Posts filed under ‘Bruxelles’

UN PAS VERS LA RÉUNIFICATION DE L’IRLANDE ?

« Pour la première fois de ma vie, j’ai le bonheur de constater que ce thème (la réunification de l’Irlande) s’impose dans le débat politique ! » (1) Ce récent cri du coeur de Mickey Brady, député du Sinn Fein, traduit le sentiment de tous nos amis républicains irlandais en voyant – depuis le vote des Britanniques en faveur du « Brexit »- leur rêve de toujours, et le coeur de leur programme, devenir un sujet incontournable à tous les niveaux de la société.

Avant de préciser les derniers développements de ce processus, un rapide retour en arrière n’est pas superflu. On a parfois tendance à l’oublier : il existe toujours dans l’Union européenne deux pays divisés et partiellement occupés , l’un par la Turquie (le nord de Chypre), l’autre par la Grande-Bretagne (le nord de l’Irlande). Il y a bientôt vingt ans (avril 1998), fut conclu avec Londres un accord de paix dit « du Vendredi saint » qui permit , à tout le moins, l’instauration à Belfast d’une Assemblée élue et d’un gouvernement co-dirigé par les principales forces politiques d’Irlande du nord (notamment le DUP, de la droite extrême, aujourd’hui partenaire de gouvernement de Theresa May, et…le Sinn Fein, de la gauche républicaine, membre de la « Gauche unitaire européenne » au Parlement européen) ! Depuis lors, la libre circulation et le développement des coopérations entre l’Irlande du nord et la République d’Irlande ont commencé à changer la donne. A la satisfaction générale, comme l’illustrent les progrès constants de l’influence du seul parti implanté dans l’ensemble du pays : le Sinn Fein.

C’est tout ce processus qui est aujourd’hui menacé par le spectre de l’instauration d’une frontière physique -en fait d’une « frontière extérieure de l’UE » !- coupant l’Irlande en deux : le sud , indépendant, restant dans « l’Europe », le nord la quittant comme « membre du Royaume-Uni » ! Une telle perspective est naturellement inacceptable. Elle a ravivé l’aspiration à la réunification du pays et son maintien dans l’UE. Dès mars dernier, une motion du Sinn Fein fut adoptée au Parlement de Dublin : elle réclame pour l’Irlande du nord un « statut spécial » lui permettant de rester dans l’UE, de pérenniser la libre circulation en Irlande et dans l’UE, de conserver la citoyenneté irlandaise (et donc européenne), de continuer à bénéficier des fonds structurels européens, etc…La demande de la validation de cette quasi-étape vers la réunification est également soutenue par la majorité des élus de l’Assemblée de Belfast (mais vivement combattue par le très réactionnaire DUP). Coup sur coup, cet été, deux commissions parlementaires de la République d’Irlande se sont emparées du sujet pour faire avancer le projet de « statut spécial ». La première est la commission du Sénat sur le Brexit. Elle a lancé un appel à la Commission européenne afin d’obtenir de sa part la garantie « que la réunification serait soutenue par l’UE dans le cas où le peuple de l’île d’Irlande voterait dans ce sens » (2) La seconde est la commission conjointe Parlement-Sénat sur l’Accord du Vendredi saint (présidée par le Sinn Fein) qui a conforté ce point de vue. Même le gouvernement de Dublin (de droite) , réticent au départ, sort peu à peu de sa réserve concernant le fameux « statut spécial ». On attend à présent la réponse officielle des dirigeants européens, eux qui avaient laissé entendre, en marge du Conseil européen d’avril dernier, qu’ils seraient favorables à une « adhésion automatique » d’une Irlande réunifiée si « les peuples d’Irlande et d’Irlande du nord le décidaient conformément à l’Accord du Vendredi saint ». Solidarité avec le peuple irlandais !

 

——
(1) Mickey Brady au « Temps » de Genève (27/6/2017)
(2) Voir « Humanité » du 4/8/2017.

10 août 2017 at 8:41 Laisser un commentaire

SYNDICATS : L’AUTRE « AXE » FRANCO-ALLEMAND

La mise en scène de la lune de miel Macron-Merkel n’en finit pas de se dérouler sous nos yeux : rencontre rituelle d’après élection présidentielle à Berlin en mai ; conférence de presse commune à Bruxelles en juin ; Conseil des ministres franco-allemand à Paris en juillet…On ne pourrait que se réjouir de cette bonne entente entre deux pays voisins , assumant qui plus est d’importantes responsabilités , si les projets rapprochant leurs dirigeants n’allaient pas à rebours des aspirations de leur peuple respectif tels que le rationnement des dépenses publiques; les « réformes » structurelles ou encore « l’Europe de la défense » ! Très intéressant à cet égard est de constater l’état des relations entre un autre type d’interlocuteurs de part et d’autre du Rhin : les organisations syndicales. C’est ainsi qu’on vient d’apprendre que des représentants de la CGT, de la CFDT, de FO, de la CFTC, de la CFE-CGC d’une part, et de la grande fédération syndicale allemande DGB d’autre part, ont eu une réunion commune avec les ministres du travail des deux pays, à l’issue de laquelle ils ont publié une Déclaration commune. Sa lecture mérite attention et réflexion.

Certes, il ne surprendra personne que certaines formulations de ce type de texte nous paraissent timides, voire parfois contestables. Mais l’arbre ne doit pas nous cacher la forêt. Ainsi, comment rester indifférent à une remise en cause aussi large de la « logique des marchés libéralisés et dérèglementés » ou de la « stratégie ratée des politiques d’austérité » ? Il y a là de quoi aider à faire converger des analyses de fond et à crédibiliser des perspectives de changement en France, en Allemagne et dans l’Union européenne ! Les propositions énoncées dans ce texte commun parlent à tous les progressistes. Exemples : la directive sur le détachement des travailleurs ? Dans la révision de ce texte (en cours dans l’UE), il faut imposer le respect du principe : « A travail égal, salaire égal sur le même lieu de travail » ainsi qu’ « un contrôle effectif et la lutte contre les entreprises boîtes aux lettres (propres à) générer du dumping social ». Les droits sociaux en Europe ? Il faut obtenir pour le « socle de droits sociaux » (récemment énoncés par Bruxelles) une « force juridique contraignante » et soumettre « toute nouvelle politique à une évaluation de son impact sur les droits sociaux ». La question migratoire ? « Le principe de la solidarité dans la répartition des réfugiés doit être rappelé et appliqué » et « l’intégration des travailleurs migrants dans le marché du travail européen » garantie « à travers une reconnaissance de leurs compétences ». L’emploi des jeunes ? Il faut notamment « créer des passerelles verticales et horizontales dans les systèmes de formation » et mettre « l’accent sur l’apprentissage ». L’avenir du travail ? Face à  » la multiplication de nouvelles formes de travail dites atypiques », il faut se saisir des propositions de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) pour dépasser celles de la Commission européenne. Etc…

Le plus intéressant dans ces propositions est l’esprit de coopération, la recherche de convergences, la volonté de rassemblement qui les traversent. A l’heure où, en France, à droite, « L’exécutif envisage des négociations sans syndicat dans les PME » (Les Echos 11/7/2017) pour imposer sa politique, et où, y compris dans une partie de la gauche, « les politiques rêvent souvent de doubler les syndicats » au lieu de les « écouter » (Philippe Martinez sur RMC 10/7/2017), cette Déclaration franco-allemande constitue un repère utile à la réflexion et au débat.

 

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
JE RENDS HOMMAGE À HENRI MALBERG, QUE J’AI CONNU ET APPRÉCIÉ DEPUIS LE MILIEU DES ANNÉES 1970. JE N’AI JAMAIS OUBLIÉ LE DIRIGEANT COMMUNISTE NOVATEUR ET ENTHOUSIASMANT QUI A OUVERT L’ESPRIT DU JEUNE MILITANT QUE J’ETAIS. J’EXPRIME A SES PROCHES TOUTES MA SYMPATHIE.

20 juillet 2017 at 10:33 Laisser un commentaire

QUE SE PASSE-T-IL DANS LES BANQUES EUROPÉENNES ?

1000 milliards d’euros ! Tel est le montant astronomique des « créances douteuses » (prêts susceptibles de ne pas pouvoir être remboursés par les emprunteurs ) qui plombent toujours le bilan des banques de la zone euro et peuvent à tout moment menacer de déstabiliser l’économie d’une région, voire d’un pays tout entier, si ce n’est de la zone euro dans son ensemble. Des bombes à retardement au coeur de la zone euro ! Voilà encore un héritage de la frénésie spéculative et des politiques d’austérité des dix dernières années. Il préoccupe aujourd’hui la classe dirigeante qui porte elle-même une large part de responsabilité dans cette situation. Il s’agit à présent de prévenir toute faillite bancaire et le risque de contagion qui l’accompagne . Les autorités européennes de « supervision » des banques et de « résolution » des crises dans ce secteur viennent ainsi d’ordonner coup sur coup plusieurs opérations de « sauvetage » en catastrophe d’établissements financiers « défaillants ». Et ce n’est manifestement pas fini. Mais leurs « solutions » créent de nouveaux problèmes. Rappel des faits :

Début juin, c’est la 6ème banque d’Espagne , « Banco Popular », qui s’avère être au bord de la faillite. Pourquoi ? Du fait d’un bilan plombé par 37 milliards d’ euros d’ « actifs toxiques » liés à des biens saisis à des familles ruinées qui n’étaient plus en mesure de rembourser leurs emprunts . En un temps-record, « Bruxelles » a organisé le rachat de cet établissement…pour 1 euro symbolique par la première banque du pays, Santander (17 millions de clients dont de très nombreuses PME). Qu’adviendra-t-il des 11 000 salariés et des 1700 agences de la banque rachetée ? Nul ne le sait.

Seule consolation : l’Etat n’a rien dépensé dans l’opération. C’était la première application des nouvelles règles européennes en cas de faillite bancaire : le renflouement des banques en perdition ne doit plus se faire avec des fonds publics mais en sollicitant les actionnaires et les créanciers de l’établissement concerné . Cette « première » est alors célébrée dans l’UE comme une réussite prometteuse. Promis, juré : on n’allait plus revoir une situation comme celle du récent sauvetage de la troisième banque d’Italie -et la plus ancienne du monde- , Monte dei Paschi di Siena (MPS), à laquelle l’Etat avait dû verser une aide colossale de 8,3 milliards d’euros pour éviter l’effondrement de la vénérable institution , percluse de 47 milliards de créances douteuses, et surtout pour éteindre la mèche au plus vite. On devait donc en avoir enfin fini avec ces pratiques indéfendables qui voyaient la sphère publique se surendetter pour éteindre les incendies de la sphère financière, tout en taillant sans ménagement dans les effectifs des banques « sauvées » (5000 suppressions de postes dans le cas de MPS !)

Las, la quasi-faillite de deux banques qui vient de se produire en Vénétie vient d’apporter un spectaculaire démenti à ces pronostics rassurants . La seule « solution » trouvée pour circonscrire ce nouveau sinistre est, une fois encore la même que naguère…en pire. Les deux établissements en grande difficulté sont liquidés . Leurs « actifs sains » (les crédits sans problème) -et eux seuls- sont transférés pour 1 € symbolique à la plus grande banque de détail d’Italie, Intesa Sanpaolo, qui bénéficie en plus d’une aide publique de quelque 5 milliards d’euros . Quant aux fameuses « créances douteuses », c’est à nouveau l’Etat qui les prend en charge et en couvre tous les risques ! Coût supplémentaire potentiel pour les contribuables transalpins : 12 milliards d’euros ! Coût social immédiat : fermeture de 600 agences et départ « volontaire » de 3900 employés ! N’attendons pas le prochain « sauvetage » de ce genre pour ouvrir le débat de fond qui s’impose.

6 juillet 2017 at 11:05 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 179 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

août 2017
L M M J V S D
« Juil    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Pages

Pages