Archive for mars, 2010

AU POETE DE LA FRANCE REBELLE

J’étais en train de réfléchir à ma chronique de la semaine.  Je comptais proposer de l’intituler: « Nous sommes tous des Grecs! » – tant l’orage qui s’abat sur ce peuple cher doit non seulement nous émouvoir, mais nous alerter sur le gros temps que porte la nuée au-dessus de nos propres têtes.  C’est alors qu’en allumant la radio à l’heure des infos, j’entendis en guise de titre, la chaude voix de Jean Ferrat.  Je compris aussitôt que le poète de « ma France, la belle, la rebelle » venait de nous quitter… 

         Tristesse: le mot est bien trop faible et trop banal pour décrire ce que ressent en ce moment quiconque a été nourri, au fil des étapes de son propre engagement, par ses accents de générosité et son insatiable goût du combat pour « un monde où l’on n’est pas toujours du côté du plus fort ».  Instantanément nous reviennent des passages chantés avec une telle sincérité et une telle justesse qu’ils sont gravés dans notre mémoire comme autant de marqueurs de l’identité humaniste qu’il incarnait à merveille: « On vit l’Espagne rouge de sang crier dans un monde immobile »; « Marin, ne tire pas sur un autre marin »; « Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux »; « Ah, Monsieur D’Ormesson, vous osiez affirmer qu’un air de liberté flottait sur Saigon! », et aussi « Camarades, que venez-vous faire ici? », à Prague… 

         A mesurer l’intensité de l’émotion suscitée par la disparition de cet éveilleur de consciences, qui « ne chantait pas pour passer le temps » mais pour exprimer une saine révolte contre l’injustice et l’oppression et s’engager, au milieu des humbles, au service de l’émancipation humaine, on ne peut qu’être conforté dans l’idée que cette éthique, si étrangère au culte du « gagneur » dont on nous abreuve, – de même que le choix d’une vie pleine de pudeur et de retenue si opposé à l’exacerbation des ego qui peuplent notre univers – continuent de répondre à une attente profonde en France et au-delà.  C’est le magnifique message d’espoir que nous lègue Jean Ferrat. 

« Cet air de liberté au-delà des frontières

Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige

         Et dont vous usurpez aujourd’hui le prestige

         Elle répond toujours du nom de Robespierre

         Ma France »

20 mars 2010 at 10:38 Laisser un commentaire

« TRIBUNAL RUSSELL » : JUSTICE POUR LA PALESTINE !

Du 1er au 3 mars s’est tenue, à Barcelone, la première audience internationale du « Tribunal Russell » sur la Palestine.  Une initiative hautement intéressante comme on va le voir.  C’est en 1967, à l’initiative de Lord Russell, Prix Nobel, qu’était née l’idée de faire, avec l’aide de juristes de renom et de grands témoins, le procès public des responsables de la guerre du Vietnam.  Cette mise à nu rigoureuse et professionnelle des violations du droit international par un Etat réputé intouchable avait eu beaucoup d’échos.  Il est donc particulièrement bienvenu qu’à l’appel, notamment, de notre amie Leila Shahid – ambassadrice de Palestine auprès de l’Union européenne – et de la courageuse lauréate israélienne du Prix Sakharov (décerné il y a neuf ans par le Parlement européen sur proposition de notre groupe de la Gauche unitaire européenne), Nurit Pelet, ce type de mobilisation soit renouvelé : cette fois sur la Palestine. 

        

Dans le prestigieux immeuble de l’ordre des avocats de la capitale catalane se sont ainsi retrouvés, devant un public nombreux – et avec retransmission en direct à la télévision et sur internet -, le jury composé de 8 éminentes personnalités (anciens prix Nobel, ambassadeurs, ministres, magistrats de haut rang…d’Europe, d’Afrique et des Etats-Unis); 9 experts juridiques et judiciaires (dont un avocat israélien) appelés à éclairer le tribunal ainsi qu’une dizaine de « grands témoins », qualifiés de par leurs expériences au Proche Orient pour s’exprimer sur le sujet.  Chaque expert comme chaque témoin devait présenter sa part de vérité pendant vingt minutes puis répondre à un feu roulant de questions du jury.  Remarquable. 

         On a ainsi entendu, par exemple, que la France et l’Allemagne vendaient des armes à Israël, en violation ouverte d’une décision commune des 27 pays de l’Union européenne, prise en 2008 et relative à l’exportation d’armements à destination de pays qui ne respectent pas les accords internationaux et se rendent coupables d’atteintes aux droits humains.  On a appris que, durant la seule opération militaire « Plomb durci » contre Gaza, en décembre 2008, l’armée israélienne a détruit des installations construites grâce à des fonds européens d’un montant de plus de 12 millions d’euros sans que l’UE n’exige la moindre réparation.  De nombreux cas de « complicité passive » des dirigeants européens avec les politiques illégales d’Israël ont été relevés, la Commission de Bruxelles allant jusqu’à se désolidariser brutalement de son représentant sur place qui venait de désigner – fort justement !- la colonisation comme « l’obstacle principal » à la solution des problèmes ! 

 

         Un accent particulier a été mis sur l’arrêt de la Cour internationale de Justice de  juillet 2004 qui avait souligné que le Mur violait triplement le droit international : en remettant en cause le droit à l’autodétermination du peuple palestinien ; en confisquant des terres par la force ; et en transgressant le droit humanitaire international, en particulier la 4ème Convention de Genève de 1949. 

         Un ancien officier supérieur, membre de la Commission des Nations Unies qui a produit le Rapport Goldstone – établissant que l’armée israélienne avait commis des « crimes de guerre » à Gaza il y un peu plus d’un an-, a apporté des informations terrifiantes sur l’utilisation du phosphore blanc –  400 000 récipients, en quelques jours, de « ce produit toxique qui abîme définitivement l’appareil respiratoire de ceux qui en inspirent la fumée, en particulier les enfants, attirés par son odeur et ses petites flammes »! 

         Telle autre jeune femme, qui avait participé, à titre bénévole, aux services médicaux durant les massacres, a restitué pour le Tribunal les attaques de drones israéliens contre les ambulances, tuant une femme enceinte ainsi que l’équipe de sauvetage !  « Pourquoi les Etats du Conseil de Sécurité ne réagissent-ils pas à une telle escalade ? – s’est-elle écriée. Il faut que de tels actes coûtent à Israël ! » 

         Dans ses conclusions, le tribunal, unanimement, est allé dans ce sens en « appelant l’Union européenne et chacun de ses Etats membres à imposer les nécessaires sanctions » à Israël afin de « mettre un terme à l’impunité dont il a joui depuis des décennies. » 

         Voilà un acte fort qui mérite d’être largement popularisé par quiconque a à cœur le simple respect du droit international par tous les Etats.  Sans aucune exception.

Pour lire mon rapport au tribunal cliquez ici

 

17 mars 2010 at 11:41 Laisser un commentaire

VIVE LE 8 MARS!

A la veille du 8 mars, je souhaite consacrer ma 200ème chronique au combat pour l’égalité hommes-femmes en Europe.  Cela me donne l’occasion de revenir sur une belle initiative à laquelle j’ai eu la chance de pouvoir prendre part, le mois dernier,  au cœur de l’Europe centrale à Sisak, en Croatie.  Il s’agissait d’un séminaire consacré aux droits des femmes en Europe, co-organisé par le « Réseau d’élus et d’autorités locales progressistes d’Europe » (REALPE) – dont font notamment partie les élus locaux et régionaux du PCF et de partis progressistes d’une quinzaine de pays du continent, membres ou proches du groupe de la Gauche unitaire européenne (GUE-NGL) au Parlement européen -; par l' »Initiative féministe européenne » (IFE), un réseau de femmes progressistes qui rayonne sur toute l’Europe et réalise un travail remarquable que j’ai eu l’occasion d’évoquer; et enfin par une ONG croate de démocratie locale (ADL).

          Se sont ainsi retrouvées, deux jours durant, pour confronter leurs expériences et joindre leurs efforts, des femmes de Croatie, de Macédoine, de Chypre, du @Portugal, d’Autriche, d’Allemagne, de Belgique et de France.  Ont également tenu à participer à ces échanges passionnants deus représentantes du pays hôte: la responsable aux questions féminines auprès du gouvernement croate ainsi que la médiatrice nationale spécialement chargée du suivi de l’application des droits des femmes.  Les débats ont essentiellement tourné autour de trois thèmes: les femmes sur le marché du travail; la santé génésique – contraception, IVG, éducation sexuelle… -; la participation des femmes à la vie politique, du niveau local à l’échelon national.

          Informées de l’imminence d’un vote au Parlement européen sur un rapport préparé par la « Commission des Droits de la femme et de l’Egalité des genres » – que préside depuis les dernières élections une membre de longue date de notre groupe GUE-NGL, notre amie suédoise Eva-Britt Svensson – les participantes à la rencontre de Sisak ont lancé un appel aux groupes parlementaires européens pour les inviter à soutenir les idées essentielles du texte, excellent, préparé par la Commission des Droits de la femme (Rapport Tarabella).

          Un premier axe de ce rapport consistait à analyser l’impact de la crise actuelle sur les femmes.  Rappelons à ce propos que le temps partiel touche, en proportion, quatre fois plus les femmes que les hommes.  Les femmes sont également souvent majoritaires dans les services publics qui risquent de pâtir lourdement des  politiques d’austérité à l’œuvre ou annoncées.  Sans oublier le cas des femmes les plus exposées: femmes handicapées, mères isolées; retraitées touchant des pensions de misère du fait de l’interruption de leur activité professionnelle; conjoints aidants dans l’artisanat, le commerce, l’agriculture, la pêche et les petites entreprises familiales; migrantes; femmes appartenant à des minorités…

          Un deuxième intérêt du rapport en question était une série de critiques pertinentes envers les politiques menées, tant pas les institutions européennes que par certains Etats membres vis à vis des femmes.  Ainsi montrait-la face cachée du taux d’emploi (près de 60%) des femmes dans l’Union européenne.  Cela « n’a pas entrainé une amélioration des conditions d’emploi des femmes » y était-il noté.  « Celles-ci sont toujours victimes d’une ségrégation professionnelle et sectorielle ».  Autre exemple: la Commission européenne n’a toujours pas répondu à la demande du Parlement d’une proposition législative révisée sur l’application du principe d’égalité de rémunération  entre les hommes et les femmes.  Le rapport rappelait aussi que ces questions étaient « quasiment absentes de la stratégie de Lisbonne. ».

          Troisième richesse du rapport de la « Commission pour l’Egalité des genres »: l’établissement d’une sorte de feuille de route du Parlement européen en matière de lutte pour les droits des femmes.  Il mettait un accent particulier sur les objectifs de la « promotion de la conciliation entre vie professionnelle, familiale et privée »; du « partage égal des responsabilités professionnelles et familiales »; du besoin de mesures concrètes contre les discriminations de genre.  Il insistait également sur les « actions visant à améliorer l’accès des femmes aux services de santé sexuelle et reproductive. »  Il appelait enfin à des objectifs contraignants « favorisant une présence équilibrée des femmes et des hommes aux postes de responsabilité dans les entreprises, l’administration et les organes politiques. ».

          Eh bien, quelle ne fut pas, quelques jours après ce passionnant débat de Sisak et l’interpellation des parlementaires européens pour qu’ils soutiennent le rapport de la Commission des Droits de la femme, la joie d’apprendre que ce rapport, a été, pour l’essentiel, adopté en séance plénière du Parlement européen – le 9 février dernier -, offrant de solides points d’appui au combat pour cette grande cause démocratique.  Vive le 8 mars!

 

Chronique pour l’H.D

28/02/2010

 

15 mars 2010 at 3:22 Laisser un commentaire

Articles Plus Récents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 244 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

mars 2010
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Commentaires récents

Gilbert Gimenez dans LE RAPPORT « AMBIVA…
jean-louis Hoffet dans FACE À LA CRISE : STOP À L…
gibert dans PALESTINE : FACE À TRUMP, QUEL…
jean-louis Hoffet dans RÉVÉLER ENCORE ET TOUJOURS LA…
KACZMAREK PATRICK dans ENVERS LES KURDES , A NOUVEAU,…

Archives

Catégories

Pages

Pages