Posts filed under ‘UE’

QUAND L’UE RANIME LE DÉBAT SUR LA CAUSE PALESTINIENNE !

wurtz-l-humanite-dimancheOn reproche souvent à l’Union européenne -avec raison- de ne jouer guère de rôle dans les grands enjeux internationaux. Et voilà qu’un arrêt de la Cour de Justice de l’UE déclenche une tempête politique sur l’un des sujets les plus sensibles du Proche-Orient : les colonies israéliennes dans les territoires occupés de Palestine. Rappel des faits, dont certains sont peu connus.
Le 12 novembre dernier, la justice européenne décide que « les denrées alimentaires originaires des territoires occupés par l’Etat d’Israel doivent porter la mention de leur territoire d’origine, accompagnée , lorsque ces denrées proviennent d’une colonie israélienne à l’intérieur de ce territoire, de la mention de cette provenance ». Il est évidemment nécessaire, à nos yeux, d’aller plus loin en interdisant les importations de produits provenant de ces entités illégales, mais il s’agit incontestablement d’un pas en avant notable.
L’ironie de l’histoire est que c’est une société israélienne de vins opérant dans une colonie proche de Ramallah qui est -bien involontairement- à l’origine de ce rebondissement salutaire ! Elle avait introduit un recours auprès du Conseil d’Etat français, jugeant Paris coupable d’avoir -mollement, au demeurant-  suivi une recommandation, elle-même fort timide, de la Commission européenne, de pratiquer l’étiquetage des produits des colonies. La juridiction française s’était alors tournée vers la Cour européenne. Avec le résultat que l’on sait. « Inacceptable, à la fois moralement (sic) et en principe ! » protesta le gouvernement Nétanyahou  C’est « un parti pris anti-israélien ! » s’insurgea Washington, se disant « profondément préoccupé ».  La direction palestinienne, quant à elle, a salué la décision européenne et revendiqué légitimement « l’interdiction de ces produits sur les marchés internationaux ». Mais l’événement est venu d’Israël…
Dans un appel commun , des personnalités israéliennes de grand renom, se sont, elles aussi, félicitées de cette « étape importante » et ont, elles aussi, demandé à l’Union européenne d’aller au bout de sa démarche en interdisant l’importation des produits issus des colonies. Leur  argumentation est sans appel : « Leur expansion  (des colonies) élimine la  possibilité d’une solution à deux États (…) L’occupation est moralement corrosive, stratégiquement à courte vue et extrêmement préjudiciable à la paix (…) La communauté internationale a pris des mesures insuffisantes pour faire face à cette réalité (…) L’Europe continue de promouvoir économiquement l’occupation en permettant le commerce avec les colonies israéliennes qui sont illégales au regard du droit international (…) Continuer à vendre des produits qui sapent la démocratie en Israël et porte atteinte aux droits fondamentaux des Palestiniens est inacceptable (…) Nous demandons à l’Union européenne d’interdire l’importation de produits issus des colonies afin de soutenir un avenir juste et sûr pour les Israéliens et les Palestiniens » ! (1) Parmi les signataires de ce texte remarquable, on notera la présence de quatre anciens ambassadeurs; d’un ex-Procureur général; d’un ex-Président de la Knesset; d’un actuel vice-Président de l’Académie des Sciences… Cinq signataires de ce texte sont titulaires du « Prix Israël », la distinction la plus prestigieuse décernée chaque année par l’Etat d’Israël ! Puissent les dirigeants européens entendre ces voix de la paix ! Puisse cette vague de réactions à la décision de la Justice européenne relancer le nécessaire débat sur la cause palestinienne !
————
(1) Mediapart 14/11/2019

29 novembre 2019 at 6:47 Laisser un commentaire

LETTRE OUVERTE À QUI APPRÉCIE IAN BROSSAT

« LE PCF vise la barre des 5% , le score minimum pour envoyer des députés à Strasbourg. Une mission pas impossible » : pour la première fois, le 17 mai dernier, le journal « Libération » reconnaissait que l’élection de Ian Brossat et des trois autres candidats et candidates placés en tête de la liste présentée par le Parti communiste français -Marie-Hélène Bourlard, Patrick Le Hyaric et Marie-Pierre Vieu- était envisageable. Pourquoi maintenant enfin ? « Parfois, en politique -explique le journal de Laurent Joffrin- certaines histoires s’emballent à grande vitesse. Un détail et tout s’accélère. Par exemple, Ian Brossat. Après un débat télévisé convaincant, la tête de liste du PCF aux européennes est une tendance qui ne cesse d’être en hausse » (1). Rendant compte du grand meeting réussi de la veille, à Paris, le quotidien « Le Monde » évoque, à son tour, « les bonnes ondes » qui « redonnent de l’espoir au parti de la place du Colonel Fabien ». (2) Pour « Le Parisien », Ian Brossat, « c’est l’une des révélations de cette campagne », qui « préfère la démonstration à la polémique, le débat à l’anathème » (3). Même son de cloche sur les réseaux sociaux et dans les conversations avec des gens de toutes les familles de la gauche, sans exception.

Pour avoir beaucoup côtoyé la tête de liste du PCF dans cette campagne, je vois bien la place que prendra très vite ce futur jeune député tant au sein de l’hémicycle de Strasbourg et de Bruxelles que sur le terrain, parmi les gens. Une chose est sûre : dans ces institutions si particulières, sa capacité à se montrer à la fois ferme et courtois, politique et concret, fort de son expérience sociale mais étranger à toute prétention,  fera merveille. Il saura se faire respecter, y compris de nos adversaires et de la Commission européenne. Il aura tôt fait de nouer des liens avec les autres composantes de notre groupe de la « Gauche unitaire européenne-Gauche verte nordique » , et au-delà, avec tous les alliés potentiels sur tel ou tel sujet d’importance. Il y sera un porte-parole créatif et moderne de notre peuple, pour toutes les avancées sociales, écologiques et de solidarité qu’il a développées tout au long de sa brillante campagne. Dans les institutions comme dans les territoires, il contribuera à redonner des lettres de noblesse aux idéaux et aux meilleures traditions de la gauche, dont il souhaite avec raison qu’elle « retrouve le chemin du rassemblement ». Nous serons nombreuses et nombreux à être fiers de lui et de ses camarades parlementaires.

Mais cette perspective si proche et si enthousiasmante ne deviendra réalité qu’à une double condition . D’abord, que chacune et chacun qui apprécie Ian Brossat et ses co-listières et co-listiers concrétise, dimanche prochain, cette légitime sympathie par son vote ! Et, dans le même temps, que nous utilisions toutes et tous les heures décisives qui nous séparent du verdict des urnes pour nous demander qui, dans notre entourage ou nos relations, gagnerait à partager notre conviction et notre acte électoral. Ne prenons pas le risque de regretter dimanche soir de ne pas avoir apporté notre pierre à l’édifice : ouvrir la porte du Parlement européen à Ian Brossat, Marie-Hélène Bourlard, Patrick Le Hyaric et Marie-Pierre Vieu !

———-
(1) Libération (17 mai 2019)
(2) Le Monde (17 mai 2019)
(3) Le Parisien (7 mai 2019)

23 mai 2019 at 6:31 Laisser un commentaire

EN HOMMAGE À JULIEN LAUPRÊTRE SOUTIEN AUX PLUS DÉMUNIS DANS L’UE !

« Nous sommes inquiets pour l’avenir du Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis (FEAD), alors que les Etats membres vont commencer à négocier le budget de l’Union européenne pour les années 2021-2027 » alertait il y a un an Julien Lauprêtre, au nom du Secours populaire français (SPF) et des organisations-partenaires telles que la Croix-Rouge, les Banques alimentaires ou les Restos du cœur . Préserver coûte que coûte cette aide d’urgence, hélas indispensable pour permettre aux organisations humanitaires de soulager les plus déshérités, faisait l’objet , ces dernières années, d’une intense mobilisation de l’emblématique Président du « Secours ».

En effet, l’un des grands échecs du modèle économique libéral en vigueur dans l’actuelle Union européenne est son incapacité persistante dans l’ensemble des pays membres, y compris les plus riches, d’éliminer la pauvreté . Même si l’on se réfère aux statistiques officielles de la Commission, les chiffres sont accablants : en 2015, un Européen ou une Européenne sur six, soit 87 millions de personnes, y vivait sous le seuil de pauvreté ! Encore ce chiffre sous-estimait-il amplement l’étendue de ce désastre d’après les acteurs de terrain contre l’exclusion , qui situaient  plutôt le nombre des victimes de cette plaie intolérable à plus de 120 millions !

En France -6ème économie du monde- , entre quatre et cinq millions d’hommes, de femmes et d’enfants dépendent en partie de cette aide alimentaire européenne. Et surtout, les contacts ainsi créés permettent à une organisation comme le SPF d’accompagner ces personnes dans leur insertion sociale et la défense de leurs droits comme de leur dignité. Or, la pérennité de ce Fonds fut, à plusieurs reprises, menacé par ceux-là même dont l’obsession du profit financier et la politique restrictive et inégalitaire le rendent si nécessaire. C’est ainsi qu’en 2011, ce programme faillit être supprimé sous prétexte qu’il s’agissait d’une forme d’aide sociale , juridiquement du ressort des Etats membres et non de l’UE. Il a fallu l’engagement décisif de parlementaires européens -au premier rang desquels figura Patrick Le Hyaric-  pour sauver et le Fonds et son montant de…3,2 milliards d’euros entre 2014 et 2020 !

Le problème est désormais d’arracher la prorogation et l’augmentation de ce montant dans le prochain budget pluriannuel 2021-2027, sur lequel le Parlement européen qui sortira des urnes le 26 mai prochain aura à se prononcer. La négociation de ce « cadre financier » est actuellement en cours entre les 27 gouvernements et elle s’annonce ardue : entre le coût du « Brexit » et celui des « nouvelles dépenses » (« protection des frontières » et défense européenne…), les pressions en vue de diminuer nombre de prestations (crédits aux agriculteurs, fonds de cohésion pour les pays les plus pauvres…) sont très fortes. Raison de plus pour apporter -parallèlement à notre action en faveur de la nécessaire éradication de la pauvreté dans toute l’UE- notre total soutien  à l’Appel commun des Associations européennes  lancé le 20 mars dernier pour , dans l’immédiat, « renforcer l’aide alimentaire européenne ». Ce faisant, nous rendrons l’hommage mérité au grand humaniste que fût notre ami et camarade Julien Lauprêtre.

2 mai 2019 at 9:44 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 239 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

janvier 2020
L M M J V S D
« Déc    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Commentaires récents

jean-louis Hoffet dans RÉVÉLER ENCORE ET TOUJOURS LA…
Pabbpabb dans « BREXIT …
KACZMAREK PATRICK dans ENVERS LES KURDES , A NOUVEAU,…
franciswurtz dans MACRON CONTRE « L…
de ANDRADE Roger dans MACRON CONTRE « L…

Archives

Catégories

Pages

Pages