Archive for mars, 2021

HDP,  COMME « HONNEUR », « DÉMOCRATIE » ET « PAIX » !


Dans la longue série d’atteintes à la démocratie dont il se rend systématiquement coupable, le président turc est en train de franchir un pas d’une gravité exceptionnelle.
Non content de poursuivre sans relâche la persécution du HDP, le grand parti progressiste (souvent qualifié de façon réductrice de « parti pro-kurde »), emprisonnant son emblématique fondateur, Sélahattin Demirtas, et nombre de ses dirigeant.es et élu.es , destituant ses maires, pourchassant ses militant.es ou sympathisant.es, il envisage aujourd’hui ni plus ni moins que l’interdiction pure et simple de ce parti ! Un procureur turc vient, en effet, de saisir la plus haute Cour du pays pour faire condamner le HDP pour « terrorisme » afin de le faire disparaître de l’échiquier politique. 
Pourquoi cet acharnement de la part d’Erdogan contre la troisième force politique de Turquie ? « Les membres du HDP s’efforcent, par leurs déclarations et leurs actes, de détruire l’union indivisible entre l’Etat et la nation », ânonne le procureur dans la langue de bois nationaliste du pouvoir.
Cette « union indivisible » n’est rien d’autre que la négation des doits des nombreuses minorités du pays. Quant à « l’Etat », c’est le pouvoir d’Erdogan.
La « nation » est ainsi sommée d’épouser sans broncher la vision ultra-conservatrice de la Turquie professée par son « Chef », tant sur le plan religieux que politique. Ce discours nous renvoie à un épisode-clé de la diabolisation du HDP, il y a bientôt 6 ans.
Aux élections législatives de juin 2015 -censées consacrer la toute-puissance du patron de la Turquie- , Erdogan subit sa première défaite après 13 ans de pouvoir sans partage : il perd la majorité absolue, indispensable pour changer la Constitution et ouvrir la voie à la présidentialisation du régime. Et l’auteur de ce crime de lèse-majesté s’appelle Sélahattin Demirtas ! À la tête du HDP, il vient de permettre à ce jeune parti -créée en 2012- de franchir ( largement ) la barre historique des 10% et d’envoyer du même coup 80 députées et députés au Parlement ! Les premières paroles de ce charismatique avocat défenseur des droits de l’homme, devenu un leader politique brillant, cultivé et moderne, résument bien la nature de l’antagonisme entre Erdogan et son principal opposant :  « C’est la victoire commune de tous les peuples opprimés : turc, kurde, arabe, caucasien, arménien, bosniaque ; de toutes les ethnies de ce pays, de tous les peuples discriminés qui veulent vivre libres et penser librement » affirme d’emblée Demirtas ! Et, de fait, le HDP se révèle un ferment d’ouverture unique en Turquie : les femmes y exercent , à l’égal des hommes, des responsabilités jusqu’au plus haut niveau; toutes les minorités y jouissent de droits égaux et la jeunesse qui s’était révoltée en masse pour la démocratie dans le parc de Gezi, à Istanbul, deux ans auparavant, se reconnaît enfin dans un parti.
Pour Erdogan, c’est un défi rédhibitoire : de ce jour date sa volonté de détruire le HDP et tous ceux et celles qui le font vivre au quotidien. Aujourd’hui, il rêve de lui asséner le coup de grâce (1).
C’est dire l’urgence d’une solidarité aussi forte que large pour ce parti qui est l’honneur de la Turquie, et l’espoir d’un avenir fait de démocratie et de paix dans ce grand pays.

(1) Significativement, Erdogan retire au même moment la Turquie du traité d’Istambul sur les violences faites aux femmes !

25 mars 2021 at 2:47 Laisser un commentaire

LA « COMMUNE DE PARIS » ET LA GAUCHE ALLEMANDE

 Les réflexes de classe ont la peau dure : 150 ans après, la droite parisienne n’a toujours pas digéré la prise de pouvoir des ouvriers et artisans de la capitale, assiégée par les troupes prussiennes et désertée par un gouvernement conservateur prêt à capituler devant l’ennemi et à lui abandonner l’Alsace et la Lorraine .
Pour ces conservateurs endurcis, qui ont si souvent le mot « République » à la bouche, il ne saurait être question de commémorer une expérience historique à laquelle, pourtant, l’idéal républicain -le vrai : social et démocratique- doit tant. Si la droite française tourne ainsi le dos à une page aussi emblématique de l’histoire de son pays, nous constatons avec une grande satisfaction l’intérêt porté à la Commune de Paris par nos amis de…la gauche allemande . 
Cela ne date pas d’aujourd’hui. Si l’on trouve toujours à Berlin une « Rue de la Commune de Paris », malgré la vague de débaptisations qui a suivi la chute de la RDA, c’est précisément parce que cette référence a toujours fait sens pour une partie de la population, du moins dans la partie orientale de la ville.
C’est d’ailleurs à cette adresse symbolique que la puissante « Fondation Rosa Luxemburg », attachée à « Die LINKE », a récemment décidé d’installer son siège. Cette même institution a, surtout, montré son attachement à l’esprit de la « Commune » en prenant l’initiative de proposer à son homologue française, la Fondation Gabriel Péri, créée à l’initiative du PCF, d’organiser en commun une belle initiative sur le sujet, ce 18 mars, jour anniversaire de la proclamation de la Commune. Entrecoupés de moments culturels liés aux luttes des Communards -la chanson du « Temps des cerises »,  une brève lecture de textes de Karl Marx et d’August Bebel, un poème d’Arthur Rimbaud, la version originale de « l’Internationale »…- , trois débats bilingues offrent un captivant échange franco-allemand sur les origines, l’expérience et l’héritage du « premier gouvernement ouvrier ». De la belle ouvrage. (1)
Voilà qui poursuit avec bonheur l’internationalisme de la Commune », dont le « ministre » du Travail, Léo Fränkel, était un ouvrier bijoutier d’origine hongroise et dont l’animatrice de « l’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés », Elisabeth Dmitrieff, était une révolutionnaire et féministe russe, tandis que, parmi les communards fusillés par les Versaillais, figuraient, selon leurs bourreaux eux-mêmes, « Italiens, Polonais, Hollandais, Allemands ». (2) Plus généralement, comme l’avait noté Karl Marx, « Sous les yeux de l’armée prussienne qui avait annexé à l’Allemagne deux provinces françaises, la Commune annexait à la France les travailleurs du monde entier ».(3)

(1) gabrielperi.fr
(2) « Droit et Liberté » No 300 (mars 1971), cité par « Les Amis de la Commune de Paris » (29/4/2020)
(3) « La guerre civile en France ». 

18 mars 2021 at 7:28 Laisser un commentaire

BIDEN ET L’EUROPE: APRÈS LE SOULAGEMENT, LES QUESTIONS

 Voilà 50 jours que Joe Beiden, le classique, a remplacé Donald Trump, le sulfureux, à la Maison Blanche.
Ce changement au sommet vient d’améliorer spectaculairement l’image des Etats-Unis en France: plus 18 points d’opinions favorables, qui restent néanmoins légèrement minoritaires (51% d’opinions défavorables contre 49%  d’opinions favorables, dont 6% « tout à fait favorables ») (1).
Ces réponses sont à rapprocher de celles recueillies dans une autre enquête, réalisée, elle, dans 11 pays européens , dont la France, après l’élection américaine mais avant la prise de fonction du nouveau Président : « à chaud », donc (2). À l’époque, seules 9% des personnes interrogées déclaraient avoir « confiance en l’Amérique », tandis qu’ un Européen sur trois -et plus d’un Allemand sur deux- estimaient que « les Américains ne sont plus dignes de confiance » pour avoir massivement soutenu le milliardaire populiste. On peut conclure de l’évolution positive des opinions exprimées au fil des premières apparitions de Joe Biden que celui-ci bénéficie pour un temps d’un « état de grâce » . À ce stade, cela se comprend aisément : le nouveau dirigeant n’a-t-il pas, d’emblée, renoué avec l’Accord de Paris sur le climat, réintégré l’Organisation mondiale de la santé, reconduit l’accord américano-russe, Start 2, sur la réduction des armes stratégiques, et, quoique de façon ambiguë, affirmé son accord de principe pour une relance de l’Accord de Vienne sur le nucléaire iranien ? 
Problème : il y a nombre de domaines où Biden n’opèrera pas de volte-face par rapport à la politique de son prédécesseur. Tout simplement parce qu’il y a des « fondamentaux » que tous les Présidents  américains appliquent, chacun dans son style propre, obnubilés qu’ils sont par l’exercice de leur leadership sur le reste du monde. « America first » et autres pratiques unilatérales et dominatrices en font partie, qu’elles soient commerciales, monétaires, technologiques, juridiques (l’extraterritorialité du droit américain) ou militaires :  l’administration Biden n’a nullement l’intention d’y renoncer. À l’inverse, Washington rejette farouchement, aujourd’hui  comme hier, toute « ingérence » de la justice pénale internationale dans les affaires intérieures des Etats-Unis… et même dans celles de  certains de leurs alliés : ainsi, l’équipe de Biden « s’oppose fermement » à l’enquête ouverte par la Cour pénale internationale (CPI) sur des crimes de guerre présumés que l’armée israélienne est susceptible d’avoir commis dans les territoires palestiniens occupés !
Pourtant, c’est au nom des droits de l’homme et de la démocratie que le nouveau Président américain veut coûte que coûte enrôler l’Union européenne dans une croisade contre la Chine…
Après le soulagement de voir enfin, à nouveau, à Washington, un interlocuteur « normal », viendra très vite, pour l’UE, l’heure des questions sur ce qui ne peut plus durer dans un « partenariat transatlantique » digne de ce nom.

———(1) Sondage Odoxa pour les « Entretiens européens d’Enghien »-IRIS  (6/3/2021)
(2) Sondage réalisé par les instituts YouGov et Datapraxis pour le think tank European Concil on Foreign Relations entre novembre et décembre 2020 (voir Le Monde, 19/1/2021)

11 mars 2021 at 12:50 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 251 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

mars 2021
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

Catégories

Pages

Pages