Posts filed under ‘Trump’

MACRON-BIDEN : LE PRIX DE LA VASSALISATION

Donald Trump a théorisé l’ America first , Joe Biden le pratique.
Les envolées lyriques du Président américain en recevant au début du mois Emmanuel Macron  -« La température est peut-être fraîche en cette matinée lumineuse de décembre, mais nos cœurs sont chauds d’accueillir des amis si proches à la Maison Blanche »…-  et les figures de style de son homologue français  -« nous allons synchroniser nos approches et nos agendas »-  n’y ont rien changé : Emmanuel Macron est reparti bredouille, s’agissant de l’enjeu principal de sa « visite d’Etat », à savoir exempter l’UE des effets de l’Inflation Réduction Act. On le sait : une disposition de cette loi réserve aux seules productions made in USA  quelque 400 milliards de dollars d’aides et de crédits d’impôts, en particulier dans le secteur des véhicules électriques et des industries liées à la défense du climat. Force est de constater que les récriminations du Président français contre ces mesures « super agressives » qui risquent de pousser à des délocalisations depuis l’Europe vers les Etats-Unis n’ont pas ému l’ami et l’allié américain : « Je ne m’excuse pas », a même sèchement rétorqué ce dernier. Aucune remise en cause de cette législation n’est donc à attendre. Mais qui pouvait en douter?  

Emmanuel Macron et, plus généralement, les Européens ont-ils espéré un retour d’ascenseur de Washington pour compenser leurs achats massifs de gaz liquéfié  -qui plus est à un prix quatre fois plus élevé que ne le payent les industriels américains !-  sans parler des importations inconsidérées d’avions de chasse F-35, de blindés, de missiles et de pièces d’artillerie, au nom de la solidarité transatlantique ? Le Président français a même cru  -dans l’espoir de faire fléchir le « boss » du monde occidental-  devoir invoquer « l’avantage pour les Etats-Unis » que représenterait une Europe forte…« compte tenu des priorités qu’ils ont dans l’Indo-pacifique ou à l’égard de la Chine » ! Une allusion directe à l’appel à « mobiliser les démocraties » derrière Washington dans sa croisade contre le grand rival asiatique, qu’avait lancé le Président Biden en juin 2021, lors de sa toute première visite en Europe. Là encore, Emmanuel Macron a fait choux blanc. C’est que, pour la Maison Blanche, dans le funeste contexte mondial que nous subissons aujourd’hui, la « solidarité » est plus que jamais à sens unique, les « alliés » sont nécessairement alignés, chaque capitulation accroît la vassalisation. Pour avoir rangé leurs velléités d’ « autonomie stratégique » ou de « souveraineté européenne » au magasin des illusions perdues, les dirigeants européens  payent désormais au prix fort leur choix de l’occidentalisme contre celui d’ un multilatéralisme conséquent. Puissent leurs déboires actuels contribuer à leur ouvrir les yeux. Ou plutôt, puisse la douloureuse expérience du désordre mondial actuel casser dans les esprits le mythe de la puissance et de ses corollaires : la hiérarchie des États et les rapports de domination. 

8 décembre 2022 at 5:15 1 commentaire

CE QUE LA « COVID-19 » NOUS RÉVÈLE SUR L’ETAT DU MONDE

Pourtant, notait récemment avec pertinence Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), en présentant son dernier ouvrage (1) : « Du fait du Covid, il y a eu un blocage général durant quatre mois. Pour la première fois depuis que le monde existe, l’humanité tout entière craignait la même chose. C’est le plus grave défi depuis 1945, pour tous. Cela montre le niveau de globalisation du monde ! » Le hiatus entre besoin et réalité d’un authentique multilatéralisme est béant.  

Nul mieux que celui qui est encore -pour un mois ou pour quatre années de plus- Président des Etats-Unis n’illustre ce dramatique déficit de coopération à l’échelle planétaire. Pire, le chef de l’ex-« hyper-puissance » a cru bon de marquer cet anniversaire de l’ONU, par un discours particulièrement agressif, allant jusqu’à proférer des menaces à l’encontre de quiconque se mettrait en travers de ses ambitions hégémoniques : « Jamais nous n’avons eu d’armement aussi perfectionné, et nous n’aimerions pas avoir a nous en servir » !

En entendant des propos aussi irresponsables de la part d’un Chef d’Etat de cette importance, l’on ne peut que s’inquiéter de savoir jusqu’où pourrait, un jour, conduire pareil chantre du « America first »,  obsédé par la perspective du dépassement de la « seule nation indispensable »  -qu’il estime incarner-  par sa grande rivale chinoise !  C’est dire si les dirigeants européens -qui se disent volontiers les champions du multilatéralisme- n’ont rien à gagner, au nom de prétendues « valeurs communes »,  à se mêler d’une croisade pour le « leadership » mondial de qui que ce soit ! La Présidente de la Commission européenne affirmait récemment que « nous chérirons toujours l’alliance transatlantique », même si « nous ne sommes pas toujours d’accord avec les décisions récentes de la Maison-Blanche ». Qu’en termes délicats ces choses-là sont dites ! L’état du monde appelle , au contraire, un vrai sursaut. Sous l’effet de l’épreuve mondiale de la pandémie, cette exigence fait heureusement son chemin .

Sous le titre évocateur « Repenser le monde », le « Courrier international » donne en ce moment  la parole à des philosophes, à des poètes , à des journalistes qui veulent croire à l’hypothèse que la crise du coronavirus soit l’occasion d’un nouveau départ. Puisse le proche avenir leur donner raison !
———
(1) Pascal Boniface : « Géopolitique du Covid-19. Ce que nous révèle la crise du coronavirus » (Editions Eyrolles, 2020).

1 octobre 2020 at 5:55 Laisser un commentaire

PALESTINIENS, KURDES : PEUPLES MARTYRS !

wurtz-l-humanite-dimanche« Lors du discours qu’il a prononcé à La Tribune des Nations-Unies en novembre 1974, Yasser Arafat a successivement proposé d’établir un « mini-Etat » en Cisjordanie et Gaza, de procéder à une reconnaissance réciproque et simultanée entre Israël et l’OLP, de négocier avec les représentants de l’Etat juif dans le cadre d’une conférence internationale sous l’égide de l’ONU et des grandes puissances (…) Début 1983, il reçut personnellement à Tunis certaines personnalités (israéliennes, sionistes mais favorables à une solution bi-étatique), en compagnie desquelles il s’est fait photographier, défiant ainsi plusieurs organisations de fédayins (…) Dans tout autre conflit, de telles dispositions auraient été suffisantes pour aboutir à un règlement ». Là, il n’en fut rien.

Cette longue citation d’un ancien journaliste du « Monde » et grand connaisseur du Moyen-Orient, date de 1984 (1). Cette terrible injustice, ce spécialiste reconnu de la question en attribuait « une part de responsabilité particulièrement lourde » aux Etats-Unis, dont il fustigeait l’hypocrisie : « admettre dans son principe le droit à l’autodétermination des peuples, tout en le niant aux Palestiniens sous divers prétextes ». 35 ans après, ce constat lucide conserve toute son actualité, à cette différence près que tant la sauvagerie de l’occupant que la complicité de son parrain américain ont décuplé, tandis que les dirigeants européens s’illustrent bien plus qu’à l’époque par leur démission politique et éthique en continuant d’assurer l’impunité à Israël , quel que soit le degré de violation du droit international perpétré par son chef et son armée. Puisse la prise de conscience de cet énorme scandale toucher les futures générations d’Européens et les conduire à prendre , aussi longtemps que cela s’avérera nécessaire, le relai de leurs aînés dans l’emblématique combat pour la solidarité avec le peuple palestinien.

Cet engagement ne peut être séparé de celui qu’appelle, pour des raisons très proches -y compris la part de responsabilité de Washington et l’impuissance des Européens- , le sort imposé au peuple kurde, autre peuple martyr ! Ce devoir de solidarité s’impose à tout observateur un tant soit peu humain comme une évidence, particulièrement depuis que le dictateur turc s’acharne avec une violence sans précédent tant contre les citoyens kurdes de son propre pays que, désormais, contre ceux du voisin syrien. En poussant cette fois l’agression jusqu’à occuper militairement un territoire étranger, à pratiquer un véritable nettoyage ethnique dans la région occupée, à persécuter ceux-là même que le monde entier  reconnaissait -depuis Kobanê- comme les combattants et combattantes les plus farouches contre Daech, au prix de la vie de milliers d’entre elles et d’entre eux, le maître d’Ankara défie la communauté internationale. Laisser passer un tel crime sans réagir reviendrait à encourager ce dictateur mégalomane à pousser toujours plus loin son aventure guerrière. Les Kurdes demandent tout à la fois des mesures répondant aux besoins humanitaires et de protection de la population ainsi qu’une intervention politique et judiciaire, dans le cadre de l’ONU, à même d’arrêter le bras de l’envahisseur et d’assurer aux Kurdes de Syrie la place qu’il leur revient dans le processus de résolution de la crise de leur pays. Il faut les entendre.

———
(1) Eric Rouleau dans « Les Palestiniens, d’une guerre à l’autre » (La Découverte, 1984)

7 novembre 2019 at 3:28 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez les 5 283 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

Archives

Catégories

Pages

Pages