Archive for 3 avril 2021

GEORGES MONSONEGO, UN SCIENTIFIQUE PASSIONNÉ ET PASSIONNANT

 
J’ai connu Georges Monsonego depuis le début des années 70. De réputation, d’abord : son aura de Professeur d’Université, de Directeur de recherche du CNRS, de Directeur du Centre de calcul de Cronenbourg…impressionnait beaucoup l’étudiant que j’étais. Puis, jeune communiste strasbourgeois, j’eus le privilège de côtoyer cette personnalité admirée et respectée par tous ses camarades. Je me souviens avoir été impressionné par la facilité avec laquelle on pouvait l’aborder. De nature réservé, presque timide, il était aux antipodes de ces « sachants » imbus de leur savoir et prompts à vous faire sentir que vous ne faites pas partie de leur monde. Georges était « quelqu’un ». 
Les circonstances nous ont, par la suite, conduits à nous voir plus souvent. Toujours disponible malgré ses lourdes charges de Délégué régional à la recherche puis de Conseiller auprès du ministre de la recherche, il ne m’a jamais refusé un service : avis sur un texte, rédaction d’une note ou échange sur une question délicate touchant à ses compétences. C’était un scientifique passionné et passionnant. Il ne manquait pas une occasion de fustiger les nombreuses marques de désinvolture envers l’esprit scientifique qu’il regrettait de constater dans le débat public. 
J’associe le souvenir de Georges Monsonego , dont je m’honore d’être devenu un ami, à celui une autre figure emblématique du monde scientifique, communiste lui aussi : le grand mathématicien Jean-Pierre Kahane. Puisse leur riche héritage intellectuel et humain continuer de nourrir la culture des nouvelles générations. 

Strasbourg, le 1 avril 2021
FRANCIS WURTZ

3 avril 2021 at 5:56 Laisser un commentaire

« CONFÉRENCE SUR L’AVENIR DE L’EUROPE » : EN ÊTRE OU PAS ?

Le 9 mai prochain sera lancée, au siège du Parlement européen, à Strasbourg, la « Conférence sur l’avenir de l’Europe » . Il s’agit d’une idée d’Emmanuel Macron, que les « 27 » ont reprise à leur compte.
Pendant un an seront ainsi organisés, dans tous les pays membres, des débats -dans un premier temps en visioconférence- ouverts à toutes et à tous. Pour tenter de regagner la confiance des citoyennes et des citoyens, l’Union européenne dit vouloir connaître -« sans tabou »- tant leurs critiques que leurs propositions. Les conclusions de cette consultation géante seront tirées dans un an .  
Le hasard n’est évidemment pour rien dans le fait que la partie la plus médiatique de cette initiative -et notamment le moment où en seront tirées publiquement les conclusions- coïncidera avec le semestre de… »présidence française de l’Union européenne » (janvier-juillet 2022). Mieux, la clôture de la Conférence est prévue 9 mai 2022, en plein second tour de l’élection présidentielle ! Cela tombe décidément bien pour le Président-candidat , qui a décidé de faire de « l’Europe », le thème central de sa campagne…
Faut-il, pour autant, pour ce qui concerne la « gauche critique », bouder cette Conférence, voire considérer que, l’ « Europe » ayant mauvaise presse, il ne serait guère important de s’appesantir sur cette dimension de la bataille politique à venir ? Ce serait, à mes yeux, une grave erreur. Les thèmes aujourd’hui mis en avant par l’Union européenne, ne peuvent être balayés d’un revers de main : « le Pacte vert »; la « transition numérique »; la « souveraineté de l’Europe face aux géants américains et chinois »; le « salaire minimum européen »; « l’Etat de droit »; « la protection des frontières extérieures »… Chacun de ces enjeux appelle au contraire une analyse fine, permettant de mettre au jour à la fois ses aspects positifs, ses limites, ses contradictions et, le cas échéant, ses effets pervers. 
Si la « gauche critique » négligeait les occasions qui vont se présenter d’approfondir tous ces vrais sujets, elle laisserait s’installer un véritable piège politique : celui d’enfermer le débat dans un choix binaire , simpliste sinon caricatural : pour ou contre « l’Europe ».
Du pain bénit pour Macron et…Le Pen. D’un côté, seraient  mis en valeur les discours sur l’Europe -souvent habiles- du premier. De l’autre, tous les mécontents de l’Europe actuelle se feraient draguer par la seconde. Empêcher ce piège grossier de fonctionner est, à mon sens, le grand défi à relever durant les mois à venir par ce que j’appelle la « gauche critique » -qui peut se reconnaître dans différentes formations politiques, organisations syndicales, ou mouvements associatifs. Puisse-t-elle être à l’initiative, face aux deux protagonistes de ce piège, pour démystifier le discours trompeur de l’un sans prêter, si peu que ce soit, le flanc à la démagogie mortifère de l’autre !
Autrement dit, en préférant l’argument au slogan, la réflexion au réflexe et une vision alternative au rejet pur et simple . Cela se prépare dès maintenant. 

3 avril 2021 at 5:52 Laisser un commentaire


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 251 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

avril 2021
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Catégories

Pages

Pages