NON, ERDOGAN N’EST PAS « TOUT-PUISSANT » !

12 novembre 2015 at 4:39 Laisser un commentaire

wurtz-l-humanite-dimancheNous avons tous été profondément déçus à l’annonce des résultats des élections du 1er novembre en Turquie. Erdogan, ce personnage mégalomaniaque et dangereux, remportait un succès inattendu , tandis que le grand vainqueur démocrate du scrutin de juin, Sélahattin Demirtas, voyait son score reculer. La révolte devant cette prime à la violence et à la perversité l’emportait sur tout le reste.

A y regarder de plus près, la réalité est cependant quelque peu différente ! D’abord, en ce qui concerne l’ évolution des rapports de force électoraux . Erdogan n’a cessé de réclamer depuis des mois,  « 400 députés » pour lui permettre d’atteindre la majorité qualifiée nécessaire pour changer la Constitution et atteindre son but suprême : l’hyper-présidentialisation du régime. Comme en juin dernier, c’est encore raté ! Il lui manque même 15 sièges pour recourir au mécanisme de rattrapage : faire adopter le changement de Constitution par référendum. Certes, il peut tenter d’ « acheter » des députés de l’extrême droite pour arriver à ses fins, mais cela cadrerait mal avec le profil de nouveau sultan qu’il aimerait tant se donner. Par ailleurs, alors qu’il avait dépassé la barre des 50%  lors des élections présidentielles de l’an dernier ( 51,8 ) , il est resté en deça cette fois-ci ( 49,5 ) . Il s’agit donc, par rapport au scrutin initial du 7 juin, d’un succès,  mais certainement pas du « triomphe » souvent abusivement perçu dans un premier temps.

Inversement, le HDP -pas plus que les précédents « partis pro-kurdes »- n’avait jamais , avant les élections de juin dernier, franchi le seuil fatidique des 10% permettant d’ entrer au Parlement turc en tant que parti ( et non à titre individuel ) . Or, il vient de relever à nouveau ce défi , malgré une érosion du nombre de ses voix ( -2,4% ) . Il n’y a que quatre formations politiques à avoir réussi ce pari. Gageons que les 59 élus nationaux du HDP hantent d’ores et déjà les nuits du dictateur d’Ankara !
Ajoutons qu’il se pourrait bien qu’Erdogan n’emporte pas au paradis une « victoire » acquise dans des conditions aussi abjectes : répandre délibérément le sang et la terreur pour se présenter en unique garant de la sécurité . En son temps, le Général De Gaulle -qui avait pourtant une autre stature que le maître actuel de la Turquie- avait, lui aussi, usé du registre plébiscitaire du « Moi ou le chaos » : le raz de marée électoral qu’il en récolta après les « événements » de 1968 ne lui évita pas la défaite fatale, dix mois plus tard…En Turquie aussi, la « stabilité » promise ne sera au rendez-vous ni sur le plan économique ni sur le terrain politique -à moins d’un changement radical de politique et de comportement de la part de ce personnage réputé « imprévisible ».
Il est un dernier facteur -et non des moindres dans le monde d’aujourd’hui- à prendre en considération pour juger de l’influence effective d’un dirigeant politique : son rayonnement au-delà des frontières de son pays. Et, à cet égard, le bilan Erdogan se résume en un mot : fiasco. Les manchettes de la presse de tous bords en disent long sur l’évolution de son image  : « Les résultats de la terreur » ( L’Humanité » ) ; « Erdogan ou la politique du pire » ( Le Monde) ; « La dérive du néo-ottomanisme d’Erdogan » ( Le Figaro ) ; « Turquie : massacre et répression entre deux élections » ( Libération ) ; « L’emballement guerrier du Président turc » ( Le Monde diplomatique )… Le même son de cloche s’entend dans le monde entier, au point que le « Courrier international » croit pouvoir titrer sa synthèse de la presse sur le sujet : « Turquie, la prochaine Syrie ? « …Il n’y a plus guère que les dirigeants européens à faire la cour au maître-chanteur du Bosphore, manifestement décidé à faire payer au prix fort l’indigne et illusoire « solution » turque au problème des réfugiés , échafaudée à Bruxelles. Non, décidément, Erdogan n’est pas « tout-puissant » ! La contre-offensive progressiste, c’est maintenant !
Publicités

Entry filed under: Actualité, Berlin, Chroniques de l' "Humanité-Dimanche, Erdogan, Europe, France, Francis Wurtz, turquie.

GAZ POLLUANTS : UN TRIPLE SCANDALE EUROPÉEN POUR « UNE EUROPE SURE », QUELLE STRATEGIE ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 172 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

novembre 2015
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Commentaires récents

Robert Loiseau sur NON , LA CAMPAGNE DE 2005 N…
Sylvie sur D’ISRAEL À LA TURQUIE :…
de ANDRADE sur LES TROIS PREMIÈRES LEÇONS DU…
Gabriel Legros-Colla… sur FACE À L’ EFFET TRUMP,…
Gabriel Legros-Colla… sur WOLFGANG SCHÄUBLE, «…

Catégories

Pages

Pages


%d blogueurs aiment cette page :