Archive for avril, 2021

« PLAN DE RELANCE » DE L’UE : POURQUOI CETTE LENTEUR ?



Huit mois déjà que les 27 Etats membres de l’Union européenne se sont mis d’accord sur le fameux « Plan de relance » de 750 milliards d’euros, dont 390 milliards de subventions. Cet argent est majoritairement destiné aux pays les plus durement touchés par la pandémie et la crise économique et sociale qui l’accompagne.
C’est donc immédiatement qu’ils ont besoin d’aide…et pourtant, on attend toujours que le premier euro leur soit effectivement versé ! « Bureaucratie européenne ! » est-on tenté de s’écrier. Pas sûr. Voyons de plus près où le bât blesse. 
En premier lieu, le choix a été fait d’emprunter cette somme considérable sur les marchés financiers, plutôt que de faire appel à la création monétaire de la Banque centrale européenne -un tabou qui ne relève pas de la simple bureaucratie, mais d’une idéologie néolibérale particulièrement rigide (« l’ordolibéralisme » allemand ) , ce qui est bien plus grave. Il en résulte que les 27 parlements nationaux (et les parlements régionaux là où ils existent) doivent ratifier l’accord pour autoriser la Commission européenne à emprunter en leur nom. Or, le 21 avril dernier, pas moins de 10 pays membres n’avaient toujours pas voté sur ce texte !
En outre, le versement de telles sommes nécessite un contrôle du respect des critères (un peu vagues) décidés en commun pour l’utilisation des financements : 37% doivent s’inscrire dans les priorités environnementales (notamment climatiques) ; 20% dans la transition numérique; par ailleurs, l’ « État de droit »doit permettre de s’assurer que les fonds européens n’atterrissent pas dans des circuits parallèles, etc…La Commission de Bruxelles a donc été chargée de vérifier avec chaque État membre la bonne application de ces règles . Si elle s’en était tenue à cela, on pourrait, certes, parler de bureaucratie, mais, pas condamnable dans son principe. Beaucoup plus grave a été la volonté  de la Commission d’imposer une condition supplémentaire à l’obtention des crédits : celle d’appliquer ses « recommandations » du type « réformes structurelles », qui ont donné lieu à de longs bras de fer avec certains gouvernements !
Cerise sur le gâteau -qui, cette fois, n’est pas imputable à « l’Europe » : le 26 mars dernier, la Cour constitutionnelle allemande -saisie par l’un des co-fondateurs du Parti d’extrême-droite AfD pour vérifier si ce « Plan de relance » n’entraînait pas des risques financiers pour l’Allemagne…- suspendait la ratification de Berlin pendant près d’un mois ! 
Aux dernières nouvelles, l’argent commencera à être débloqué en juillet…Il restera alors un dernier défi à relever dans les années à venir : trouver de nouvelles ressources financières pour l’UE, pour rembourser -progressivement, entre 2028 et  2058- les 390 milliards de subventions à la place des États bénéficiaires.
Le débat est lancé à ce propos. C’est le moment de relancer l’exigence de mesures telles que la taxe sur les transactions financières ou la taxe « GAFAM » sur les géants du numérique . Quant à un impôt conséquent sur les profits et les fortunes, utilisons sans modération  l’ « effet Biden » sur les Européens ..

29 avril 2021 at 6:52 Laisser un commentaire

L’UE SE DOTE D’UN BUDGET DE GUERRE… « POUR LA PAIX »



Vous en souvenez-vous ? En septembre dernier, face à l’extrême gravité de la crise sanitaire et économique qui frappait -et frappe toujours- l’humanité tout entière, le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, avait solennellement engagé « la communauté internationale à redoubler d’efforts pour qu’un cessez-le-feu mondial devienne une réalité d’ici la fin de l’année (2020) ».  

Dans cet esprit, 2021 avait été proclamée par l’Assemblée générale de l’ONU « Année internationale de la paix ».
 C’est cette période-là que l’Union européenne a choisie pour créer (le 22 mars dernier) un nouveau Fonds appelé : « Facilité européenne pour la paix » et doté (dans l’immédiat) de 5 milliards d’euros pour les sept prochaines années. Cette somme est notamment destinée à « fournir des équipements militaires, renforcer les infrastructures et apporter un soutien, à la demande de pays tiers » (1).

Cette mesure a suscité des inquiétudes de la part de plusieurs Etats membres et entraîné de nombreuses critiques des députés européens. Mais il n’y a pas, là, de quoi gêner les promoteurs de cette « Facilité » !  En effet, ce Fonds sera alimenté par les seuls Etats membres qui entendent participer à ces opérations de financement d’armes : il se passeront des boudeurs. En outre, ces versements se feront directement des Etats vers le Fonds, sans passer par le budget européen . Or, qui dit « hors budget » dit « hors contrôle parlementaire ». Exit l’éventuel obstacle du Parlement européen. 

Jusqu’ici, il existait déjà un dispositif de ce type pour couvrir les dépenses liées au déploiement des missions de l’UE elle-même à l’étranger : c’est en particulier le cas des six opérations militaires en cours en Méditerranée, en République centrafricaine, au Mali, en Somalie et en Bosnie-Herzégovine . Désormais, ce nouveau mécanisme permettra -souligne l’UE en recourant à un euphémisme non dénué de cynisme- d’ « élargir sa portée géographique ». Autrement dit, de financer l’armement de « partenaires » extérieurs, et ce « n’importe où dans le monde »…

Cette initiative à rebours du besoin pressant de pacification des relations internationales n’est pas digne d’une Union européenne si fière de ses « valeurs » ! Nous nous reconnaissons, a contrario, dans cette vérité très actuelle lancée au monde dès le lendemain de la Seconde guerre mondiale par l’un des artisans de la création de l’UNESCO, le poète américain Archibald MacLeish : « La paix est bien plus que l’absence de guerre. La paix est positive, non négative. C’est une manière de vivre ensemble qui exclut la guerre, plutôt qu’une période sans guerre durant laquelle les peuples s’efforcent de vivre ensemble » (2).

———(1) Cité par le site « Euractiv » (24/3/2021)
———(2) Voir Chloé Maurel : « Les grands discours à l’UNESCO, de 1945 à nos jours » (Editions du Croquant, 2021)

22 avril 2021 at 6:22 Laisser un commentaire

HOMMAGE À ROLAND WEYL

Résultat d’images pour roland weyl avocat

Le Parti communiste français vient de perdre, avec Roland Weyl, l’un de ses plus prestigieux avocats et le Barreau de Paris son infatigable doyen.
J’ai eu le privilège de suivre plusieurs décennies de sa longue carrière. Sa forte personnalité, son engagement sans relâche -au côté de son épouse Monique- au service de grandes causes comme la défense des droits fondamentaux du peuple palestinien, son plaidoyer rigoureux pour le respect des principes de la Charte des Nations unies… sont quelques uns de ses traits emblématiques que retiendra quiconque l’ayant côtoyé. Le dernier souvenir que je garderai de Roland WEYL est impérissable  : c’est celui de l’impressionnante prestation qu’il offrit -mêlant, tantôt avec gravité, tantôt avec humour, évocations historiques, hommages confraternels et anecdotes savoureuses- à l’occasion de son centenaire, à un public ébahi, dans l’ancien cœur judiciaire de la capitale, le mythique Palais de Justice de l’Ile de la Cité.
Roland est un homme que l’on n’oublie pas.
J’adresse à ses enfants France, Danielle et Frederick, ma profonde sympathie.

22 avril 2021 at 6:18 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 255 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

avril 2021
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Catégories

Pages

Pages