Posts filed under ‘OTAN’

L’UKRAINE ENTRE ESPOIR TENU ET PROVOCATION IRRESPONSABLE

Deux informations -très peu commentées- concernant le conflit en Ukraine viennent de tomber à deux jours d’intervalle. La première, le 23 août : « Les Chefs d’Etat et de gouvernement des pays du format Normandie (France, Allemagne, Russie, Ukraine) ont apporté, mardi 22 août, lors d’un entretien téléphonique, leur soutien à un nouvel accord de cessez-le-feu dans l’Est de l’Ukraine » (1). Dans une Déclaration commune -événement suffisamment rare par les temps qui courent pour retenir l’attention- , Vladimir Poutine, Petro Porochenko, Emmanuel Macron et Angela Merkel soulignent qu’ils resteront engagés dans la mise en oeuvre des Accords de Minsk conclus en février 2015.

Malgré l’extrême fragilité de ce type de mesure dans le contexte actuel, on veut y voir l’espoir d’une amorce d’une nouvelle dynamique de paix…quand tombe, le 24 août, la seconde dépêche : premier Chef du Pentagone à visiter l’Ukraine de puis une décennie, Jim Mattis, Secrétaire américain à la Défense, a déclaré à Kiev « étudier de manière active » la possibilité de livrer les armes létales (susceptibles de provoquer la mort) réclamées par le Président Porochenko , quitte à torpiller d’emblée le cessez-le-feu et à provoquer une nouvelle escalade ! (2) On reste confondu devant pareille irresponsabilité.

Le terrible bilan de ces trois ans de guerre -plus de 10 000 morts, un pays plus divisé que jamais, une société minée par le ressentiment, la haine et l’esprit de revanche- rend l’illusion d’une « solution » militaire  totalement  absurde . La seule référence en matière de règlement politique du désastre russo-ukrainien reste à ce jour les accords de paix dit « de Minsk », encore rappelés par les « 4 » dirigeants politiques du format Normandie. Or, si les responsabilités des insurgés du Donbass et de Moscou dans le blocage du processus de « Minsk » sont légitimement dénoncées, celles de Kiev sont quasi-systématiquement passées sous silence. Rappelons donc les termes de ces accords : cessez-le-feu ; retrait des armes lourdes par les deux parties; libération et échange des prisonniers; amnistie et instauration d’un dialogue pour la tenue d’élections locales et la définition du futur statut des régions rebelles de l’Est du pays; rétablissement des liens économiques et sociaux entre Kiev et le Donbass; restitution aux forces de Kiev du contrôle des frontières dans toute la zone du conflit après la tenue d’élections locales; mise en place d’une nouvelle Constitution prévoyant une « décentralisation » des régions rebelles de l’Est, en accord avec les représentants de ces régions. Pourtant, que l’on sache, il n’a été question à Kiev jusqu’ici -pour ne citer que les points les plus névralgiques- ni du futur statut du Donbass ni des élections locales, ni de la réforme constitutionnelle. Même des observateurs peu enclins à la sévérité à l’égard des autorités ukrainiennes le reconnaissaient pourtant à l’occasion du premier anniversaire des Accords de Minsk : « C’est désormais l’Ukraine, jusqu’à présent attachée à tenir le rôle du bon élève, qui se retrouve dans le collimateur », notait alors « Le Monde » qui précisait même que , « selon un diplomate français », « La situation à Kiev constitue notre principale inquiétude ». Rien n’a bougé depuis, à cet égard.  Raison de plus pour ne rien entreprendre, en plein cessez-le-feu, qui puisse encourager les va-t-en guerre à jeter de l’huile sur le feu. Cap sur « Minsk », mais sans œillères !
——
(1) Agence Europe -23/8/2017. L’appellation « format Normandie » fait référence à la rencontre informelle entre les dirigeants des quatre pays, le 6 juin 2014, en Normandie, à l’occasion des célébrations du Débarquement de 1944.
(2) RFI avec l’AFP -24/8/2017
(3) Le Monde.fr -12/2/2016

Publicités

31 août 2017 at 10:59 Laisser un commentaire

APRÈS « TINTIN EN AMÉRIQUE », VOICI « JUPITER EN EUROPE » !

« L’Union européenne fait de Macron sa nouvelle étoile » titrait le très macronphile magazine « Challenges » dans son dernier numéro. De fait, rendant compte du Conseil européen des 22 et 23 juin, la presse allemande évoque avec déférence un « Macron Effekt ». La Chancelière n’a-t-elle pas elle-même donné le ton en saluant « la créativité et les nouveaux talents qui viennent de France »? En accueillant ce « progressiste » invétéré , qui fustige… « l’Europe ultralibérale  » et refuse de « continuer à faire l’Europe dans des bureaux », le Président du Conseil européen, le conservateur polonais Donald Tusk, a littéralement…fondu d’admiration et celui de la Commission, Jean-Claude Juncker, était aux anges ! Jusqu’à la référence des références de la presse britannique, l’hebdomadaire « The Economist « , qui n’exclut pas de voir dans le jeune prodige parisien « le sauveur de l’Europe ». Rien de moins. On connaissait les aventures de Tintin en Amérique; voici l’épopée de Jupiter en Europe . Et modeste, avec ça : « Pas question de s’approprier les avancées mûries avant lui sur la scène européenne » souligne le quotidien libéral « Les Echos », en louant « la modération » et « l’humilité » du nouvel homme providentiel. D’ailleurs, celui-ci convient , dans une longue interview à sept grands journaux européens qu’ « il serait présomptueux de dire dès à présent que la France exerce un nouveau leadership européen ». Que demande le peuple !

On aimerait bien pouvoir se réjouir d’un tel engouement de nos voisins et partenaires pour le représentant de notre pays. Hélas, on y regardant de plus près, on revient vite sur Terre. L’idylle Merkel-Macron ? Elle repose avant tout sur la conviction de la première de disposer avec le second d’un allié plus solide que son pâle prédécesseur : comme elle, il veut rationner les dépenses publiques, « moderniser » le droit du travail et discipliner davantage encore la zone euro. Elle et toute l’actuelle équipe dirigeante de l’UE se retrouvent également dans « L’Europe qui protège », telle que la conçoit Emmanuel Macron . A savoir avant tout « une vraie politique de défense et de sécurité commune », bref une militarisation de l’UE -voulue depuis longtemps par le Président de la Commission et à laquelle la droite allemande s’est ralliée , notamment depuis les rodomontades de Donald Trump sur le « partage du fardeau » de la défense de l’Europe. Pas vraiment de quoi se sentir rassurés… »L’Europe qui protège », ce sont également , aux yeux du Président français -et à présent également de la Chancelière allemande comme, à plus forte raison de tous les autres gouvernements dd l’UE- « des moyens pour protéger les frontières extérieures » de l’UE, car  » il faut être plus efficace face aux grandes migrations » . Quant au constat de la nouvelle étoile de l’Europe, selon lequel la mise en concurrence des travailleurs et la délocalisation d’entreprises au sein de l’UE relèvent d’ « un système (qui) ne marche pas droit », il serait de nature à inquiéter Angela Merkel et ses pairs s’il était accompagné -au-delà de la simple révision de la directive sur le « détachement », en discussion depuis des mois- d’une exigence de remise en cause des nombreuses dispositions des traités européens qui légitiment ces pratiques : mais, là-dessus, silence. (1) A ce stade, l’Olympe a accouché d’une souris.

XXXXX

BOULEVERSÉ PAR LE DÉCÈS BRUTAL DE JEAN-PIERRE KAHANE, QUI ME PARLAIT ENCORE , UNE SEMAINE AUPARAVANT, AVEC SON HUMANITÉ LÉGENDAIRE , DU DEVOIR « D’AIDER LES JEUNES À DEVENIR UNE FORCE POUR S’EN SORTIR », JE VEUX RENDRE UN HOMMAGE FRATERNEL A CET « HOMME DES LUMIÈRES » QUE JE SUIS FIER D’AVOIR EU POUR AMI ET POUR CAMARADE DE PARTI.

 

——-
(1) Toutes les citations dans ce paragraphe sont tirées de l’interview d’Emmanuel Macron à 7 grands journaux européens (22/6/2017)

29 juin 2017 at 9:56 Laisser un commentaire

POUR L’UE, LA PRIORITÉ, AUJOURD’HUI, C’EST…LA DÉFENSE !

Tandis que notre attention était concentrée sur les enjeux des élections législatives -en particulier les menaces du gouvernement Macron-Philippe sur le code du travail et la protection sociale- la Commission européenne annonçait, le 7 juin dernier, un « plan d’action » sans précédent destiné à ouvrir la voie à une  » Europe de la défense « . Elle juge ses propositions tellement prioritaires qu’elle demande aux Chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE de les mettre à l’ordre du jour de leur tout prochain Sommet, le 22 juin prochain.

Il s’agirait, en premier lieu, de décider la création d’un  » Fonds européen de la défense  » .(FED). Celui-ci doit servir à favoriser des coopérations entre plusieurs Etats européens -condition absolue pour bénéficier de ses subventions- en matière de recherche dans les technologies militaires : électronique; métamatériaux; logiciels cryptés; robotique… Son volume passerait de 29 millions d’euros dès cette année à 90 millions en 2020, puis 500 millions par an au-delà. Par ailleurs, ce FED cofinancerait l’achat en commun par plusieurs Etats membres d’ équipements militaires, tels que des hélicoptères « en grande quantité pour réduire le coût », précise la Commission, ou encore des investissements en commun dans la technologie des drones : 5 milliards d’euros par an seraient mobilisés pour ce type d’opération. Ce projet vise ainsi à rompre avec une doctrine aussi ancienne que la construction européenne elle-même, qui veut que le budget européen soit exclusivement à visée civile. Des prêts de la Banque européenne d’investissement iraient également aux entreprises des  » chaînes d’approvisionnement de la défense « . Enfin, la Commission se dit décidée à renforcer « les conditions propices à un marché de la défense ouvert et compétitif en Europe »…

Plus généralement, les Chefs d’Etat et de gouvernement seront invités à fixer leur niveau d’ambition pour cette  » Europe de la défense  » que Bruxelles brûle de bâtir : soit ils optent pour le statu quo ( l’UE se limiterait, comme aujourd’hui, à des interventions militaires de « gestion de crises » à l’extérieur de son territoire ); soit ils envisagent des missions de combat « de haute intensité » à nos frontières ou ailleurs ; soit enfin ils décident de s’orienter vers une armée européenne « capable de conduire des opérations de pointe contre les groupes terroristes (…), des missions navales en milieu hostile ou des plans de cyberguerre ». Précision -mais qui en douterait :  » Il n’est pas question de remplacer l’OTAN  » , indique en passant Federica Mogherini, responsable de la politique extérieure et de sécurité de l’UE.

Pourquoi ce branle-bas de combat maintenant ? Est-ce ainsi que nous comptons empêcher les attentats ? Régler la crise ukrainienne ? Certains y verraient-ils le moyen de « sécuriser nos frontières » menacées par l’afflux de « migrants illégaux » ? Ou alors, serait-ce le seul « grand dessein »qu’on ait  trouvé pour redonner au projet européen une raison d’être ? Les Français auront-ils leur mot à dire sur des choix aussi structurants ? La future Assemblée nationale en débattra-t-elle seulement ? Un sujet de plus à garder à l’esprit en choisissant nos parlementaires , dimanche prochain.

15 juin 2017 at 12:52 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 174 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

septembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Articles les plus consultés

Catégories

Pages

Pages