Archive for octobre, 2021

UE : L’AVENIR DU PACTE DE STABILITÉ EN DÉBAT


C’est l’un des enjeux à la fois très concrets et diablement politiques de 2022 : que va-t-il advenir du « Pacte de stabilité » dans un peu plus d’un an ? Le tristement fameux instrument européen de discipline budgétaire avait été lancé en 1997, dans le prolongement du traité de Maastricht. Véritable marqueur de l’ Europe libérale, il a eu pour mission de rationner les dépenses publiques sociales dans la future zone euro.
Comme la politique budgétaire relève, d’après les traités, de la souveraineté des Etats membres, il fallait trouver un moyen de pression à même de s’assurer que les gouvernements ne cèdent pas aux (légitimes) exigences populaires. Le moyen choisi fut la sacralisation de deux nombres arbitrairement qualifiés de « limites à ne pas dépasser » pour garantir une « bonne gestion budgétaire » : 3% des richesses nationales (PIB) pour les déficits publics et 60% du PIB pour l’endettement. 
Puis, après la crise financière et économique de 2008-2010, le Pacte en question fut encore considérablement durci (avec l’accord des gouvernements et de la majorité des parlementaires !) . L’objectif assigné à chaque pays fut désormais de réduire de 5% par an son stock de « dettes excessives » -ce qui signifierait, en théorie, aujourd’hui, que la France, non seulement cesse d’alourdir sa dette publique, mais la réduise de quelque 70 milliards d’euros par an ! De quoi enfoncer encore plus des économies en difficulté au lieu d’encourager les bonnes dettes, celles qui correspondent aux dépenses socialement efficaces, économiquement productives et écologiquement saines !
Même un ex-Président de la Commission, Romano Prodi, qualifiait en 2008 ce Pacte de « stupide » ! 
Longtemps réputées  intouchables, ces règles caricaturales ont, par la force des choses, dû être « suspendues » à partir de mars 2020, pour cause de crise sanitaire généralisée. Déficits et dettes ont, depuis lors, logiquement explosé. Cette situation d’exception se prolongera en 2022. Pour les gouvernements de la zone euro, toute la question est, à présent, de savoir sous quelle forme réactiver ce Pacte à partir de 2023 .
Une « consultation » est ouverte à ce sujet entre les Etats de la zone euro. Pour les traditionnels obsédés de l’austérité budgétaire -Pays-Bas, pays nordiques, Autriche et (même après le « changement »de majorité) Allemagne- il est toujours question de « rigueur » et de « réformes »garantissant « des finances solides et stables ». En revanche, les gouvernements de l’Europe du Sud insistent pour que les « investissements d’avenir » tels que le « Green Deal » et le développement du numérique ne soient pas comptabilisés dans le calcul des « dettes excessives ». C’est mieux. Mais la vraie perspective de progrès est ailleurs : que l’argent mis en circulation dans l’économie soit massivement utilisé pour l’emploi, la formation, les services publics, la recherche, la transition écologique ; il créera ainsi à terme bien plus de richesses que les fonds empruntés -résolvant, par là même, le problème de la dette !
Ne laissons pas aux 27 gouvernements le monopole du débat sur l’avenir du « Pacte de stabilité » ! 

29 octobre 2021 at 5:54 Laisser un commentaire

LE DÉFI  POLONAIS ET L’AVENIR DE L’UE  



La décision du Tribunal constitutionnel polonais de remettre frontalement en cause la primauté du droit européen sur le droit national pose un sérieux problème à l’UE. Certes, cette initiative, qui touche à une règle essentielle de la construction européenne, n’est pas tout à fait sans précédent : en mai 2020, la plus haute juridiction allemande avait, quant à elle, menacé de bloquer la stratégie (jugée trop accommodante) de la Banque centrale européenne, contre l’avis de la Cour de Justice de l’UE. Mais, elle n’avait, finalement, pas mis sa menace à exécution. Varsovie va plus loin en revenant officiellement sur un engagement de longue date de l’Etat polonais envers l’UE. Certains ont parlé d’une sorte de « sécession »  juridique.

Les Françaises et les Français qui se sont engagés en 2005 en faveur du NON de gauche au projet de traité constitutionnel européen pourraient éprouver de la sympathie pour ce défi polonais à l’UE. Pourtant, comparaison n’est pas raison. D’abord, en France, ce sont les citoyennes et les citoyens qui ont -majoritairement- affirmé leur droit souverain à changer de politique en France et, si les autres peuples le souhaitaient, en Europe. En Pologne, à l’inverse, c’est contre la volonté de la population, très attachée à l’appartenance à l’UE, que le pouvoir a choisi d’affronter celle-ci.
Ensuite, si l’orientation du NON de gauche de 2005 était clairement solidaire avec les autres peuples européens, le parti PiS est, lui, profondément nationaliste. Il juge normal que son pays soit le premier bénéficiaire des fonds européens (soit quelque 75 milliards d’euros pour la période 2021-2027, à quoi s’ajoutent les 23 milliards d’euros de subventions du Plan de relance européen) mais il refuse toute forme de solidarité à l’égard de ses partenaires européens, comme ce fut le cas en 2015, lorsque Varsovie (tout comme Budapest et Prague) s’était fermement opposé à l’accueil de demandeurs d’asile massés dans des conditions inhumaines en Grèce . 
En vérité, le coup de force de la droite extrême polonaise ne contribue pas à démocratiser l’UE ; elle la tire en arrière : après le Brexit le plus conservateur possible ;  après le clash mémorable entre les Etats dits « frugaux » du Nord de l’UE et leurs « partenaires » du Sud aux prises avec la pandémie, en mars 2020 ; après les multiples fractures Est-Ouest qui jalonnent l’agenda européen -ici sur l’accueil des réfugiés, là sur l’Etat de droit, là encore sur le climat…, le risque de glisser, de crise en crise, dans une spirale de dé-construction européenne reste entier. 

On ne peut souhaiter pareille issue, qui, dans le contexte politique actuel, risquerait fort de se traduire par une explosion de nationalismes n’augurant rien de bon en matière de démocratie ni d’émancipation sociale ni de paix durable.  
Raison de plus pour engager, tant qu’il est encore temps, une réflexion sans tabou sur les raisons profondes de cette vague de « chacun pour soi » en plein essor des interdépendances et sur les ruptures à introduire dans le système européen actuel pour espérer faire émerger une « Union » digne de ce nom.

22 octobre 2021 at 6:22 Laisser un commentaire

CES ÉVADÉS FISCAUX QUI PRÊCHAIENT L’AUSTÉRITÉ

Il n’est pas sans intérêt de s’arrêter sur le profil politique des personnalités publiques  prises la main dans le sac de l’évasion fiscale massive mise au jour par le consortium international de journalistes ICIJ . Parmi les quelques centaines de responsables épinglés dans les « Pandora Papers », arrêtons-nous sur le cas de 3 « stars » européennes de cette liste noire : Dominique Strauss-Kahn; Tony Blair et Wopke Hoekstra, actuel ministre néerlandais des finances.

Le premier s’était vu confier la direction du Fonds monétaire international, l’une des institutions financières les plus en vue sur le plan mondial. À ce titre, il avait incité les dirigeants européens à engager une transformation de l’Union européenne qui en disait long sur sa conception de l’émancipation sociale et de la démocratie : « Quand l’ordre du jour est fixé par le centre, les choses avancent » souligna ainsi DSK en 2010 en appelant à la « création d’une autorité budgétaire centralisée, aussi indépendante que la Banque centrale européenne, fixant les orientations budgétaires de chaque pays membre ». C’est à ce pouvoir totalement inaccessible aux citoyens -le rêve !- que devait incomber « la responsabilité du maintien de la discipline budgétaire et des réformes structurelles » ! Certains économistes voyaient à l’époque dans ces propositions choc « un système plus transparent »…On en sait un peu plus, aujourd’hui, sur l’idée que se fait l’intéressé, pour lui-même, de la « discipline » et de la « transparence ».

Quant à l’ex-Premier ministre de sa gracieuse Majesté, lui aussi éclaboussé par ce nouveau scandale de la « finance offshore », il mérite tout autant qu’on rappelle ses orientations publiques passées. Présenté en son temps comme le champion de la modernisation de la gauche en Europe , le fringant fondateur du « New Labour » avait, d’emblée, affiché sa vision d’une « société décente », qui, selon lui, « n’est pas fondée sur des droits (mais) sur des devoirs ». Illustrant concrètement ce principe quelque peu déroutant, il avait précisé qu’il était temps de mettre fin à la dépendance « engendrée par les aides sociales »; que les étudiants devaient payer  une partie de leurs études; que les « filles mères » (sic) devaient « chercher du travail plutôt qu’attendre le chèque » de l’Etat; ou encore que, dans la société de « partenariat » qu’il appelait de ses vœux, il n’y avait « pas de place pour du militantisme syndical » ! 
 
Le troisième larron cité est, lui, toujours en fonction. En sa qualité de grand argentier du gouvernement des Pays-Bas, il est notamment chargé de la lutte contre l’évasion fiscale : une espèce de Cahuzac batave, en quelque sorte. Se présentant volontiers comme l’impitoyable redresseur de torts des pays du Sud de l’Europe, coupables de mauvaise gestion financière, il s’était illustré, en mars 2020, en plein ravage de la Covid-19, en demandant à la Commission européenne -avant toute mesure de solidarité envers les Italiens, les Espagnols ou les Portugais, pris à la gorge- d’enquêter sur la gestion budgétaire des pays en question ! 
Puisse cette nouvelle leçon de choses réveiller les hésitants ! Comme écrit La Fontaine dans « Les frelons et les mouches à miel » : « À l’œuvre on connaît l’artisan ».

14 octobre 2021 at 11:03 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 268 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

octobre 2021
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Commentaires récents

Gourmel Michel dans HOMMAGE À MIKHAÏL GORBATCHEV 
Joel ALLAIN dans HOMMAGE À MIKHAÏL GORBATCHEV 
Frison Annie dans CÉRÉALES D’UKRAINE : GAR…
Frison Annie dans UKRAINE : « GAGNER LA GUERRE »…
michel muller dans LA SUPPRESSION DU CORPS DIPLOM…

Archives

Catégories

Pages

Pages