Archive for août, 2015

L’AVENIR DE LA GRECE ( ET DE L’EUROPE ) N’EST PAS ÉCRIT !

wurtz-l-humanite-dimancheLe 13 Juillet noir de la Grèce a vu l’ambition transformatrice du gouvernement Tsipras se fracasser sur le « Bloc des durs » -qui concentre aujourd’hui l’essentiel du pouvoir européen- et leur bras armé : la Banque centrale européenne. Ce terrible revers -même si les objectifs finaux d’un Schaüble n’ont pas été atteints- suscite naturellement une immense déception dans la gauche européenne. L’expérience de Syriza était la première brèche ouverte par un gouvernement dans la forteresse austéritaire européenne. Le courage des dirigeants grecs dans l’interminable bras de fer avec « les institutions » a forcé notre admiration. Leur loyauté exemplaire à l’égard des citoyens a nourri notre confiance. L’impressionnante dignité du peuple grec a dopé nos espoirs. La désillusion est aujourd’hui à la mesure de cette espérance.

Dans ce contexte douloureux, les opinions les plus diverses sinon contradictoires s’expriment sur les causes de cette issue malheureuse. Certaines d’entre elles se concentrent sur les dirigeants grecs, et notamment le premier d’entre eux, accusé d’avoir capitulé , quitte à sacrifier son peuple. Comment expliquer alors qu’il continue de bénéficier d’une large confiance de la part de ses concitoyens ? Ne serait-ce pas précisément en raison du respect qu’il leur témoigne en toute circonstance ? D’abord, en leur donnant à voir l’ensemble des éléments de la situation, sans chercher à en émousser les contradictions ni à taire ses propres erreurs . Ensuite, en les appelant à trancher les différends de fond qui ont surgi au sein de la majorité qu’ils ont élue. Enfin, en restant fidèle au projet qu’il incarne depuis la victoire de Syriza : il s’est, en effet, engagé -comme aucun de ses prédécesseurs ne l’avait jamais fait- aussi loin que le lui permettent les rapports de force dans l’Europe d’aujourd’hui.

Justement : comment les faire bouger, ces rapports de force en Europe ? Voilà un enjeu crucial pour qui nourrit l’ambition de réorienter ( pour de bon ) la construction européenne en vue de sa refondation . A cet égard, certains courants de la gauche européenne devraient coûte que coûte dépasser la vision -illusoire et coûteuse- du « il n’y a qu’à » , sous peine de négliger des exigences incontournables pour élargir pas à pas les marges d’action favorables qui nous font cruellement défaut aujourd’hui . Ainsi, la question qui mérite avant tout d’être débattue , à gauche, me semble être : sommes-nous au niveau requis en matière de bataille politique -permanente et de haut niveau- dans chaque société sur les enjeux européens ( sans simplification outrancière ) ? Et surtout : notre stratégie de rassemblement, de recherche d’alliés, de construction de convergences -y compris sur le plan européen- est-elle suffisamment audacieuse ? Pour faire bouger le molosse, il faut faire le poids : en nombre , en diversité de sensibilités et en intelligence politique des citoyens. Et c’est possible ! La crise de légitimité de l’actuelle « Union » est de plus en plus profonde. L’attitude de ses actuels « patrons » vis-à-vis de la Grèce a scandalisé de larges secteurs de nos sociétés , bien au-delà des forces de progrès traditionnellement engagées dans le combat pour changer l’Europe! Les gens en recherche d’Europe solidaire sont légion . Voilà pourquoi l’avenir de la Grèce, et de l’Europe, n’est pas écrit. C’est le moment , à gauche, de reprendre l’initiative.

Publicités

27 août 2015 at 10:41 1 commentaire

MIGRATIONS : LE SURSAUT OU LA BARBARIE.

wurtz-l-humanite-dimancheCet été, le meilleur aura côtoyé le pire en matière de gestion des affaires du monde. L’événement positif et prometteur est naturellement l’aboutissement des négociations avec l’Iran. L’accord de Vienne ne fait certes pas de l’Iran une démocratie, pas plus qu’il ne règle à lui seul les problèmes d’un Moyen Orient devenu incandescent . Mais il crédibilise une méthode -la négociation- et engage un processus -la coopération pour une paix durable- dont le monde manque cruellement depuis le début de ce siècle ! Depuis quand, en effet, a-t-on vu s’accorder sur un sujet aussi crucial et aussi sensible les Etats-Unis, la Russie, la Chine et l’Union européenne , et s’exprimer la satisfaction et le soulagement de la quasi-totalité de la communauté internationale, à la notable exception du gouvernement israélien, qu’indispose toute baisse de tension dans la région ? Ce type de règlement politique d’un conflit est si évidemment favorable à la paix qu’il devient très difficile à tout acteur de la scène internationale qui se veut respectable de le bouder. A preuve : même l’Arabie Saoudite, pourtant grand rival de Téhéran, l’a accueilli positivement. On ne peut que s’en réjouir. Puisse ce succès historique connaître à présent des prolongements dans tous les foyers de tensions et de guerre -de la Syrie à l’Ukraine- où s’opposent , par « partenaire » interposé , les puissances qui ont su coopérer efficacement sur le dossier iranien !

À contrario de cette démarche positive à encourager, cet été nous aura, malheureusement, aussi (re)donné à voir le terrible fiasco de la gestion d’un autre enjeu vital des relations entre les peuples du monde : les migrations ! « Les pays d’arrivée des migrants ne peuvent se transformer en entrepôts d’âmes humaines et la Méditerranée en cimetière » a alerté Alexis Tsipras , en fustigeant les pays européens « qui refusent le principe de solidarité »sur la question des migrants . Son pays en crise profonde n’est pas en mesure de gérer seul l’accueil des 124 000 (!) réfugiés arrivés sur les îles grecques durant le premier semestre 2015 ( sept fois plus qu’en 2014 !) . Tant que régneront de par le monde la misère, l’oppression et la guerre, ce phénomène ne fera que s’accentuer . Il faut donc à la fois agir sur les causes , et, sans attendre, en assumer les conséquences . Or, les drames de Calais , tout comme la multiplication des naufrages en Méditerranée ont beau apporter pour la énième fois la preuve -évidente pour tout être censé- que rien n’empêchera ces personnes , mues par l’énergie du désespoir, de tenter le tout pour le tout pour atteindre les rivages d’une région plus enviable que la leur, les « solutions » avancées par nombre de responsables politiques s’enfoncent dans une impasse, aux conséquences de plus en plus effroyables. Pour François Hollande, « nous devons tout faire pour qu’ils évitent de venir jusqu’à nous »! L’ ex-ministre sarkozyste Xavier Bertrand préconise, lui, un « blocus maritime tout près des côtes libyennes pour empêcher jusqu’à un million de personnes qui veulent quitter l’Afrique de se rendre en Europe » !! Toute cette pédagogie irresponsable , glissant du discours sécuritaire au racisme et à la xénophobie , sape toute culture de l’accueil des réfugiés et banalise toujours plus la surenchère FN (« Des frontières et des charters ! » éructe Philippot) . On a froid dans le dos en imaginant l’avenir que nous préparerait le maintien durable de cet aveuglement, tant sur les causes de cet exil forcé -auxquelles ces mêmes dirigeants ne sont pas étrangers !- que sur les perspectives monstrueuses qu’ouvrirait à l’humanité cette mentalité de la « forteresse assiégée ». Le choix est désormais entre le sursaut et la barbarie.

20 août 2015 at 6:38 Laisser un commentaire

IL FAUT ARRÊTER LE BRAS DE L’INCENDIAIRE ERDOGAN !

wurtz-l-humanite-dimancheLe Président turc est engagé depuis deux semaines dans une aventure criminelle de très grande envergure. Et il bénéficie pour accomplir son forfait du soutien explicite des Etats-Unis et de l’OTAN , comme de l’incroyable « laisser-faire » des Etats européens, dont la France. Un cri d’alarme s’impose de toute urgence !

Tout d’abord, Erdogan vient de prendre la décision totalement irresponsable de mettre fin aux pourparlers de paix entamés depuis 2013 entre Ankara et le leader historique du PKK , Abdullah Öcalan . Celui-ci ,emprisonné et isolé depuis plus de quinze ans, avait appelé les combattants de son organisation à cesser le feu et à quitter la Turquie avec leurs armes. Fort de son autorité, il avait obtenu gain de cause auprès de la majorité de ses partisans. La contrepartie devait être l’arrêt de la répression et la reconnaissance progressive des droits du peuple kurde. La poursuite des violences policières et militaires et l’absence de résultats significatifs -toujours reportés dans la perspective de l’élection présidentielle de 2014, puis de celle du scrutin législatif de 2015- ont alimenté d’évidentes frustrations parmi la jeunesse kurde. La paix ne tenait que grâce aux appels répétés d’Öcalan à « rester patients » et à « garder espoir » dans les négociations en cours . C’est dans ce contexte qu’est intervenu le grave revers électoral d’Erdogan, le 7 Juin dernier : pour la première fois, un parti « pro-kurde » entrait comme tel (et en force ! ) au Parlement , privant l’aspirant-dictateur de sa majorité absolue, à plus forte raison de la majorité renforcée qu’il espérait pour établir un régime présidentiel. Le « sultan » mégalomane a donc dû partir à la recherche d’un partenaire de coalition. Sans succès à ce jour. Dès lors, se préparant à des élections anticipées, et prêt à tout pour les gagner, Erdogan s’est lancé dans une campagne ultra-nationaliste . Dès lors, plus question de laisser planer le moindre espoir d’une reconnaissance des droits des Kurdes !

Ce crime contre la démocratie se double d’un crime contre la paix. Car, cette politique du pire porte en elle l’immense danger d’une reprise de la guerre civile qui a déjà coûté 45 000 vies humaines et trente années de malheur ! Or, Erdogan s’engouffre dans cette sanglante impasse. Sa cible privilégiée n’est autre que le principal partisan d’une solution politique (et non militaire) du problème kurde : Selahattin Demirtas, le jeune et brillant co-président du nouveau parti progressiste HDP qui a réussi, lors du scrutin du 7 Juin dernier, à rassembler non seulement la majorité des Kurdes mais nombre de démocrates turcs sur un programme résolument anti-nationaliste et pacifique. En tentant d’écarter Demirtas -celui-là même qui s’évertue à réduire les tensions en soulignant à l’adresse des militants kurdes exaspérés que « le sang ne peut être lavé par le sang »- et en redoublant de violence contre le peuple kurde, le tyran d’Ankara apporte la preuve qu’il préfère un conflit meurtrier qui lui assure les pleins-pouvoirs à une démocratie apaisée qui l’obligerait à respecter les droits de chacune et de chacun.

Enfin, en plus de mettre gravement en péril la démocratie et la paix en Turquie même, Erdogan torpille la lutte , unanimement saluée, des Kurdes dans la Syrie voisine contre le terrorisme de l’ « Etat islamique ». Après avoir refusé tout soutien aux combattants et combattantes kurdes de Kobané dans leur résistance héroïque -et efficace !- à Daech , puis pactisant notoirement avec les djihadistes, Erdogan cherche ouvertement à empêcher les Kurdes de Syrie de libérer leur région, allant jusqu’à faire bombarder l’un de leurs villages ! Il faut d’urgence arrêter le bras de cet incendiaire. On ne peut , pour cela , compter sur Washington , qui lui a donné , au contraire, son scandaleux et absurde feu vert. Quand Bruxelles, Berlin et Paris se décideront-ils à réagir ?

6 août 2015 at 6:32 Laisser un commentaire


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 174 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

août 2015
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Articles les plus consultés

Catégories

Pages

Pages