Archive for juin, 2022

KALININGRAD : UNE DANGEREUSE ESCALADE

Le 19 juin 2022 marquera-t-il rétroactivement le début d’une nouvelle et dangereuse escalade dans la guerre russo-ukrainienne ? Depuis ce jour-là, la Lituanie, membre de l’Union européenne et de l’OTAN, bloque, en effet, le transit par voie ferrée d’une série de marchandises -comme les métaux, les matériaux de construction, le charbon ou certains produits technologiques- entre la Russie et le territoire russe de Kaliningrad (la région compte 1 million d’habitants) enclavé entre la Pologne et la Lituanie et totalement isolé de la Russie continentale. Pour Vilnius, il s’agit simplement de l’application de récentes sanctions européennes « contre l’exportation de certains produits russes » (bien qu’on soit ici en face d’ « exportations » considérées comme « internes » à la Russie). Moscou voit, pour sa part, dans cette décision « sans précédent » un « blocus partiel » contrevenant à un accord UE-Russie de 2002 (dont le respect par la Lituanie fut une condition imposée à ce pays lors de son adhésion à l’Union européenne en 2004). On n’est pas loin d’un casus belli. Le terme de « blocus », même « partiel »,  est évidemment exagéré, l’approvisionnement de l’enclave par la mer restant possible. Mais le défi stratégique lancé à Moscou n’est que trop évident.

Pour prendre la mesure du « fort potentiel d’escalade » de cette crise (Pierre Haski), il faut rappeler les caractéristiques historiques, géographiques et stratégiques de ce territoire  et, par là-même, sa charge hautement symbolique dans le contexte explosif de la guerre russo-ukrainienne. C’est en 1945, suite à la défaite du nazisme, que cette partie septentrionale de la Prusse orientale (alors appelée Königsberg) fut rattachée à l’Union soviétique (Accords de Yalta et de Potsdam) et prit le nom de Kaliningrad. Après la désintégration de l’URSS, puis l’entrée des pays baltes et de la Pologne dans l’UE et l’OTAN, Kaliningrad devint un îlot russe entouré de pays hostiles. La surmilitarisation de toute la région évolue avec le climat de tensions Est-Ouest. Depuis 2017, l’OTAN a décidé une « présence avancée rehaussée » sur tout son « flanc Est », de la mer Baltique à la mer Noire, en y établissant progressivement 8 « groupements tactiques multinationaux » constitués de « forces robustes », de navires et d’avions. Pour sa part, Kaliningrad, en plus d’être le siège de la flotte russe de la mer Baltique, héberge une partie des missiles nucléaires tactiques de la seconde puissance atomique…Des manœuvres militaires d’envergure y sont, de part et d’autre, régulièrement organisées. Dans ce contexte, les 65 km du « couloir de Suwalki » à la frontière polono-lituanienne, qui relient Kaliningrad à la Biélorussie, alliée à Moscou, sont considérés par les deux « camps » comme ultra-sensibles. 

C’est pourtant dans cette zone « rouge » que la Lituanie -avec l’assentiment de l’Union européenne- vient de décider de porter le fer. On reste confondu par tant de légèreté, voire d’irresponsabilité. Loin de faire reculer l’agresseur, cette mesure risque fort de galvaniser l’aile la plus nationaliste du pouvoir, de l’armée et de l’opinion russes. Moscou, qui a aussitôt dépêché sur place Nikolaï Patrouchev, considéré comme le bras droit, sinon le dauphin de Poutine, prépare vraisemblablement des représailles , auxquelles les Occidentaux estimeront peut-être inévitable de riposter…Au feu ! Y-a-t-il un diplomate dans l’avion ?

30 juin 2022 at 12:56 Laisser un commentaire

LA CANDIDATURE DE L’UKRAINE À L’UE : UN CASSE-TÊTE DIPLOMATIQUE 

    Comment dire aux autorités ukrainiennes, malgré la volonté de leur manifester une pleine solidarité face à l’agression armée dont leur pays est victime, qu’une intégration éventuelle  de l’Ukraine dans l’Union européenne ne saurait être ni rapide pour le pays, ni facile pour la grande majorité de la population  -indépendamment du fait qu’elle creuserait encore le fossé entre l’UE et la Russie ? Tel est le casse-tête diplomatique que les Chefs d’Etat ou de gouvernement des « 27 » ont à résoudre lors de leur Sommet, ces 23 et 24 juin . Il était temps. 

Cela fait trois mois que le Président Zelensky réclame avec force une entrée « sans délai » de son pays dans l’UE. Certains États membres, en tout premier lieu la Pologne, ont immédiatement apporté leur total soutien à cette requête, ce qui dans le cas de ce pays n’a rien de surprenant, même si l’attachement de son gouvernement  à l’Union européenne nous avait, jusqu’alors, échappé . Plus insolite : la Présidente de la Commission, Ursula Von der Leyen, qui connaît pourtant parfaitement l’extrême complexité du processus d’adhésion en général et du cas de cette candidature en particulier, avait, elle aussi, d’emblée choisi de susciter des espoirs -bien qu’elle n’ait aucun pouvoir de décision en la matière- en déclarant : « Les Ukrainiens sont des nôtres et nous les voulons avec nous ». Le Président du Conseil européen , Charles Michel, avait, quant à lui, courageusement botté en touche en soulignant que l’adhésion à l’UE nécessitait l’unanimité des Etats membres alors qu’il y avait « différentes opinions et sensibilités »entre eux. Par la suite, les deux dirigeants européens se rendront, séparément, à Kyiv, pour annoncer que la procédure conduisant, éventuellement, à l’octroi du statut de candidat (de l’Ukraine à l’adhésion à l’UE) serait sensiblement accéléré, mais en prévenant, cette fois, leurs interlocuteurs que le chemin vers l’adhésion effective passerait par le respect d’une série de « critères » politiques et la réalisation de « réformes » économiques…

C’est, en effet, le moins qu’on puisse dire ! Les « réformes » économiques ? Les traités nous rappellent assez crûment ce qu’on entend par là dans une Europe néolibérale : pour pouvoir entrer dans l’UE, y est-il rappelé, il faut démontrer sa « capacité à faire face aux forces du marché et à la pression concurrentielle à l’intérieur de l’Union » ainsi que celle de « mettre en œuvre avec efficacité les règles, les normes et les politiques » de l’UE. Ce serait un cadeau empoisonné pour la grande majorité de la population de l’Ukraine -plus pauvre aujourd’hui que lors de son accession à l’indépendance en 1991- que de l’exposer « sans délai » à cet univers impitoyable !

Quant aux obligations politiques à remplir pour pouvoir adhérer à l’UE -qui sont, en elles-mêmes, positives, même si nombre de pays membres les violent une fois admis dans l’UE-, elles ont en particulier trait à l’Etat de droit . Or, ce n’est pas un secret que l’Ukraine connaît de longue date une corruption endémique (122 ème rang sur 180 en 2022). Autant dire que la probable décision des « 27 », cette semaine,  d’attribuer à l’Ukraine le statut d’ « Etat-candidat » ne constituera que la toute première étape d’une longue course d’obstacles.
Les Ukrainiens doivent le savoir. Il n’y a pas de solidarité sans vérité.

23 juin 2022 at 7:02 Laisser un commentaire

COLOMBIE : L’AUTRE  ELECTION-PHARE  DU  19 JUIN !

Gageons qu’à Washington , dimanche prochain, les résultats de l’élection présidentielle de Colombie retiendront (presque) autant l’attention que le scrutin français du même jour ! C’est que, dans ce pays réputé pour sa violence endémique liée au narco-trafic, ses criantes inégalités, la pauvreté de masse et la répression impitoyable des mouvements sociaux, la droite -principale alliée des Etats-Unis dans toute l’Amérique latine – a des  chances d’être chassée du pouvoir pour la première fois depuis…212 ans ! 

L’espoir, à gauche, s’appelle Gustavo Petro, porté par une puissante soif de changement qui lui a valu, au premier tour, le résultat-record de 40% des suffrages exprimés ! Ajoutons que, s’il est élu, sa Vice-présidente s’appellera Francia Marquez, une Afro-Colombienne féministe, antiraciste et écologiste ! En face, un « homme d’affaires » de 77 ans, connu sous le sobriquet de « Trump colombien », a rallié tout ce que le pays compte de réactionnaires et de nostalgiques de la poigne de fer de l’ex-président Uribe. Les deux camps sont au coude à coude, tout est donc possible, le 19 juin prochain, dans un sens comme dans l’autre. Ce seul fait est en soi source de vives préoccupations à la Maison Blanche. 

Et ce, d’autant plus cette perspective inattendue survient après bien d’autres victoires du camp progressiste dans l’ancienne « arrière-cour » des Etats-Unis : Mexique (2018), Argentine (2019), Bolivie (2020), Chili (2021), Pérou (2021), Honduras (2021)…, en attendant le possible retour du Président Lula à la présidence du Brésil, en octobre prochain ! Les impressionnantes mobilisations populaires de ces dernières années donnent une idée des attentes émancipatrices  -notamment sociales, mais aussi sociétales, démocratiques et étiques- à satisfaire par les nouvelles équipes en place. Mais parmi ces exigences figure également le refus des ingérences au nom des intérêts « géopolitiques » du puissant voisin. 

C’est là que le bât blesse pour Joe Biden. Coup sur coup, il vient d’essuyer un double revers dans sa volonté d’exercer son impérium sur cette partie du continent. D’abord, concernant sa gestion « campiste » du conflit ukrainien : si l’Amérique latine a tout naturellement condamné l’invasion de l’Ukraine par la Russie, défendu le principe de souveraineté, demandé le retrait des troupes russes, elle n’a pas suivi Washington dans sa stratégie de puissance visant, par des sanctions sans précédent, à exclure la Russie du système international. Ensuite, lors du 9ème « Sommet de l’Amérique » (réunissant en principe tous les Chefs d’Etat du continent ) , qui s’est tenu du 6 au 10 juin derniers à Los Angeles. Le Président américain ayant décidé -pour flatter les « durs » du Congrès- de n’ inviter ni Cuba, ni le Venezuela ni le Nicaragua, le Président du Mexique, l’un des principaux partenaires économiques des Etats-Unis, a boycotté le Sommet, en expliquant « n’accepter l’hégémonie ni de la Chine, ni de la Russie ni d’aucun pays »…D’autres défections suivirent : celles des pays des Caraïbes et du Honduras, notamment. Pour la chercheuse Kevin Parthenay :  « Washington doit désormais prendre conscience que les Etats-Unis ne font la pluie et le beau temps » (1) . On ne saurait mieux dire.

——–

(1) Chercheuse au Centre d’Etudes et de Recherches Internationales (sur TV5 Monde, le 7/6/2022)

16 juin 2022 at 4:05 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 269 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

juin 2022
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Commentaires récents

Gourmel Michel dans HOMMAGE À MIKHAÏL GORBATCHEV 
Joel ALLAIN dans HOMMAGE À MIKHAÏL GORBATCHEV 
Frison Annie dans CÉRÉALES D’UKRAINE : GAR…
Frison Annie dans UKRAINE : « GAGNER LA GUERRE »…
michel muller dans LA SUPPRESSION DU CORPS DIPLOM…

Archives

Catégories

Pages

Pages