Archive for juin, 2016

LE CONTRE-EXEMPLE BRITANNIQUE

wurtz-l-humanite-dimancheLes citoyens britanniques ont voté. Il faut naturellement respecter leur décision souveraine. D’ailleurs, nous toutes et tous qui , à gauche, dénonçons depuis des lustres le mépris dans lequel les dirigeants européens tiennent l’expression de la volonté de changement des peuples, nous ne pouvons que partager la volonté d’en finir avec ce système . Or, aux yeux de millions de laissés-pour-compte de l’ultra libéralisme en Grande-Bretagne, le Brexit était assimilé à l’espoir que soit mis fin à la brutale politique d’austérité qu’ils subissent quelque soit le gouvernement en place. Malheureusement, tout indique que la voie choisie pour exprimer cette colère et cette frustration risque fort d’enfoncer encore plus le peuple britannique dans l’impasse dont il souhaitait sortir : les hérauts du Brexit ont trompé les travailleurs et les familles populaires . C’est pourquoi j’affirmerai, pour ma part, sans détour : à mes yeux, le type de campagne qui vient d’avoir lieu outre-Manche est un contre-exemple. Voici pourquoi .

Je continue de tenir pour un modèle inégalé de démocratie citoyenne la campagne du « NON de gauche » au projet de traité constitutionnel en 2005. Or, si l’on compare cette campagne à celle des pro-Brexit , on peut parler de deux expériences politiques aux antipodes l’une de l’autre. Trois illustrations.

D’abord, en France, le « leadership » du mouvement était incontestablement à gauche, au point que le FN y était sinon inexistant du moins inaudible. En tout cas marginal. En Grande-Bretagne, ce sont les populistes d’extrême droite de l’UKIP qui ont fourni les slogans; l’ultra-libéral sans scrupule Boris Johnson qui a animé le spectacle; et la presse de caniveau qui s’est chargée de distiller leurs mensonges auprès de leurs millions de lecteurs. Quant à Cameron, son soutien au « in »( maintien dans l’UE ) a dû passablement nourrir le « out » ( la sortie de l’UE ) , tant sa politique est un repoussoir pour les familles populaires. Cette cacophonie démagogique a réussi à couvrir la voix du seul haut responsable authentiquement de gauche dans cette campagne, Jérémy Corbyn, dont le message -partagé par les principaux syndicats- était : « rester dans l’Union européenne ET changer l’Europe » en coopérant avec les progressistes des autres pays membres.

Il y a une deuxième différence de taille avec notre campagne de 2005 : nous avions fait appel à l’intelligence et à la réflexion des citoyens. En Grande-Bretagne, les partisans du Brexit ont caché leurs choix économiques ultra libéraux, spéculé sur la peur des réfugiés et multiplié les mensonges éhontés, comme celui des fameux « 350 millions de Livres » prétendument versées chaque semaine par le Royaume-Uni à l’UE et qui iraient en cas de Brexit à la Sécurité sociale britannique -fausse promesse démentie dès le lendemain du référendum !

Enfin, tandis qu’en France en 2005, nous insistions sur l’esprit de solidarité avec les autres peuples -invitant de nombreux progressistes européens à nos meetings- les figures dominantes du camp du Brexit ont flatté les tendances étroites, nationalistes et même franchement racistes. La palme revient à l’ex-maire de Londres , …potentiel chef du futur gouvernement, qui n’a pas hésité à traiter Barak Obama , coupable d’avoir critiqué le Brexit, de « demi-Kényan »! Pour toutes ces raisons, décidément oui : « on vaut mieux que ça ! »

30 juin 2016 at 7:36 1 commentaire

JOUER SUR LA PEUR POUR RELANCER L’EUROPE ?

wurtz-l-humanite-dimancheJ’ai lu et relu la phrase pour m’assurer d’avoir bien lu, tant la formule est sidérante : « La construction européenne a pu être initiée parce que les Européens avaient peur pour leur sécurité(…) C’est à nouveau sur l’air de « l’hymne à la peur » qu’elle doit aujourd’hui être relancée ». Les auteurs de cette assertion choquante ne sont pas des commentateurs fantaisistes , mais des voix internationalement écoutées -qu’on les approuve ou qu’on les critique- sur les enjeux européens. Ils s’appellent…Jacques Delors ; Pascal Lamy; Antonio Vitorino (ex-Commissaire européen portugais); Enrico Letta (ex-Président du Conseil italien); Yves Bertoncini ( Directeur de l’Institut Jacques Delors) ! (1)

Faut-il que les têtes pensantes de l’actuelle construction européenne se sentent démunies d’arguments susceptibles de regagner la confiance des citoyens pour en être réduites à un stratagème aussi peu reluisant ! Tremblez, paniquez, chers compatriotes, face à l’accumulation de périls qui vous entourent ! Pensez donc au contexte dans lequel vous vivez : il est « marqué par les craintes du changement climatique; de la finance folle; d’un afflux migratoire anarchique (sic); mais aussi et surtout par les menaces contre la sécurité des personnes et des biens ». Brrr! Heureusement pour les millions de femmes et d’hommes ainsi pris dans la nasse, la « sécurité collective » qui leur manque sera au coeur de « cette relance de la construction européenne ». D’ailleurs, cela tombe bien : « l’agenda européen des prochaines semaines offre de nombreuses opportunités » de commencer à mettre en oeuvre la relance en question : l’adoption d’ une « nouvelle stratégie européenne de sécurité »; « la révision de la stratégie de l’OTAN et « le projet d’un « Livre blanc » sur la défense ». Et comme ces éminentes personnalités savent pertinemment que le « sursaut militaire » qu’elles appellent de leur voeux ne correspond pas spontanément aux priorités des gens en matière de changement des politiques européennes, j’imagine qu’elles et leurs semblables envisagent de faire ce qu’il faut pour attiser les « peurs » autant que de besoin…

Est-ce ainsi qu’il faut comprendre le ton volontairement alarmiste d’un autre document , lui tout droit sorti du laboratoire d’idées de la Commission européenne et opportunément intitulé « En défense de l’Europe » ? (2) Sa première phrase fait froid dans le dos : « Si la menace d’une guerre en Europe était inconcevable jusqu’il y a peu, il n’est pas difficile d’en imaginer une aujourd’hui » ! Tout cela pour justifier une « intégration de défense européenne plus poussée », le « développement des capacités militaires », la « surveillance maritime et du contrôle des frontières », mais aussi le renforcement de « la contribution européenne au sein de l’OTAN ». Bref : que du bonheur ! Il serait temps que l’on ouvre un grand débat public sur la sécurité collective en Europe et dans le monde. Quand tirerons-nous enfin un bilan lucide du fiasco sécuritaire auquel nous ont conduits les aventures militaires aux quatre coins de la planète, tout comme l’idéologie de guerre froide sur le continent européen ? Relancer la construction européenne : oui ! Mais par le sursaut social et démocratique , pas le « sursaut militaire »! Par la résolution politique des problèmes, pas par la militarisation des esprits ! Par une nouvelle espérance, pas par la peur !

——-
(1) Tribune publiée le 17/6/2016 par l’Institut Jacques Delors.
(2) « Notes stratégiques de l’EPSC »

23 juin 2016 at 7:42 Laisser un commentaire

JÉRÉMY CORBYN, PORTEUR DU NON DE GAUCHE AU BREXIT

wurtz-l-humanite-dimancheLe nouveau leader travailliste, Jérémy Corbyn, déroute décidément les observateurs politiques français. Cet authentique homme de gauche se permet à la fois de s’opposer à la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE et de lutter pour une autre Europe . Il n’en faut pas plus pour que « Libération » s’interroge : « Est-il « in » ou « out » ? Telle est la question ». Certes, le journal de Laurent Joffrin l’admet : « il l’a clairement dit : il votera en faveur du maintien ». Mais comment croire à son engagement contre la sortie de l’UE alors qu’ il a voté contre tous les traités européens et qu’ « il ne s’est jamais privé de critiquer l’Union européenne ». (15/4/2016) . Autrement dit, pour paraphraser un ancien Président de la République : l’Europe, on l’aime telle qu’elle est ou on la quitte ! Cela nous rajeunit de onze ans : en 2005, ou bien l’on votait pour le traité constitutionnel ou l’on était qualifié d’europhobe !

Même son de cloche à « L’Express »: « Corbyn soutient le maintien dans l’UE du bout des lèvres » titrait l’hebdomadaire (14/4/2016). C’est que « l’éternel rebelle de l’aile gauche du parti » a rappelé que cette UE qu’il n’entend pas quitter a, en revanche, « besoin de changer (car elle) manque de représentation démocratique » et qu’elle poursuit de mauvaises politiques qu’il entend continuer de combattre, comme le Grand marché transatlantique (TAFTA) ou la privatisation des services publics. En effet, n’en déplaise aux esprits bornés, « il est parfaitement possible d’être critique et en même temps de rester convaincu de la nécessité de rester membre de l’Union européenne » comme l’avait précisé Corbyn dans ce même discours et comme il l’a maintes fois réitéré depuis.

Cette position est également celle des principaux syndicats britanniques : ils appellent leurs adhérents à voter pour le maintien dans l’UE tout en estimant que celle-ci « doit changer » en rompant avec les « politiques d’austérité ».(1) Il est, enfin, intéressant de noter que 70% des jeunes Britanniques âgés de 18 à 24 ans , interrogés dans le cadre des enquêtes d’opinions , sont , eux aussi, clairement opposés à une sortie de leur pays de l’UE , sans être nécessairement des béni-oui-oui de « l’Europe » telle qu’elle se fait. Manifestement, ni les uns ni les autres ne se font la moindre illusion sur les avantages à attendre d’un face à face isolé avec les forces du capital de leur pays ni d’une flambée populiste consécutive à une victoire du camp du « Brexit ». Sans être au garde à vous devant Bruxelles.

Est-ce à dire que les « euro-critiques » de gauche devraient pour autant faire cause commune avec ce politicien foncièrement réactionnaire et ultra-libéral qu’est David Cameron, sous prétexte qu’il est, lui aussi, contre la sortie de l’UE, évidemment pour de tout autres raisons ? Qui peut l’imaginer un seul instant ! Qui ? « Le Monde » apparemment, qui vient de consacrer une demi-page et une manchette sur six colonnes à une critique en règle de Corbyn, coupable de faire « le service minimum » pour le « in » ( le maintien dans l’UE ). La preuve ? « Il refuse d’apparaître aux côtés de M. Cameron ». Pire : au Parlement de Londres, « il s’en est pris vivement à ce dernier alors qu’il est du même côté que lui dans la bataille référendaire ». Pourtant, note , dépité, le quotidien du soir, « le Premier Ministre ne ménage pas sa peine ». N’a-t-il pas « renoncé à son projet de loi destiné à asphyxier les syndicats et le Labour »? Certes, pas pour longtemps, puisque, reconnaît le correspondant du journal parisien, « les hostilités pourraient reprendre dès le lendemain du référendum »! (10/6/2016). Drôle de compromis ! « On attendait mieux d’un homme de la gauche » insiste pourtant « Le Monde »(12/6/2016) dans un éditorial au vitriol où l’on peut lire, en se frottant les yeux, que « par sa passivité, M. Corbyn s’associe à l’ultradroite nationaliste anglaise pour faire perdre l’Europe »! Pour notre part, nous disons merci à notre ami de ne pas renier ses valeurs progressistes dans cette campagne si complexe, en affirmant en quelque sorte un « NON de gauche » au Brexit.

———
(1) Lettre des dirigeants des dix principaux syndicats au quotidien « The Guardian » le 6/6/2016. A noter que « Le Monde » a publié l’information…en en ignorant le second volet.

16 juin 2016 at 4:17 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 171 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

juin 2016
L M M J V S D
« Mai   Juil »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Commentaires récents

de ANDRADE sur LES TROIS PREMIÈRES LEÇONS DU…
Gabriel Legros-Colla… sur FACE À L’ EFFET TRUMP,…
Gabriel Legros-Colla… sur WOLFGANG SCHÄUBLE, «…
de ANDRADE sur PALESTINE : L’EUROPE AU…
de ANDRADE sur « SAUVER L’EU…

Catégories

Pages

Pages