériser le type d’ « Europe » que nous combattons ! À l’ Europe de la « priorité aux marchés » (ou à la finance), nous opposons une Europe de « l’humain d’abord » ! Là, chacun voit de quel côté se situe le pourfendeur du « pognon de dingue » destiné aux prestations sociales…

———
(1) Europe 1 (6/11/2018)

15 novembre 2018 at 5:46 2 commentaires

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 228 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

novembre 2018
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Commentaires récents

jean-louis Hoffet dans RÉVÉLER ENCORE ET TOUJOURS LA…
Pabbpabb dans « BREXIT …
KACZMAREK PATRICK dans ENVERS LES KURDES , A NOUVEAU,…
franciswurtz dans MACRON CONTRE « L…
de ANDRADE Roger dans MACRON CONTRE « L…

Archives

Catégories

Pages

Pages