Posts filed under ‘Chine’

« ALLIÉ » AMÉRICAIN ET « RIVAL SYSTÉMIQUE » CHINOIS

wurtz-l-humanite-dimancheLes Etats-Unis, qui sont, comme chacun sait, les « Alliés indéfectibles de l’Europe », viennent de lancer un nouveau missile commercial contre l’économie de l’UE, et particulièrement celle de la France. Après la surtaxation de l’acier et l’aluminium en juin dernier, l’administration Trump vient de décider de majorer d’un montant total de 7,5 milliards de dollars (!) les droits de douanes sur une série de produits d’exportation français, allemands, espagnols et britanniques. Cette mesure punitive -la plus forte jamais autorisée par l’Organisation mondiale du commerce- vise, selon Washington, à compenser les subventions indues versées par les quatre partenaires du consortium Airbus à leur industrie aéronautique (en réalité, des aides comparables à celles versées par les Etats-Unis à Boeing). Ces taxes supplémentaires seront, en principe, appliquées dès le 18 octobre prochain, non seulement aux exportations d’avions européens, mais, en prime, à des produits ciblés pour faire mal, tels que les vins et les fromages français (+ 25% !), les vêtements anglais, les outils allemands…Sur les quelque 9,7 milliards de dollars de pertes annuelles que s’attendent à subir les pays touchés, le quart concernerait la France. Trump ne s’arrête d’ailleurs pas en si bon chemin : il réfléchit à un autre volet de sanctions contre l’Europe, cette fois pour renchérir le prix des voitures exportées outre-Atlantique. Le suspense fait trembler les constructeurs , notamment allemands. On saura d’ici le 13 novembre quel sera le bon plaisir du locataire de la Maison-Blanche à ce propos. L’UE agite la menace de mesures de rétorsion mais se dit prête à négocier. « Nous tendons la main » a souligné notre ministre de l’économie, Bruno Le Maire, en invitant les Etats-Unis à écouter « la voix de la sagesse » !

Les termes utilisés par les responsables européens sont moins galants, s’agissant de la Chine, qualifiée, quant à elle, pour la première fois, de « rivale systémique » dans un document officiel de la Commission européenne, le 12 mars dernier. Le mot est fort et n’est appliqué qu’à la Chine. Pourtant, Pékin, contrairement à Washington, respecte les Accords multilatéraux que l’Union européenne juge essentiels, tels celui de Paris sur le climat ou celui de Vienne sur le nucléaire iranien. Le président chinois dit vouloir conclure avec les Européens des partenariats « gagnant-gagnant », quand celui des Etats-Unis arbore fièrement sa devise « America first ». Et sur les droits de l’homme, Donald Trump n’a guère de leçons à donner à Xi Jinping…Alors, pourquoi cette tolérance dans un cas et cette crispation « systémique » dans l’autre ? S’il s’agit d’empêcher l’acquisition incontrôlée de biens publics, de secteurs stratégiques ou d’éléments du patrimoine , on ne peut qu’acquiescer, mais cela vaut pour tout prédateur , d’où qu’il vienne ! Il n’en va pas de même, en revanche, quand le grief avancé est le refus de la Chine d’ouvrir à tous vents ses marchés publics : à nos yeux, c’est l’UE qui a le grand tort de se priver d’un levier d’influence publique sur l’économie en livrant aux plus offrants ces marchés gigantesques représentant près de 2000 milliards d’euros par an. Plutôt que de céder à l’angoisse « systémique » de voir un jour les Etats-Unis perdre leur « leadership », l’UE  gagnerait à construire avec la Chine, comme avec tout autre partenaire qui y est prêt, des relations exigeantes mais constructives.

10 octobre 2019 at 8:01 Laisser un commentaire

« LES ERREURS DES OCCIDENTAUX » SELON MACRON

« Les choses changent. Et elles sont profondément bousculées par les erreurs des Occidentaux dans certaines crises ». L’auteur de ce qui ressemble à une amorce d’autocritique collective en matière de politique internationale n’est autre que le Président de la République lui-même (1). S’exclut-il de ces « Occidentaux » fourvoyés ? Apparemment non : « Nous avons sans doute longtemps sous-estimé l’impact de nouvelles puissances », reconnaît-il. « Regardons l’Inde, la Russie et la Chine (…) Elles pensent le monde avec une vraie logique, une vraie philosophie, un imaginaire que nous avons un peu perdu. Et donc, tout ça vient nous bousculer très profondément et rebattre les cartes (…) Les habitudes et données qui étaient les nôtres ne sont plus valables ».

Cet éclair de lucidité a, « a priori », de quoi nous réjouir ! Nous sommes, en effet, quelques uns à souligner de longue date l’urgence à dépasser l’occidentalo-centrisme et à faire nôtre l’injonction salutaire d’un Bertrand Badie : « Nous ne sommes plus seuls au monde » ! (2) Ceux qui contestent la vision occidentale traditionnelle de l’ordre international ne sont pas nécessairement des barbares à combattre ni même des égarés à remettre dans le droit chemin ! En tout cas, face à nombre d’enjeux, nous sommes dans le même bateau.

Dès lors, quelles conclusions stratégiques Emmanuel Macron tire-t-il de son légitime sinon courageux constat ? Certains projets présidentiels suscitent l’intérêt. C’est le cas -nous l’évoquions ici-même la semaine dernière- de la volonté affichée par Emmanuel Macron de « repenser très profondément nos liens avec la Russie ». Non pour acquiescer à la politique de ses dirigeants, mais pour nous libérer d’une « tension profondément stérile » et nous permettre de « faire quelque chose d’utile » avec ce voisin incontournable. A suivre, donc.

En revanche, deux mots caractérisent la plupart des autres perspectives qu’il dessine : au mieux, l’ambiguïté ; au pire, le pur effet d’annonce. Qu’entend-il au juste par « refonder profondément la civilisation européenne »? Comment définit-il le « véritable humanisme » qui aurait, selon lui, « toujours caractérisé l’Europe », et avec lequel il nous invite à renouer ? Inclut-il le respect de la dignité des réfugiés, par exemple ? Ou le refus de vendre des armes à un État guerrier ? Et que signifie concrètement « repenser très profondément les équilibres de l’économie de marché » ? La question est d’autant plus pertinente qu’il paraît que « nous avons commencé à le faire »…

On retiendra enfin un propos franchement inquiétant sur « l’attractivité de notre armée »; « en passe de devenir de manière indiscutable la première armée européenne », car « aujourd’hui, en Europe, personne n’a cette vitalité » ! « L’humanisme » de Macron a ses raisons que la raison ne connaît pas.

———
(1) Discours à la Conférence des ambassadeurs et ambassadrices (27/8/2019). Toutes les citations qui suivent sont tirées de ce même texte.
(2) Titre d’un livre de Bertrand Badie, éminent spécialiste des relations internationales.

26 septembre 2019 at 6:14 Laisser un commentaire

ARIANE : UN AUTRE VISAGE DE L’EUROPE.

A l’occasion du 100 ème tir d’une fusée  Ariane 5, le 25 septembre dernier, arrêtons-nous sur une dimension très particulière de « l’Europe » : l’ Agence spatiale européenne (ESA), indépendante de l’UE, mais co-élaborant avec elle la politique spatiale . Celle-ci est intéressante à plusieurs égards. D’abord, pour les nombreux services qu’elle est capable de générer. Certains sont connus, comme ceux concernant les télécommunications, l’accès à internet, la météorologie ou la navigation-localisation. D’autres le sont moins, tels l’observation de la Terre pour la protection de l’environnement, la gestion des ressources naturelles (agriculture, eau…) à l’échelle de la planète, ou l’évaluation de l’efficacité des mesures prises contre le réchauffement climatique. Sans oublier ses importantes retombées en matière de développement scientifique et technologique, de création de nouveaux métiers et de nouvelles filières industrielles.

L’Europe spatiale mérite également notre attention du point de vue de son mode de fonctionnement, très différent des règles en vigueur au sein de l’Union européenne . Fondée sur une coopération intergouvernementale, l’ESA est dirigée par un Conseil où chacun de ses 22  Etats membres dispose d’une voix, quelle que soient sa taille et son poids financier (1). Le budget de l’Agence est composé d’une partie fixe et obligatoire (20% du total) -à laquelle chacun contribue en fonction de sa production de richesses (PIB)- et d’une partie variable et facultative (80%) alimentée par chaque pays à la hauteur… de son choix. Mais, en retour, à la proportion de sa contribution financière correspondra celle des commandes confiées par l’Agence à ce pays. Celui qui décidera de verser 10% du budget facultatif bénéficiera de 10% des travaux de recherches ou de production d’engins spatiaux. C’est ce qu’on appelle le principe du « retour géographique » , par opposition à celui de la mise en concurrence, pratiquée dans l’UE à travers les appels d’offres. Ajoutons que  l’excès de centralisation est, ici, clairement évité : si le siège de l’Agence est à Paris et le centre de tir en Guyane, le « Centre européen de technologie spatiale » chargé de concevoir la plupart des véhicules spatiaux est situé aux Pays-Bas; le Centre de formation des astronautes en Allemagne ;  l’Institut européen de recherches spatiales en Italie; le Centre européen de l’astronomie spatiale (qui traite les données issues des missions) en Espagne…Quant au personnel, il provient de tous les Etats membres.
Enfin, l’ambition de l’ESA est d’assurer l’indépendance technologique et la « préférence européenne », tout en coopérant activement avec les autres grandes agences mondiales -Etats-Unis, Russie, Chine, Inde…- Ce modèle original resistera-t-il aux pressions en faveur de « l’ouverture des marchés à la concurrence » ? « Space X », le lanceur « low-cost » américain, sous contrat avec la NASA, aura-t-il raison des acquis remarquables d’Ariane et de l’ESA ? Comment réagir ? Ce type de défi a, lui aussi, toute sa place, dans le débat sur l’avenir du projet européen.
———-
(1) Sur les 22 Etats membres de l’ESA, 20 sont dans l’UE, auxquels s’ajoutent la Norvège et la Suisse.

27 septembre 2018 at 6:08 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 234 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

décembre 2019
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Commentaires récents

jean-louis Hoffet dans RÉVÉLER ENCORE ET TOUJOURS LA…
Pabbpabb dans « BREXIT …
KACZMAREK PATRICK dans ENVERS LES KURDES , A NOUVEAU,…
franciswurtz dans MACRON CONTRE « L…
de ANDRADE Roger dans MACRON CONTRE « L…

Archives

Catégories

Pages

Pages