Archive for avril, 2012

22 avril : et l’Europe dans tout cela ?

Les résultats du premier tour des élections présidentielles nous livrent nombres d’enseignements politiques utiles à la poursuite de l’expérience salutaire du Front de Gauche.Certains d’entre eux mériteront de faire l’objet de débats approfondis, au-delà de l’échéance du 6 mai qui doit permettre d’assurer la défaite de Nicolas Sarkozy. La question européenne est dans ce cas.

Tout d’abord, un constat d’apparence banale appelle en fait des confrontations d’opinions très poussées: depuis 2010, toutes les élections dans l’Union européenne, de Londres à Dublin ou de Lisbonne à Madrid (sans oublier le cas d’espèce de Rome…) se sont traduites par une sanction populaire,souvent sévère,des dirigeants en place, qu’ils aient été libéraux ou sociaux-démocrates.Quoi de plus logique? Ils appliquent tous,dans leurs grandes lignes,les mêmes politiques de régression sociale issues de la « coordination économique européenne » placée sous la tutelle des Etats les plus puissants,la vigilance impitoyable de la BCE et la domination des marchés financiers.On se souvient du bon mot (de mauvais goût) de Jean-Claude Juncker, Président de l’eurogroupe: » On sait quelles mesures prendre. Ce qu’on ne sait pas,c’est comment se faire réelire une fois qu’on les a prises. » Pour tenter d’échapper au sort de ses pairs,malgré le rôle d’aiguillon qu’il a joué au côté de sa suzeraine, Angela Merckel, pour imposer ces orientations honnies,Nicolas Sarkozy n’a pas hésité à miser sur le nationalisme,en agitant à l’égard de Bruxelles la menace de quitter l’espace Schengen et de refermer les frontières françaises aux ressortissants européens, ou en annonçant le « gel de la contribution française à l’Union européenne. »On connait désormais le résultat de cette stratégie de Gribouille…Elle doit faire réfléchir tous ceux qui seraient tentés d’emprunter cette voie minée:l’orthodoxie libérale matinée de démagogie populiste conduit à la défaite,singulièrement aggravée par le triomphe de l’extrême droite!

Par ailleurs,François Hollande, mesurant la défiance grandissante de son propre électorat vis à vis de cette machine « austéritaire » et coercitive qu’est devenue l’Union européenne,a pris l’engagement de « renégocier » le projet de traité sur la discipline budgétaire qui est censé entrer en vigueur début 2013.Les lecteurs les plus attentifs savent que ses ambitions transformatrices sont, en la matière, modestes: l’ajoût d’une déclaration en faveur de la croissance…Mais les Français dans leur plus grand nombre en attendront beaucoup plus, qu’ils aient voté pour le candidat socialiste ou non. Une nouvelle désillusion à ce propos serait, on l’imagine aisément, en plus d’un échec electoral problable, du pain bénit assuré pour le FN. Jusqu’où?

Tout cela conduit à se dire que si le Front de Gauche n’existait pas, il faudrait, vite, l’inventer! Sur les enjeux européens, en effet, il fait vivre les idées et les pratiques de l’ expérience de démocratie citoyenne exemplaire que fut la campagne contre le TCE de 2004-2005: pas de fuite en avant antieuropéenne, mais au contraire un projet européen solidaire, en rupture profonde avec le modèle caricatural imposé aujourd’hui.Que cette perspective alternative ait conquis une place de choix dans le débat national -et même européen- est un succès à apprécier à l’aune des dangers mortels que nous venons de rappeler.

26 avril 2012 at 3:41 Laisser un commentaire

Les nouvelles voies d’une politique étrangère de gauche…

165 personnalités progressistes originaires de 32 pays ont récemment signé un appel international en faveur du Front de gauche. Elles y déclaraient vouloir se solidariser avec une France qui s’inscrive « dans la tradition des Lumières, de la Révolution de 1789, de la Commune,du Front populaire,de la Résistance. » Ce type d’initiative,qui traduit une attente perceptible dans bien des régions du monde,révèle « a contrario » les frustrations sinon le dégoût suscités parmi les nombreux amis de la France par l’image déplorable qu’en aura répandue Nicolas Sarkozy durant son quinquennat. De l’alignement servile sur Washington (dès l’ère Bush) à la complaisance ostentatoire affichée à l’égard des dirigeants israéliens quel qu’ils fûssent; de la circulaire Guéant contre les étudiants étrangers à la stigmatisation des migrants et à l’expulsion des Roms ; de la poursuite de la « Françafrique » au déshonorant « Discours de Dakar » méprisant « l’homme africain insuffisamment entré dans l’histoire », l’on ne compte plus les occasions où cet avocat décomplexé de cet « Occident » jugé supérieur aux autres « civilisations » ,adepte des coups médiatiques mais dépourvu d’éthique autant que de vision,a fait honte au pays qu’il était censé représenter.En politique étrangère aussi, les scrutins à venir doivent permettre de changer la donne.

Il faut donc souhaiter, non seulement que le prochain Président soit de gauche,mais que celui-ci se sache porteur d’un mandat exigeant de son peuple. Il aura,en effet,à peine élu,à prendre ses responsabilités.

Ainsi, dès le mois de mai, se tiendra un important Sommet de l’OTAN à Chicago.Pour le nouveau Président ,ce devrait être l’occasion d’ annoncer ne serait-ce que le retrait de la France du commandement intégré de l’Organisation,autrement dit la simple mais symbolique annulation de la décision de Nicolas Sarkozy. Le même mois (20-21 mai),se tiendra par ailleurs, toujours aux États-Unis, à Camp David,un Sommet du G8,en marge duquel doit être relancé le projet ultra-libéral de création d’un gigantesque « marché transatlantique ». Le nouveau chef de l’État a le devoir de s’opposer radicalement à ce saut sans précédent dans un monopoly planétaire touchant les marchandises,les produits agricoles,les services,les produits culturels,les investissements,la propriété intellectuelle,l’accès aux marchés publics…Un mois plus tard (20-22 juin),aura lieu au Brésil le nouveau « Sommet de la Terre »,appelé « Rio + 20 » parce qu’il se déroule vingt ans après la grande Conférence des Nations Unies sur le changement climatique,la biodiversité et le développement durable.La nouvelle voix de la France devra exprimer une ambition forte, tant auprès de ses partenaires européens que dans le cadre du Sommet lui-même, pour la défense des biens communs de l’humanité et l’exigence d’avancées réelles vers une gouvernance écologique de la planète.

Ce ne sont là,évidemment, que quelques exemples de défis immédiats et déjà programmés qui attendent le futur locataire de l’Elysée. D’autres s’imposeront d’eux-même, hors de tout calendrier pré-établi. Parmi eux,celui des conséquences imprévisibles mais à coup sûr dramatiques de l’aventure militaire occidentale en Libye dont Nicolas Sarkozy fut si fier d’être l’initiateur.En fait de « protection de la population », ce conflit aura non seulement fini par plonger la Libye dans le chaos,  mais  il est en passe de conduire à la déstabilisation du Mali, voire -dans le contexte d’une crise alimentaire déjà tragique en elle-même- des autres pays de la région,en particulier le Niger. Le futur Président devrait,espérons-le,tirer comme leçon de ce nouveau bourbier,après le fiasco afghan et face aux menaces d’une intervention militaire contre l’Iran,que les problèmes du monde ne se règlent décidément pas par la guerre. Aura-t-il,par ailleurs,le courage de prendre le taureau par les cornes sur la question ,aujourd’hui scandaleusement reléguée à l’arrière-plan, de la création d’un État palestinien dans les frontières de 1967, en paix durable avec son voisin israélien ?

A plus long terme,la France sera jugée sur son engagement,par elle-même comme dans le cadre européen,dans la construction de relations internationales plus justes avec ses partenaires du Sud et les pays émergents,y compris sur le terrain ardu mais crucial de la lutte pour en finir avec la domination du dollar,au profit d’une véritable monnaie commune mondiale mise au service de l’émancipation humaine. En politique étrangère aussi: « l’humain d’abord » !

19 avril 2012 at 9:23 Laisser un commentaire

« GEL DU BUDGET EUROPEEN » : ENTOURLOUPE SARKOZYSTE

« Je vous annonce que la France demandera à ce que sa contribution au budget européen soit gelée, ce qui représentera une économie de 600 millions d’euros par an » a claironné le Président-candidat, à deux semaines d’une élection qu’il sait difficile pour lui.Pour la plupart des observateurs,Nicolas Sarkozy espère , par ce type de propos, »réconcilier la France du NON avec celle du OUI ». Pour faire clairement partie de la première, je me crois autorisé à dire tout le mépris que m’inspire cette opération à tous égards démagogique.

D’abord,dans la phrase prononcée par le Chef de l’Etat,chaque expression contient une inexactitude calculée.Ainsi,en fait d’ « annonce » ,cela fait en réalité déjà seize mois que Nicolas Sarkozy , avec Angela Merkel et le très réactionnaire Premier Ministre britannique,David Camerone, flanqués pour l’occasion de quelques autres chefs de gouvernement conservateurs, se font ,ensemble, les hérauts du gel (hors inflation) du budget européen jusqu’en 2020.Pour prétendre séduire des partisans du NON de gauche,il y a meilleur affichage!C’est pourquoi Nicolas Sarkozy le tait.De même, affirmer que « la contribution française » devra être gelée vise à flatter le NON de droite,nationaliste,mais cela ne correspond pas à la réalité: la négociation du budget européen se menant -côté Conseil-  à 27 Etats,, c’est au gel global du budget européen que veulent aboutir les trois poids lourds de l’UE et leurs alliés. Quant à « l’économie de 600 millions d’euros »  promise,elle est purement virtuelle,puisqu’elle est calculée par rapport à la proposition faite par la Commission européenne à l’ouverture de la procédure budgétaire, qui n’est jamais adoptée telle quelle à l’arrivée! D’ailleurs,un « gel » des dépenses,par définition, ne représente pas une « économie »,mais un statu quo…
Mais l’essentiel est ailleurs.Demander le gel d’un budget européen atteignant péniblement 1% des richesses produites tout en soutenant le modèle européen en vigueur n’a guère de sens.C’est ce qui est fait de cet argent qui pose problème ! Or, de cela, Nicolas Sarkozy ne dit mot,et pour cause!

Tenter d’orienter la colère de citoyens écrasés par la politique d’austérité vers la « contribution française au budget européen » est d’autant plus malhonnête de sa part que celle-ci est ,en définitive, très faible.La France « verse »,certes, 19 milliards d’euros à Bruxelles (chiffres de 2011), mais « reçoit » presque l’équivalent (dont 10 milliards au titre de la seule PAC). Le solde effectif tourne autour de…0,1 à 0,2% des richesses produites chaque année! Où serait sans cela « l’esprit de solidarité » que revendique la « Communauté » européenne?

Autre mensonge par omission du Président de la République: le silence sur la ristourne concédée chaque année à la Grande-Bretagne depuis 1984,quand les dirigeants européens de l’époque ont honteusement cédé au chantage de Madame Thatcher, dont Nicolas Sarkozy s’inspire aujourd’hui. La France a ainsi reversé à Londres , l’an dernier, la coquête somme de…823 millions d’euros (et même 4 milliards en 2010!), bien plus donc que les « économies  » fictives brandies par le candidat dans son accès de populisme électoral.

La morale de cette histoire, c’est que le NON de gauche à l’Europe actuelle -celui  qu’incarne le Front de Gauche- n’est en aucun cas récupérable par des appels au repli égoïste. L’Europe nouvelle que nous voulons repose sur des valeurs décidément non solubles dans le sarkozysme.

12 avril 2012 at 9:26 1 commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 179 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

avril 2012
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Catégories

Pages

Pages