EUROPE : POUR UNE CRITIQUE RAISONNÉE ET CONSTRUCTIVE

« Présidence française » oblige : nous entendrons beaucoup parler d’Europe d’ici l’été prochain. Emmanuel Macron -en campagne- en fera l’un de ses thèmes de prédilection. Il magnifiera chaque mesure inscrite à l’agenda des « 27 » et fera des discours enflammés sur sa vision d’une « Europe de l’équité sociale », « qui protège », « modèle de développement durable » et, qui plus est, « souveraine ». Ce faisant, il suscitera de l’agacement légitime parmi celles et ceux qui ont de l’ Europe « réellement existante » une tout autre expérience, faite de « discipline budgétaire « , d’ouverture des services publics à la concurrence , de compétition fiscale et sociale, d’allégeance à Washington …
Dès lors, la tentation sera grande de riposter à l’excès d’apologie de l’Europe de la part du chef de l’Etat par un rejet en bloc de toutes les propositions européennes évoquées par le Président-candidat. Ce serait prendre le risque de passer d’une caricature à une autre et de ne pas se faire comprendre d’une majorité de nos concitoyennes et concitoyens. En effet, comme vient de le confirmer une enquête d’opinion : si, globalement, l’UE divise toujours autant les Français, certains projets concrets européens   -dont Emmanuel Macron n’hésite pas à s’attribuer la paternité-  recueillent un soutien massif (autour de 80% !) des personnes interrogées (1) . Et pour cause : si l’Union européenne reste, aujourd’hui comme hier, néolibérale et autoritaire, elle a été néanmoins conduite, sous la pression des événements, à prendre certaines  mesures , sans doute insuffisantes et non exemptes de contradictions, mais allant dans le bon sens pour peu qu’elles ne soient pas dévoyées en cours de route.
 C’est, par exemple, le cas de différentes dispositions -sans précédent- du Plan de relance européen, ou bien du « Pacte vert », ou encore des projets de régulation des géants du secteur numérique et de leur taxation. C’est aussi le cas du projet de salaire minimum européen (même s’il ne faut pas en attendre qu’il mette fin au dumping social en Europe !) ou des mesures visant à encourager la constitution de filières industrielles européennes dans des secteurs d’avenir…Les « 27 » ont manifestement réagi à la crise de défiance des citoyennes et des citoyens européens qui mettaient en péril l’existence même de l’UE; ils ont été échaudés par le « Brexit », ébranlés par les divisions internes entre Etats membres, effrayés par les effets de l’accélération des dérèglements climatiques, sidérés par la déstabilisation due à la crise sanitaire. Ils n’ont pas changé sur le fond, mais ils ont lâché du lest. L’ignorer, c’est en laisser le bénéfice à Emmanuel Macron. Souligner ces avancées en en relevant et les potentialités et les limites -voire, le cas échéant, leurs vices cachés- renforce, à l’inverse, la lutte pour des transformations plus profondes de l’UE. Bref, la situation se prête non aux jugements expéditifs et à l’emporte-pièce, mais à la critique raisonnée et constructive de l’Union européenne.

——–(1) Régulation des GAFAM; taxation des produits importés trop polluants; salaire minimum européen…(Sondage Elabe pour « Les Echos » – 6/1/2022)

13 janvier 2022 at 6:41 Laisser un commentaire

2021-2022 : RETOUR SUR TROIS ESPOIRS À CONCRÉTISER 

Au milieu de l’avalanche de drames humains, de conflits sanglants et de tensions exacerbées qui a marqué l’actualité internationale en 2021, quelques événements ont, durant les deniers jours de l’année qui vient de s’achever, détonné positivement. Les mois à venir nous en diront plus sur leur développement concret. Arrêtons-nous sur trois d’entre eux, certes de nature et de portée très diverses mais également emblématiques.
Il ne surprendra personne que la première nouvelle réjouissante retenue soit le triomphe de la gauche sur l’extrême-droite, au Chili ! L’élection de Gabriel Boric, le 19 décembre dernier, à la Présidence de ce pays hautement symbolique, nous interpelle à plusieurs égards. D’abord, elle plonge ses racines dans l’imposant mouvement social de 2019, qui a clairement posé les bases des changements exigés par la majorité du peuple : à savoir tout à la fois des réformes sociales rompant avec le néolibéralisme acharné hérité de l’ère Pinochet et le respect de la dignité des femmes et des hommes, des peuples autochtones comme des minorités sexuelles.
Ensuite, cette élection fait suite à la victoire -lors du référendum d’octobre 2020- du OUI à l’élaboration d’une nouvelle Constitution mettant les droits des citoyennes et des citoyens au cœur de la future démocratie. Enfin, l’aboutissement de tout ce processus lors des élections présidentielles a été rendu possible par le rassemblement de forces de progrès allant du Parti communiste jusqu’au centre-gauche, autour d’engagements concrets de transformations sociales, écologiques et démocratiques très avancés. À méditer…Les mois prochains seront décisifs pour la réussite de ce tournant historique : le nouveau Président doit prendre ses fonctions le 11 mars et la nouvelle Constitution être adoptée d’ici l’été. La route sera parsemée d’obstacles, tant politiques que financiers.
Espérons qu’une large solidarité internationale sera acquise à ces précurseurs d’un réveil de la gauche !
La deuxième nouvelle de fin décembre que nous voulons croire prometteuse est l’annonce simultanée, à Washington et à Moscou, de discussions entre les deux puissances, à Genève en janvier 2022, en vue de créer les conditions d’une désescalade de la crise entre l’Occident et la Russie autour de l’Ukraine. Reste la question clé : Washington acceptera-t-il d’aborder le problème qui est au cœur des tensions avec Moscou : l’élargissement continu de l’OTAN vers les frontières de la Russie, avec, à terme, l’adhésion possible de l’Ukraine -véritable casus belli pour Moscou ?
Rappelons à ce propos le jugement prémonitoire, dès 2000, de George Kennan -lui qui fut, dans le passé, un des artisans américains de la guerre froide !- : l’extension de l’OTAN vers l’Est est, souligna-t-il, « la plus fatale erreur de la politique américaine depuis la guerre ».
Enfin, on me permettra de citer parmi les nouvelles réconfortantes de la période le bel exemple de coopération internationale que fut le « lancement du siècle » , par une fusée européenne Ariane 5 du télescope spatial américain James Webb , fruit du travail de chercheurs de 14 pays, dans l’espoir de remonter aux origines de l’Univers !
Dans le contexte médiocre du monde actuel, enfin du souffle !

6 janvier 2022 at 4:27 Laisser un commentaire

MIEUX CONNAÎTRE  LE MONDE, POUR AGIR ET NON SUBIR. 

On entend dire que les questions internationales sont les parents pauvres de la campagne présidentielle parce que « les gens ne s’y intéressent pas » . De fait, comment ne pas être assommé par le lot quotidien des souffrances humaines qui font une bonne partie de l’actualité internationale et viennent s’ajouter à sa propre incertitude du lendemain !  Sans grille de lecture pertinente ni perspective d’action, cette avalanche de sombres nouvelles risque fort d’alimenter le sentiment frustrant de subir les événements sans la moindre prise sur leurs sources ni sur les réponses à leur opposer.  Or, à l’ère des interdépendances où nous vivons,  nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer les enjeux internationaux, car notre propre vie en dépend . Aussi gagnons-nous toutes et tous, pour commencer, à s’approprier quelques repères du monde contemporain. 
A cet égard, le dernier livre de Pascal Boniface et Anne Sénéquier  -« La géopolitique, tout simplement »(1)-  est à signaler. Dans un style et une présentation agréables et résolument « grand public », avec une iconographie et une cartographie généreuses, les auteurs s’attachent à proposer de courtes synthèses sur une trentaine de sujets autour de trois axes clairement repérables : les étapes marquantes de l’évolution des relations internationales depuis la fin de la seconde guerre mondiale; les grands traits de la situation actuelle dans les principales puissances ou régions du monde; enfin un regard transversal sur les enjeux mondiaux de notre époque. Si l’on ne partage pas nécessairement toutes les analyses produites , le souci pédagogique des auteurs est à saluer. Il permet à chaque lectrice ou lecteur d’enrichir ses connaissances, qui sur le climat ou la santé publique, qui sur l’énergie ou le monde cyber…Un livre utile, donc, pour nous éclairer sur le monde d’aujourd’hui . 
Le livre refermé, il appartiendra à tout un chacun de prolonger sa lecture par ses propres réflexions : par exemple, ne faut-il pas remettre en cause la conception des relations internationales avant tout fondées sur les rapports de force , fussent-ils  enrobés de beaux principes ? Certains « intérêts nationaux » sont-ils légitimes quand ils contredisent, dans les faits, les intérêts de l’humanité dans son ensemble ?  Que dire de la sacralisation des frontières qui fait « a priori » des  « étrangers » qui frappent à la porte  d’indésirables intrus potentiels ? Quel crédit peut-on apporter aux croisades « pour la démocratie » menées dans un esprit de « camp contre camp » digne de la guerre froide ? Bref : cessons de considérer les relations internationales comme un jeu à somme nulle, où les gains de l’un résulteraient nécessairement des pertes de l’autre. Le monde a besoin de mesures de confiance qui apaisent les relations et non de débordement d’arrogance qui attisent les tensions. Il a besoin de signes d’égalité et non d’affirmation de puissance , ainsi que de respect des autres et non d’humiliations. Au pseudo-règlement des conflits par la voie militaire, préférons leur prévention en traitant à temps les dynamiques sociales qui les nourrissent. Enfin, plutôt que de concéder aux États le quasi-monopole de l’action internationale, rendons justice aux innombrables initiatives des associations et des acteurs locaux. Et gageons, alors, que « les gens » auront un autre regard sur la politique, qu’elle concerne la France ou le monde. 
—————(1) Editions Eyrolles, 2021 (300 pages, 26 euros.)

23 décembre 2021 at 6:59 Laisser un commentaire

Articles précédents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 258 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

janvier 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Catégories

Pages

Pages