Archive for août, 2013

SOMMES-NOUS DES « EUROSCEPTIQUES »?

wurtz-l-humanite-dimanche     Quand les instituts de sondages évoquent la montée de l’ « euroscepticisme », ils classent en général dans cette catégorie toutes les sensibilités politiques qui critiquent la construction européenne telle qu’elle se fait. C’est là une simplification outrancière. Alors que la bataille d’idées fait rage à propos de « l’Europe » et qu’approche l’élection des députés au Parlement de Strasbourg, il est important de sortir de l’ambiguité. Personnellement, je refuse d’être étiqueté « eurosceptique ». D’un côté, je me rangefw28 parmi cette majorité du « peuple de gauche » qui ne se contente pas d’être « sceptique » sur le modèle européen actuel, mais qui le refuse catégoriquement ! De l’autre, je compte parmi celles et ceux qui entendent, avec la même force, affirmer une vision européenne alternative: notre conviction est que, particulièrement dans la mondialisation agressive et prédatrice que nous subissons aujourd’hui, les peuples et les nations ont intérêt à établir entre eux des rapports de coopération et de solidarité adaptés aux enjeux communs auxquels ils sont confrontés. Non pour constituer un bloc disputant à ses  » concurrents » une quelconque domination, mais pour peser positivement sur la marche du monde , en alliance avec tous les acteurs qui le souhaitent .

L’interdépendance est , en tout état de cause, une réalité de notre temps. C’est le type de construction conçue pour y répondre qui relève d’un choix de classe. Ainsi, l’Union européenne que nous connaissons aujourd’hui résulte de choix clairement identifiés. L’un d’entre eux est la mise en concurrence généralisée: « l’économie de marché ouverte où la concurrence est libre » est un véritable leitmotiv des traités européens depuis 1992. Il en découlent l’interdiction de toute « entrave » à la libre circulation des biens, des services et des capitaux, donc l’obligation d’ouvrir les entreprises publiques de service public à la concurrence, le dumping social et fiscal, l’obsession de la « compétitivité » et du libre-échange…Un autre de ces choix stratégiques est la financiarisation galopante de l’économie, autrement dit la soumission aux exigences des « investisseurs » sur le marché financier, d’où découlent l’austérité, la précarité, le chômage, l’asphyxie des services publics…Enfin, en cohérence avec ce qui précède, il y a le choix d’une construction de plus en plus verticale, concentrant les leviers de commande essentiels au sommet (BCE, Commission, et Etats les plus puissants) et laminant la souveraineté populaire. Ce sont ces choix qui sont à l’origine de la crise sans précédent dans laquelle s’enfonce cette « Europe »-là. La construction nouvelle dont ont besoin les Européens appelle donc une rupture avec ces orientations , cette logique et ces structures.

On le voit: réorienter l’Europe en vue de la refonder est un combat d’envergure et sans doute de longue haleine! Il peut paraitre hors de portée si on fait abstraction de la profondeur de la crise de légitimité qui mine l’actuelle construction : aujourd’hui, la volonté de changement est générale et ouvre aux innovations politiques un champ qu’elles n’ont jamais eu depuis les débuts de la construction européenne. Naturellement, il ne faut pas imaginer un « grand soir » qui verrait la vieille Europe basculer dans la nouvelle! Il s’agit d’une démarche graduelle (dont nul ne peut prévoir le rythme ni les modalités) et ancrée dans le vécu quotidien et l’expérience des citoyens. On peut même espérer un véritable élan populaire dès lors que commence à se répandre la conscience de contribuer à permettre à des peuples voisins de se solidariser , de peser sur leur destin commun, et d’influer sur la marche du monde au service de relations internationales plus justes, plus démocratiques, plus responsables et plus pacifiques. Amorcer un tel mouvement: un grand dessein pour une France de gauche…

29 août 2013 at 2:34 Laisser un commentaire

DEBAT SUR L’EURO: QUELQUES REPERES

wurtz-l-humanite-dimanche                    Des interrogations s’expriment: « Pourquoi essayer à tout prix de sauver l’euro ? Pourquoi un retour en arrière est-il tant un problème ? »
fw

Soyons clairs: nous ne cherchons pas à « sauver » l’existant ! Les transformations que nous préconisons en matière de politique monétaire européenne sont radicales ! Il ne s’agit pas moins que de libérer les pays membres de la toute-puissance des grandes banques, compagnies d’assurance, fonds de pension, hedge funds et autres « acteurs des marchés financiers »! Mesure-t-on l’enjeu de classe que constitue le fait que la Banque centrale européenne aurait pour mission, non plus d’attirer les « investisseurs » au prix d’une politique d’austérité salariale et de rationnement des dépenses publiques, mais celle d’utiliser son pouvoir de création monétaire pour financer, à taux quasi-nul et sur le long terme, le développement social et écologique ainsi que la réduction progressive des déséquilibres, notamment entre le nord et le sud de l’Europe? Si nous y parvenons, c’est une révolution ! Il va sans dire que c’est un combat qui suppose des luttes sociales et politiques d’envergure, des conquêtes de droits nouveaux, des rassemblements larges, des convergences avec d’autres peuples européens, et même la recherche d’alliés dans d’autres régions du monde qui aspirent à voir réformer le Système monétaire international dans son ensemble. Comme toute grande bataille,celle-ci n’est pas gagnée d’avance.Mais le niveau d’exaspération et la volonté de changement sont tels en Europe aujourd’hui qu’un objectif de cette nature peut devenir plus mobilisateur que jamais. Songeons que les syndicats allemands partagent notre projet de créer une banque publique européenne exclusivement dédiée au financement des investissements sociaux,ou encore que la Confédération européenne des syndicats s’est engagée dans une opposition ferme au traité budgétaire et à sa logique d’austérité. La donne change…

Question: ne serait-il pas plus facile de choisir le « retour en arrière » ? Rien n’est écrit d’avance, mais plusieurs données majeures sont connues et doivent nous faire réfléchir: en particulier le besoin vital de solidarité et de coopération entre Européens face à la puissance acquise par le capital financier, aux effets dévastateurs de la crise depuis 2008, et à cette triste évidence que , de nos jours, « la majorité des élites politiques ne voie pas d’issue hors de la soumission aux diktats des marchés financiers. »(1)

Or, comment risquerait de se traduire, dans ce contexte, un retour aux monnaies nationales, autrement dit un éclatement de la zone euro? En toute logique par une guerre économique exacerbée entre nations voisines, avec les conséquences sociales, idéologiques et politiques qu’on imagine. Pourquoi? Parce que ce sera à qui exportera le plus et importera le moins , et qu’à ce jeu, il y a, par définition, quelques « gagnants » et beaucoup de perdants ! Pour tenter de figurer parmi les « gagnants », chaque Etat sera ,en toute logique (ultra libérale), conduit à faire du zèle dans la course à la « compétitivité », dévaluant de plus en plus sa monnaie, réduisant toujours davantage ses « coûts du travail » et ses « dépenses excessives », appelant les salariés à la discipline et enrôlant son opinion publique dans cette croisade mortelle pour le progrès social, la démocratie et la solidarité. Où serait l’avantage? Certes,le pire n’est jamais sûr, mais peut-on faire courir ce risque à son peuple …et à l’Europe, qui n’a vraiment pas besoin d’une nouvelle poussée de nationalisme et de xénophobie?

Une France de gauche a, à cet égard, un devoir d’initiative. Elle peut prendre des mesures en rupture avec l’actuel consensus de la classe dirigeante européenne chaque fois qu’elles sont susceptibles de crédibiliser aux yeux, non seulement d’une majorité de Français mais de millions d’Européens , la perspective d’un autre euro et d’une « autre Europe ».

——
(1) Bernd Riexinger, co-président de la Linke,d’Allemagne (Economie et Politique,mai-juin 2013.)

22 août 2013 at 9:04 1 commentaire

68 ANS APRES HIROSHIMA: « ARRETEZ LA BOMBE ! »

Quand des acteurs de la « société civile » du monde entier s’engage pour un enjeu de civilisation comme le désarmement nucléaire, ils méritent qu’on les salue! C’est le cas du réseau international des « Maires pour la paix » , présidé par le premier magistrat de la ville-martyr d’Hiroshima, Kazumi Matsui. Sa ville vient d’accueillir, à l’occasion du 68ème anniversaire de la tragédie des 6 et 9 août 1945 (1), la huitième Conférence organisée par l’association depuis sa création en 1985. Une initiative heureuse à plus d’un titre.

D’abord, il n’est pas indifférent qu’un événement de cette nature ait lieu au Japon en ce moment. Le nouveau Chef du gouvernement de Tokyo, le très conservateur , Shinzo Abe,  a, en effet, décidé de flatter les milieux les plus nationalistes de l’empire du soleil levant en annonçant sa volonté de réviser la Constitution du pays jugée trop pacifiste. De fait, la loi fondamentale d’après-guerre impose au Japon de « renoncer à jamais à la guerre ainsi qu’à la menace ou à l’usage de la force comme moyen de règlement des conflits internationaux ». On mesure la portée politique et symbolique de l’amendement de cet « article 9 » tant honni des milieux militaristes nippons ! Le vice-Premier ministre en a du reste illustré les dérives possibles en déclarant incidemment: « La Constitution de l’Allemagne de Weimar a été discrètement remplacée par celle de l’Allemagne nazie. Pourquoi ne pas s’inspirer de leur tactique ? « …Un grand rendez-vous international pour la paix à Hiroshima est, dans ce contexte, particulièrement bienvenu.

Ensuite, cette Conférence a pour mérite de rappeler solennellement l’incommensurable danger que représente,dans un monde aussi instable, la persistance de ces armes nucléaires dont la puissance cumulée représente aujourd’hui des centaines de milliers de fois celle qui suffit hier à anéantir Hiroshima ou Nagasaki, et dont la détention anachronique par une dizaine de pays favorise inévitablement la prolifération.

Aussi est-il hautement salutaire que des élus des cinq continents fassent leurs les cris d’alarme répétés au sujet de la terrifiante spécificité de ces armes « du fait de leur pouvoir de destruction, des souffrances humaines indicibles qu’elles causent,de l’impossibilité de maitriser leurs effets dans l’espace ou le temps, des risques d’escalade qu’elles comportent et de la menace qu’elles constituent pour l’environnement, les générations futures et de la survie même de l’humanité » (2) et relaient auprès des citoyennes et des citoyens cette exigence à faire grandir à tout prix auprès des dirigeants concernés: « arrêtez la bombe! » (3) C’est naturellement là l’intérêt direct de la récente rencontre d’Hiroshima:  encourager le développement de cette coopération inédite entre plus de 5600 villes et communes de 156 pays sur un sujet de dimension hautement politique, voire anthropologique. La France -puissance nucléaire, donc directement concernée- est présente dans ce réseau depuis 1997, avec une bonne centaine de collectivités. Nombre de villes d’autres pays européens -Allemagne, Belgique, Italie, Espagne, République tchèque…- y tiennent également leur place. Mais on peut mieux faire !

Dans le prolongement des « lanceurs d’alerte » lucides et courageux que furent les Einstein, Oppenheimer ou Joliot-Curie, et à l’instar d’un Albert Camus qui écrivit deux jours après le bombardement d’Hiroshima : « la civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie », souhaitons que beaucoup d’autres maires viennent renforcer cette chaîne généreuse et responsable pour le désarmement nucléaire et pour la paix.

———–
(1) Les bombardements atomiques des villes d’Hiroshima et de Nagasaki par l’armée des Etats-Unis. Le site du réseau est:  http://www.afcdrp.com
(2) Déclaration du Comité International de la Croix-Rouge (Oslo-mars 2013)
(3) Titre d’un ouvrage de Paul Quilès, du Général Norlain et de Jean-Marie Collin sur le désarmement nucléaire. (Cherche-Midi éditeur 2013)

8 août 2013 at 5:43 3 commentaires

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 172 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

août 2013
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Commentaires récents

Robert Loiseau sur NON , LA CAMPAGNE DE 2005 N…
Sylvie sur D’ISRAEL À LA TURQUIE :…
de ANDRADE sur LES TROIS PREMIÈRES LEÇONS DU…
Gabriel Legros-Colla… sur FACE À L’ EFFET TRUMP,…
Gabriel Legros-Colla… sur WOLFGANG SCHÄUBLE, «…

Catégories

Pages

Pages