L’EUROPE ET LE CLIMAT : AU ROYAUME DES AVEUGLES…

30 octobre 2014 at 6:13 Laisser un commentaire

wurtz-l-humanite-dimancheLe compromis auquel viennent de parvenir les 28 Chefs d’Etat et de gouvernement européens en matière d’engagements communs dans la lutte contre le réchauffement climatique a été salué comme étant la « politique énergétique de climat la plus ambitieuse du monde » par le Président du Conseil européen, M. Van Rompuy. Au pied de la lettre, c’est vrai. L’Union européenne est la première à présenter les objectifs qu’elle se propose d’atteindre en la matière d’ici 2030. On en retiendra notamment cette triple annonce: les émissions de CO2 devront diminuer de 40% au moins (par rapport à 1990); la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique devra être portée à 27% en moyenne; enfin, l’efficacité énergétique devrait être améliorée d’environ 27% -ce qui veut dire que, pour une production ou un service rendu identique, la consommation d’énergie nécessaire devrait pouvoir être réduite de 27%. Tout cela sonne plutôt bien, et certains observateurs se disent soulagés de ce résultat. De fait, il n’est pas faux de dire qu’il n’était pas évident que les laborieuses négociations menées entre les Etats membres depuis de longs mois aboutissent à un quelconque accord, tant les positions des différents pays divergeaient sur la plupart des points en discussion.

Ce « succès » est pourtant largement trompeur. D’abord parce que l’apparent consensus cache nombre de concessions , comme le fait que l’amélioration de l’efficacité énergétique est un objectif non contraignant. Mais surtout, si la comparaison de « l’effort » programmé par les « 28 » avec celui des autres grands pollueurs -USA, Canada, Australie, Japon , Chine…- est ,à ce jour, flatteuse pour l’Europe, il en va tout autrement quand on l’évalue à partir des exigences impératives régulièrement rappelées par la communauté des climatologues du monde entier ! Ceux-ci (le GIEC) estiment que, pour maintenir la hausse moyenne des températures en dessous d’un seuil au-delà duquel les dérèglements climatiques risqueraient de devenir incontrôlables, les pays industrialisés doivent avoir diminué leurs émissions de CO2 de 80% en 2050, ce qui suppose un rythme de réduction sensiblement plus rapide que ce que préconise « l’ambitieuse » politique européenne! Et encore, l’économie stagne aujourd’hui. Si elle sort de sa léthargie dans l’avenir, les énergies sans CO2 devront être d’autant plus sollicitées. C’est dire s’il faut , plus que jamais, prendre cette affaire très au sérieux!

Dans moins d’un an, les 195 pays membres de la Convention des Nations Unies sur le climat se réuniront à Paris pour tenter de prendre les décisions universelles qui s’imposent. Les mois qui viennent doivent donc être mis à profit pour aiguiser le débat .Parmi les questions sensibles en discussion, il y a d’abord celle de l’aide financière à accorder aux pays en développement pour leur permettre ,à la fois de parer aux effets déjà irréversibles du changement climatique et de prendre toute leur place dans la nécessaire mobilisation planétaire pour réduire les émissions de CO2. Il y a également celle de l’énergie nucléaire. Il faut dépasser le stade de la polémique à son sujet. Quoiqu’on en pense, elle s’avère incontournable, au côté de toutes les autres énergies sans carbone, si l’on veut avoir une chance de relever l’immense défi climatique qui est devant nous -à plus forte raison si on se place à l’échelle du monde. L’urgence est , par voie de conséquence, d’agir ensemble pour que la sureté nucléaire internationale franchisse un pallier comparable à ce qui existe pour le transport aérien : une agence indépendante doit obtenir des pouvoirs contraignants lui permettant d’imposer le respect strict de normes très exigeantes depuis la conception des réacteurs jusqu’à la gestion des déchets.

Ne laissons pas les dirigeants européens se complaire dans l’autosatisfaction et monopoliser un débat qui nous concerne tous.

Publicités

Entry filed under: Actualité, Allemagne, Angela Merkel, Autriche, Barcelone, Berlin, Chroniques de l' "Humanité-Dimanche, Europe, France, Parlement européen, PGE.

AU FAIT, DE QUEL « OBJECTIF DE 3% » PARLE-T-ON ? « DERNIERE CHANCE » POUR LE PROJET EUROPEEN ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 174 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

octobre 2014
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Pages

Pages


%d blogueurs aiment cette page :