Posts filed under ‘Angela Merkel’

LES LENDEMAINS CONFUS DES ÉLECTIONS ALLEMANDES

Des négociations surréalistes sont engagées entre partis allemands en vue de constituer un gouvernement à l’issue des élections législatives. Comme en 2017, ces laborieuses tractations font réapparaître au grand jour une crise de la démocratie que l’autorité de la Chancelière auprès d’une majorité de ses concitoyens a conduit, depuis le dernier scrutin, à sous estimer.
 En vérité, la confusion est totale. Alors qu’Angela Merkel continue de jouir d’une popularité enviable, son parti, la CDU, en recul d’élection en élection , vient d’enregistrer le pire score de son histoire.
À l’inverse, « à gauche », le SPD se redresse spectaculairement…mais celui qui incarne ce succès électoral -Olaf Scholz, numéro 2 du gouvernement sortant et chantre de l’austérité- a mené toute sa campagne en héritier, sinon en sosie, d’Angela Merkel, dont il n’a cessé de louer la « réussite ».
En outre, CDU comme SPD envisagent, pour recueillir la majorité requise au Parlement, de s’allier à deux formations minoritaires : les Verts et les Libéraux (FDP), lesquels ont déjà entrepris les discussions pour définir leurs « lignes rouges » communes face à l’un ou à l’autre des deux candidats à la Chancellerie. 
Problème : si les Verts se veulent les champions de la défense du climat, les Libéraux en sont les cancres, pour sauvegarder le « dynamisme économique »du pays ; quand les premiers plaident pour un vaste programme d’investissements publics, les seconds s’y opposent au nom de la sacro-sainte « réduction des dépenses »; la promesse des uns de faire payer plus aux grandes fortunes percute frontalement l’obsession des autres de réduire les impôts des plus riches…L’improbable « compromis » issu de cet imbroglio devra ensuite être négocié avec l’un des deux ex-piliers du système politique allemand, décidément bien fatigué. Le résultat final est attendu, au mieux, pour Noël…
Circonstance aggravante : cette médiocre « classe politique » semble rassurée de constater que l’extrême-droite de l’AfD a , globalement, perdu quelques plumes par rapport à 2017 (où elle avait prospéré sur l’effet « migrants » de 2015). Dangereuse quiétude : la mouvance brune « en recul »vient tout de même de faire entrer 83 députés au Bundestag et confirme, hélas, son influence dans les Länder de l’Est, jusqu’à arriver en tête de tous les partis en Saxe ! 
Dans ce contexte, on regrettera d’autant plus la contre-performance de nos amis de Die Linke, notamment victimes du « vote utile » pour en finir avec la domination de la droite…
Souhaitons au plus vite, face aux épreuves à venir, un sursaut des forces de progrès : la démocratie allemande en a bien besoin.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Je souhaite témoigner ma profonde amitié à Patrick Lehyaric au moment où il décide de quitter la direction de « l’Humanité » qui lui doit tant ! Merci pour ces 21 années de ténacité et de créativité couronnées de succès.

8 octobre 2021 at 10:49 Laisser un commentaire

UN « SEMESTRE ALLEMAND » À SUIVRE DE PRÈS !

Pour la première fois depuis 2007 -autant dire une autre époque- l’Allemagne va prendre, le 1er Juillet prochain, la présidence de l’Union européenne pour une durée de six mois. Depuis 2009, le Conseil européen dispose d’un Président ou d’une Présidente permanent.e (Actuellement, l’ancien Premier Ministre belge, Charles Michel), ce qui relativise le rôle des présidences tournantes de chaque État membre : qui sait, par exemple, que l’UE est présidée depuis le 1er Janvier dernier par la Croatie ? Il en va tout différemment quand c’est un pays comme l’Allemagne qui prend les rênes des « 27 » . C’est que, dans l’UE, tous les Etats membres sont égaux, mais certains le sont plus que d’autres…La première puissance européenne va même étendre son influence sur les deux semestres suivants, dont la présidence sera assurée par la Slovénie puis le Portugal : ce « trio » dominé par l’Allemagne coopérera, en fait, étroitement jusqu’à la fin 2021. C’est une première raison de suivre avec une particulière attention les débats qui auront lieu et les décisions qui seront prises durant cette période. Mais c’est surtout l’accumulation d’enjeux, plus lourds les uns que les autres, durant les mois qui viennent, qui appelle, plus que jamais, de notre part une vigilance de tous les instants. 

Récapitulons quelques points prévisibles de l’agenda européen d’ici la fin de l’année : les implications financières, économiques, sociales et politiques du « Fonds de relance » de 750 milliards d’euros qui dépendront des décisions des Etats membres et du Parlement de Strasbourg ; la finalisation des négociations sur le « Brexit » -dont dépendra notamment l’implantation (ou non) , à nos portes, d’un champion du « dumping » social, fiscal ou/et environnemental-; l’adoption du budget européen pluriannuel 2021-2027, susceptible de se traduire (ou non) par une diminution sensible des aides aux agriculteurs et aux pays et régions défavorisés ; le respect (ou non) des engagements pris en matière de lutte contre le dérèglement climatique, que la pandémie a relégué au second plan depuis mars dernier ; le contenu concret de la « priorité au numérique » annoncée, en termes d’emplois, de qualifications, de services publics, de taxation des multinationales, de réduction de la dépendance aux géants américains du Web…; l’évolution du projet de « défense (dite) européenne », qui se traduit jusqu’ici -outre l’allégeance à l’OTAN- par une gabegie indécente d’achats d’armements (dont pour plus de 100 milliards d’euros à l’industrie aéronautique…d’outre-Atlantique) ; ou, plus généralement, les choix stratégiques  qu’appellent de la part de l’UE les aventures irresponsables du clown triste de la Maison-Blanche , qu’il s’agisse de la ruineuse guerre économique lancée tous azimuts ou des tensions internationales meurtrières, alimentées en particulier au Moyen-Orient.
Quelle attitude adoptera la France sur chacun de ces points, et bien d’autres ? Le débat politique national doit impérativement se saisir de cette question.

25 juin 2020 at 3:37 Laisser un commentaire

« ALLIÉ » AMÉRICAIN ET « RIVAL SYSTÉMIQUE » CHINOIS

wurtz-l-humanite-dimancheLes Etats-Unis, qui sont, comme chacun sait, les « Alliés indéfectibles de l’Europe », viennent de lancer un nouveau missile commercial contre l’économie de l’UE, et particulièrement celle de la France. Après la surtaxation de l’acier et l’aluminium en juin dernier, l’administration Trump vient de décider de majorer d’un montant total de 7,5 milliards de dollars (!) les droits de douanes sur une série de produits d’exportation français, allemands, espagnols et britanniques. Cette mesure punitive -la plus forte jamais autorisée par l’Organisation mondiale du commerce- vise, selon Washington, à compenser les subventions indues versées par les quatre partenaires du consortium Airbus à leur industrie aéronautique (en réalité, des aides comparables à celles versées par les Etats-Unis à Boeing). Ces taxes supplémentaires seront, en principe, appliquées dès le 18 octobre prochain, non seulement aux exportations d’avions européens, mais, en prime, à des produits ciblés pour faire mal, tels que les vins et les fromages français (+ 25% !), les vêtements anglais, les outils allemands…Sur les quelque 9,7 milliards de dollars de pertes annuelles que s’attendent à subir les pays touchés, le quart concernerait la France. Trump ne s’arrête d’ailleurs pas en si bon chemin : il réfléchit à un autre volet de sanctions contre l’Europe, cette fois pour renchérir le prix des voitures exportées outre-Atlantique. Le suspense fait trembler les constructeurs , notamment allemands. On saura d’ici le 13 novembre quel sera le bon plaisir du locataire de la Maison-Blanche à ce propos. L’UE agite la menace de mesures de rétorsion mais se dit prête à négocier. « Nous tendons la main » a souligné notre ministre de l’économie, Bruno Le Maire, en invitant les Etats-Unis à écouter « la voix de la sagesse » !

Les termes utilisés par les responsables européens sont moins galants, s’agissant de la Chine, qualifiée, quant à elle, pour la première fois, de « rivale systémique » dans un document officiel de la Commission européenne, le 12 mars dernier. Le mot est fort et n’est appliqué qu’à la Chine. Pourtant, Pékin, contrairement à Washington, respecte les Accords multilatéraux que l’Union européenne juge essentiels, tels celui de Paris sur le climat ou celui de Vienne sur le nucléaire iranien. Le président chinois dit vouloir conclure avec les Européens des partenariats « gagnant-gagnant », quand celui des Etats-Unis arbore fièrement sa devise « America first ». Et sur les droits de l’homme, Donald Trump n’a guère de leçons à donner à Xi Jinping…Alors, pourquoi cette tolérance dans un cas et cette crispation « systémique » dans l’autre ? S’il s’agit d’empêcher l’acquisition incontrôlée de biens publics, de secteurs stratégiques ou d’éléments du patrimoine , on ne peut qu’acquiescer, mais cela vaut pour tout prédateur , d’où qu’il vienne ! Il n’en va pas de même, en revanche, quand le grief avancé est le refus de la Chine d’ouvrir à tous vents ses marchés publics : à nos yeux, c’est l’UE qui a le grand tort de se priver d’un levier d’influence publique sur l’économie en livrant aux plus offrants ces marchés gigantesques représentant près de 2000 milliards d’euros par an. Plutôt que de céder à l’angoisse « systémique » de voir un jour les Etats-Unis perdre leur « leadership », l’UE  gagnerait à construire avec la Chine, comme avec tout autre partenaire qui y est prêt, des relations exigeantes mais constructives.

10 octobre 2019 at 8:01 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 257 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

octobre 2021
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives

Catégories

Pages

Pages