Archive for novembre, 2015

FAUT-IL BRÛLER LES ACCORDS DE SCHENGEN ?

wurtz-l-humanite-dimancheL’enquête sur les attentats terroristes de Paris et Saint-Denis a révélé des failles dans la coopération policière en Europe. Il faut en tirer les leçons. Faut-il pour autant renoncer durablement à des droits fondamentaux et revenir sur des conquêtes emblématiques des citoyens européens ?

Le cas du fameux « PNR » est symptomatique à cet égard. Rappelons que le « Passenger Name Record » ( Registre des noms des passagers ) , pour lequel militent de longue date la Commission européenne et un certain nombre d’Etats membres , vise en fait à ouvrir aux services de renseignement et de police de l’Union européenne, l’accès non pas aux seuls « noms », mais à l’ensemble des données personnelles collectées par les compagnies aériennes auprès de tous leurs passagers circulant en Europe, vers l’Europe ou depuis l’Europe . Il s’agit , outre le nom de la personne, son adresse, son téléphone, la date et la destination du vol, l’itinéraire du voyage, les données de la carte de crédit, ou la nature des bagages transportés, d’informations intimes telles que le type de repas demandé -suivez mon regard…S’ajoute à cela la question des conditions d’utilisation ou de la durée du stockage de cette masse énorme de données privées. En outre, l’efficacité de ce système de surveillance généralisée est très discutable : selon un criminologue spécialisé dans la fraude identitaire, la méthode consistant à utiliser le vrai passeport d’une autre personne , non recherchée , et tenter de ressembler autant que possible à la photo, « ça va marcher plus de 99 fois sur 100 » ! (1) En tout état de cause, présenter le PNR comme LE moyen d’empêcher les attentats terroristes tient de la désinformation .

Plus généralement, les campagnes droitières en faveur du rétablissement durable des contrôles aux frontières nationales dans l’espace Schengen, ou de la réduction de cet espace à un « mini-Schengen » limité à un petit noyau d’Etats proches…au nom de la lutte contre le terrorisme relèvent de l’instrumentalisation sans vergogne des événements dramatiques qui bouleversent nos concitoyens. D’abord, parce que c’est oublier que les criminels du 13 novembre étaient nés et élevés en France ou en Belgique -pays qui ferait partie du « mini-Schengen » en question et avec lequel la coopération policière était jusqu’à présent « considérée comme bonne » (2) . Ensuite, parce que « 90% des personnes qui basculent dans le terrorisme le font par Internet » ( Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur -fin 2014 ) , ce qui relativise la question des frontières. Enfin, parce que l’espace Schengen dispose d’ores et déjà , avec le « Système d’Information Schengen » (le SIS puis le SIS II ) d’un fichier aux dimensions propres à donner le tournis (3) , amplement suffisant pour assurer la « traçabilité des personnes suspectes » ! (4) . Si l’existence de frontières physiques nationales empêchait tout franchissement clandestin, cela se saurait ! Ceux qui ont vécu les « événements » de 1968 se souviennent de la réapparition-surprise de Daniel Cohn-Bendit à Paris après son expulsion de France et son interdiction de séjour dans ce pays. Et pourtant, il n’y avait alors ni Schengen ni « laxisme » du gouvernement en matière de police ! Alors, oui aux mesures de sécurité ; non à la surenchère sécuritaire !

———–
(1) Christophe Naudin ( « Humanité » – 20/11/2015 )
(2) « Les Echos » – 20/11/2015
(3) Plus de 1,2 million de personnes selon la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) -Chiffres de 2009 !
(4) L’expression est d’Arnaud Danjean, ex-président de la sous-commission « sécurité-défense » du Parlement européen ( député « Les Républicains » – PPE )

26 novembre 2015 at 12:04 Laisser un commentaire

POUR « UNE EUROPE SURE », QUELLE STRATEGIE ?

wurtz-l-humanite-dimancheFace à l’horreur des attentats terroristes, si les polémiques politiciennes sont insupportables, la réflexion politique est, quant à elle, éminemment nécessaire. Que penser, à ce propos, de l’idée que « la France est en guerre » ? Qu’on nous permette de contester fermement cette posture, à la fois perverse et dangereuse. Sur le plan intérieur, elle induit subrepticement la possibilité de s’affranchir d’un certain nombre de garanties démocratiques de l’Etat de droit ( « A la guerre comme à la guerre » ! ) . Et concernant l’action extérieure, elle ouvre la voie à une stratégie à la George W. Bush -« la guerre au terrorisme »- dont nous subissons aujourd’hui même les terribles conséquences.

L’enjeu de cette bataille d’idées est à prendre très au sérieux. En ce moment-même, on discute dans les cercles dirigeants européens du contenu d’une nouvelle « Stratégie européenne de sécurité » . On appelle ainsi un document de référence qui fixe la doctrine des Etats membres en matière de sécurité. Le premier texte de ce genre avait été adopté il y a 12 ans et avait alors été pompeusement intitulé : « Une Europe sure dans un monde meilleur »…Elle est toujours en vigueur.

Ce texte avait été rédigé à l’initiative de Javier Solana, alors « Haut-Représentant de l’UE pour la politique extérieure et de sécurité » ( après avoir été Secrétaire général de l’OTAN ). On était à la veille d’un Sommet Europe-USA particulièrement sensible, à Washington, en juin 2003. L’objectif était de tourner la page de la grave brouille transatlantique consécutive au refus sacrilège de Paris et de Berlin de suivre les Etats-Unis dans la guerre d’Irak trois mois plus tôt. L’heure était à la grande réconciliation. Il fallait, dans cet esprit, présenter au Président américain un front uni de ses alliés européens . Ce fut fait avec cette « Doctrine stratégique » le 25 juin 2003, autrement dit juste après la « Victoire triomphale » du chef de guerre du monde libre à Bagdad ! (1)

On ne sera donc pas étonné de lire dans ce document que « l’Europe doit être prête à partager la responsabilité de la sécurité internationale et de la construction d’un monde meilleur »; que face aux « nouvelles menaces », en particulier le terrorisme, « nous devons développer une culture stratégique propre à favoriser des interventions en amont, rapides, et, si nécessaire, robustes »; qu’un « engagement préventif ( formulation délibérément ambiguë pour se rapprocher du concept de « guerre préventive » chère à G.W. Bush ) peut permettre d’éviter des problèmes plus graves dans le futur »; que « le partenariat stratégique UE-OTAN reflète notre détermination commune à faire face aux défis du nouveau siècle »; ou encore qu’ « en agissant ensemble, l’Union européenne et les Etats-Unis peuvent constituer une formidable force au service du bien dans le monde » !

Entretemps, tout le monde est , peu ou prou, contraint de reconnaître que les aventures militaires occidentales en Afghanistan, en Irak, en Libye et, dernièrement au Yémen , loin d’avoir rendu l’Europe plus sure et le monde meilleur, ont grandement contribué au désastre actuel dont l’émergence terrifiante de Daech est le summum . Il serait désastreux que , sous l’effet d’une relance de l’idée de « guerre au terrorisme », la France et l’Europe s’enfoncent dans l’impasse où la doctrine Bush nous a entrainés. Certes, personne ne conteste la nécessité de recourir à la force contre cette mouvance criminelle et ses structures. Mais l’essentiel demeure le projet politique dans lequel ces frappes doivent impérativement s’inscrire. Un projet dans lequel les peuples concernés, du Moyen-Orient et d’Afrique , toutes communautés confondues, puissent se reconnaître. Ce projet ne peut être porté par « l’Occident » mais relève des Nations Unies. Les droits des peuples, la lutte contre les inégalités de développement, la diplomatie pour prévenir ou résoudre les conflits : voilà notre boussole. Pas la guerre.

——–
(1) Le document en question subira quelques modifications après ce Sommet et sera officiellement adopté par tous les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne le 12/12/2003. L’adoption de la nouvelle « Stratégie européenne de sécurité » est prévue fin juin 2016.

19 novembre 2015 at 3:06 Laisser un commentaire

NON, ERDOGAN N’EST PAS « TOUT-PUISSANT » !

wurtz-l-humanite-dimancheNous avons tous été profondément déçus à l’annonce des résultats des élections du 1er novembre en Turquie. Erdogan, ce personnage mégalomaniaque et dangereux, remportait un succès inattendu , tandis que le grand vainqueur démocrate du scrutin de juin, Sélahattin Demirtas, voyait son score reculer. La révolte devant cette prime à la violence et à la perversité l’emportait sur tout le reste.

A y regarder de plus près, la réalité est cependant quelque peu différente ! D’abord, en ce qui concerne l’ évolution des rapports de force électoraux . Erdogan n’a cessé de réclamer depuis des mois,  « 400 députés » pour lui permettre d’atteindre la majorité qualifiée nécessaire pour changer la Constitution et atteindre son but suprême : l’hyper-présidentialisation du régime. Comme en juin dernier, c’est encore raté ! Il lui manque même 15 sièges pour recourir au mécanisme de rattrapage : faire adopter le changement de Constitution par référendum. Certes, il peut tenter d’ « acheter » des députés de l’extrême droite pour arriver à ses fins, mais cela cadrerait mal avec le profil de nouveau sultan qu’il aimerait tant se donner. Par ailleurs, alors qu’il avait dépassé la barre des 50%  lors des élections présidentielles de l’an dernier ( 51,8 ) , il est resté en deça cette fois-ci ( 49,5 ) . Il s’agit donc, par rapport au scrutin initial du 7 juin, d’un succès,  mais certainement pas du « triomphe » souvent abusivement perçu dans un premier temps.

Inversement, le HDP -pas plus que les précédents « partis pro-kurdes »- n’avait jamais , avant les élections de juin dernier, franchi le seuil fatidique des 10% permettant d’ entrer au Parlement turc en tant que parti ( et non à titre individuel ) . Or, il vient de relever à nouveau ce défi , malgré une érosion du nombre de ses voix ( -2,4% ) . Il n’y a que quatre formations politiques à avoir réussi ce pari. Gageons que les 59 élus nationaux du HDP hantent d’ores et déjà les nuits du dictateur d’Ankara !
Ajoutons qu’il se pourrait bien qu’Erdogan n’emporte pas au paradis une « victoire » acquise dans des conditions aussi abjectes : répandre délibérément le sang et la terreur pour se présenter en unique garant de la sécurité . En son temps, le Général De Gaulle -qui avait pourtant une autre stature que le maître actuel de la Turquie- avait, lui aussi, usé du registre plébiscitaire du « Moi ou le chaos » : le raz de marée électoral qu’il en récolta après les « événements » de 1968 ne lui évita pas la défaite fatale, dix mois plus tard…En Turquie aussi, la « stabilité » promise ne sera au rendez-vous ni sur le plan économique ni sur le terrain politique -à moins d’un changement radical de politique et de comportement de la part de ce personnage réputé « imprévisible ».
Il est un dernier facteur -et non des moindres dans le monde d’aujourd’hui- à prendre en considération pour juger de l’influence effective d’un dirigeant politique : son rayonnement au-delà des frontières de son pays. Et, à cet égard, le bilan Erdogan se résume en un mot : fiasco. Les manchettes de la presse de tous bords en disent long sur l’évolution de son image  : « Les résultats de la terreur » ( L’Humanité » ) ; « Erdogan ou la politique du pire » ( Le Monde) ; « La dérive du néo-ottomanisme d’Erdogan » ( Le Figaro ) ; « Turquie : massacre et répression entre deux élections » ( Libération ) ; « L’emballement guerrier du Président turc » ( Le Monde diplomatique )… Le même son de cloche s’entend dans le monde entier, au point que le « Courrier international » croit pouvoir titrer sa synthèse de la presse sur le sujet : « Turquie, la prochaine Syrie ? « …Il n’y a plus guère que les dirigeants européens à faire la cour au maître-chanteur du Bosphore, manifestement décidé à faire payer au prix fort l’indigne et illusoire « solution » turque au problème des réfugiés , échafaudée à Bruxelles. Non, décidément, Erdogan n’est pas « tout-puissant » ! La contre-offensive progressiste, c’est maintenant !

12 novembre 2015 at 4:39 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 179 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

novembre 2015
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Catégories

Pages

Pages