Archive for juillet, 2011

UNE PRÉSIDENCE DE L’UE « OPTIMISTE » ET « AMBITIEUSE »

C’est à une véritable entrée en fanfare qu’on a assisté avec l’arrivée de la Pologne à la présidence (pour six mois) de l’Union européenne,en ce début juillet. »Notre présidence sera optimiste, europhile, solidaire et ambitieuse » a annoncé le Premier Ministre (PPE, droite), Donald Tusk. Elle sera « particulièrement utile pour dissiper l’atmosphère de doute qui s’est instaurée -a ajouté,modeste,le Président (polonais,PPE) du Parlement européen- . J’espère que l’attitude polonaise sera contagieuse et améliorera l’humeur de l’Union européenne. » Le grand hebdomadaire de Varsovie, Polityka, nous avait du reste prévenus: »La Pologne se doit de montrer qu’elle est certes débutante,mais consciente de sa force et de sa valeur(…)Elle a le vent en poupe. »

Joignant le geste à la parole,les principaux responsables polonais n’ont pas tardé à exprimer des exigences sans précédent pour une présidence semestrielle de l’UE.Ainsi,le ministre des finances a-t-il insisté pour participer aux réunions de l' »Eurogroupe » (qui réunit ses collègues de la zone euro) pour « influer » sur ses travaux,alors même que son pays n’a pas,à ce jour,adopté la monnaie européenne.Quant au ministre des Affaires étrangères,il a demandé à être « l’adjoint » de la Haute Représentante de l’UE pour la politique étrangère et de sécurité commune,Catherine Ashton,estimant,non sans condescendance,qu’il devait l’aider à gérer « un agenda intenable pour une seule personne ».Les dirigeants européens ont maugréé…puis ont donné satisfaction à leur sinon optimiste,du moins ambitieux partenaire.En outre,dès fin septembre,les 27 Chefs d’Etat et de gouvernement se réuniront en Sommet à Varsovie pour consacrer la grande priorité internationale de la nouvelle présidence: le « Partenariat oriental »,autrement dit le pendant vers l’Est ( Ukraine, Géorgie, Bélarus…jusqu’au Caucase du sud) de l' »Union pour la Méditerranée ».

Mais d’où viennent donc cette assurance des représentants de ce pays et la complaisance dont ils bénéficient de la part des milieux dirigeants européens? Au statut de leader des nouveaux États membres conquis par la Pologne s’ajoute depuis quelques années ce que les « élites » occidentales appellent le « miracle économique » polonais. Pourtant,tout ce qui brille n’est pas or…Certes,le pays affiche un taux de croissance de près de 4%,auquel l’UE n’a pas peu contribué: de 2004 à 2014,elle aura versé à la Pologne plus de 80 milliards d’euros d’aides -qui ont dopé les investissements- et ouvert son grand marché aux produits « low costs » de ce pays à bas salaires.Et en retour,la multiplication des « partenariats publics-privés » polonais offre aux grands groupes étrangers les morceaux de choix du patrimoine économique de ce pays.. Mais le peuple polonais,lui,a profité de façon très inégale de ce « miracle »: le chômage touche 11% de la population active malgré l’expatriation …d’un million de travailleurs! Le sort des paysans (13% de la population active!) n’est guère enviable.D’une façon générale,le mécontentement social doit être conséquent pour que le syndicat Solidarnosc ait réussi à mobiliser une véritable marée humaine de dizaines de milliers de personnes à Varsovie, la veille de l’ouverture de la présidence polonaise de l’UE.

Cela ne renvoie-t-il pas précisément aux enjeux de fond de l’actuelle construction européenne? Apparemment non, aux yeux du chef de la diplomatie de la nouvelle présidence ,qui a tranché la question avec une hauteur de vues qui promet: »La Pologne a pour ambition de faire sortir l’Europe des problèmes psychologiques avec lesquels elle se débat actuellement. » La nation polonaise mérite décidément mieux que cela…

Publicités

14 juillet 2011 at 1:26 Laisser un commentaire

LA POLOGNE LIBERALE A LA TETE DE L’UE

Depuis le 1er juillet et jusqu’à la fin de cette année,c’est donc – et pour la première fois – la Pologne qui assure la présidence du Conseil européen.Certes,le traité de Lisbonne a créé une « présidence permanente » actuellement assurée par le Belge Van Rompuy,mais…sans supprimer le principe des présidences tournantes. Celles-ci ont, de fait, un poids variable selon leur titulaire. La Hongrie vient d’achever un mandat de six mois sans avoir compté pour grand chose dans les orientations adoptées. Il n’en ira pas tout à fait de même pour son successeur polonais. Non seulement parce qu’il s’agit du plus important des nouveaux pays membres de l’Union européenne ( près de 40 millions d’habitants; position stratégique entre l’Ouest et l’Est du continent; poids de l’Histoire de cette nation,etc), mais en raison du statut privilégié qu’il a acquis aux yeux des forces politiques qui dominent aujourd’hui les institutions européennes, depuis que la droite libérale de Donald Tusk a supplanté la droite nationaliste des frères Kaczynski .

Varsovie n’est pas loin de passer pour l’élève-modèle de la classe européenne, avec sa croissance économique de 4% et le zèle libéral de ses nouveaux dirigeants. Nous verrons dans une prochaine chronique quelques uns des « secrets » de ce développement  ainsi que certaines de ses limites.Contentons-nous à présent de mettre l’accent sur les « priorités » affichées de la présidence polonaise de l’UE. Elles sont d’autant mieux accueuillies par nombre de ses partenaires qu’elles s’inscrivent de façon volontariste dans la vision qui prévaut tant à Berlin qu’à Paris ou à Londres.

Ainsi la Pologne réclame -t-elle « plus de concurrence » et veut-elle « casser les entraves » au commerce transfrontalier là où il en demeurerait encore, notamment dans le domaine des transactions en ligne.Elle entend , dans le même esprit,agir pour davantage de « libéralisation du commerce international », la finalisation du « cycle de Doha » (OMC), toujours bloqué, l’accession de la Russie à l’Organisation mondiale du commerce, la négociation de plus d’accords de libre-échange avec l’Asie et même d’un accord de libre-échange « approfondi » avec le voisin ukrainien,etc…Les étudiants et les enseignants-chercheurs du supérieur apprécieront ,en outre, qu’elle demande plus de « coopération des universités avec les milieux économiques » et, plus généralement,une « modernisation des universités » compatible avec la « priorité stratégique » du « renforcement du marché unique » européen…

Soyons justes: telle n’est pas la seule « priorité » avancée par les dirigeants polonais pour l’Europe, en 2011.Il s’y ajoute notamment…un renforcement de la « défense européenne », en particulier un accroissement des « groupements tactiques » (forces de projection de 1500 soldats chacun) et un « renforcement des relations Union européenne-OTAN ».

Pour Henri IV , labourage et paturage étaient « les deux mamelles de la France ». Pour Donald Tusk, libéralisme et militarisme sont manifestement les deux pis de l’Europe.

7 juillet 2011 at 5:28 Laisser un commentaire

Articles Plus Récents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 216 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

juillet 2011
L M M J V S D
« Juin   Août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives

Catégories

Pages

Pages