DÉSOBÉIR A BRUXELLES ? UN EXEMPLE

29 mars 2012 at 9:02 1 commentaire

L’actualité européenne -à savoir les nouvelles règles proposées par la Commission Barroso concernant la question ultra-sensible des « travailleurs détachés » de leur pays (européen) pour aller travailler temporairement dans un autre Etat de l’UE- nous donne l’occasion d’illustrer ce que nous entendons,au Front de Gauche,par la « désobéissance » vis à vis d’injonctions européennes qui entrent en contradiction avec nos engagements.

Le 21 mars dernier,en effet,la Commission européenne a présenté un projet de règlement censé rassurer tous ceux qui,au vu de l’expérience vécue,estiment que les règles européennes en vigueur jusqu’ici en la matière favorisent le « dumping social »,au point de contester le droit de grève à qui entend s’y opposer. Ce nouveau règlement est pourtant si « ambigu » ( le mot est de…Xavier Bertrand!) que même le ministre des Affaires sociales de Nicolas Sarkozy a préféré,à quatre semaines des élections présidentielles,prendre ses distances avec Bruxelles…Tout cela mérite quelques explications.

Petit retour en arrière.Parmi les règles absolues figurant dans tous les traités européens depuis la création de la « Communauté »,il y a la « libre circulation des services ».Elle n’entra,en revanche,en vigueur,que progressivement.En 1991,la Cour européenne de Justice,chargée d’interprêter les traités,institua la règle ultra-libérale selon laquelle tout prestataire de services d’un pays membre peut exercer son activité dans tout autre Etat membre dans les mêmes conditions que dans son pays d’origine. Les seules restrictions tolérées à cette « liberté » sont celles qui relèvent d’un « noyau dur » de droits des salariés du pays d’accueil,à condition qu’il ne s’agisse pas d’ « exigences disproportionnées ». Sur cette base,singulièrement floue,la Commission prépara une directive « relative aux travailleurs détachés » qui vit le jour en 1996.Ce texte précise que  la législation du pays d’accueil (et non du pays d’origine) s’applique aussi aux travailleurs « temporairement détachés » dans un autre pays de l’UE que le leur,mais seulement en ce qui concerne les taux MINIMA de salaire,de congés,et de conditions de travail.Le tout sous le strict contrôle de la Cour européenne de Justice…

En 2006-2007,celle-ci revient à la charge.Coup sur coup,dans plusieurs affaires retentissantes,elle condamne des syndicats pour avoir lancé une grève contre une entreprise d’un autre Etat de l’UE qui,au nom de la sacro-sainte « libre circulation »,avait violé grossièrement les conventions collectives du pays d’accueil jugées « disproportionnées ».(En Basse-Saxe,une entreprise étrangère payait ses « travailleurs détachés » moitié moins que…le salaire minimum en vigueur dans ce secteur du land allemand en question!).Face au tollé que suscitèrent et cette scandaleuse mise en concurrence des travailleurs et cette inacceptable remise en cause du droit de grève,la Commission européenne promit de préciser les règles à respecter. Or,il ressort de ce nouveau texte que,les traités étant ce qu’ils sont,il n’y a guère de changement de règles possible.(Ce qui était,à nos yeux,une évidence.)Les syndicats européens sont,logiquement,vent debout contre ce carcan libéral.On va vers de sérieux conflits.Voilà typiquement un terrain sur lequel une France de gauche aurait immédiatement le devoir de prendre l’initiative de « désobéir » -non pas seule contre tous,en snobant avec arrogance les autres Européens- mais en créant les conditions de toutes les convergences et de tous les rassemblements populaires possibles pour engager les ruptures nécessaires avec les règles et les structures actuelles et commencer à changer concrètement l’Europe.

Publicités

Entry filed under: Chroniques de l' "Humanité-Dimanche, Francis Wurtz, Francis Wurtz Le Blog, Franciswurtz.net.

COMMENT LE POLITIQUE PEUT REPRENDRE LE POUVOIR SUR L’ECONOMIE EN EUROPE AUSSI IL SE PASSE QUELQUE CHOSE

Un commentaire Add your own

  • 1. antoine michon  |  29 mars 2012 à 9:27

    je suis attentivement vos chroniques depuis quelques mois. j’aurais aimé vous en parler l’autre samedi, à bouxwiller, après votre débat public. j’ai eu l’occasion de vous écouter il y a quelque temps, à haguenau. là encore, la pertinence de vos analyse et la justesse de votre réflexion ont achevé de convaincre ceux qui m’avaient accomagné. je tiens à vous redire tout le bien que je pense du combat que vous menez, tout simplement.
    antoine michon

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 170 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

mars 2012
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Pages

Pages


%d blogueurs aiment cette page :