Posts filed under ‘Macron’

MALI : APRÈS UN HOMMAGE MÉRITÉ, DES QUESTIONS LÉGITIMES.

wurtz-l-humanite-dimancheLe tragique accident qui a coûté la vie à treize soldats français lors d’une opération de combat au Mali a ému la société tout entière. L’hommage rendu à ces jeunes hommes courageux était mérité et ne peut susciter nulle contestation. Il n’en est que plus urgent d’ouvrir enfin le  débat sur le sens, les résultats et les perspectives de cette aventure militaire passée en sept ans de prétendue opération-éclair au bilan  triomphal ( François Hollande célébra à Bamako « la journée la plus importante de (sa) vie politique » en février 2013, après seulement 22 jours de combats )   à véritable bourbier de grande envergure pour toute une génération.

Désormais directement confrontés à l’impasse à laquelle conduit partout ce type de stratégie à courte vue -et préoccupés par le coût ( 2 millions d’euros par jour ! ) de cette guerre sans fin et par la difficulté à constituer une force africaine à même de prendre le relai (G5 Sahel)- les dirigeants français tentent d’entraîner dans leur sillage des partenaires européens jusqu’ici plus que réticents . Pour Paris, en effet, cette guerre est un rempart contre le terrorisme et, à ce titre, protège toute l’Europe…Douze pays de l’UE  seraient désormais prêts à s’impliquer, sans que l’on ne sache ni quand ni sous quelle forme cette force européenne serait appelée à se déployer. En tout état de cause, cette fuite en avant tourne le dos aux besoins vitaux de populations aux prises avec une crise humanitaire insupportable et ne peut qu’attiser leur ressentiment à l’encontre de ces nouveaux « occupants »…

A l’inverse, il serait grand temps d’écouter ce que disent de cette tragique expérience les premiers concernés : nos amis du Mali et du Sahel, en général. Une grande figure de la gauche malienne, Aminata Traoré, ancienne Ministre de la Culture et personnalité associée au « Dialogue national » du Mali lançait à ce propos, le 16 novembre dernier, à Paris, un véritable « J’accuse ! » : «La France de l’après-guerre froide voulait se repositionner dans son ancien pré-carré pour avoir de la marge de manœuvre dans la mondialisation (…)  La guerre nous a été imposée. Elle n’est pas une solution. Chaque jour, des innocents sont tués (…) Plus on tue de djihadistes, plus il y en a (…) C’est sans issue ! (…) Le djihadisme est l’une des conséquences des politiques néolibérales assassines imposées à nos pays au nom d’un modèle économique qui n’a pas vocation à les développer (…) Notre pays est militarisé à mort (…) Et maintenant, ils veulent forcer la main des cinq pays concernés (1) pour créer une défense africaine financée par l’Afrique : un milliard de dollars par pays pour combattre un ennemi sans visage, alors que les écoles sont déglinguées, les hôpitaux, n’en parlons pas, il n’y a rien ! Le retour de l’humain, l’humanisation de la mondialisation est une question fondamentale pour nous ». (2) Voilà des mots qui nous parlent !

———-
(1) Mauritanie, Mali, Burkina-Faso, Niger et Tchad.
(2) Colloque : « Réinventer la politique internationale de la France » (voir www.pierrelaurent.org )

5 décembre 2019 at 7:23 Laisser un commentaire

QUE PENSER DES PROPOS ICONOCLASTES DE MACRON SUR L’OTAN ?

wurtz-l-humanite-dimancheIci même, je notais le mois dernier que « les Européens se mettent à douter de l’OTAN ». Mais il s’agissait alors de propos privés ou d’allusions confidentielles. Voilà que le Président de la République, dans un entretien accordé au journal de référence britannique « The Economist », assène lui-même cette vérité iconoclaste: « Nous devons faire le bilan de l’OTAN. Ce qu’on est en train de vivre, c’est pour moi la mort cérébrale de l’OTAN. Il faut être lucide. »

Que penser de cette sortie accueillie comme un sacrilège par Angela Merkel et ses semblables ? Qu’Emmanuel Macron est devenu un partisan de la dissolution de l’organisation atlantiste ? Certes non ! Il le souligne lui-même : « Les Etats-Unis restent notre grand allié. Nous partageons les mêmes valeurs » et il développe un vibrant plaidoyer en faveur d’une « Europe de la défense en complémentarité avec L’OTAN ». Pour autant, à son corps défendant, le Chef de l’Etat offre aux progressistes l’occasion de relancer le débat sur l’anachronisme et la dangerosité de cette survivance de la « guerre froide » devenue une machine à fabriquer des tensions sur le continent européen et à pousser à la militarisation à outrance des relations internationales. En effet, la déclaration en question brise un tabou stratégique en énonçant des vérités, certes connues de tous, mais jusqu’ici absentes du débat européen sur la sécurité du continent. Exemples.

« Vous n’avez aucune coordination de la décision stratégique des Etats-Unis avec les partenaires de l’OTAN » (Autrement dit, Washington n’en fait qu’à sa tête sans se soucier de ses alliés). La Turquie, autre membre de l’OTAN, commet une agression contre « nos partenaires des FDS » (Forces démocratiques syriennes animées par les combattants kurdes) dans la lutte contre Daech. Que devient, dans ces conditions, la pierre angulaire des règles de l’OTAN : l’engagement à porter secours à tout autre pays membre attaqué par un tiers ? « Si Bachar réplique à la Turquie, allons-nous nous engager ? »

Plus généralement figure dans cet entretien décapant une autre vérité, qu’on qualifierait de banale si elle n’émanait pas du premier dirigeant d’un État du commandement intégré de l’OTAN: cette organisation, est-il rappelé, « a été pensée comme ayant un ennemi, le Pacte de Varsovie » (dissous en 1991). « Donc, la question de la finalité actuelle de l’OTAN est une vraie question à se poser ». D’autant que, sous la houlette de Donald Trump, l’organisation est devenue, est-il précisé, « une ombrelle géopolitique avec une contrepartie commerciale : acheter américain. La France n’a pas signé pour ça ».

Ces questions-clés étant désormais officiellement sur la table, il sera très difficile, dans les cercles politiques ou la sphère médiatique, de balayer d’un revers de main l’idée de dissolution de l’OTAN -ou, à tout le moins, dans un premier temps, celle du retrait de la France de son commandement intégré- ou d’ignorer superbement des propositions constructives telles que l’ouverture de négociations entre les États de l’UE et la Russie en vue de la conclusion d’un traité paneuropéen de sécurité et de coopération : une sorte de « Conférence d’Helsinki II », que nous appelons de nos vœux depuis une dizaine d’années.

21 novembre 2019 at 8:04 Laisser un commentaire

UE : CES CRISES QUE NOUS CACHE LE BREXIT…

wurtz-l-humanite-dimancheLe Brexit est naturellement une vraie crise pour l’Union européenne ! D’abord, parce que, pour la première fois, en plus de soixante ans d’existence, un pays membre, qui plus est de première importance, décide de se retirer d’une communauté conçue pour durer. C’est là, incontestablement, pour l’UE,  un grave échec politique qui laissera des traces. Ensuite, du fait des conséquences concrètes, potentiellement déstabilisantes -et pas que sur le plan commercial-  , pour les gens eux-mêmes, de la rupture des liens étroits tissés entre partenaires durant des décennies. Ce saut dans l’inconnu, dans le contexte mondial actuel, risque de coûter cher à de nombreux Britanniques mais, de ce côté-ci de la Manche, on aurait tort de hausser les épaules : les incertitudes sont également lourdes pour les « 27 ». Il est donc parfaitement légitime que l’on accorde à la crise euro-britannique toute l’importance qu’elle requiert.

Cependant, de même qu’un train peut en cacher un autre, une crise peut nous empêcher d’en voir une ou plusieurs autres. C’est le cas du Brexit. Le dernier Conseil européen, ce 18 octobre, nous en a fourni une triste illustration. Les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE, miraculeusement d’accord , pour l’essentiel, sur l’attitude à adopter vis-à-vis de Londres, ont étalé leurs profondes  divisions sur tous les autres grands sujets à l’ordre du jour du Sommet : en particulier, la question cruciale du budget prévisionnel pour la période allant de 2021 à 2027. Autrement dit,  la traduction en chiffres de la vision commune pour les sept prochaines années. Or, de « vision », il n’y en a point, dans l’UE : la dérive néolibérale y est devenue si débridée que chaque gouvernement ne cherche plus qu’à en tirer le meilleur profit pour la « compétitivité » de ses firmes protégées ou pour sa clientèle électorale. Il n’y a donc eu d’accord sur « aucune ligne directrice, rien ! » a dû constater le Président de la Commission -sur le départ-, Jean-Claude Juncker.

D’un côté, tous les États veulent que l’UE se lance dans de nouvelles dépenses : parfois franchement mauvaises, comme le renforcement des moyens permettant de freiner des quatre fers l’arrivée de migrants ou la montée en gamme d’une « défense européenne »; parfois, à l’inverse, des investissements indispensables, comme le développement du numérique…De l’autre côté, la plupart des Chefs d’Etat ou de gouvernement ne veulent pas entendre parler d’augmentation, même minime, de leur contribution au budget, ne serait-ce que pour compenser la perte de 12 milliards d’euros par an du fait du départ du Royaume-Uni. Même une proposition de compromis proche du ridicule -faire passer le  budget de 1,03 %  à 1,08 %  des richesses produites par an par les « 27 »- a été rejetée. Aucun pays n’envisageant évidemment de renoncer aux mauvaises dépenses, certains préconisent des coupes sèches dans les rares mesures de solidarité encore existantes :  les aides aux agriculteurs et les «fonds de cohésion » destinés aux pays les plus pauvres de l’UE. Inacceptable ! Voilà un débat qui méritera dans les mois à venir une attention soutenue que même le Brexit ne devra pas occulter.

31 octobre 2019 at 3:49 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 234 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

décembre 2019
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Commentaires récents

jean-louis Hoffet dans RÉVÉLER ENCORE ET TOUJOURS LA…
Pabbpabb dans « BREXIT …
KACZMAREK PATRICK dans ENVERS LES KURDES , A NOUVEAU,…
franciswurtz dans MACRON CONTRE « L…
de ANDRADE Roger dans MACRON CONTRE « L…

Archives

Catégories

Pages

Pages