Archive for mars, 2010

Mon intervention au Parlement européen sur la Préparation du sommet du G20 de 2009

25 mars 2010 at 4:50 Laisser un commentaire

CE QUE NOUS REVELE LA « CRISE GRECQUE »

Personne ne nie les spécificités de la situation de la Grèce et notamment les responsabilités propres aux gouvernements successifs qui ont présidé aux destinées de ce pays, toutes ces dernières années.  Pourtant, ce que l’Union européenne – et les media – désignent un peu trop facilement comme la « crise grecque » dépasse en réalité très largement les limites d’un cas particulier. 

On peut d’abord y voir une illustration flagrante d’un vice de conception essentiel de la monnaie unique européenne: un même euro fort appliqué à des économies aussi divergentes que l’allemande et la grecque, parce que le but qui lui est assigné est d’allécher les capitaux avides de rendements élevés, et non de favoriser le développement économique et social et la résorption des inégalités entre les pays de la zone.

  

La crise grecque nous éclaire également sur le degré de « solidarité » qui règne au sein de la zone euro!  Non seulement la pauvre Grèce se voit clouée au pilon par les grands argentiers de « l’Union »: la Banque centrale, l’Eurogroupe, le Conseil économique et  monétaire, de même que la Commission Barroso – qui l’ont placée sous tutelle et la soumettent à une pression toujours plus impitoyable.  Mais voilà que ses propres voisins, – pourtant dirigés comme elle par des gouvernements socialistes, comme le Portugal et l’Espagne, eux aussi dans le collimateur des « investisseurs » – loin de songer à s’entraider pour faire face à la meute, s’évertuent à prouver aux « marchés » que leur propre situation n’a décidément rien à voir avec celle du mouton noir athénien sans parler de l’Italie de Berlusconi qui se démarque bruyamment de pestiféré grec en se déclarant en superforme… malgré son record absolu d’endettement public.  Quant à Nicolas Sarkozy, il compte tirer profit de la situation pour justifier une cure d’austérité.  Nous reviendrons sur chacun de ces symptômes d’une Europe libérale décidément bien mal en point. 

Mais c’est sur une autre révélation de la « crise grecque » que je veux m’arrêter aujourd’hui: à savoir ce nouvel imbroglio financier mêlant Wall Street, nombre d’Etats européens – et pas seulement la Grèce – voire diverses institutions européennes, sur le dos des peuples concernés et de la cohésion européenne elle-même. 

Rappel: tout commence avec une nouvelle charge contre la Grèce, accusée d’avoir falsifié les comptes publics du pays pour pouvoir afficher des déficits allégés.  Raison de plus – disait-on à Bruxelles – pour surveiller ces « cueilleurs d’olives » pas sérieux et tricheurs!  Manque de chance, on apprend que c’est le gratin des banques américaines, et notamment le géant Goldman Sachs, qui ont aidé le gouvernement grec – contre la modique somme de 300 millions de dollars – à maquiller ses bilans.  Angela Merkel se drape aussitôt dans sa vertu libérale en jugeant « scandaleuse » cette complicité.  Las: de vieux secrets refont surface.  Il apparait que de tels montages acrobatiques ont cours depuis dix ans, qu’ils ont concerné non seulement les gouvernements grecs successifs – Pasok et droite – mais d’autres pays membres, et non des moindres.  Et ce, en toute légalité!  On appelait cela de l’ « innovation financière » quand il s’agissait de « titrisation des dettes » (Italie) – des dettes sont revendues au marché sous la forme de titres financiers, faisant disparaître les créances correspondantes dans la présentation des déficits – ou  bien « créativité comptable », quand cela ne concernait « que » des jeux d’écritures exploitant les zones grises des règles en vigueur (Allemagne ou France).  Et les institutions européennes savaient, laissaient faire, voire s’en rendaient complices, comme le laisse entendre un ancien ministre socialiste grec à propos de M. Barroso. 

Tout cela ne peut en rester là.  La transparence s’impose et les leçons doivent en être tirées!  Non celle, hypocrite et perverse, qui menace d’émerger: celle d’aller vers une sorte de super-pacte de stabilité encore plus contraignant, mais celle d’un diagnostic global de cette construction européenne qui prend l’eau de toutes parts et de la mise en débat d’un nouveau projet européen.

Chronique pour l’H.D.

22/02/2010

 

24 mars 2010 at 3:40 Laisser un commentaire

EUROPE: LE CRUEL REVELATEUR GREC!

La cruelle épreuve imposée au peuple grec, et, dans une moindre mesure, à de plus en plus d’autres peuples de l’Union européenne, révèle au grand jour tris vérités essentielles qui sont en contradiction totale avec des « certitudes » affichées jusqu’ici, avec leur suffisance habituelle, par les principaux dirigeants européens.

         D’abord, l’appartenance à la zone euro ne préserve nullement un Etat de la rapacité impitoyable des marchés financiers. 

         Il a suffit que l’une des trois « agences de notations » – privées –qui sont chargées par les plus gros « investisseurs » de les mettre en garde contre les risques de défauts de paiements « dégrade la note » de la Grèce pour que ce pays soit littéralement cloué au pilori par les porte paroles monétaires de l’ « Union ».  Tour à tour, MM. Trichet, président de la Banque centrale européenne; Junker, président de l’Eurogroupe – qui réunit les ministres des finances de la zone -; Almunia, commissaire européen aux affaires économique et financières, ont exercé des pressions inouïes sur le gouvernement socialiste tout juste élu pour lui arracher un plan d’austérité sans précédent. 

         Et sans attendre, l’euro ne protège en rien la Grèce contre une mesure de représaille immédiate des « marchés »: elle va devoir payer, pour ses emprunts à 10 ans, un taux d’intérêt…de 70% supérieur au taux de référence – celui dont bénéficie l’Allemagne!  Une mesure qui ne peut qu’enfoncer un peu plus un Etat pris à la gorge.  Certes, le gouvernement (conservateur) « sortant » grec a bien des choses à se reprocher, mais quel « excès », l’Agence de notation, pointe-t-elle en particulier: un système de retraite « extrêmement généreux et non réformé »…  Et d’ailleurs la Grèce n’est pas le seul pays de la zone euro à être dans le collimateur des « marchés ».  Les traders anglo-saxons appellent élégamment « PIGS » (les cochons en anglais!) le Portugal, l’Irlande, la Grèce et l’Espagne (Spain) qu’ils entendent surveiller de près…  L’Italie est également citée.  Sans parler des pays baltes ou de la Hongrie – hors zone euro. 

         On voit combien il est décisif qu’une Europe transformée se donne les moyens d’être beaucoup moins dépendante des « marchés » pour financer son développement!  Ce qui repose en particulier la question si décisive d’une réorientation profonde du rôle de la Banque centrale européenne comme celle de l’utilisation de l’arme du crédit bancaire pour influer sur les critères de gestion de entreprises. 

         Le deuxième scandale que révèle le drame imposé au peuple grec – et à tous ceux qui sont confrontés à des problèmes de finances publiques et d’endettement « excessifs », c’est la place de la solidarité que leur réservent les traités européens, de celui de Maastricht à celui de Lisbonne.  Ces textes – comme nous l’avons souvent rappelé -, non seulement ne prévoient pas de mécanisme de secours, mais « INTERDISENT » formellement à l’Union ou à un Etat membre de voler au secours d’un autre Etat de la zone Euro! (Article 125 du Traité).  Cette disposition encourage aujourd’hui les « investisseurs » – ceux-là même qui, avec leurs « agences de notation » ont poussé l’économie mondiale au bord de l’abîme il y a un an – à se défier si brutalement de la Grèce.  Au point que, la zone euro risque d’éclater.  C’est la crainte d’un tel clash – qui éclabousserait toute l’ « Union » monétaire – qui conduit ses dirigeants à laisser entendre qu’ils violeraient, le cas échéant, leur propre traité, pour éviter le pire.  Ils accepteraient de repêcher un Etat défaillant: mais alors, gare à la facture pour le peuple concerné!  Vive le – si chèrement acquis – traité de Lisbonne. 

         La troisième évidence que rappelle cette affaire gravissime – qui ne fait que commencer -, c’est qu’à l’opposé de toutes les annonces officielles de la dernière période, la crise du système n’est pas « derrière nous »!  Le pire, en la matière, est l’auto-intoxication de nos dirigeants: le 10 décembre dernier, les chefs d’Etat et de gouvernements étaient réunis à Bruxelles pour décider des modalités de « sortie de crise ».  Les « marchés » leur ont fait promptement changer d’ordre du jour…

Chronique pour l’H.D.

13/12/2009

23 mars 2010 at 3:50 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 172 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

mars 2010
L M M J V S D
« Nov   Avr »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Commentaires récents

Robert Loiseau sur NON , LA CAMPAGNE DE 2005 N…
Sylvie sur D’ISRAEL À LA TURQUIE :…
de ANDRADE sur LES TROIS PREMIÈRES LEÇONS DU…
Gabriel Legros-Colla… sur FACE À L’ EFFET TRUMP,…
Gabriel Legros-Colla… sur WOLFGANG SCHÄUBLE, «…

Catégories

Pages

Pages