Archive for octobre, 2022

VERS UNE REDOUTABLE RECOMPOSITION STRATÉGIQUE DE L’EUROPE !

Le mal que fait la guerre de Poutine, par-delà l’Ukraine, à toute l’Europe s’annonce incommensurable . En témoignent en particulier le déplacement du centre de gravité de l’UE vers l’Est et la redoutable recomposition stratégique qui s’y dessine en ce moment. L’actuelle brouille entre Paris et Berlin en est une parfaite illustration. Beaucoup de commentaires ont accompagné l’annonce de l’annulation-surprise du Conseil des ministres franco-allemand qui devait se tenir le 26 octobre au Château de Fontainebleau . On sait que l’un des désaccords concerne les réponses, différentes de part et d’autre du Rhin, apportées à la crise énergétique. Il s’agit là, certes, d’un problème sérieux mais surmontable par la négociation. 

Beaucoup plus problématique est l’autre grand sujet de discorde : la défense, ou, plus exactement, la conduite de la militarisation effrénée en cours en Europe, Berlin espérant ravir à Paris le « leadership » en la matière. L’Allemagne doit devenir « la force armée la mieux équipée d’Europe » a annoncé le Chancelier Scholz. Grâce au fameux « fonds spécial » de 100 milliards d’euros, auquel s’ajouteront  « 70 à 80 milliards d’euros par an pour la défense », précisa-t-il avec gourmandise, « la plus grande armée conventionnelle en Europe dans le cadre de l’OTAN est en train de se constituer (…) Nous montrons clairement et de manière crédible que l’Allemagne est prête à assumer une responsabilité de premier plan pour la sécurité de notre continent » ! Joignant le geste à la parole, le chef de la coalition SPD-Verts-Libéraux s’est allié à …14 pays -essentiellement d’Europe de l’Est et du Nord auxquels s’ajoute la Grande-Bretagne- pour installer, dans le cadre de l’OTAN, avec des équipements israéliens et américains, un « bouclier antimissile et antiaérien ». Un virage historique et un défi lancé, notamment à Paris. 

Un défi que la France, voyant ainsi s’affaiblir tant son industrie d’armements que son « rang » en Europe voudra relever…en accroissant encore ses propres dépenses militaires et en accentuant la croisade de l’Elysée sur « le rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective » (européenne). La spirale diabolique ne s’arrêtera pas là.  Un autre pays affiche, dans ce contexte toxique, une ambition militaire démesurée : la Pologne de l’ultra-atlantiste Kaczynski, devenue incontournable grâce à la désastreuse stratégie du Kremlin. Portant son budget des armées non à 2% de ses ressources, comme l’exige l’OTAN, mais à 3%, Varsovie s’est lancé dans l’acquisition de  1200 chars de combat, 500 lance-roquettes ultra-performants, 600 obusiers, 32 avions de chasse, en plus d’une commande-surprise à la Corée du Sud pour un montant astronomique de 15 milliards d’euros, qui devrait être, en partie, payée grâce aux remboursements européens pour les armements livrés à l’Ukraine ! Il n’en faut pas plus pour que des voix se lèvent pour préconiser la constitution d’un « axe franco-polonais »…(1). On nage en plein délire. Il est plus que temps que cette sale guerre aux conséquences incalculables s’arrête ! Qui pour faire de la rupture de cet engrenage fatal son objectif stratégique No 1 ?

———-

(1) Voir J.R Potocki ( le Figaro, 21/10/2022 ).

28 octobre 2022 at 11:37 Laisser un commentaire

« LA DIVERSITÉ FAIT LA RICHESSE DU MONDE » MAGNIFIQUE  ÉLOGE DE L’ALTÉRITÉ PAR BERTRAND BADIE 

On connaissait Bertrand Badie comme brillant Professeur à Sciences Po, comme expert de premier plan en relations internationales, comme débatteur passionné et passionnant. Son dernier livre nous révèle une dimension nouvelle de ce personnage décidément hors du commun : son itinéraire personnel et familial de « Franco-Persan » et les leçons de vie qu’il a tirées de sa double culture. Autant d’expériences vécues, des plus douloureuses aux plus exaltantes, au travers desquelles l’auteur a progressivement forgé les solides convictions qui structurent sa pensée (1).

« C’est la leçon finale, groupons-nous et demain, l’Espace mondial sera le genre humain ! » ont chanté ses étudiants à l’occasion du dernier cours (sur le thème de « l’Espace mondial ») avant le départ en retraite de leur éminent professeur. Ils entendaient honorer celui qui se présente lui-même comme un « pèlerin de la mondialisation », au sens de l’universalisme et de l’ouverture aux autres, dans l’égalité : « les relations internationales sont indissociables de l’humain et du social, tandis que leur étude consiste d’abord à prendre en compte un monde de souffrance plus que de puissance » écrit-il, à rebours des rêves de domination des chantres de la libre circulation des capitaux, mais de la fermeture des frontières aux « étrangers » indésirables. 

Le présent ouvrage retrace avec finesse et retenue l’histoire de sa famille partie de Perse en 1928 et arrivée à Paris « en quête d’un Occident idéalisé », puis évoque ce que « l’aventure migratoire » apportera « de grandeur mais aussi de souffrance » à son père, avant d’en tirer des leçons plus générales. En même temps qu’il fustige « le racisme ordinaire » et « l’arrogance de ceux qui se croient supérieurs »,  le livre dresse un magnifique éloge de l’altérité, cette reconnaissance de l’Autre dans sa différence. « La démocratie européenne -estimait son père- devrait s’enrichir en méditant sur cette croisade perpétuellement menée au Sud contre l’humiliation et pour la survie », et il ajoutait aussi que « les fragiles régimes orientaux devraient se laisser pénétrer, mais à leur rythme, par le rayonnement du monde démocratique occidental » . Badie précise : « chacun devait comprendre que l’un sans l’autre ne faisait pas sens » ! Son père en fit l’amère expérience : lui qui, en entrant dans la Résistance française contre le nazisme, « risquait sa vie pour un pays qui n’était pas le sien »…se vit refuser, après la guerre, comme « étranger »,  d’exercer sa profession de chirurgien en France. 

L’ouvrage illustre combien « la diversité fait la richesse du monde ». Voilà pourquoi il faut « repenser le développement comme l’épanouissement d’une histoire (celle des pays concernés), non comme le ralliement à une autre ».  Plus généralement, « la clé de notre destin de paix (se trouve) dans la vraie reconnaissance réciproque (…), à parité ». À l’opposé, la « couche d’humiliation, d’inégale épaisseur selon les parties du globe, est la plus redoutable des plaques sismiques ». Dès lors, « il faudra, tôt ou tard, entrer dans cette ambiance de la diversité, de la mixité, de la solidarité, de la pluralité des appartenances ». Pour ce seul fil rouge, ce livre est à découvrir ! S’y ajoutent le charme communicatif des déambulations à travers cette culture persane plusieurs fois millénaire  et le plaisir de retrouver l’élégante écriture de l’auteur et la densité humaine de son message.

——–

(1) Bertrand Badie : « Vivre deux cultures »-Comment peut-on naître franco-persan? (Odile Jacob, 2022)

20 octobre 2022 at 6:12 Laisser un commentaire

MACRON A-T-IL LANCÉ LES « NATIONS UNIES D’EUROPE » ?

« C’est une très vieille idée qui est peut-être en train de devenir réalité » s’est auto-congratulé le Président de la République, le 6 octobre dernier, à l’issue de la première réunion de la « Communauté politique européenne » (CPE)  -lancée sur sa proposition-  à  Prague. Emmanuel Macron faisait allusion à l’initiative diplomatique majeure -malheureusement avortée- de François Mitterand au lendemain de la chute du Mur de Berlin : la tentative de création d’une « Confédération européenne » réunissant « tous les Etats de notre continent dans une organisation commune et permanente d’échanges, de paix et de sécurité » -y compris, donc  -« naturellement », précisait Mitterand à l’époque-  l’Union soviétique. 

Il s’agissait d’offrir, sans attendre, un cadre stable de coopération aux pays d’Europe centrale et orientale. Et, dans le même temps, l’objectif sous-jacent fut d’éviter l’extension du leadership américain à ce nouvel espace stratégique. Parfois très discutable par ailleurs, la politique étrangère du Président socialiste était, sur ce point, empreinte de lucidité et de sagesse, allant jusqu’à mettre sur la table « des questions nouvelles », telles que « l’avenir des alliances -l’Alliance atlantique et le pacte de Varsovie- » ou celle de déterminer « à quel rythme poursuivre le désarmement »…Mikhaïl Gorbatchev, trop heureux de retrouver dans ce projet des traits de son idée de « Maison commune européenne », lui apporta son soutien. À l’inverse, Washington, par l’intermédiaire de ses nouveaux alliés d’Europe de l’Est, fit capoter l’initiative française. 

Pour toutes ces raisons, il est pour le moins outrancier de dresser un parallèle entre ce projet-là de Confédération européenne et la CPE imaginée par Emmanuel Macron ! Les 44 Etats invités à Prague ont, sauf exceptions, pour point commun quasi-unique la condamnation de la stratégie désastreuse du Kremlin. C’est légitime mais cela ne suffit pas pour « structurer le continent européen », comme l’a pompeusement annoncé l’Elysée. La Présidente du Kosovo a beau y voir un « grand voyage pour la grande Europe », et son homologue lituanien rien moins que les « Nations Unies d’Europe », cette CPE risque d’être d’une portée limitée. L’unité affichée est évidemment factice. La Grande-Bretagne , présente à Prague, a, comme chacun sait, une folle envie d’ « écrire ensemble l’avenir » de l’Europe avec les « 27 » ! La Turquie est si désireuse d’une bonne entente avec les pays voisins qu’Erdogan a annexé la moitié de l’île de Chypre et invectivé son homologue grec durant la Conférence. L’Azerbaïdjan siège aux côtés de l’Arménie à Prague mais l’agresse sauvagement sur le terrain. Etc…

En vérité, ce dont aurait besoin notre continent depuis 30 ans que s’y accumulent des plaies qui, faute d’être traitées, s’enveniment, c’est une négociation globale pour la sécurité de tous. Sans exception. Évidemment, il est difficile d’imaginer aujourd’hui -après la décision, aussi stupéfiante qu’irresponsable, de Vladimir Poutine, de lancer cette guerre- associer la Russie à une tel chantier ! Il faudra pourtant, tôt ou tard, y arriver  -après l’indispensable cessez le feu-    pour tenter de jeter les bases d’une paix durable sur tout le continent. 

13 octobre 2022 at 12:36 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 278 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

octobre 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Commentaires récents

Gourmel Michel dans HOMMAGE À MIKHAÏL GORBATCHEV 
Joel ALLAIN dans HOMMAGE À MIKHAÏL GORBATCHEV 
Frison Annie dans CÉRÉALES D’UKRAINE : GAR…
Frison Annie dans UKRAINE : « GAGNER LA GUERRE »…
michel muller dans LA SUPPRESSION DU CORPS DIPLOM…

Archives

Catégories

Pages

Pages