Archive for juin, 2011

AFGHANISTAN: LECON D’UN FIASCO

Une fois de plus – mais à quel prix! – l’histoire nous enseigne que « dès que vous créez une guerre, elle devient un sujet et acquiert sa dynamique propre; toute guerre dérive de ses buts », comme le souligne avec pertinence le Général Vincent Desportes, qui parle d’expérience puisqu’il a dirigé le « centre de Doctrine et d’Emploi des Forces » puis le « Collège interarmées de défense », avant d’être sanctionné par son ministre, Hervé Morin, pour des propos jugés iconoclastes  sur la stratégie américaine en Afghanistan…

 

Je ne doute pas, en effet, qu’aux yeux de nombre de personnes, et même de responsables politiques, en 2001, aux lendemains de l’attentat terroriste traumatisant de New York et de Washington, la guerre d’Afghanistan était forcément juste puisqu’elle visait à libérer le monde d’Al Qaeda et le peuple afghan de la dictature talibane.  Force est, cependant, de constater, dix ans plus tard, que….les Etats-Unis négocient avec les chefs talibans les conditions de leur retour au pouvoir tandis que le monde est sous la menace d’un « arc de crise du terrorisme » (Nicolas Sarkozy) allant du Pakistan et de l’Afghanistan au Yémen, à la Somalie et au Sahel!      A quoi adonc servi cette guerre, et pourquoi se poursuit-elle?  Si les buts poursuivis étaient au départ ceux qu’avaient affichés, à l’époque, ses initiateurs, alors on est en droit d’attendre de leur part – et de ceux de leurs successeurs qui ont  assumé sans état d’âme cet héritage – une évaluation rigoureuse des dérives qui ont conduit à la situation d’aujourd’hui.  Ils le doivent aux proches des 2500 soldats (occidentaux) morts au combat et à ceux des milliers de victimes afghanes innocentes.  Ils le doivent, plus généralement, aux citoyens de tous les pays engagés – dont 15 pays européens – dans une aventure qui se voulait libératrice et qu’a viré au fiasco.  Il ne suffit pas, après avoir suivi les Etats-Unis dans l’effort de guerre, de les suivre dans le retrait (partiel).  Il faut tirer les leçons de cette dramatique expérience, et d’abord en reconnaitre les réalités.

 

Une récente conférence de l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) réunissant de nombreux chercheurs et experts qualifiés sur le sujet, a apporté d’utiles éclairages à ce propos. Sur la « reconstruction »  de l’Afghanistan, tout d’abord: « 42% de la population vivent dans l’extrême pauvreté; 54% des enfants de moins de cinq ans souffrent  de malnutrition; seul un quart de  la population a accès à l’eau potable…  La communauté internationale a failli dans sa mission de reconstruction du pays. »  (Karim Pakzad, chercheur).  Sur le glissement progressif de l’image des libérateurs à celle d’occupant, ensuite: « Après un incident américain, en 2006, il y a eu un début d’insurrection, un soulèvement.  On a cru que la foule allait occuper le pouvoir et massacrer les étrangers. » (Jean de Ponton d’Amécourt, ancien ambassadeur de France à Kaboul).  Sur la situation des droits de l’homme, enfin: « La communauté internationale a acquiescé tacitement à l’alignement du gouvernement sur une politique quasi-talibane (…)  Aujourd’hui, elle tourne le dos aux droits de l’homme et aux droits des femmes. » (Mohammad Mahmodi, Directeur de la Commission des Droits de l’Homme d’Afghanistan).  Non, la guerre humanitaire n’existe pas.

30 juin 2011 at 9:23 Laisser un commentaire

L’ARCHET CONTRE LE « KARCHER » ou LA MUSIQUE AU SERVICE DE L’EMANCIPATION SOCIALE

Nous venons de célébrer la Fête de la musique.  A cette occasion, je voudrais m’arrêter sur le cas d’un concert hors du commun: celui que vient d’offrir à celles et ceux qui ont eu la chance de pouvoir y assister l’ « orchestre des jeunes DEMOS ».   Dans la mythologie grecque, Démos fut l’un des fils d’Aphrodite, la plus aimée des déesses.  Dans le cas présent, le sens du nom choisi est plus prosaïque: « Dispositif d’Education Musicale et Orchestrale à vocation Sociale ».  Mais l’expérience qu’il désigne suscite l’émerveillement.

Résumons: 450 jeunes Franciliens de 7 à 12 ans, habitant des quartiers souvent en difficultés, suivent depuis des mois un apprentissage intensif – quatre heures par semaine, en plus des exercices en famille – de pratique orchestrale.  Ils n’ont pas de connaissances musicales au départ et ne se destinent pas à une carrière musicale.  Et pourtant, il faut voir leur sérieux, leur discipline collective, leur  application, leur fierté!  Et quel répertoire! Haydn, Borodine, Moussorgski, Bizet, Gustav Mahler, Tchaïkovski, Stravinski, Bernstein, Haendel, Dvorak…  On reste sans voix en voyant, tour à tour, la centaine d’enfant de chacun des quatre orchestres qui se succèdent au cours de la soirée s’installer en bon ordre, prenant grand soin de leur instrument, puis se concentrer, chacune et chacun, sur son rôle, le tout sans stress apparent.  Ils s’appellent Yacine, Farah, Christian ou Youri; ils vivent à Aubervilliers, Stains, Colombes ou Ivry.

Et les voilà réunis à la Salle Pleyel, l’une des  plus prestigieuses salles de concert de la capitale – dont le Président, Monsieur Laurent Bayle, a beaucoup œuvré à la réussite de ce beau projet -, avec deux jeunes et brillantes chefs d’Orchestre, qui se succèdent au fil des quatre parties: Debora Waldmann et Zahia Ziouani (dont les lecteurs réguliers de cette tribune connaissent la personnalité attachante et le bilan déjà exceptionnel à seulement 33 ans).  On imagine la somme de travail mais aussi de plaisir que traduit un tel résultat!

Par dizaines, musiciens – de l’Orchestre de Zahia Ziouani, « Divertimento » ainsi que de l’Orchestre de Paris – et autres professionnels font partager leur expérience, semaine après semaine, à ces jeunes, par petits groupes de quinze, avant de les réunir tous ensemble, pour des répétitions ou des concerts.  La motivation que ces garçons et ces filles tirent de leur création commune, la confiance qui leur est témoignée et le respect qui les entoure dans ce lien social fabuleux font le reste.  Les familles de ces enfants, loin de se désintéresser de cette expérience, s’y investissent elles aussi.  C’est dire si celle-ci mérite d’obtenir les moyens publics de sa pérennisation, non seulement en Ile de France, mais à l’échelle du pays.  Souhaitons que l’effet « archet » remplace au plus vite l’effet « Karcher »…

 

Il serait intéressant de connaître les éventuelles expériences similaires ayant cours dans d’autres pays européens.  Dans un passé désormais lointain, la Hongrie, sous l’impulsion du grand compositeur Zoltan Kodaly, était à l’avant-garde à cet égard.  Dès la fin des années 60, on y enseignait quotidiennement la musique dans un grand nombre d’écoles et on croisait fréquemment des classes entières au concert ou à l’opéra.  Est-il permis d’espérer que la France donne bientôt l’exemple, à son tour?

24 juin 2011 at 3:00 Laisser un commentaire

2012 ET L’ALTERNATIVE EN EUROPE

Les résultats des récents scrutins chez nos voisins européens nous confortent en même temps qu’ils nous interpellent.  D’un côté, ils confirment la force de rejet des politiques de régression sociale et d’amputation de la démocratie érigées partout en nouveau modèle européen.  Mais, de l’autre, ils illustrent la profondeur du désarroi de millions de citoyens face à l’absence de toute perspective, jugée crédible, de changement.  Certes, en Espagne a eu lieu le riche et prometteur mouvement des « Indignés ».  Quant à la « Gauche Unie », elle y a amélioré son résultat, ce qui est encourageant.  Mais au final, le grand vainqueur est l’une des droites les plus dures du continent!  De même, au Portugal, si le Parti communiste a maintenu son influence (ce qui n’est pas le cas de l’autre parti progressiste, le Bloc de Gauche), il reste que, dans son ensemble, la gauche de transformation sociale est à un niveau qui n’empêche pas …le parti de M. Barroso, le Président de la Commission européenne, de triompher et d’annoncer une accentuation de la politique massivement contestée depuis des mois!  Il en va de même en Allemagne, où la victoire des verts (et le léger recul de la Linke) dans d’importantes élections locales ne laissent en rien présager des ruptures avec le fond de la politique de Madame Merkel (sauf sur…le nucléaire).  Dans tous les cas, des attentes seront déçues et l’idée terriblement pernicieuse qui risque de s’ancrer toujours plus dans les consciences sera que, décidément, quoiqu’on fasse dans chaque pays, la même politique, concoctée sur le plan européen, se poursuit inéluctablement.

C’est cette idée qu’il nous faut vaincre, à tout prix, à l’occasion des échéances de 2012.  Et c’est possible.  Pour avoir une chance d’y parvenir, une bataille d’idées vivante, rigoureuse et mobilisatrice est naturellement nécessaire.  L’acquis de la campagne contre le traité constitutionnel de 2005 et nombre d’enrichissements qui y ont été apportés depuis constituent un argumentaire solide, à condition d’éviter la manie du slogan et tout glissement pseudo-radical vers le « y a qu’à », qui rendent tout projet inaudible.  Nous aurons l’occasion d’y revenir.

Mais pour être crédible, un projet de réorientation de l’Europe, doit, en outre, être susceptible d’être fortement soutenu, au delà de la France, dans un certain nombre de pays européens.  Non par leur gouvernement, mais par ces mouvements sociaux divers et puissants qui se mobilisent pour un vrai changement sans entrevoir le moyen de le réaliser dans un seul pays.  Voilà le « secret » permettant de bousculer les rapports de force et d’ouvrir une crise salutaire dans les structures obsolètes du pouvoir européen.  Dans cet esprit, je me réjouis, pour ma part, de retrouver dans le projet de « programme partagé » du Front de Gauche, les grandes lignes d’une proposition développée ici-même dans une précédente chronique: en cas de victoire de la gauche, portée par un mouvement populaire large et conscient, « la France prendra l’initiative d’ Etats généraux de la refondation européenne, en faisant appel à toutes les forces politiques et sociales disponibles en Europe… »   Cette démarche d’ouverture – venant d’un pays vers lequel seront tournés tous les regards et beaucoup d’espoirs – vers les syndicats européens dans leur diversité, les mouvements associatifs, tous les mouvements sociaux, les initiatives citoyennes du type des « indignés », les élus progressistes, etc. pour dire ensemble ce qui ne peut plus durer ainsi que les deux ou trois changements majeurs qui nous rassemblent me parait capitale pour espérer casser le fatalisme et ouvrir les chantiers de l’avenir.

20 juin 2011 at 6:46 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 171 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

juin 2011
L M M J V S D
« Mai   Juil »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Commentaires récents

de ANDRADE sur LES TROIS PREMIÈRES LEÇONS DU…
Gabriel Legros-Colla… sur FACE À L’ EFFET TRUMP,…
Gabriel Legros-Colla… sur WOLFGANG SCHÄUBLE, «…
de ANDRADE sur PALESTINE : L’EUROPE AU…
de ANDRADE sur « SAUVER L’EU…

Catégories

Pages

Pages