Archive for octobre, 2018

LES « MARCHÉS », ARBITRES DU BRAS DE FER ROME-BRUXELLES

La Commission européenne est en train d’offrir aux démagogues d’extrême-droite au pouvoir en Italie le cadeau royal qu’ils espéraient. En exigeant une réduction des dépenses inscrites au budget prévu par Rome pour 2019, et en menaçant de rejeter celui-ci si le gouvernement persistait dans ses projets, l’exécutif bruxellois jette littéralement des millions de citoyens transalpins dans les bras de la coalition politique la plus dangereuse de l’histoire italienne depuis la défaite de Mussolini. Et pour cause : non seulement il s’agit d’une flagrante remise en cause de la souveraineté populaire -l’adoption du budget étant la prérogative centrale de tout parlement national-, mais, en prime, les coupes demandées conduiraient, de fait, à annuler les deux mesures sociales phares du programme -trompeur- de Salvini et Di Maio : le retour à la retraite à 62 ans au lieu de 65, et, plus tard, l’établissement d’un « revenu de citoyenneté » (une aide accordée aux plus défavorisés sous condition d’acceptation des emplois proposés). Grâce à cette opération de « Com » offerte par Bruxelles à Rome, d’autres mesures du gouvernement italien resteront, elles, dans l’ombre, telles l’amnistie fiscale, l’instauration d’une « flat tax » – impôt au même taux pour les riches que pour les pauvres-, les privatisations…Bravo la Commission !

La démonstration est faite, une fois de plus, que cette intrusion des instances européennes dans des décisions qui ne peuvent relever que des autorités élues de chaque pays, est inacceptable et doit être abrogée. Rappelons à ce propos que ce processus pervers -appelé « semestre européen »- a été introduit en 2010 par les Etats membres (sur insistance d’Angela Merkel) et approuvé par une majorité de parlementaires européens ! Ce sont eux qui ont chargé la Commission de jouer au notaire tatillon vis-à-vis des politiques budgétaire et économique de chaque gouvernement ! Certes, si une majorité d’Etats s’oppose à ces mesures de la Commission, celles-ci sont annulées, mais ils se gardent bien d’entraver l’action de cette vigie de l’orthodoxie libérale pour une raison simple : c’est leur politique ! La preuve : lorsque, au dernier Conseil européen du 18 octobre, la Commission a interrogé les Chefs d’Etat et de gouvernement sur la conduite à tenir envers l’Italie, ceux-ci ont botté en touche, arguant qu’il fallait s’en « remettre au jugement de la Commission »…

Tous comptent en réalité sur les « forces du marché » pour discipliner les récalcitrants. De fait, les taux d’intérêts italiens appliqués aux emprunts de l’Etat sur dix ans ont déjà grimpé à 3,6% , soit environ quatre fois plus que les taux français et sept fois plus que les taux allemands ! Pour espérer sortir au plus vite de ce type de situation -dans quelque pays que ce soit- il est grand temps de faire grandir le débat de fond sur les transformations à opérer dans les missions de la Banque centrale européenne, à la fois pour ne plus dépendre totalement des « marchés » pour financer l’économie et les politiques publiques, et pour conditionner les futurs prêts à un usage favorable à l’emploi, aux services publics, au développement social, à la transition écologique et à la solidarité.

Publicités

25 octobre 2018 at 9:00 Laisser un commentaire

FAUT-IL RENÉGOCIER LES TRAITÉS POUR RELANCER L’EUROPE ?

Les traités européens énoncent, comme autant de règles prétendument intangibles, les fondements de classe de l’actuelle Union européenne : mise en concurrence généralisée; financiarisation de l’économie; verticalité autoritaire du fonctionnement de l’UE… Une « Europe refondée » sera donc nécessairement régie par un nouveau traité, en rupture avec les traités actuels.

La question est : comment créer les conditions permettant de rompre avec la logique des traités actuels. Je précise : de rompre POSITIVEMENT avec la logique actuelle, c’est à dire -à rebours de la pente nationaliste- pour aller vers plus de solidarité entre les peuples, plus de coopération entre les pays, dans le respect de la souveraineté populaire dans chaque nation. Ce que les communistes appellent une « Union de nations et de peuples souverains et associés ». Avec une double finalité : porter ensemble un modèle social et écologique avancé et agir en coopération avec tous les alliés internationaux qui le souhaitent en faveur de l’humanisation de la mondialisation. C’est une révolution !

Une transformation de cette envergure fait nécessairement l’objet d’un combat de classe de haute intensité. Gardons-nous de l’illusion du « grand soir » ! Bien sûr, un gouvernement et un président français qui seraient authentiquement de gauche pourraient grandement contribuer à bousculer les rapports de force. Mais pas en espérant , seuls et quand ils le décident, « renverser la table ». De tels changements ne peuvent résulter, à mes yeux, que de luttes très larges, en convergence avec des forces de progrès d’autres pays européens , et se développant dans la durée.

Ne nous focalisons pas sur le texte des traités ! L’expérience montre que, dès lors que les dirigeants européens sont au pied du mur, des « tabous » sautent ! Ainsi, lorsque la crise financière de 2008 a mis en danger la zone euro, la Banque centrale européenne a décidé -malgré l’opposition de l’Allemagne- d’acheter massivement des titres de dettes d’Etats en difficulté, ce qui est aux antipodes de l’orthodoxie maastrichienne. La mauvaise destination de ces milliards est une autre affaire. Cet exemple montre simplement que les traités ne constituent pas une muraille de Chine s’il se présente une situation qui ne laisse plus d’ échappatoire à la classe dirigeante de l’UE. Un mouvement large, dépassant les frontières d’un seul pays et clairement orienté vers un objectif de transformation sociale, écologique ou démocratique précis peut créer une telle situation.

En conséquence : non, il ne s’agit pas d’attendre une renégociation d’ensemble de la construction européenne pour amorcer la « relance de l’Europe » ! C’est sans attendre qu’il faut chercher à ouvrir des brèches à partir d’un triple effort . D’abord, une bataille d’idées comparable à celle qui a fait le succès de la campagne pour le « NON de gauche » au projet de traité constitutionnel de 2005 . Ensuite, une stratégie de large rassemblement des forces de progrès en France et dans le plus grand nombre possible de pays européens autour de quelques exigences de changements majeurs. Enfin, la valorisation de toute avancée dans ce sens, même partielle, arrachée tant sur le terrain des luttes de terrains qu’au Parlement européen. Le temps viendra ensuite où il sera devenu possible de consigner ces changements conquis de haute lutte dans un nouveau traité.

23 octobre 2018 at 6:12 Laisser un commentaire

« BRUXELLES DÉCIDE DE TOUT »: UN RACCOURCI PARALYSANT

Nous sommes à sept mois des élections européennes . C’est un devoir démocratique de clarifier aux yeux des citoyens et des citoyennes la part de pouvoir sur les futures décisions de l’UE que leur confère le bulletin de vote lors de ce scrutin.

Rappelons une fois encore qu’aucune directive ni aucun règlement ayant trait au marché unique européen ne peut voir le jour sans qu’une majorité de parlementaires européens ne l’ait adopté.e ! Si la Commission est -scandaleusement- seule à avoir le droit de proposer une loi, elle n’a, en revanche, absolument pas le pouvoir de l’imposer ! C’est le Parlement européen, d’une part, et le Conseil (c’est-à-dire les représentants des gouvernements), d’autre part, qui décident (D’où l’expression : « co-décision ») et amendent comme ils l’entendent chaque proposition de « Bruxelles ». Sans leur accord, le projet de la Commission européenne est mort.

Si nos concitoyennes et concitoyens étaient bien informés de cette seule réalité, nul doute qu’une majorité d’entre eux ne se réfugierait plus dans l’abstention (56% en 2014) ! Et surtout, nombre d’entre elles et eux demanderaient vraisemblablement aux listes en compétition des preuves tangibles de leur engagement de longue date -sur le terrain et dans les institutions européennes- en faveur des attentes de leurs électrices et électeurs. Et ce dans les 85 domaines où s’applique cette « co-décision » du Parlement de Strasbourg et des gouvernements de l’UE. Parmi ces domaines , citons la politique sociale; l’environnement et le climat; les transports; la recherche; la lutte contre les discriminations; l’aide au développement…

Mais les pouvoirs des parlementaires européens ne s’arrêtent pas là. Ils s’exercent également dans le vote du budget, dont les crédits à l’agriculture et les fonds d’aide aux collectivités. Sans oublier leurs prérogatives à l’égard de la Commission européenne : depuis son investiture , en passant par le contrôle de son activité, jusqu’au pouvoir de la renverser…Dans la période à venir, les parlementaires européens auront, en outre, à approuver -ou non- l’éventuel accord de retrait de la Grande-Bretagne de l’UE, ainsi que le cadre financier de l’Union européenne portant sur les années 2021 à 2027 ( représentant plus de 1000 milliards d’euros ! ). Savoir quel sera demain le rapport des forces dans cette Assemblée n’a donc rien de négligeable ! Qui incite, d’une manière ou d’une autre, les citoyens et les citoyennes à négliger ces terrains de lutte, sous prétexte qu’ils ne couvrent (évidemment) pas, et de loin, tous les enjeux de la transformation de l’ « Europe » , leur rend un bien mauvais service.

Tout aussi crucial est, par ailleurs, de faire la clarté sur le rôle -toujours plus déterminant- que jouent les Etats membres, et singulièrement les plus puissants d’entre eux, dans la conduite des affaires européennes. Nous y reviendrons. Mesurons néanmoins d’emblée combien sont trompeurs et dangereusement paralysants les slogans du type de « Bruxelles décide de tout » !

18 octobre 2018 at 6:09 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 208 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

octobre 2018
L M M J V S D
« Sep   Nov »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

Catégories

Pages

Pages