Archive for mars, 2018

QUELLE POLITIQUE INTERNATIONALE POUR L’UE ?

Est-il besoin de dire l’horreur que nous inspirent les pratiques de barbouzes du type de l’empoisonnement de l’agent double russe à Salisbury ? Eradiquer ces comportements de bandits dans les relations internationales est une exigence basique dans toute démocratie. Pourtant, le branle-bas médiatique orchestré par les principales chancelleries de l’Union européenne autour de la « probable » responsabilité de la Russie dans cette sombre affaire a quelque chose de suspect.

Faut-il rappeler que lorsque trois militantes kurdes ont été assassinées en plein Paris en janvier 2013, il n’y a eu ni sanctions européennes contre Ankara ni renvoi de diplomates turcs, alors-même que la responsabilité , non pas « probable » mais directe des services secrets d’Erdogan avait été établie ! En ce moment-même, la justice européenne est d’ailleurs saisie de plusieurs cas de menaces de mort émanant d’ « agents de sécurité » turcs contre des responsables kurdes sur le sol ouest-européen, notamment en France, en Belgique et en Allemagne. L’exemple, sinon la consigne, vient de haut : l’an dernier, mécontent du fait que certains de ses ministres n’aient pu faire sa campagne électorale dans tel ou tel pays européen, Erdogan était allé jusqu’a proférer des menaces inouïes : « Si vous continuez de vous comporter de cette manière, demain, aucun Européen ou occidental ne pourra plus faire un pas en sécurité, avec sérénité nulle part dans le monde » ! Imaginons que ce soit Poutine qui se soit adressé de la sorte aux dirigeants européens… Tout cela pour prendre la mesure réelle de l’indignation des « 27 » exprimant leur « solidarité sans faille » avec la Première Ministre britannique.

Si la responsabilité de Moscou dans ce scandale venait à être clairement confirmée, une sérieuse mise au point avec le Kremlin s’imposerait. Mais, même dans ce cas, cela n’exonérerait pas les dirigeants européens d’une analyse sans complaisance de leur inconséquence coupable en matière de politique internationale. Où sont les grandes initiatives diplomatiques de l’Union européenne en faveur d’une sécurité durable sur le continent européen et dans le monde ? Qu’ont-ils fait pour créer les conditions d’une nouvelle Conférence sur la sécurité et la coopération entre tous les Etats du continent, comme leurs lointains prédécesseurs avaient su le faire en pleine guerre froide, avec la Conférence d’Helsinki ? Qu’attendent-ils pour s’émanciper de la tutelle militaire et morale (?) de Washington, à une époque où les principaux dangers qui planent sur la sécurité mondiale ont pour épicentre les Etats-Unis ? Qu’envisagent-ils d’entreprendre pour contrer l’offensive irresponsable et délibérément provocatrice de Trump et de son nouveau cabinet de guerre au Moyen-Orient ? Quand se décideront-ils à travailler avec l’Afrique à un accord de co-développement global et de long terme à la place des accords superficiels et mesquins de « réadmission » des ressortissants émigrés ? Etc…

On me rétorquera qu’un accord à 27 ou à 28 sur ces objectifs est illusoire. C’est juste, du moins dans le contexte présent. Mais rien n’empêche -pas même les traités européens- quelques Etats à prendre les devants pour donner à voir aux Européens ce que pourrait être et rapporter, ne serait-ce qu’en terme de respect et de soutien de la part des peuples du monde, une vraie politique internationale de l’Union européenne.

Publicités

29 mars 2018 at 1:26 Laisser un commentaire

AFRIN : L’IGNOBLE LACHAGE DES KURDES DE SYRIE !

Un nouveau drame humanitaire se déroule sous nos yeux en Syrie. Il touche des femmes et des hommes que toute la communauté internationale célébrait naguère comme étant les combattants les plus intrépides engagés sur le terrain contre le groupe « Etat islamique » (Daesh) : les Kurdes des « Unités de protection du peuple » (YPG et YPJ). Désormais, ils et elles sont abandonnés face aux troupes et sous les bombes de l’armée turque, secondée par ses supplétifs islamistes syriens. Aujourd’hui dans la ville d’Afrin (350 000 habitants), demain peut-être à Manbij, ou à Kobané, au nord de la Syrie. Si rien n’est fait de toute urgence -notamment la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne- d’autres tragédies auront lieu, qui resteront dans l’Histoire comme le résultat d’un ignoble lâchage des Kurdes de Syrie, particulièrement de la part des Etats-Unis, mais également de l’Europe et de la Russie.

Qu’est-ce qui a fourni, en effet, au président turc Erdogan le prétexte en or qu’il attendait pour faire la guerre aux Kurdes de la Syrie voisine ? C’est l’annonce, par Washington, du projet d’installer dans cette région frontalière de la Turquie, une force de sécurité de 30 000 combattants, majoritairement kurdes, pour y empêcher tout retour de djihadistes de Daech. Il n’est guère imaginable que les stratèges américains n’aient pas anticipé la réaction d’Erdogan à ce plan. Or, depuis l’offensive turque, le silence des Etats-Unis est assourdissant et leur projet enterré ! C’est à se demander s’ils n’ont pas délibérément sacrifié leurs ex-« alliés » kurdes , une fois Daesh chassé de Syrie, dans le cadre d’un « deal » secret avec leur turbulent partenaire de l’OTAN ! En tout état de cause, ils les ont lâchés , une fois leur héroïque mission accomplie, à leur pire ennemi. Un degré-record de cynisme ou de lâcheté !

L’Europe, quant à elle, n’est pas en reste à cet égard. Face à l’élimination programmée par Ankara de forces qui furent à l’avant-garde de la mise hors d’état de nuire des commanditaires des attentats de Paris, de Nice ou de Bruxelles, la teneur des réactions des capitales européennes fait honte à entendre : entre leurs « appels à la retenue » (Emmanuel Macron) , l’expression de leur « préoccupation » (l’UE), voire les concessions directes à Erdogan, du type « le souci de la frontière est légitime » ( Jean-Yves Le Drian ) , même si elles sont ensuite tempérées « mezzo voce ». De même, la discrétion avec laquelle les autorités de nos pays traitent -cinq ans après l’assassinat à Paris de trois militantes kurdes- les exactions commises ou annoncées en ce moment sur le territoire européen par les « commandos itinérants des puissants services secrets turcs contre des dirigeants kurdes » (« Le Monde », 16/3/18) tranchent avec la virulence des réactions à l’empoisonnement d’un ex-agent double russe à Londres ! Vis-à-vis d’Ankara, ni sanctions ni renvoi de diplomates, mais des courbettes, des crédits et des espoirs de juteuses ventes d’armes…

Quant à la Russie, maîtresse de l’espace aérien dans la région, elle a, de fait, donné son feu vert à l’agression turque, en retirant en outre ses soldats de la zone la veille de l’attaque d’Erdogan. Hier, Moscou décorait des cadres militaires kurdes de Syrie et invitaient leur organisation aux pourparlers de Sotchi. Jusqu’où Poutine va-t-il aujourd’hui les trahir ? Notre solidarité avec le peuple kurde n’en est que plus cruciale .

22 mars 2018 at 7:57 Laisser un commentaire

LE PARLEMENT EUROPÉEN FACE A LA RÉVOLUTION NUMÉRIQUE

Sur le thème résolument offensif « Reprenons le pouvoir », le Parti communiste français vient de tenir, pour la troisième année consécutive, des « Etats généraux de la révolution numérique » fort justement présentés comme « un lieu ouvert de construction d’une véritable pensée politique critique de la révolution numérique débouchant sur des luttes émancipatrices ». (1) . De vrais débats de fond dans pas moins de 13 ateliers thématiques . Une quarantaine d’intervenants et d’intervenantes. Un public nombreux, jeune, ouvert à la confrontation d’idées. Une belle image de la politique !

Un fait m’a frappé : la place qu’occupe, dans l’esprit de nombre de ces femmes et de ces hommes, le Parlement européen comme lieu pertinent de leurs actions. Ils considèrent, en effet, que c’est au niveau européen que doivent être construits les rapports de force susceptibles de faire respecter l’égalité des droits des internautes par les fournisseurs d’accès à internet (Orange et consorts) ; de faire plier les géants de la Silicon Valley (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft…) et, plus généralement, de s’émanciper des prétentions hégémoniques de l’Amérique de Donald Trump .

De fait, depuis plusieurs années, ils engrangent les succès ! En 2012, les députés européens , mis sous pression par des milliers d’internautes, ont rejeté (par 478 voix contre 39, et 165 abstentions !) le traité international ACTA qui visait à attaquer le « logiciel libre » (possibilité de modification et de partage) et à faire surveiller la « toile » par les opérateurs (Orange, SFR, Free…). En 2014, sentant les attentes d’une réaction plus ferme de la part de l’UE face à l’arrogance des multinationales américaines sur le net, ils votent une résolution appelant la Commission européenne à sanctionner sévèrement Google pour qu’il cesse d’abuser de sa position dominante. Ce sera chose faite : le groupe mythique de Californie finira par être condamné à une amende de 2,42 milliards d’euros et à se mettre en règle dans les 90 jours ! Le géant, réputé intouchable, tout en effectuant un recours, s’ exécuta. En 2015, Parlement européen et Conseil (les représentants des 28 gouvernements) , là encore poussés par une jeunesse très motivée par la défense de l’égalité de traitement sur l’internet, s’accordent sur un règlement garantissant dans toute l’UE la « neutralité du net » (qui exclut toute forme de discrimination entre les utilisateurs à même de payer plus cher leur abonnement et tous les autres). En 2017, conscients de la sensibilité des citoyens au respect de la vie privée, surtout depuis les révélations de Snowden sur l’espionnage de masse de la NSA,les parlementaires de Strasbourg adoptent une résolution mettant sérieusement en cause le gouvernement des Etats-Unis pour non-respect d’un accord garantissant la protection des données personnelles recueillies en Europe et transférées outre-Atlantique par les entreprises américaines. Parallèlement à cette alerte institutionnelle , des ONG spécialisées, implantées dans différents pays d’Europe, saisissent la Cour de Justice de l’UE sur le même sujet, en demandant la rupture de l’accord UE-USA. Encore une belle bataille en perspective. Oui, reprenons le pouvoir, en Europe aussi !

————
(1) Yann Le Pollotec, responsable national du PCF en charge de la Révolution numérique.

15 mars 2018 at 10:39 1 commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 202 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

mars 2018
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Pages

Pages