Posts filed under ‘Charlie’

LA GAUCHE EUROPÉENNE SOLIDAIRE DU PEUPLE KURDE

wurtz-l-humanite-dimancheLe groupe de la « Gauche Unitaire Européenne » (GUE-NGL) du Parlement européen multiplie , ces jours-ci, les initiatives de solidarité avec le peuple kurde en général, et le grand parti progressiste de Turquie, le HDP, en particulier. D’abord, avec d’autres groupes, il avait demandé et obtenu la tenue d’un débat sur la situation alarmante dans ce pays , lors de la session du Parlement européen qui vient de s’achever. Ensuite, il a apporté son soutien aux intellectuels de Turquie interpellés pour avoir signé une pétition demandant « que l’Etat cesse son massacre délibéré » des Kurdes. Enfin, il s’apprête à accueillir -pour la 12ème année consécutive !- une Conférence internationale sur le thème : « L’Union européenne, la Turquie et les Kurdes », les 26 et 27 janvier prochains à Bruxelles.

Parrainée par plusieurs lauréats du Prix Nobel de la Paix, cette initiative sera notamment marquée par la présence et l’intervention de Selahattin Demirtas, co-Président du parti HDP de Turquie et de Salih Muslim, co-Président du PYD du Kurdistan syrien. Ces deux éminentes personnalités sont aujourd’hui les « bêtes noires » de l’autocrate nationaliste Erdogan. Au premier, le Chef de l’Etat turc ne pardonne pas l’autorité politique et morale acquise en 2015, qui l’ont empêché d’accomplir son rêve obsessionnel : obtenir la majorité nécessaire à l’établissement d’un régime ultra-présidentiel, sorte de néo-sultanat sans contre-pouvoir.  Quant au second, il a, aux yeux du maître d’Ankara, commis le crime rédhibitoire de construire , dans la région kurde de Syrie ( Le Rojava , frontalier avec la région kurde de Turquie ), une entité autonome. Pour torpiller cette expérience démocratique -menée à bien au prix d’un combat héroïque de tous les jours contre les terroristes de « Daech »-  Erdogan , paniqué à l’idée d’une contagion de l’exemple des Kurdes de Syrie parmi la minorité kurde de Turquie, a manifesté les complaisances ignobles que l’on sait à l’égard du groupe « Etat islamique ». C’est dire si nous suivrons avec un intérêt tout particulier les témoignages de ces deux invités de marque, et si notre soutien leur est acquis !

 Il est , en effet, inconcevable que, sous le prétexte -au demeurant aussi indigne qu’illusoire- que les « 28 » comptent sur le dictateur turc pour empêcher les réfugiés syriens  de tenter de rejoindre nos côtes, l’ « Europe des droits de l’homme » s’interdise toute action susceptible d’indisposer son irascible « allié » de circonstance !

Il nous appartient aussi de nous tourner vers les dirigeants de la France , qui, dans le même mouvement que ceux de l’Union européenne , apportent au régime Erdogan une caution devenue insupportable dans le contexte actuel. C’est une véritable guerre que ce tyran a relancé contre les Kurdes : avec ses morts et ses blessés par milliers, ses innombrables destructions jusque dans les quartiers historiques des villes, son climat de terreur, ses interminables couvre-feu, ses arrestations de masse , en particulier d’élus du HDP, ses menaces directes contre le leader de ce parti, Demirtas -ce défenseur infatigable d’une solution politique et non militaire du conflit- , et, à présent, sa chasse aux sorcières contre tous ceux qui osent critiquer cette fuite en avant vers le chaos, aussitôt assimilés à des « complices des terroristes » ! Cet homme est irresponsable et dangereux. Il ne peut en aucun cas être notre « allié » !

Publicités

21 janvier 2016 at 11:18 Laisser un commentaire

2016 : UNE ANNÉE QUI VA COMPTER POUR L’EUROPE !

wurtz-l-humanite-dimancheL’ année qui débute interpelle fortement le « peuple de gauche » dans toute l’Europe ! Nombre de défis vont s’exacerber dans les prochains mois . Petit rappel de l’état des lieux.

A tout seigneur tout honneur : commençons par la bonne surprise que nous ont réservée les forces démocratiques du Portugal et de l’Espagne ! Dans le premier cas, une chance existe que l’alliance inattendue entre le Parti socialiste, le Parti communiste et le Bloc de gauche enraye la logique « austéritaire » dont ce pays était l’un des laboratoires européens. Dans le second, l’irruption de Podémos dans le paysage politique est la preuve que le coup de force européen contre la Grèce n’a pas tué la volonté de changement dans les pays voisins. L’Europe du sud fait renaître l’espoir !

Il n’en va pas de même de l’autre défi majeur de la prochaine période : celui de l’accueil des réfugiés, chassés de leur pays par la misère, l’oppression et les ravages de la guerre. Tandis qu’un peu partout, les frontières se referment et des murs s’érigent ( Adieu Schengen ?) les dirigeants européens recherchent le salut dans le marché indigne passé avec le dictateur turc et massacreur du peuple kurde : argent et caution politique contre rétention des réfugiés ! De dures batailles en perspective !

Par ailleurs, la question de l’euro et de son utilisation restera au cœur du débat européen. La Banque centrale européenne (BCE) a beau créer de toutes pièces 60 milliards d’euros par mois (!) et prêter ces sommes colossales aux banques quasi gratuitement ( à…0,05% ! ), cela ne relance ni l’économie ni l’emploi, mais nourrit au contraire les opérations financières. Même des observateurs peu axés sur la critique des politiques européennes sont conduits à le reconnaître : « Les liquidités injectées par la BCE alimentent la hausse des Bourses et des marchés financiers » (1) Et pour cause : l’idéologie libérale qui guide l’euro depuis sa création s’oppose radicalement à ce que l’argent crée par la BCE aille aux Etats pour les libérer des pressions des marchés de capitaux et que ses taux quasi-nuls soient strictement réservés à des investissements créateurs d’emplois de qualité et de richesses utiles à la société -en particulier des services publics. Faire de ce type de transformation un objectif de luttes populaires massives : voilà qui ouvrirait des perspectives !

Mais il y a encore nombre d’autres questions d’envergure qui vont se poser avec force et qui appellent des débats de fond et des interventions citoyennes. Ainsi : gare aux concessions de Bruxelles à l’ultra-conservateur Cameron pour tenter de retenir les Britanniques dans l’UE ! Attention à la dérive à la fois sécuritaire et militariste en cours en Europe -France en tête- au nom de la « guerre au terrorisme »! Quelles suites vont-elles être réservées à la COP 21pour concrétiser les ambitions affichées à Paris ? N’oublions pas le TAFTA , dont les négociations entrent dans une phase cruciale . Et que dire de ce cri d’alarme pas banal : plusieurs Commissaires européens évoquent depuis peu le risque de « désintégration » de l’UE (2) ! De fait, la libre circulation des personnes est remise en cause; les pays d’Europe centrale et orientale se replient sur eux-mêmes; les courants d’extrême droite progressent partout…Quelles leçons tirer de cette crise existentielle de l’actuel modèle européen ? Quant aux relations de l’UE avec ses voisins, outre le pacte diabolique passé avec l’actuel pouvoir turc, la prolongation des sanctions économiques contre la Russie , sans régler aucun problème, bride les indispensables coopérations politiques avec ce partenaire incontournable. Or, fin juin prochain se redécidera la politique des dites sanctions. 2016 : une année qui va compter !

———-
(1) Le Monde (3/12/2015)
(2) Federica Mogherini, Günther Öttinger ainsi que l’ex-Commissaire Michel Barnier. Le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker a tenu des propos semblables.

7 janvier 2016 at 10:07 Laisser un commentaire

« VIVE LA NATION « … ET LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE !

wurtz-l-humanite-dimancheIl y a des télescopages révélateurs ! A un jour d’intervalle, le Président de la République a appelé les Français à mettre le drapeau tricolore à leurs fenêtres en hommage aux victimes des attentats terroristes -en soi un beau geste patriotique- , tandis que le Premier Ministre exhortait, quant à lui, l’Europe à fermer ses portes aux réfugiés -un acte brutalement anti-solidaire ! Voilà donc une conception de la nation qui se veut fraternelle à l’intérieur de ses frontières et se montre insensible aux appels au secours au-delà ! A droite, on pousse le bouchon plus loin encore : ainsi, pour l’ineffable Eric Ciotti , « Quand on voit ce qui se passe à Saint-Denis, (on se) demande si on est encore en France dans cette ville » . Lui-même est encore dépassé dans l’ignominie par un Philippot , le « dédiabolisateur » du FN, qui préconise d’ « annuler l’arrivée de migrants dans l’ensemble des communes qui devaient en recevoir et (de) les renvoyer tous hors de nos frontières » (1) . Voilà qui confirme combien il est urgent d’ouvrir -ou de réouvrir- un débat citoyen permettant de clarifier ce qui oppose, parfois radicalement, les différentes visions de la nation.

Disons-le franchement : nous avons longtemps , à gauche, négligé ce terrain crucial de la bataille des idées. Entonner la « Marseillaise » ou arborer les trois couleurs fleurait bon , entendait-on, le conformisme conservateur. La simple évocation positive du concept de nation était suspecte. Le « peuple de gauche » a , peu à peu, perdu des repères et s’avère souvent désarmé face à la mystification monstrueuse opérée par l’extrême droite ainsi que par les multiples opérations de récupération tentées par les forces politiques traditionnelles. Il est grand temps de reprendre l’initiative en faisant vivre une idée de la nation qui tourne le dos au racisme, au colonialisme, au nationalisme, au populisme xénophobe , et qui ne se laisse pas non plus ravaler au rang de guimauve franchouillarde, mais s’affirme résolument émancipatrice, fraternelle et solidaire, non pas repliée sur elle-même, mais ouverte à ses voisins et au monde dans toute sa diversité.

Rappelons que, dans toutes les périodes-clés de notre Histoire, depuis la Révolution française, le type de nation à faire prévaloir a fait l’objet de combats impitoyables. Ne laissons pas à d’autres la référence à l’emblématique « Vive la Nation ! » lancé par le Général Kellermann à Valmy le 20 septembre 1792, pour saluer l’unité de ses troupes face aux envahisseurs austro-prussiens alliés aux contre-révolutionnaires français ! Sortons également de l’oubli ce que fut le combat du ( vrai ) « Front national »… »pour la libération et l’indépendance de la France » , cette composante majeure du Conseil National de la Résistance, créée à l’initiative du Parti communiste ! Il permit de fédérer dans la Résistance contre l’occupant nazi -et ses collaborateurs français- des forces provenant de toutes sensibilités politiques, depuis les progressistes jusqu’aux chrétiens-démocrates, rejoints par de courageux et généreux résistants venus d’autres pays, à commencer par l’Allemagne. De même, les luttes anti-coloniales ont-elles été l’expression de la volonté de reconnaître aux peuples colonisés le droit de construire leur nation dans l’indépendance , à l’opposé des partisans d’une « France allant de Dunkerque à Tamanrasset ».

Tous ces principes sont-ils caducs à l’heure de  » l’Europe  » et de la mondialisation ? Les classes dirigeantes le pensent et flattent volontiers un chauvinisme primaire comme exutoire au sentiment national refoulé. Les communistes agissent , en revanche, pour « une Union de nations et de peuples souverains et associés » et pour une construction européenne « à géométrie choisie » (2) . La nation : une idée à revisiter !

———-
(1) Pour les deux citations, voir « l’Humanité » du 25/11/2015.
(2) « Refonder l’Europe » (15/11/2013) .

3 décembre 2015 at 12:01 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 181 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

décembre 2017
L M M J V S D
« Nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Pages

Pages