Archive for juillet, 2020

PORTÉE, TARES ET CONTRADICTION DE L’ACCORD EUROPÉEN

Que penser du plan de relance européen de 750 milliards d’euros adopté le 21 juillet dernier par les « 27 » ?

D’un côté, de mon point de vue,  la portée politique de l’accord mérite attention. Un emprunt commun de cette envergure à un taux proche de zéro (et remboursable sur 30 ans à partir de 2028), c’est non seulement sans précédent, mais contraire aux règles des traités, ce qui prouve une fois de plus que ce qui compte avant tout est la volonté politique et non la norme juridique. Par ailleurs, l’octroi de subventions aux pays les plus touchés par les conséquences ravageuses de la crise du Covid-19, serait -si tout se passait comme promis- un réel acte de solidarité budgétaire : une perspective hier encore impensable dans cette « Europe du chacun pour soi » que nous dénoncions avec raison jusqu’à ces dernières semaines. Le revirement de l’Allemagne à cet égard -même s’il est dicté par son intérêt bien compris d’éviter un écroulement économique de ses principaux clients- constitue un fait tout sauf négligeable. Enfin, l’accueil enthousiaste de ces mesures, y compris à gauche, dans les pays du Sud de l’Europe (cf Podemos en Espagne) est un fait politique marquant. Problème : à ce stade, cette solidarité tant attendue est loin d’être garantie dans les faits !

Le prix payé pour « acheter » l’unanimité d’une UE profondément fracturée est, en effet, très lourd ! L’une des dangereuses tares de l’accord qui résultent de ce compromis boiteux est le maintien (pour l’Allemagne) et même le renforcement (pour l’Autriche, les Pays-Bas, le Danemark et la Suède) des « rabais » sur leur contribution au budget de l’UE. Il s’agit là non seulement d’une dépense inique de plus de 50 milliards d’euros à la charge d’autres pays (dont la France), mais d’un encouragement au chantage « thatchérien » au véto sur toute décision budgétaire à venir. Une autre tare à combattre (Le Parlement européen s’est d’ailleurs engagé à s’y opposer) est précisément le rabotage scandaleux opéré (sous la pression des mêmes États) dans le budget 2021-2027 (adopté en même temps que le plan de relance) dans des dépenses aussi cruciales que ceux de la santé, de la recherche, des bourses Erasmus pour les jeunes, de la politique d’asile et même de l’aide à la transition écologique ! Quant au financement des 390 milliards de subventions, il dépend de l’instauration de taxes européennes (comme celle sur les géants du numérique -les GAFAM notamment- ou celle sur les transactions financières) dont la concrétisation est à ce jour au point zéro .

Et maintenant ? Critiquer ne suffit pas, il faut agir. Un champ de convergences s’ouvre, en effet, entre toutes celles et tous ceux qui sont conscients que l’UE est face à une contradiction explosive. En créant une immense attente dans les pays du Sud de l’Europe, elle s’est imposée, de fait, une obligation de résultats : selon que les citoyens constateront qu’un nouveau cours est engagé ou, au contraire, que rien n’a changé dans les faits, sonnera l’heure d’une relance de « l’Europe » ou celle de sa désintégration. Tel est le grand défi de la période qui s’ouvre.

31 juillet 2020 at 9:00 Laisser un commentaire

UE-CHINE : L’AFFAIRE DE LA « 5G »

Que le passage prochain à la cinquième génération de réseau de télécommunication (« 5G ») -et le maillage d’antennes-relais qui en résulte-  suscitent des controverses n’a, en soi, rien d’anormal. Les enjeux de cette révolution technologique sont assurément considérables. Ne prévoit-on pas que d’ici dix ans, la 5G relie 500 milliards d’objets connectés dans le monde ? Ce phénomène concerne chaque citoyen ainsi que de nombreuses filières, telles la robotique, la future voiture autonome, voire la téléchirurgie, etc… La croissance exponentielle des données et l’hyper-connectivité des sociétés futures posent des problèmes sociaux et sociétaux, économiques et écologiques, et, naturellement, de sécurité et de souveraineté. Il n’y a, à cet égard, rien à redire à la volonté exprimée par la Commission européenne de prévenir par des règles strictes les risques inhérents à une mutation de cette ampleur, depuis celui de la protection des données personnelles ou stratégiques jusqu’à celui de la dépendance d’un seul équipementier. Et ce d’autant plus qu’il n’y en a guère que trois qui comptent réellement, à ce jour, pour les opérateurs européens : le finlandais Nokia, le suédois Ericsson et…le chinois Huawei, leader mondial en la matière (dont SFR et Bouygues-Télécom utilisent déjà les infrastructures). Un consensus européen semblait s’établir : réguler plus, oui; bannir Huawei, non.

Le problème est venu de Washington : qui dit « leadership chinois » dit contre-offensive Trump. Celui-ci a donc  non seulement interdit toute vente de matériel chinois de télécommunication aux Etats-Unis et toute exportation d’équipements américains en la matière vers la Chine. Il a, dans le même temps, exercé sur ses « alliés » européens des pressions inouïes -y compris sonnantes et trébuchantes- pour qu’ils fassent de même, arguant de soupçons d’espionnage à grande échelle de la part de Huawei au profit de Pékin. En vain, dans un premier temps. Même le très obséquieux Boris Johnson refusa en janvier dernier de suivre son maître à penser, quitte à s’attirer les foudres de son protecteur. Or, voilà que , peu à peu, le ton se durcit en Europe -à l’exception, pour le moment, de la Chancelière allemande- à l’égard de la firme chinoise. À Londres, un lobby de 60 députés conservateurs dévoués à Washington a fini par faire basculer Boris Johnson. Hypocritement, Paris dit refuser le « bannissement total » de Huawei, mais n’accordera aux opérateurs utilisant les équipements chinois qu’une autorisation d’une durée de trois à huit ans, rendant l’amortissement des investissements quasi-impossible. « Question de souveraineté européenne » dit-on. Vraiment ? Est-on si sûr de la stratégie future de Nokia ? Rappelons qu’après avoir racheté Alcatel en 2015 et touché du gouvernement français de quoi payer 1000 ingénieurs pendant trois ans et demi, ce « Champion européen » (dixit Macron) vient d’annoncer la suppression de 1233 emplois en France , principalement dans la recherche et le développement « pour atteindre un niveau de rentabilité durable » ! Quant à Ericsson, il a été condamné à 1 milliard de dollars aux Etats-Unis, l’an dernier, pour avoir mis en place entre 2000 et 2016 un système de caisses noires destinées à décrocher des contrats grâce à des pots de vins ! Souveraineté européenne ? Non. Simple reculade face au chantage américain.

23 juillet 2020 at 7:44 Laisser un commentaire

L’EUROPE FACE À L’ASPIRATION ÉCOLOGIQUE

L’aspiration écologique, on s’en doute, n’est pas une spécificité française ! Elle s’exprime avec de plus en plus de force à travers l’Europe. Il ne faut pas chercher ailleurs le choix de la nouvelle présidente de la Commission européenne, la chrétienne-démocrate allemande Ursula Von der Leyen,  d’affirmer haut et fort que la grande priorité de son quinquennat serait le « Pacte vert » (ou « Green Deal »), espérant ainsi vaincre la défiance des citoyens.
Comme on s’en doute, ce projet comporte de nombreuses contradictions. 
Certaines d’entre elles risquent de se révéler dès les 17 et 18 juillet prochains. Ces jours-là, les 27 Chefs d’Etat ou de gouvernement de l’UE -réunis sous la présidence d’Angela Merkel- avaliseront…ou contesteront les lourds engagements financiers pris par la présidente de la Commission et dont dépend la viabilité de son « Pacte » : un budget de plus de 1000 milliards d’euros sur sept ans, assorti d’un plan de relance de 750 milliards sur trois ans. Pour amadouer les États estimant « trop payer pour les autres », Angela Merkel plaidera pour le maintien des « ristournes » à la Autriche, aux Pays-Bas, au Danemark, à la Suède (et à…l’Allemagne ? ) !
A ce prix pourrait finalement être approuvé un plan qui prévoit notamment des aides pour les régions qui rencontrent le plus de difficultés à réaliser la transition écologique; des crédits pour les zones rurales engagées dans les changements structurels rendus nécessaires ; des fonds dédiés à la rénovation des bâtiments ; des soutiens à la recherche sur la transition énergétique ; des investissements dans des technologies en matière d’énergies renouvelables, de stockage d’énergie, l’hydrogène propre, les batteries, le captage et le stockage du carbone…
Ensuite, il faudra compter avec les exigences -légitimes-  du Parlement européen. Celui-ci soutient le principe du « Green Deal », mais entend réviser toutes les législations européennes non conformes aux nouveaux objectifs climatiques. Cette réévaluation concerne notamment la politique agricole, les accords commerciaux et la gestion de l’économie européenne. Il souhaite également instituer un mécanisme d’ « ajustement-carbone » aux frontières de l’UE, autrement dit compenser par des taxes toute importation d’un pays n’observant pas les normes climatiques européennes. D’une façon générale, il veut passer au crible tous les obstacles à la réalisation de l’objectif stratégique en matière climatique : la « neutralité carbone d’ici 2050 ». Cela veut dire qu’à cette date, les émissions de gaz à effet de serre ne devront plus dépasser les quantités de gaz que la nature est capable d’absorber. Pour y parvenir, l’objectif intermédiaire déterminant est, selon la majorité des députés, de réussir à réduire de 55%  des émissions de CO2 à l’horizon 2030 (toujours par rapport à 1990). Des compromis acceptables devront être trouvés sur tous ces sujets avant la prochaine Conférence de l’ONU sur le climat, en novembre prochain, à Glasgow.
Reste, pour réussir, à remplir une dernière condition, qui tend, chaque jour un peu plus,  à devenir décisive : répondre sans tricher aux attentes des citoyennes et des citoyens !

10 juillet 2020 at 6:17 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 248 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

juillet 2020
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives

Catégories

Pages

Pages