Posts filed under ‘Macron’

RETOUR SUR LE « MODELE » FERROVIAIRE ALLEMAND

De tous les articles parus en France, dans la dernière période, sur les différentes expériences européennes en matière de libéralisation des chemins de fer, le plus documenté, le plus percutant et surtout le plus juste est, à mes yeux, celui de Bruno Odent dans « L’Humanité » sur la réforme ferroviaire de la « Deutsche Bahn » (1). Pour vivre à proximité de la frontière franco-allemande, je peux témoigner de la véracité des faits qui y sont relatés. Notamment la pagaille géante et de longue durée provoquée l’été dernier par l’effondrement d’un tunnel ferroviaire à Rastatt , non loin de Strasbourg, et qui fit couler beaucoup d’encre , outre-Rhin, sur la vétusté du réseau ferré secondaire allemand .

Il s’agit d’ailleurs là d’un débat récurrent en Allemagne. Selon le magazine en ligne Slate, citant « Der Spiegel », un rapport remis en octobre 2016 par une commission d’experts mandatée par le ministère allemand de l’économie, « les infrastructures du pays se détériorent plus vite qu’elles ne sont réparées ». Et cela vaut pour le rail : « L’entreprise ferroviaire allemande, la DB n’investit quasiment pas dans le maintien des voies ferrées » (2). Une blague moqueuse circule à ce propos en Allemagne : « La DB a quatre problèmes, l’hiver, le printemps, l’été, l’automne ». Il est d’ailleurs curieux de constater que si la presse française est actuellement prompte à célébrer le « modèle » ferroviaire allemand, il n’en allait pas de même il y a peu, quand le thème n’avait pas encore la charge politique qu’il a pris avec le bras de fer entre le pouvoir et les cheminots : « Les trains suscitent régulièrement l’ironie des voyageurs pour leurs pannes monumentales et leur désastreuse ponctualité » notait, par exemple, fort justement « Le Monde » en janvier 2017…Le journal relatait alors un événement intervenu au sein de la compagnie nationale des chemins de fer allemands, que j’estime très révélateur du fond du problème en débat aujourd’hui : le départ de l’emblématique Directeur de la DB suite à un différend avec le Conseil de Surveillance de la société.

Sur quoi portait ce différend ? Estimant incontournable et urgent de relancer un certain nombre d’investissements, qui ont naturellement un coût, le dirigeant avait pris des mesures ayant engendré des « résultats » financiers de la compagnie jugés intolérables en haut lieu  : des pertes de 1,3 milliard d’euros en 2015 et un niveau d’endettement en 2016 suffisamment élevé pour que les tristement fameuses « agences de notation » s’en alarmèrent  publiquement ! L’Etat avait -ô scandale !- dû recapitaliser l’entreprise en y injectant 2,4 milliards d’euros et en renonçant à une partie de son dividende (3). Autrement dit, les améliorations intervenues sur le réseau ferré allemands sont dues à des mesures non voulues par les « parrains » de la Deutsche Bahn parce qu’elles allaient à l’encontre de leur stratégie financière qui vise à « rendre le chemin de fer en capacité d’affronter les marchés financiers » ! Entre le marché et le service public, il faut choisir. Nous sommes là au coeur du débat actuel. C’est ce qui doit fonder la solidarité entre cheminots et usagers.

———-
(1) Le vrai visage d’une réforme ferroviaire « exemplaire » (29/3/2018)
(2) Slate.fr (13/10/2016)
(3) « Le Monde » (31/1/2017)

Publicités

12 avril 2018 at 11:35 Laisser un commentaire

LE PARLEMENT EUROPÉEN FACE A LA RÉVOLUTION NUMÉRIQUE

Sur le thème résolument offensif « Reprenons le pouvoir », le Parti communiste français vient de tenir, pour la troisième année consécutive, des « Etats généraux de la révolution numérique » fort justement présentés comme « un lieu ouvert de construction d’une véritable pensée politique critique de la révolution numérique débouchant sur des luttes émancipatrices ». (1) . De vrais débats de fond dans pas moins de 13 ateliers thématiques . Une quarantaine d’intervenants et d’intervenantes. Un public nombreux, jeune, ouvert à la confrontation d’idées. Une belle image de la politique !

Un fait m’a frappé : la place qu’occupe, dans l’esprit de nombre de ces femmes et de ces hommes, le Parlement européen comme lieu pertinent de leurs actions. Ils considèrent, en effet, que c’est au niveau européen que doivent être construits les rapports de force susceptibles de faire respecter l’égalité des droits des internautes par les fournisseurs d’accès à internet (Orange et consorts) ; de faire plier les géants de la Silicon Valley (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft…) et, plus généralement, de s’émanciper des prétentions hégémoniques de l’Amérique de Donald Trump .

De fait, depuis plusieurs années, ils engrangent les succès ! En 2012, les députés européens , mis sous pression par des milliers d’internautes, ont rejeté (par 478 voix contre 39, et 165 abstentions !) le traité international ACTA qui visait à attaquer le « logiciel libre » (possibilité de modification et de partage) et à faire surveiller la « toile » par les opérateurs (Orange, SFR, Free…). En 2014, sentant les attentes d’une réaction plus ferme de la part de l’UE face à l’arrogance des multinationales américaines sur le net, ils votent une résolution appelant la Commission européenne à sanctionner sévèrement Google pour qu’il cesse d’abuser de sa position dominante. Ce sera chose faite : le groupe mythique de Californie finira par être condamné à une amende de 2,42 milliards d’euros et à se mettre en règle dans les 90 jours ! Le géant, réputé intouchable, tout en effectuant un recours, s’ exécuta. En 2015, Parlement européen et Conseil (les représentants des 28 gouvernements) , là encore poussés par une jeunesse très motivée par la défense de l’égalité de traitement sur l’internet, s’accordent sur un règlement garantissant dans toute l’UE la « neutralité du net » (qui exclut toute forme de discrimination entre les utilisateurs à même de payer plus cher leur abonnement et tous les autres). En 2017, conscients de la sensibilité des citoyens au respect de la vie privée, surtout depuis les révélations de Snowden sur l’espionnage de masse de la NSA,les parlementaires de Strasbourg adoptent une résolution mettant sérieusement en cause le gouvernement des Etats-Unis pour non-respect d’un accord garantissant la protection des données personnelles recueillies en Europe et transférées outre-Atlantique par les entreprises américaines. Parallèlement à cette alerte institutionnelle , des ONG spécialisées, implantées dans différents pays d’Europe, saisissent la Cour de Justice de l’UE sur le même sujet, en demandant la rupture de l’accord UE-USA. Encore une belle bataille en perspective. Oui, reprenons le pouvoir, en Europe aussi !

————
(1) Yann Le Pollotec, responsable national du PCF en charge de la Révolution numérique.

15 mars 2018 at 10:39 1 commentaire

ITALIE – UNION EUROPÉENNE : LE BOOMERANG

Le spectacle affligeant qu’offre le paysage politique italien à l’issue des élections en dit long sur les responsabilités écrasantes de la « classe politique » de la péninsule, à commencer par l’ex-chef du gouvernement Matteo Renzi, que certains appelaient encore il y a peu « le Macron italien », en référence à son allure jeune et moderne, tout comme à son aptitude à recycler une partie de la gauche « et en même temps » un pan de la droite sur une ligne très Bruxello-compatible. Lui qui pérorait en 2014, du haut des 40% de voix que ses compatriotes lui avaient généreusement accordées lors du scrutin européen, peut mesurer aujourd’hui le champ de ruines que lui et les siens auront laissé derrière eux. Mais le Secrétaire du Parti démocrate partage ce déshonneur avec les principaux leaders européens .

Revenons à ce propos six à sept ans en arrière. En novembre 2011, l’ère Berlusconi semblait s’achever. On n’aurait pu que s’en réjouir, n’eût été les conditions de son départ précipité du pouvoir, et leurs conséquences prévisibles. En effet, quatre mois plus tôt, le 5 Août, le Président de la Banque centrale européenne d’alors, le Français Jean-Claude Trichet, ainsi que son successeur désigné, l’Italien Mario Draghi, adressaient au Président du Conseil italien un incroyable diktat, sous la forme d’une lettre, restée secrète quelques semaines, avant de fuiter -sans doute pas par hasard, histoire d’exercer une pression maximale sur le Chef du gouvernement à Rome. La missive commençait par cette injonction sans appel : « Le Conseil des gouverneurs (de la BCE) considère que les autorités italiennes doivent d’urgence adopter des mesures propres à restaurer la confiance des investisseurs ». Suivait une liste impressionnante de « réformes structurelles » à exécuter « au plus vite par décrets-lois » , parmi lesquelles « la libéralisation totale des services publics  » ; une « réforme supplémentaire du système des conventions collectives pour permettre  des accords d’entreprise afin d’adapter les salaires et conditions de travail aux besoins spécifiques des firmes »; le « passage en revue en profondeur des règles concernant l’embauche et les licenciements »; « un budget équilibré en 2012, pour l’essentiel par une réduction des dépenses ; le « durcissement des conditions d’éligibilité aux retraites séniors » et le recul de l’age de la retraite « pour les femmes du secteur privé » par l’alignement sur celui des employés du secteur public, permettant de faire des économies en 2012 »; la « réduction des coûts des employés du secteur public, si nécessaire en réduisant les salaires »; la « réforme de l’administration publique dans un esprit favorable aux entreprises », etc…!

Problème : le vieux briscard italien ne s’exécuta pas avec la célérité requise. Aussitôt, les « investisseurs » firent flamber leurs taux d’intérêt. Bruxelles, Berlin et Paris n’avaient plus qu’à pousser l’importun vers la sortie et à faire nommer à sa place -sans élection- un homme du sérail : Mario Monti, ancien Commissaire européen passé par Goldman Sachs. Du sûr ! De fait, il « fit le job ». Ses successeurs du parti démocrate aussi. On en a le résultat aujourd’hui. Non seulement, le sinistre Berlusconi est de retour , mais c’est son allié d’extrême -droite raciste et xénophobe qui est en situation de revendiquer la direction du prochain gouvernement tandis que le populisme relooké du « mouvement 5 étoiles » triomphe. Malheureusement, le boomerang ne touche pas les apprentits-sorciers co-responsables de cette tragédie, mais toute l’Europe.

8 mars 2018 at 8:52 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 198 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

avril 2018
L M M J V S D
« Mar    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Catégories

Pages

Pages