Archive for avril, 2011

EUROPE: QUE FERAIT LA GAUCHE?

Aujourd’hui, nous nous opposons frontalement à Nicolas Sarkozy sur sa politique européenne en général et son « pacte » diabolique avec Angela Merkel en particulier.  « Mais que ferait la gauche à ce sujet si elle était élue en 2012? » nous interroge-t-on parfois ces temps-ci?  Voilà, en effet, une grande question à mettre en débat parmi nos concitoyens et concitoyennes, en plaçant tous les partis et acteurs concernés face à leurs responsabilités.

Je ne vise pas, disant cela, une petite polémique politicienne facile, pour « marquer un point » (virtuel) contre un concurrent électoral.  Non: la question est beaucoup plus sérieuse!  On le sait: sous la houlette des plus puissants d’entre eux, les dirigeants européens ont mis sur les rails un programme d’hyper austérité, de régression sociale et d’atteinte grave à la souveraineté populaire, appelé « pacte pour l’euro » ou « gouvernance économique ».   Il faut absolument le mettre en échec!  La question est dès lors: comment faire pour que les échéances – présidentielle et législatives – de 2012 soient utiles pour atteindre cet objectif?  Ce défi interpelle TOUTES les forces de gauche.

C’est le cas du PS, puisque tous les partis socialistes au pouvoir en Europe acceptent jusqu’ici les politiques d’austérité comme un choix inéluctable.  Mais au-delà du PS, le problème essentiel posé à toute la gauche est qu’une majorité d’Européens – pourtant profondément hostiles à ces mesures – ne voient pas comment faire pour faire changer de cap à cette satanée Union européenne.  Voilà le premier obstacle à lever.  Et c’est possible.  Dans le contexte actuel – huit grèves générales en Grèce; mobilisations sans précédent depuis l’instauration de la démocratie au Portugal; défaite historique de l’ex-gouvernement « modèle » en Irlande; manifestation monstre à Londres, inconnue depuis l’ère Thatcher; reconnaissance officielle, à la Commission européenne, que « jamais le marché unique n’a été aussi impopulaire »; annonce inimaginable jusqu’ici, que la Confédération européenne des syndicats ne soutiendrait pas un traité européen intégrant cette « gouvernance européenne » qu’elle compare à une politique « coloniale »; publication d’un Manifeste signé par 3000 économistes français se déclarant « atterrés » par l’actuelle politique européenne… – imaginons l’effet qu’aurait dans nombre de pays l’initiative d’une gauche française victorieuse d’ouvrir le débat de fond sur ce qui ne peut plus durer en Europe et sur les changements à promouvoir!  Que les bouches s’ouvrent d’Athènes à Dublin et de Paris à Berlin!

Pourquoi ne pas tenter de faire grandir l’idée – jusqu’à la rendre très difficile à récuser y compris par la partie la plus timorée de la gauche – de la tenue d’une sorte d’ « Etats généraux du renouveau européen »  auxquels seraient conviés organisations syndicales, mouvement associatif, représentants d’élus et de réseaux citoyens de toute l’Union européenne -le tout préparé, relayé et popularisé par l’internet et les réseaux sociaux?  Créer, en pleine crise de confiance vis à vis de l’actuelle « Europe », les conditions d’un « tous ensemble » européen, à partir des puissantes luttes en cours et des multiples recherches de réponses progressistes aux problèmes de notre époque: une idée à creuser, à gauche!

 

9 avril 2011 at 8:56 Laisser un commentaire

EUROPE: POUR UNE CONTRE-OFFENSIVE DE GAUCHE!

La gravité de la situation internationale a quelque peu occulté le sommet des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne des 24 et 25 mars derniers.  Il serait pourtant irresponsable de banaliser le « changement profond du projet européen » qu’il a entériné.  Philippe Ashkenazi, économiste de renom, à qui j’emprunte cette appréciation, n’hésite pas à établir un parallèle qui ne manque pas de pertinence, en affirmant qu’il est « étrange de retenir pour l’Europe la même priorité économique que le régime de Ben Ali, qui s’enorgueillissait tant d’avoir fait de la Tunisie, à coups d’injustices sociales et de chômage massif des jeunes, le pays le plus compétitif du continent africain, si l’on en croit le classement du Forum de Davos, tout aussi « inspiré » que la diplomatie française. »  De fait, si l’Union européenne n’a jamais manifesté de passion pour le progrès social, c’est la première fois qu’elle installe explicitement – et dans une optique durable – un régime structuré et centralisé de régression sociale au nom de l’impératif de la « compétitivité », au sens le plus étroit du terme.  Les nouvelles valeurs européennes s’appellent : »surveillance des politiques budgétaires »; « renforcement de la discipline »; « durcissement du pacte de stabilité »; « pacte pour l’euro »; « maitrise des coûts salariaux »; « diminution des dépenses publiques »; « relèvement de l’âge de la retraite »; « incitation à la flexicurité »…  Son mécanisme d' »aide » aux pays en difficultés est si généreux que le Premier Ministre portugais – qui a pourtant imposé trois plans d’austérité insoutenables à son peuple en moins d’un an – a préféré démissionner plutôt que d’endosser la responsabilité d’y avoir recours.

Cette « réforme de la gouvernance économique », fièrement portée par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, puis saluée avec lyrisme par le Président de la Commission à Bruxelles, M. Barroso, comme « le plus grand changement accompli par l’Union européenne depuis des lustres », constitue un acte d’allégeance aux marchés financiers qu’il est vital de mettre en échec.  Il faut se réjouir de la riposte syndicale à cette déclaration de guerre, tant dans chacun des pays les plus directement frappés qu’à l’échelle européenne.

Mais c’est au niveau politique que la contre-offensive reste à construire!  C’est, en effet, un problème de nature politique que pose l’acceptation des Etats membres de s’engager, comme ils le font dans la pacte Merkel-Sarkozy, à soumettre, chacun à ses pairs – c’est à dire, en fait, au plus puissants d’entre eux – une fois par an, les « réformes » qu’il a accomplies en matière de finances publiques, de système social, de marché du travail, de politique fiscale! Où serait la différence entre un gouvernement de droite et de gauche si celui-ci devait, en tout état de cause, accepter de « surveiller le coût du travail unitaire pour vérifier que sa hausse ne conduise pas à une érosion de la compétitivité » – comme on peut le lire dans le fameux « Pacte »? A quoi servirait-il de s’alarmer de la montée en puissance des courants populistes et des démagogues d’extrême droite dans toute l’Europe si, dans le même temps, la gauche européenne s’avérait incapable de prendre le taureau par les cornes pour opposer à cette descente aux enfers un front résolu et rassembleur, porteur d’un projet européen axé sur le développement social, une politique monétaire permettant de nous libérer progressivement de la toute-puissance des marchés financiers, et une authentique démocratie citoyenne.  Ce débat est lancé au sein des forces du Parti de la Gauche européenne.  Il gagnerait à entrer dans la vie.

1 avril 2011 at 8:46 Laisser un commentaire

Articles Plus Récents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 252 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

avril 2011
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Archives

Catégories

Pages

Pages