Archive for 25 août 2022

EFFORTS  DIPLOMATIQUES  SUR  ZAPORIJIA : ENFIN !

Une catastrophe vient, peut-être, d’être évitée autour de la centrale nucléaire de Zaporijia ! Bien que rien ne soit encore joué à cet égard, de premières leçons peuvent sans doute être tirées de cette confrontation à hauts risques et de l’attitude des principaux protagonistes à son propos. 

La première est, de toute évidence, la gravité, chaque jour plus sensible, de la responsabilité prise par Vladimir Poutine en décidant d’envahir l’Ukraine ! Comme à chaque guerre, on assiste une fois de plus à un enchaînement infernal : l’hypothèse initiale de l’envahisseur d’une « guerre-éclair » vole en éclats; un engrenage aux rebondissements imprévisibles se met en place. Plus la situation se dégrade, plus grandit, de part et d’autre, la tentation de la fuite en avant, au prix de pertes humaines démesurées, de prises de risques inconsidérés, d’irresponsables chantages à la catastrophe . Jusqu’au jour où des « lignes rouges » seraient brusquement franchies : par exemple, une cible jugée trop emblématique pour permettre à chacun des « camps » de reculer sans perdre la face…Kaliningrad pourrait en être une, dans le cas d’un blocus de l’enclave russe dans l’UE, du fait de sa connotation historique liée à la victoire soviétique contre le nazisme; la Crimée est peut-être en train d’en devenir une autre, la charge symbolique immense que revêt pour la majorité des Russes le « retour de la province perdue » étant ébranlée par les explosions mystérieuses qui s’y produisent depuis quelques jours…Le cas de Zaporijjia était, dans ce contexte extrêmement tendu,  à analyser avec beaucoup de sang froid et d’esprit de responsabilité -deux qualités rares en temps de guerre, personne ne souhaitant paraître céder face à l’ennemi. C’est dire si la situation était (et reste) grave.

Ainsi, alors que les échanges de tirs de mortiers se multipliaient depuis le 5 août autour de la centrale, au risque de finir, par exemple, par entraîner une coupure d’alimentation des circuits de refroidissement des réacteurs, comme à Fukushima, on pouvait, certes, considérer que la responsabilité de toute cette tragédie incombe à la Russie -ce qui est fondamentalement vrai- et que, par conséquent, il fallait mettre Poutine au pied du mur, en exigeant qu’il retire ses troupes de la centrale avant toute visite approfondie du site par des experts de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA). Telle était , jusqu’à ces derniers jours, la position de Kiev , reprise par les dirigeants occidentaux. C’était une option qui, pour légitime qu’elle fût, comportait pour toute l’Europe -et en premier lieu pour l’Ukraine- un risque inouï, difficile à assumer. La raison l’a, à ce stade, emporté. L’AIEA devrait se rendre sur place, malgré la présence des troupes russes (une concession de Kiev), mais en passant par l’Ukraine (une concession de Moscou) . Un cessez-le-feu s’imposera de fait.  

Une fois de plus -après le précédent de l’accord sur la reprise des exportations de céréales- c’est le choix de  la diplomatie qui a permis d’éviter le pire : par la discussion avec Kiev d’abord, puis avec Moscou , le 15 août, grâce au dialogue entre le Secrétaire général de l’ONU et le ministre russe de le défense, suivi, le 19 août,  par l’échange Macron-Poutine. Il était temps !

25 août 2022 at 6:12 Laisser un commentaire


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 278 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

août 2022
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Commentaires récents

Gourmel Michel dans HOMMAGE À MIKHAÏL GORBATCHEV 
Joel ALLAIN dans HOMMAGE À MIKHAÏL GORBATCHEV 
Frison Annie dans CÉRÉALES D’UKRAINE : GAR…
Frison Annie dans UKRAINE : « GAGNER LA GUERRE »…
michel muller dans LA SUPPRESSION DU CORPS DIPLOM…

Archives

Catégories

Pages

Pages