Archive for 5 janvier 2012

CE QUE NOUS APPREND L’EXPERIENCE DU CERN

Pour cette première chronique de l’année,je souhaitais relater l’un des événements heureux qui se sont produits en Europe ou l’un des actes marquants ayant honoré un grand Européen durant l’année écoulée. Autant dire que ce n’est pas du côté de Bruxelles que je l’ai trouvé…Je me suis,  en revanche,d’emblée rappelé le courage et la dignité d’Irina Bokova,la directrice générale -bulgare- de l’UNESCO,accueillant chaleureusement la Palestine comme nouveau membre,malgré les très lourdes sanctions financières américaines que ce geste entrainait contre son organisation. Je me suis également souvenu de l’engagement du remarquable leader du Sinn Fein irlandais, Gerry Adams, dans des initiatives politiques visant à garantir que l’ETA basque dépose définitivement les armes. Je n’ai pas oublié non plus l’exposition décapante de Lilian Thuram au musée parisien du quai Branly sur les « zoos humains » : véritable cri antiraciste et anticolonialiste qui interpelle l’Europe entière.Mais c’est sur une expérience collective très particulière dont on a (re)parlé récemment que je veux m’arrêter: celle du … »boson de Higgs ». C’est ainsi que les chercheurs du Centre européen de recherche nucléaire (CERN) appellent la particule élémentaire qu’il reste à découvrir pour tenter de percer le mystère des débuts de l’univers… Vaste programme,aux retombées indirectes considérables,qui mobilise d’innombrables équipes dans ce haut lieu de la recherche fondamentale (et exclusivement civile),situé à cheval sur le département de l’Ain et le canton de Genève. Pourquoi diable évoquer ce type d’expérience dans une chronique en principe consacrée à l’Europe?

C’est que le CERN représente à mes yeux toute une conception de l’Europe,qui est à bien des égards aux antipodes de celle incarnée par les Sarkozy-Merkel,Trichet,Draghi,Juncker ou autre Barroso. Certes, cette expérience n’est pas transposable,mais il n’est pas interdit de méditer ses règles et son éthique lorsqu’on réfléchit à la refondation de la construction européenne qu’appelle son actuelle descente aux enfers.

Ainsi,au CERN,l’aiguillon du travail accompli n’est pas le profit financier mais l’avancée des connaissances pour le progrès de l’humanité. Les chercheurs appartiennent à plus de vingt nationalités européennes sans hiérarchie ni discrimination.Leur rayonnement  est tel que les plus grandes nations du monde ont décidé d’associer la crême de leurs scientifiques à cette expérience. Nul conflit géopolitique ou ethnique ne vient troubler leurs relations de coopération. Ici, la  » règle d’or », c’est le partage des informations entre tous les chercheurs. C’est à cette fin qu’ils ont inventé il y a vingt ans un instrument devenu,depuis,indispensable à nous tous:le web.La mission du CERN est d’encourager contacts et echanges,de dispenser des formations,d’opérer des transferts de technologies. Elle n’est pas de dominer,mais d’associer. Une vraie approche alternative de la coopération européenne!

Pendant ce temps,à Bruxelles,on travaille sur un traité visant à faire rêgner la discipline budgétaire, à sanctionner les récalcitrants,à rassurer les marchés, dans une économie ouverte où la concurrence est libre.

5 janvier 2012 at 8:43 4 commentaires


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 249 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

janvier 2012
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives

Catégories

Pages

Pages