Posts filed under ‘mondialisation’

QUE SE PASSE-T-IL DANS LES BANQUES EUROPÉENNES ?

1000 milliards d’euros ! Tel est le montant astronomique des « créances douteuses » (prêts susceptibles de ne pas pouvoir être remboursés par les emprunteurs ) qui plombent toujours le bilan des banques de la zone euro et peuvent à tout moment menacer de déstabiliser l’économie d’une région, voire d’un pays tout entier, si ce n’est de la zone euro dans son ensemble. Des bombes à retardement au coeur de la zone euro ! Voilà encore un héritage de la frénésie spéculative et des politiques d’austérité des dix dernières années. Il préoccupe aujourd’hui la classe dirigeante qui porte elle-même une large part de responsabilité dans cette situation. Il s’agit à présent de prévenir toute faillite bancaire et le risque de contagion qui l’accompagne . Les autorités européennes de « supervision » des banques et de « résolution » des crises dans ce secteur viennent ainsi d’ordonner coup sur coup plusieurs opérations de « sauvetage » en catastrophe d’établissements financiers « défaillants ». Et ce n’est manifestement pas fini. Mais leurs « solutions » créent de nouveaux problèmes. Rappel des faits :

Début juin, c’est la 6ème banque d’Espagne , « Banco Popular », qui s’avère être au bord de la faillite. Pourquoi ? Du fait d’un bilan plombé par 37 milliards d’ euros d’ « actifs toxiques » liés à des biens saisis à des familles ruinées qui n’étaient plus en mesure de rembourser leurs emprunts . En un temps-record, « Bruxelles » a organisé le rachat de cet établissement…pour 1 euro symbolique par la première banque du pays, Santander (17 millions de clients dont de très nombreuses PME). Qu’adviendra-t-il des 11 000 salariés et des 1700 agences de la banque rachetée ? Nul ne le sait.

Seule consolation : l’Etat n’a rien dépensé dans l’opération. C’était la première application des nouvelles règles européennes en cas de faillite bancaire : le renflouement des banques en perdition ne doit plus se faire avec des fonds publics mais en sollicitant les actionnaires et les créanciers de l’établissement concerné . Cette « première » est alors célébrée dans l’UE comme une réussite prometteuse. Promis, juré : on n’allait plus revoir une situation comme celle du récent sauvetage de la troisième banque d’Italie -et la plus ancienne du monde- , Monte dei Paschi di Siena (MPS), à laquelle l’Etat avait dû verser une aide colossale de 8,3 milliards d’euros pour éviter l’effondrement de la vénérable institution , percluse de 47 milliards de créances douteuses, et surtout pour éteindre la mèche au plus vite. On devait donc en avoir enfin fini avec ces pratiques indéfendables qui voyaient la sphère publique se surendetter pour éteindre les incendies de la sphère financière, tout en taillant sans ménagement dans les effectifs des banques « sauvées » (5000 suppressions de postes dans le cas de MPS !)

Las, la quasi-faillite de deux banques qui vient de se produire en Vénétie vient d’apporter un spectaculaire démenti à ces pronostics rassurants . La seule « solution » trouvée pour circonscrire ce nouveau sinistre est, une fois encore la même que naguère…en pire. Les deux établissements en grande difficulté sont liquidés . Leurs « actifs sains » (les crédits sans problème) -et eux seuls- sont transférés pour 1 € symbolique à la plus grande banque de détail d’Italie, Intesa Sanpaolo, qui bénéficie en plus d’une aide publique de quelque 5 milliards d’euros . Quant aux fameuses « créances douteuses », c’est à nouveau l’Etat qui les prend en charge et en couvre tous les risques ! Coût supplémentaire potentiel pour les contribuables transalpins : 12 milliards d’euros ! Coût social immédiat : fermeture de 600 agences et départ « volontaire » de 3900 employés ! N’attendons pas le prochain « sauvetage » de ce genre pour ouvrir le débat de fond qui s’impose.

Publicités

6 juillet 2017 at 11:05 Laisser un commentaire

LES « TRAVAILLEURS DETACHES », NOS FRERES DE COMBAT.

wurtz-l-humanite-dimancheL’attitude -très exceptionnelle- de fermeté finalement adoptée ( le 20 juillet dernier ) par la Commission européenne vis-à-vis de 10 Etats membres d’Europe centrale et orientale au sujet de la directive « travailleurs détachés » mérite qu’on s’y arrête. Rappelons les faits. A l’origine, il y a un véritable scandale , que nous ne cessons de combattre, et qui est au coeur de l' »Europe libérale » : l’organisation de la mise en concurrence des peuples pour tirer les conquêtes sociales vers le bas tout en dressant les travailleurs européens les uns contre les autres afin de neutraliser leurs luttes. Ainsi, au nom de la « libre prestation des services » au sein du marché unique , les traités européens autorisent-ils tout employeur du secteur des services établi dans un Etat membre à « détacher temporairement » ( jusqu’à deux ans ! ) ses travailleurs dans un autre pays membre tout en continuant d’appliquer à ces salariés un certain nombre de normes de travail de leur pays d’origine . Les garanties accordées à ces centaines de milliers de travailleurs dans leur Etat d’accueil par la fameuse « Directive Détachement » de 1996 sont , à ce jour, très limitées. Même un salaire minimum qui ne serait pas de portée nationale ( par exemple un salaire de base fixé par une convention collective ) ne pourrait pas être imposé à leur employeur. La Cour de Justice de l’Union européenne l’affirmait catégoriquement en 2008 : il est strictement interdit à l’Etat qui les accueille d’imposer « aux prestataires de services établis dans un autre Etat membre, où les taux de salaire minimal sont inférieurs, une charge économique supplémentaire qui est susceptible de gêner ou rendre moins attrayante (sic) l’exécution de leurs prestations dans l’Etat d’accueil » ! (1) Par ailleurs, les cotisations sociales patronales restent celles du pays d’origine.

Or, après des années d’intenses luttes syndicales et politiques pour une rupture avec cette logique diabolique, la Commission européenne vient enfin, en mars dernier, de préparer un projet de révision de la Directive de 1996. Celui-ci -s’il ne touche pas au privilège patronal en matière de cotisation sociale- annonce néanmoins un changement réel en affirmant le principe « à travail égal salaire égal » entre travailleurs nationaux et « détachés », y compris en ce qui concerne d’éventuelles primes ou un 13ème mois. En outre, l’Etat d’accueil pourrait désormais imposer aux sous-traitants d’appliquer le même salaire que le donneur d’ordre.

Ce changement a aussitôt soulevé un tollé parmi le patronat des pays d’Europe centrale et orientale, dont les gouvernements ultra-libéraux ont organisé un tir de barrage contre le projet de Bruxelles. En vain, jusqu’ici. Il appartient aux forces de progrès de se mobiliser pour pousser l’avantage, non pas contre les « travailleurs détachés » , mais pour une Europe de l’égalité des droits et de la solidarité. A cet égard, comment ne pas être surpris et attristé d’apprendre qu’un orfèvre de la parole comme Jean-Luc Mélenchon ait pu choisir de parler à la tribune du Parlement européen à ce propos de « travailleur détaché qui vole son pain au travailleur qui se trouve sur place » ! (2) Nous sommes de ceux pour qui les valeurs de gauche ont encore un sens. Y compris sur les enjeux européens .

——-
(1) Cour de Justice de l’Union Européenne ( Arrêt Rüffert : avril 2008 )
(2) « Je crois que l’Europe qui a été construite, c’est une Europe de la violence sociale, comme nous le voyons dans chaque pays chaque fois qu’arrive un travailleur détaché qui vole son pain au travailleur qui se trouve sur place ». ( Le 5 juillet 2016.)

28 juillet 2016 at 7:19 1 commentaire

PEUT-ON HUMANISER LA MONDIALISATION ?

wurtz-l-humanite-dimanche« La mondialisation sera ce que nous en ferons » a l’habitude de dire Bertrand Badie. De fait, les fléaux qui empoisonnent l’humanité et la planète elle-même aujourd’hui n’ont rien de « naturel » . Ils sont les fruits de décisions politiques très concrètes mises en oeuvre par le biais d’instruments conçus  à cette fin. Et l’Union européenne n’est pas le moindre des acteurs de cette mondialisation-là . Aussi, le combat pour changer l’Europe doit-il nécessairement porter également sur son action extérieure dans toutes ses dimensions. L’une des raisons d’être d’une construction européenne refondée serait précisément qu’elle use de son poids et de son influence pour agir avec les nombreux alliés potentiels qui n’attendent que cela, en particulier dans les pays du sud et parmi les pays dits émergents, pour démocratiser et humaniser la mondialisation. Nous tenterons d’illustrer dans la prochaine période , par des exemples tirés de l’actualité, les contours possibles de ces nouvelles ambitions de politique internationale pour une « autre Europe ».

Un premier exemple nous est malheureusement fourni en ce moment même par la nouvelle épreuve à laquelle sont confrontées plusieurs régions d’Afrique : la terrible sécheresse qui s’abat sur l’Est, le Centre et le Sud du continent. L’Ethiopie , en particulier, connait à cet égard l’une des pires situations de ces cinquante dernières années : récoltes limitées, prix des denrées alimentaires renchéries, manque de fourrage pour le bétail, et de semences pour la prochaine saison…Entre 10 et 15 millions de personnes sont touchées par les effets dévastateurs de cette calamité. Parmi elles, plusieurs millions d’enfants souffrent de pénurie critique d’alimentation. Le risque d’une catastrophe humanitaire couve depuis un an et demi ( c’est la quatrième saison sans pluie ) . Aujourd’hui, c’est l’alerte rouge ! Nombre d’autres pays de la région manquent cruellement de vivres et d’eau. Eux aussi ont un besoin vital d’aide alimentaire et humanitaire qui tarde dramatiquement, au point que l’ONU organise une réunion d’urgence des principaux « bailleurs de fonds » ce 26 avril pour tenter d’éviter le pire.

Alors, qu’attendre de l’UE sous ce rapport ? Qu’elle réponde à l’appel aux dons ? Oui, bien sûr. Elle le fait d’ailleurs, même si les 140 millions d’euros annoncés représentent à peine 10% de ce que demande la seule Ethiopie . Mais surtout, c’est un vrai partenariat pour le co-développement humain durable entre l’Europe et l’Afrique qui fait défaut . Au lieu de nourrir le mythe cynique de « l’eldorado africain » -tablant sur les profits à tirer dans 20 ans des 15% de « classes moyennes solvables » dont rêvent les « investisseurs » occidentaux- , l’Europe aurait tout à gagner à engager une saine coopération -en matière de formation, de développement agricole et agro-industriel, de construction d’infrastructures, de transfert de technologies adaptées, d’accès au crédit, ainsi qu’ un dialogue politique respectueux des souverainetés afin d’aider ces pays à se donner les moyens de répondre aux frustrations explosives des centaines de millions de laissés-pour-compte de ce continent jeune , à la créativité potentiellement très prometteuse. L’enjeu est de taille : l’Afrique représentera le quart de l’humanité dans quinze ans ! Il est dans l’intérêt de tous -à commencer par celui de ses voisins européens- qu’elle puisse offrir à ses sociétés un vrai contrat social et des institutions légitimes dans lesquelles ses peuples puissent se reconnaître et épanouir leurs capacités. Quel réseau d’amitiés, de coopérations et d’influence incomparable cette relation nouvelle permettrait-elle de faire émerger ! Un rêve ? Non : un projet !

28 avril 2016 at 10:30 Laisser un commentaire


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 171 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

septembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Catégories

Pages

Pages