Archive for juin, 2019

FORCE DE LA POLITIQUE CONTRE POLITIQUE DE LA FORCE

« Il serait miraculeux qu’une guerre entre l’Iran et les Etats-Unis n’éclate pas dans les deux ans » pronostiquait, mi-juin, un spécialiste de la question à l’ « International Crisis Group », un important centre d’études stratégiques (1) ! À peine une semaine plus tard, cette sombre prévision a bien failli se réaliser, quand, en réponse à la destruction d’un drone militaire américain, Donald Trump a approuvé un ensemble d’attaques sur un certain nombre de cibles iraniennes, avant de se raviser, tandis que les vols commerciaux étaient interdits dans la zone pour raisons de sécurité. L’irresponsabilité du locataire de la Maison-Blanche et de plusieurs de ses proches conseillers -encore aggravée par l’enjeu de la campagne engagée pour sa réélection- nous oblige à prendre très au sérieux l’hypothèse du pire.

Outre le risque évident de déstabilisation générale de la région qu’entraînerait un tel conflit, les répercussions mondiales de ce possible cataclysme se mesurent à l’aune de ce que représente le pétrole dans l’économie et la géopolitique internationales. Les récents incidents dans le détroit d’Ormuz nous ont, en effet, rappelé la dimension hautement stratégique de ce passage maritime par où transitent 30% de « l’or noir » transporté par voie maritime. Or, Téhéran , en cas d’attaque américaine, aurait les moyens de bloquer ce détroit et détiendrait donc les clés d’une éventuelle flambée des prix du baril. En retour, on verrait mal l’Amérique de Trump, « great again « , ne pas relever un défi de cette importance. Une large coalition se formerait vraisemblablement derrière les Etats-Unis pour « garantir la libre circulation » dans le détroit et défendre les « intérêts vitaux de l’Occident », grâce à une armada calibrée en conséquence. Ce à quoi les « Gardiens de la Révolution » se sentiraient obligés de riposter grâce à leur maîtrise de la « guerre asymétrique »…C’est par ce type d’engrenage que se déclenchent puis s’enlisent les guerres « que personne ne souhaitait ».

Comment réagissent à ce bras-de-fer explosif les principaux Etats européens, co-signataires des Accords de Vienne de 2015, censés garantir à l’Iran la levée des sanctions contre l’engagement de geler son programme nucléaire militaire -engagement pleinement respecté jusqu’à ce jour par Téhéran, mais menacé si l’UE n’aide pas l’Iran à sortir les secteurs pétrolier et bancaire de l’isolement complet où les ont placés les sanctions américaines ? L’UE se disait, dans un premier temps (août 2018), « déterminée à protéger les opérateurs européens engagés dans des affaires légitimes avec l’Iran », et avait même exhumé une vieille loi (dite de « blocage ») qui interdit aux entreprises européennes de se conformer aux effets « extraterritoriaux » des sanctions américaines ! Ce temps est passé. Désormais, tous les grands groupes européens se sont retirés d’Iran. Londres s’est aligné sur Washington dans l’affaire des deux pétroliers mystérieusement incendiés. Berlin a demandé à l’Iran de continuer à respecter à la lettre les Accords, tout en précisant que l’Europe ne pouvait faire de « miracles » pour compenser les sanctions américaines. Paris, tout en estimant qu’il était « dommage » que les Etats-Unis aient rompu leurs engagements, a appelé Téhéran a faire preuve de « maturité politique » en respectant les siens. Hier fière d’avoir contribué à un succès historique de la diplomatie internationale, illustrant la force de la politique, l’UE étale aujourd’hui son impuissance face à la politique de la force…de son principal allié. Un problème à méditer par ceux qui comptent sur une défense européenne pour devenir un « acteur majeur des relations internationales ».

———-
(1) Ali Vaez dans Le Figaro (14/6/2019)

Publicités

27 juin 2019 at 8:52 Laisser un commentaire

« LES FAISEURS DE PAIX »

En marge des commémorations du 75ème anniversaire du Débarquement du 6 juin 1944 , s’est tenue, les 4 et 5 juin dernier, à Caen, la deuxième édition du Forum mondial « Normandie pour la Paix ». Son thème – « Les faiseurs de paix » – ne pouvait être plus actuel, alors que, du Sahel au Proche et Moyen-Orient, la guerre fait rage, et que, au-delà des conflits proprement dits, la pauvreté endémique, les ravages écologiques et toutes les crises sociales compromettant la dignité humaine si ce n’est la survie -qu’illustrent cruellement les tragédies des migrants- nous rappellent que nous sommes toujours très loin d’un monde de paix. Parmi les nombreuses personnalités prestigieuses invitées à s’exprimer sur le sujet, arrêtons-nous sur deux noms qui nous sont familiers : notre ami Bertrand Badie, éminent spécialiste des relations internationales, et Hubert Védrine, ancien Ministre des Affaires étrangères, lui aussi expert reconnu en la matière. Leurs témoignages respectifs nous incitent d’autant plus à la réflexion qu’ils sont, à bien des égards, contradictoires.

Pour le premier, clairement hostile à la militarisation des relations internationales et très attaché au concept de « sécurité humaine » promu par le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), ce n’est plus seulement la puissance qui est en cause comme facteur de guerre, c’est aussi la décomposition des sociétés , des institutions, des Etats…Or, on ne répond pas à la décomposition d’une société par le canon ! « La paix, c’est la reconstitution de ce tissu humain dont la rupture est probablement l’une des sources majeures de conflictualité ». Aux yeux du second, au contraire, si l’on s’en tient à « un océan de bons sentiments, on est perdu d’avance »…Et de citer un ancien dirigeant du SPD allemand, Sigmar Gabriel, qui mettait en garde ses compatriotes contre ce qu’il estime être un dangereux travers : »Attention : nous sommes des herbivores géopolitiques dans un monde de carnivores géopolitiques. Bientôt, nous serons des vegans , puis des proies! »

Il ne s’agit pas là d’un débat académique, mais d’une vraie confrontation stratégique. Il nous faut choisir entre la pérennisation de l’OTAN; la mobilisation de 2% des ressources nationales pour les dépenses militaires dans chaque pays membre; la promotion, en parallèle, d’une « défense européenne » comme nouvelle réponse à l’insécurité dans notre voisinage; l’obsession du « leadership » européen de la France pour les interventions militaires, notamment en Afrique; et, partant, la course aux records en matière de ventes d’armements, y compris dans les zones de conflit…et, à l’inverse, l’ambition de « construire un monde qui soit protégé de toutes les peurs : en matière alimentaire, sanitaire, environnementale, sociale, culturelle » (Badie). Certes, cela ne signifie pas que la puissance ne puisse plus constituer une menace (Hubert Védrine cite à ce propos un risque d’affrontement USA-Chine, car « la Chine veut devenir No 1 d’ici 2049 et les Etats-Unis ne l’accepteront pas » !). Gardons-nous d’autant plus de nous inscrire dans la logique mortifère des « camps » -la « famille occidentale »- , qui risque de nous faire perdre de vue l’essentiel : « la conflictualité liée à l’insuffisance sociale » et la lutte contre « l’humiliation qui empoisonne les relations internationales et qui est la cause du ressentiment ». Vue ainsi, la puissance s’avère l’ennemie de la paix, et la reconstruction multilatérale de la sécurité humaine son plus sûr allié.

21 juin 2019 at 9:25 Laisser un commentaire

RESTER DIGNE OU SE FAIRE ÉLIRE : FAUT-IL CHOISIR ?

Il y a des concomitances d’événements qui ont beau n’avoir aucun rapport entre eux : elles nous frappent et nous forcent à réfléchir. C’est le cas, à quelques jours d’intervalle, de la victoire électorale de la Cheffe des sociaux-démocrates au Danemark et…de l’assassinat d’un dirigeant chrétien-démocrate en Allemagne. C’est que la première doit son succès à sa ligne très dure contre les migrants tandis que le second vient de perdre la vie en raison de son engagement résolu en faveur de l’accueil des réfugiés. Résumé.

Depuis près de 20 ans, le pays de la « Petite Sirène » est, exceptée une courte parenthèse, dirigé par une coalition entre Libéraux et Extreme-droite. Le partenaire européen de Le Pen ( le « Parti populaire danois ») a beau être toujours resté minoritaire, c’est lui qui a donné le « LA » à la politique du gouvernement en matière d’immigration. Ainsi, en 2018, le gouvernement annonça-t-il par avance qu’il n’accorderait aucun droit d’asile durant l’année. En 2019, une nouvelle loi visa même les réfugiés déjà installés dans le pays, appelés à être « renvoyés chez eux » dès que possible…Or, aux élections générales qui viennent de se tenir au Danemark, le 4 juin dernier, si la droite au pouvoir améliorait encore ses positions, son allié xénophobe, lui, enregistrait son pire score depuis 1998. Dès lors, la fuite en avant anti-migrants allait-elle être enrayée ? Pas du tout. C’est que le parti social-démocrate a soutenu sans vergogne cette dérive réactionnaire -fermeture des frontières, placement des migrants en détention, saisie des bijoux et des biens des réfugiés…- quitte à perdre sur sa gauche les voix ainsi gagnées sur l’extrême-droite ! Au total, le parti social-démocrate recule, mais en affaiblissant l’allié de la droite, il s’est ouvert la voie vers le pouvoir…Désormais, annonce la probable future Cheffe du gouvernement -minoritaire- de Copenhague, Mette Frederiksen, elle compte sur l’appui de la gauche (la vraie) pour sa politique sociale et écologique, et sur la droite pour sa politique migratoire ! Ben voyons !

Rester digne ou se faire élire : faut-il choisir ? Espérons que l’on n’en arrive pas là et que cette lâcheté finisse par être sévèrement sanctionnée dans les urnes ! En tout cas, comment ne pas être saisi par cette malheureuse coïncidence : deux jours auparavant, en Allemagne, pays dont le « Ministre de l’Intérieur, des Travaux publics et la Patrie (sic) », l’ultra Seehofer, dirigeant de l’aile bavaroise de la CDU (la CSU), considère que « la question migratoire est la mère de tous les problèmes du pays », un tout autre responsable chrétien-démocrate, ancien député du Land de Hesse, devenu Président (CDU) du gouvernement local de Kassel, Walter Lübcke, régulièrement menacé de mort pour ses prises de position favorables à l’accueil des réfugiés, a été tué par balle par des inconnus. Un assassinat aussitôt salué par ceux qui vouaient à ce « catholique fier de ses valeurs » une haine féroce depuis 2015. Jusqu’où va-t-on laisser dériver la manipulation éhontée de la « crise migratoire » avant de se résoudre à l’indispensable sursaut !

13 juin 2019 at 8:49 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 232 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

juin 2019
L M M J V S D
« Mai   Juil »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Commentaires récents

jean-louis Hoffet dans RÉVÉLER ENCORE ET TOUJOURS LA…
Pabbpabb dans « BREXIT …
KACZMAREK PATRICK dans ENVERS LES KURDES , A NOUVEAU,…
franciswurtz dans MACRON CONTRE « L…
de ANDRADE Roger dans MACRON CONTRE « L…

Archives

Catégories

Pages

Pages