Archive for janvier, 2015

LA BRÈCHE

wurtz-l-humanite-dimancheÀ partir de maintenant, le combat -certes de longue haleine!- pour « changer l’Europe » devient un objectif concret, tangible et à effet immédiat ! Le peuple grec et sa force de gauche, Syrisa, viennent d’ouvrir une brèche sans précédent dans une forteresse réputée inexpugnable : cette « Europe libérale »,  dont la majorité des Françaises et des Français avait, il y a bientôt dix ans, par un investissement citoyen exemplaire, ébranlé les fondements. Toutes les aspirations sociales, écologiques et démocratiques qu’elle avait alors foulées aux pieds n’ont fait, depuis, que s’exacerber de pays en pays , jusqu’à faire craquer enfin la carapace de la coalition des puissants . Merci au peuple grec, à Syrisa et à son Président ! Leur réussite est désormais un enjeu stratégique pour tout le « peuple de gauche ». Face à la caste dirigeante européenne , pour laquelle il est inconcevable que son pouvoir absolu puisse être menacé, il va falloir être à la hauteur de nos nouvelles responsabilités. Il en va de nos propres réussites futures.  Nous bénéficions pour cela de précieux enseignements de l’expérience grecque.

Le premier d’entre eux, c’est la force incomparable que représente la mobilisation d’un peuple, dès lors qu’elle est large et politiquement déterminée, pour faire avancer le débat d’idées ! Avez vous remarqué le nombre d’observateurs , y compris parmi ceux peu suspects de sympathie excessive pour Syrisa, qui ont, ces derniers jours, soudain découvert « le bilan social calamiteux du plan de sauvetage » de la Troïka; « les nombreuses erreurs et mensonges des gouvernements européens » durant ces « six années humiliantes et épuisantes »; « la gestion du cas grec mal engagée depuis le premier jour (1) ; ou qui relèvent que « le fait que le poids de la dette grecque est difficilement soutenable (…) fait son chemin » (2) . On ne saurait que s’en réjouir ! Mieux vaut tard que jamais…  Même le très orthodoxe Rédacteur en chef de l’Agence « Europe », a récemment reconnu du bout des lèvres, à propos des prêts consentis à la Grèce, que « les bénéficiaires de ces opérations sont parfois (sic) les banques qui les effectuent ». Quant au Président du groupe socialiste au Parlement européen, Gianni Pittela, réagissant aux menaces d’Angela Merkel à l’égard de Syrisa,  il a jugé « inacceptable que les forces de droite allemandes tentent de se conduire en Grèce comme un shérif ». La seule perspective de la victoire d’une gauche authentique a fait sauter de vieux blocages de la pensée. À méditer.

Une deuxième leçon à retenir de l’expérience grecque est, à mes yeux, la capacité remarquable qu’a montrée Alexis Tsipras à déjouer le piège tendu à la fois par le leader de la droite grecque, Samaras, et les principaux dirigeants européens, visant à le faire passer pour un « gauchiste » ignorant les rapports de force , prônant des mesures démagogiques et conduisant le pays à l’isolement. Le leader de la gauche grecque s’en est tenu avec une calme assurance au quatre piliers de son programme  -« la lutte contre la crise humanitaire; la relance de l’économie; la reconquête du travail; la réforme de l’Etat »- et à des mesures précises totalement indiscutables. Il s’est montré, sur cette base, ouvert à des négociations européennes et prêt à des compromis acceptables. Son autorité incontestée doit beaucoup à cette intelligence politique.

En troisième lieu enfin, il faut, je pense, retenir l’importance prise par la dimension européenne de la stratégie de Syrisa. Tant vis à vis des forces amies (Alexis Tsipras est vice-Président du Parti de la Gauche européenne, au côté de Pierre Laurent) qu’envers les institutions de l’UE, où le jeune dirigeant de la gauche grecque a multiplié les contacts. C’est tout cela qui fait la crédibilité d’un futur homme d’Etat.
Félicitations et bon vent !

Publicités

30 janvier 2015 at 12:05 Laisser un commentaire

UNE REPONSE DE GAUCHE A LA MONDIALISATION

wurtz-l-humanite-dimancheLe samedi 31 Janvier prochain se tiendra, à Paris, au Sénat, une rencontre publique ouverte à tous sur le thème : « Une réponse de gauche à la mondialisation » (1). C’est là une initiative particulièrement bienvenue dans le double contexte politique de ce début d’année. D’abord, le drame de Charlie hebdo, la réaction extraordinaire que celui-ci a suscitée en France et très au-delà, ainsi que les lourdes questions qu’il fait émerger sur l' »ordre » mondial actuel. Ensuite, la nouvelle donne qui est susceptible de résulter des élections grecques du 25 Janvier pour l’avenir de la construction européenne.

Certes, la rencontre publique du 31 Janvier était prévue bien avant ces événements. Divers acteurs progressistes de la politique internationale ont, à titre personnel, contribué de longue date à la maturation de ce projet . Ses initiateurs sont Michel Laurent, animateur du « LEM », un lieu de rencontres et de confrontation d’idées sur la société et la marche du monde créé il y a cinq ans par le parti communiste français, et Bertrand Badie, éminent -et passionnant- spécialiste des relations internationales qui a formé plusieurs générations de diplomates.  Tous deux visent à lancer, à gauche, le débat sur ce qu’il faut changer dans la politique européenne et étrangère de la France et dans la vision du monde dans laquelle ses dirigeants inscrivent leur action (ou leur inaction). Les développements les plus récents de l’actualité française, européenne et internationale ne rendent cette démarche que plus pertinente.

Ainsi, que de leçons à tirer des mobilisations populaires réellement historiques du 11 Janvier dernier et de leurs suites ! Elles ont révélé les fantastiques potentialités citoyennes que recèle toujours ce peuple et qui sont dramatiquement stérilisées ou contrariées dans le cadre politique, fataliste sinon désespérant, actuel ! Elles ont également (re)donné à voir les ressorts positifs d’une certaine conception -républicaine et pas du tout nationaliste- de la nation. Elles ont rappelé une nouvelle fois combien ce type d’engagement collectif libère la réflexion politique au sens le plus noble du terme : l’extrême droite a été condamnée à bouder , la droite sarkozyste à ramer, les dirigeants européens à faire contre mauvaise fortune bon cœur …En quelques jours, des valeurs héritées des « Lumières » ont conquis ou reconquis une foule de gens, au point que …le « Traité sur la tolérance », de Voltaire, s’arrache depuis dix jours dans les librairies ! À l’inverse, cette période a, dans le même temps, confirmé  la profondeur du malaise qui traverse notre société à force d’exclusion, d’humiliation, de stigmatisation, comme elle a mis en évidence les graves blessures qui enveniment la relation entre l’ « Occident » et le monde arabo-musulman. Tous ces enjeux seront au cœur des débats du 31 Janvier. L’accent sera mis, par-delà le constat et l’analyse de ces réalités, sur la recherche de solutions progressistes à ce qui est devenu une crise de civilisation.

La journée se divisera en deux grandes parties : la première – « Nouvelle Europe »- sera introduite par la représentante de Syrisa au Parti de la Gauche Européenne, notre amie Natasa Theodorakopoulou ; la seconde -« Nouveau Monde »- par l’Ambassadrice de Palestine auprès de l’Union européenne, notre chère Leila Shahid ! Ces deux invitées spéciales s’ajouteront au groupe de personnalités qui sont à l’origine de toute cette démarche (2). Beaux débats en perspective : nous en avons tous besoin !
———-
(1) Sénat (Salle Monnerville) Palais du Luxembourg – 15, rue de Vaugirard Paris 6ème. ( De 9h30 à 17h.) Réservation obligatoire ( et toute information utile ) à : lem@pcf.fr (Une invitation -nécessaire pour entrer au Sénat- vous sera envoyée par courriel) 
(2) Parmi elles -outre Michel Laurent et Bertrand Badie- Alain Gresh, journaliste; Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty International France; Dominique Vidal, journaliste; Anne Sabourin, membre du bureau du PGE;  Noël Mamère, député; Jean-Pierre Dubois, ancien président de la Ligue des Droits de l’Homme; et votre serviteur ; participeront au débat, ainsi que Marisa Matias, députée européenne du Portugal, et Eliane Assassi, présidente du groupe CRC au Sénat.

 

22 janvier 2015 at 8:21 Laisser un commentaire

LE SURSAUT

wurtz-l-humanite-dimancheContre l’abjection, pour la liberté et pour le « vivre ensemble », le peuple vient de se mobiliser spectaculairement et dans une grande dignité. Dans le contexte politique actuel, un tel hommage à une équipe de dessinateurs anticonformistes , amis du journal des communistes , antiracistes notoires, n’avait rien d’évident. Dans toute l’Europe et bien au-delà, de simples gens bouleversés ont exprimé leur solidarité. C’est la perspective de cette levée en masse qui a conduit les Chefs d’Etat et de gouvernement, à commencer par ceux de l’Union européenne, à participer exceptionnellement au rassemblement populaire parisien.

Nous venons de vivre un événement historique qui aura des suites. Mais la nature de celles-ci n’est pas écrite d’avance. Elles feront -et font déjà !- l’objet d’une bataille d’idées acharnée. La chef du FN , que tant de commentateurs voyaient volontiers « dédiabolisé », voire « normalisé », n’a-t-elle pas d’emblée réclamé le rétablissement de la peine de mort ? D’autres dirigeants politiques en ont appelé, dans une ambiguité de mauvais aloi, à la « défense des valeurs de l’Occident ». D’autres encore ont brandi l’épouvantail d’une « guerre de civilisation »…Mais, dans le même temps, que de beaux témoignages anonymes -ou de commentaires de proches des victimes- mettant en garde contre l’islamophobie et rejetant l’intolérance, le racisme, l’antisémitisme et toute forme de violence ! Est-ce le signe d’un sursaut de notre peuple ? En tout cas, c’est une chance à saisir: en faisant vivre ce courant d’opinion, en y favorisant des rapprochements progressistes, en travaillant à une perspective dans laquelle il puisse à nouveau se reconnaitre! Voilà une belle feuille de route pour une gauche digne de ce nom ! À cet égard, le fait que tant de regards européens soient aujourd’hui tournés vers la France renforce l’enjeu politique de cette confrontation d’idées.

La réponse européenne à ces attentats ne peut, en effet, se limiter au nouvel « agenda de sécurité intérieure » auquel travaille la Commission de Bruxelles ! Celle-ci vise en particulier à instaurer un système européen de collecte de « données passagers » (PNR) semblable à ce qui existe pour les voyageurs désirant se rendre aux États-Unis : une mesure que rejette jusqu’ici le Parlement européen, soucieux de concilier sécurité et protection des données personnelles. La Commission Juncker envisage en outre de développer encore le « Système d’Information Schengen » (SIS) , énorme fichier informatique comportant déjà plus 1,2 million de signalements de personnes ( Chiffres de la CNIL datant de 2009 !) . Bruxelles prévoit également un renforcement du cadre juridique « si besoin par une modification de la décision-cadre relative à la lutte contre le terrorisme et les législations nationales concernées ». Or, autant il serait irresponsable de négliger les mesures préventives et les coopérations nécessaires dans le domaine du renseignement, autant ce type de fuite en avant sécuritaire est à bannir. Non seulement, il fait fi des libertés individuelles, mais il a largement prouvé son inefficacité en termes de sécurité publique. Et surtout, il passe à côté de l’essentiel, à savoir l’ éradication des sources du terrorisme.

On ne soulignera jamais assez, à cet égard, les effets dévastateurs de toutes les guerres menées par « l’Occident » au nom de ses « valeurs »en Afghanistan, en Irak, en Libye ou ailleurs ! Et que dire du soutien apporté à des « combattants de la liberté » (ainsi appelés tant qu’ils s’opposent aux adversaires de l’Occident), qui ne deviennent des djihâdistes que lorsqu’ils se retournent contre leurs anciens parrains ? Sans oublier le cœur de ce Moyen-Orient incandescent, symbole par excellence des identités blessées des peuples arabes et musulmans qui « ont le sentiment d’être poussés hors de l’Histoire » (Mahmoud Darwich) : la Palestine occupée ! Or, combien de nos concitoyens ressentent-ils intimement les effets de ces humiliations en plus des atteintes quotidiennes à leurs propres droits et à leur dignité en France même ! Voilà les sources auxquelles s’abreuvent les fanatiseurs criminels , à la recherche de proies pour la « guerre sainte ». C’est pourquoi , la vraie suite à « Je suis Charly »s’appellent la justice, le respect et la paix.

15 janvier 2015 at 8:36 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 171 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

janvier 2015
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Pages

Pages