MENACES SUR CHYPRE

13 octobre 2011 at 3:07 3 commentaires

On ne le rappellera jamais assez: il existe encore un pays de l’Union européenne dont près de 40% du territoire sont occupés militairement par une puissance étrangère!  Le pays occupé, c’est Chypre.  La puissance occupante, c’est la Turquie, par ailleurs membre de l’OTAN et candidate à l’entrée dans l’UE.  La raison invoquée il y a 37 ans par la Turquie pour justifier l’invasion de la partie nord de l’île était le coup d’Etat fasciste perpétré par le régime des colonels grecs avec le concours de l’extrême-droite nationaliste chypriote-grecque.  Ankara disait vouloir protéger la communauté chypriote-turque, alors effectivement menacée (tout comme les démocrates chypriotes-grecs, particulièrement les communistes).  Il va sans dire que ces justifications n’ont plus aucun sens aujourd’hui!  L’actuel Président de la République de Chypre, Demetris Christofias, leader du parti AKEL (communiste – 33% des suffrages au premier tour) est même une figure emblématique du combat pour une réunification du pays fondée sur l’égalité politique entre les deux communautés et le partage équitable du pouvoir. 

Pourtant, l’obstination des dirigeants turcs bloque toute perspective se solution.  Pire, le Premier Ministre, Erdogan, se montre de plus en plus arrogant et même menaçant vis-à-vis de Chypre et, plus généralement, de quiconque a l’outrecuidance de traiter normalement avec cet Etat souverain.  Bousculé comme tant d’autres par le « printemps arabe », il a tourné le dos à ses anciens amis devenus encombrants, pour se présenter en leader du Moyen-Orient, allié privilégié du peuple palestinien.  Fort de cette posture avantageuse, il redouble d’agressivité vis-à-vis de Chypre.

Ainsi menace-t-il directement le gouvernement de Nicosie, sans exclure un conflit, si celui-ci ne fait pas stopper les explorations de gaz offshore dans la zone économique chypriote!  Les explorations en question ont pourtant lieu au sud de Chypre, face à Israël ou au Liban, et non au nord, près de la Turquie.  En outre, les autorités chypriotes avaient, d’emblée, précisé que les éventuelles retombées de ces recherches profiteraient à l’ensemble des Chypriotes – tant Turcs que Grecs.  Il n’empêche: Ankara ne reconnaissant pas la République de Chypre et n’ayant pas signé la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (entrée en vigueur en 1994) s’octroie le pouvoir d’envoyer ses propres navires dans la zone, escortés de torpilleurs, de frégates, de F16!  Sur sa lancée, le gouvernement turc va jusqu’à annoncer que « ses relations avec l’Union européenne prendraient brutalement fin » si la République de Chypre était appelée – comme le prévoit naturellement le calendrier des rotations semestrielles – à exercer la présidence tournante de l’UE à partir du 1er juillet 2012…

C’est dans ce contexte international tendu que le Président chypriote doit faire face, à l’intérieur du pays, tout à la fois à de sérieux problèmes économiques (effet de la crise sur l’activité touristique, exposition des banques à la dette grecque; mise hors service d’une centrale électrique stratégique suite à l’explosion dramatique d’un dépôt d’armes, etc.) et à une grave crise politique: tout ce que le pays compte de forces hostiles à l’accession d’un communiste aux responsabilités suprême se ligue pour tenter de le faire chuter, quitte à laisser le champ libre à la stratégie d’Erdogan, grosse d’une dangereuse crise en Méditerranée orientale.  C’est dire si nos amis chypriotes ont besoin de solidarité.  Ils la méritent.

Publicités

Entry filed under: Chroniques de l' "Humanité-Dimanche, Chypre, Francis Wurtz Le Blog, Franciswurtz.net.

Manuel BARROSO passe du lyrisme…aux aveux BONNES NOUVELLES AU SUD DE LA MEDITERRANEE

3 commentaires Add your own

  • 1. Giorgos Karatsioubanis  |  13 octobre 2011 à 3:28

    le Bureau Executif du PGE,reuni a Paris le weekend passe, a adopte une motion de solidarite au peuple de Chypre: http://goo.gl/jyoqy

    Réponse
  • 2. Simon Jacqueline  |  13 octobre 2011 à 9:06

    Lumineux comme de l’eau de roche, on n’a aucune peine à comprendre pourquoi la Turquie s’incruste à Chypre et, en même temps, se fâche avec Israël. Un gisement de gaz off-shore partagé entre les eux territoriales de Chypre et celles d’Israël.

    Réponse
  • 3. Ilker  |  5 novembre 2011 à 8:23

    Lumineux ? Je dirais illumineux, pour faire dans le néologisme. En effet, dire que les Chypriotes grecs sont pour l’union de l’ile dans un partage équitable des pouvoirs entre grecs et turcs et tout bonnement faux.

    En 2004, le Plan de l’ONU pour la réunification de Chypre, et qui est très à l’avantage des Grecs, est refusé par ces derniers à plus de 75% et acceptés par les Turcs à plus de 65%. Votre texte « oublie » cet événement qui montre qui est du coté de la paix et qui ne l’est pas.

    Par ailleurs, en tant que communiste vous devriez être contre l’exploitation en mer de méditerranée des réserves de gaz, qui plus est par des multinationales des plus polluantes et capitalistes – les industries du pétrole et du gaz.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 171 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

octobre 2011
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Articles les plus consultés

Catégories

Pages

Pages


%d blogueurs aiment cette page :