Archive for janvier, 2017

FACE À L’ EFFET TRUMP, « FAIRE BLOC » NE SUFFIT PAS !

wurtz-l-humanite-dimancheLes milieux dirigeants européens sont littéralement abasourdis par les déclarations de Donald Trump, hostiles à l’UE ou en contradiction avec certaines de leurs « vaches sacrées ». Leur désarroi, voire leur panique, sont à la mesure de l’allégeance qu’ils vouaient jusqu’ici au grand frère américain, qui leur garantissait, en retour, de jouer le rôle de « protecteur » de la « famille occidentale ».

La seule parade qu’ils aient trouvée jusqu’ici face aux attaques et aux menaces du nouveau locataire de la Maison Blanche est d’appeler les Européens à « faire bloc », selon l’expression de notre ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault. Mais faire bloc autour de quelles positions ? Il est illusoire d’imaginer faire « l’unité des Européens » simplement en prenant le contre-pied systématique des affirmations -au demeurant aussi floues que paradoxales- du nouvel homme fort de Washington ! Certes, il faut espérer qu’une majorité d’Européens ne nourrisse aucune sympathie pour ce milliardaire raciste, xénophobe, sexiste, et foncièrement démagogue, dont le programme tient en deux mots : « L’Amérique d’abord » ! Le problème est que, pour galvaniser ses partisans et déstabiliser ses adversaires, ce bateleur malin appuie là où ça fait mal. Or, c’est là que le bât blesse pour l’Union européenne : elle a de nombreuses plaies ouvertes sur lesquelles il est facile à Trump de jeter du sel ! Elle a perdu la confiance de la majorité de ses citoyens , ce qui la rend très vulnérable au discours du démagogue américain.

Exemple : l’obsession de l’UE pour le libre-échange, souvent synonyme de concurrence sauvage, de chômage et de reculs sociaux. Trump dit vouloir s’y opposer. Il semble donc en accord avec des millions d’Européens -même si, en réalité, son projet de guerre commerciale à outrance risque de conduire à des résultats tout aussi désastreux pour les peuples des deux rives de l’Atlantique. Il en va de même lorsqu’il pointe le caractère « obsolète » de l’OTAN. C’est, en soi, pour beaucoup d’Européens, un constat indéniable -même si, dans l’esprit de Trump, il s’agit vraisemblablement surtout de soutirer plus d’argent aux membres de l’Alliance. On peut encore citer son intention supposée de lever les sanctions contre la Russie, en échange -si l’on comprend bien la logorrhée confuse du personnage- d’une négociation sur la réduction de l’armement nucléaire. Dit ainsi, difficile d’y voir un danger pour la sécurité du continent -même si Trump ajoute, énigmatique, qu’il fera « confiance à Vladimir Poutine ( et à….Angela Merkel ), mais peut-être pas pour longtemps »!

En clair : oui, l’UE serait dans son rôle en travaillant aux convergences les plus larges possibles contre les politiques probablement ultra-régressives du nouveau Président américain ( capitalisme sauvage; dérégulation maximale; unilatéralisme dominateur; chasse aux migrants; provocations contre la Chine; non respect de la COP 21…) Elle serait dans son rôle en allant à la rencontre d’alliés dans les autres régions du monde, à commencer par l’Amérique qui résiste et se mobilise -celle qui s’était reconnue dans le combat de Bernie Sanders. Le problème est qu’elle n’est plus crédible pour mener ce combat. C’est plus que jamais aux forces de progrès attachées à un projet européen coopératif et solidaire de prendre l’initiative . Maintenant.

Publicités

26 janvier 2017 at 9:24 1 commentaire

CHYPRE : DES PAS EN AVANT…SUR UN LONG CHEMIN.

wurtz-l-humanite-dimancheLa reprise des négociations sur la réunification de Chypre, à Genève, la semaine dernière, a relancé l’espoir d’une solution à un problème vieux de plus de 42 ans. Le médiateur de l’ONU chargé de ce dossier y a vu « un moment historique » . Comment, en effet, ne pas se réjouir de voir se rencontrer, aux côtés des représentants des deux principales communautés de ce pays -les Chypriotes grecs et les Chypriotes turcs- , les ministres des Affaires étrangères des trois Etats officiellement « garants » de la sécurité de l’île ( La Grèce, la Turquie et la Grande-Bretagne ) ; le Secrétaire général des Nations-Unies; le Président de la Commission européenne et la responsable de la diplomatie de l’UE ? Mieux : pour la première fois, les deux parties ont accepté d’échanger des cartes de l’île représentant leur vision respective du tracé des deux composantes du futur Etat de Chypre réunifié ! Qui plus est : bien qu’elles soient, pour l’instant, confidentielles, on croit savoir que les deux propositions sont relativement proches ( un peu moins de 30% du territoire seraient administrés par la communauté chypriote-turque ). Ce pas en avant est de bon augure, même si, souvent, le diable est dans les détails…

Des avancées sont également à noter -sans que l’on puisse encore parler d’accord- sur d’autres points très litigieux. C’est le cas du droit des réfugiés des deux communautés à recouvrer leurs propriétés d’origine. Est également sur la table la question du mode de gouvernement du futur Etat : ce sera une Fédération dont la Présidence et la vice-présidence pourraient être alternativement exercées par chacune des deux principales composantes de la population. Reste à déterminer la représentation la plus équitable de chaque communauté dans les rouages de cet Etat. Enfin -là encore, pour la première fois- un débat a été lancé sur la question cruciale des garanties de sécurité du futur Etat réunifié. C’est là l’une des questions les plus délicates. C’est vrai pour les Chypriotes eux-mêmes : aux yeux des uns, la Turquie constitue le principal danger ; du point de vue des autres, Ankara est synonyme de protecteur de dernier ressort. La même contradiction oppose les Etats censés être les « garants » de la sécurité de l’île depuis son indépendance en 1960 : la Grèce de Tsipras estime que Chypre doit être un Etat souverain et considère comme anachronique la notion de « garant » ; pour Erdogan, au contraire, « la Turquie comme garant (doit) rester là pour toujours ». Or, si personne n’imagine voir les 30 à 40 000 soldats turcs occupant le nord de l’île depuis 1974 quitter d’un coup le pays, leur retrait progressif est une exigence évidente pour la communauté chypriote-grecque.

C’est dire si le chemin sera encore long vers une solution globale du problème chypriote. Cela étant, pour qui a suivi les efforts déployés -en particulier pendant la présidence du ( communiste ) Demetris Christofias ( 2008-2013 )- pour créer les conditions d’une dynamique de confiance réciproque et d’avancées concrètes, il est clair que l’on vient d’en recueillir quelques fruits et de franchir un palier. L’optimisme mesuré qui en résulte est notamment dû à la volonté constructive du nouveau leader de la communauté chypriote turque, Mustafa Akinci, qui, élu pour relancer les négociations, a repris à son compte l’essentiel des acquis des pourparlers de l’ère Christofias , comme point de départ de nouvelles discussions. Le véritable obstacle à une avancée décisive n’est pas à Chypre-même, mais au sommet de l’Etat de la puissance occupante. Ce qui place tant l’Union européenne -dont la République de Chypre est membre- que la « Communauté internationale » devant leurs responsabilités.

19 janvier 2017 at 12:03 Laisser un commentaire

IL FAUT DEMOCRATISER « ERASMUS » !

wurtz-l-humanite-dimancheDemandez à des étudiants -y compris britanniques…- de vous citer une réalisation positive de l’Union européenne , ils vous répondent : « Erasmus ». Et pour cause ! Grâce à ce programme de mobilité étudiante lancé il y a exactement trente ans, en 1987, et qui s’est sensiblement étendu et diversifié depuis, quelque quatre millions de jeunes Européens -étudiants surtout, mais également, depuis peu, lycéens, apprentis, demandeurs d’emploi, doctorants et même enseignants- ont effectué dans un autre pays que le leur, qui un stage de quatre semaines, qui une formation professionnelle d’un semestre, qui une année universitaire complète dans un établissement d’enseignement supérieur.

Pour tous les jeunes concernés, l’intérêt d’une telle expérience est multiple . Le premier est naturellement éducatif : l’acquisition de connaissances complémentaires dans un cadre scolaire ou universitaire ou encore un centre de formation nouveau par rapport à leur contexte national , constitue souvent un enrichissement qualitatif de leurs études ou de leur formation. Il s’y ajoute une valeur ajoutée sociale : un tel séjour a toutes les chances d’apporter à qui en bénéficie un atout bienvenu pour la recherche de son futur emploi. Mais c’est sans doute à l’épanouissement personnel d’un ou d’une jeune que cette immersion précoce dans une autre société que la sienne apporte le plus : les liens tissés avec des amis « étrangers »; la familiarisation avec d’autres cultures; l’initiation concrète à une forme de coopération internationale et de partenariat, sont autant de sources d’ouverture d’esprit propices à une approche sereine et constructive du monde interdépendant qui est aujourd’hui le nôtre. Pour toutes ces raisons, on ne peut que se réjouir de l’existence de cet acquis trentenaire de l’Union européenne, auquel participent à présent 33 pays d’Europe, et même 169 nations du monde pour les étudiants en master !

Raison de plus pour saisir l’occasion des commémorations de ce bel anniversaire pour tenter une évaluation équilibrée de cette réalisation. On vient d’en mesurer la portée positive; examinons-en à présent le plus sérieux manque à gagner. Nous nous en tiendrons ici à un seul grief car il est, de loin, le plus largement partagé, tant par d’anciens bénéficiaires de ces programmes que par certains des nombreux autres qui n’ont pas eu leur chance : le financement européen d’Erasmus est très loin de correspondre aux besoins ! Malgré une récente revalorisation du budget qui lui est consacré (qui atteint désormais environ 1,7% des dépenses totales de l’UE), le montant des bourses accordées (soit entre 150 et 300 euros par mois environ pour un étudiant ou une étudiante) n’a tout simplement rien à voir avec le coût réel d’un séjour dans la plupart des pays d’accueil ! Les bénéficiaires sont donc tributaires des aides complémentaires (de plus en plus aléatoires) versées par les collectivités territoriales dont ils dépendent, ainsi que de la contribution familiale quand c’est possible . Ces contraintes éliminent nombre de candidats : « En 2016, à peine 61% des demandes de financement de projets de mobilité et de partenariat, tous secteurs confondus, ont été satisfaites » ! (1) Et encore ne s’agit-il là que des demandes réellement déposées ! Mais combien sont-ils ou elles, en particulier parmi les apprentis, à connaître vraiment cette possibilité, à être pleinement rassurés sur les conditions de leur séjour à l’étranger ou à être épaulés auprès de leur employeur pour être en mesure de se porter sereinement candidat ? Et reste par dessus tout la question cruciale du financement ! La solution permettant de dépasser cette forme de discrimination est à rechercher du côté de l’idée d’une « allocation de mobilité adaptée aux réalités sociales » des jeunes, voire de celle de « la création d’un service public européen » destiné à aider les jeunes en question non seulement à s’installer dans le pays d’accueil, mais à bénéficier d’un accès au logement, aux soins médicaux et aux transports. (2) Cela s’appelle la démocratisation .

——–
(1) Sandrine Doucet, députée au Parlement européen, auteure d’un rapport sur le sujet, citée dans « Le Monde » (6/1/2017)
(2) Voir « Progressistes » (avril-juin 2014) : Jérémy Roggy, alors responsable Erasmus au CN de l’UEC.

12 janvier 2017 at 7:56 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 171 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

janvier 2017
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories

Pages

Pages