KOSOVO : LE FIASCO

27 novembre 2014 at 12:03 Laisser un commentaire

wurtz-l-humanite-dimancheL’énorme scandale qui vient d’éclabousser la mission de l’Union européenne au Kosovo n’est pas un « fait divers » parmi d’autres. Il est à replacer dans le contexte de la stratégie peu glorieuse conduite par « l’Occident » depuis quinze ans dans cette ancienne province serbe : une aventure qui semble bien s’achever sur un fiasco.

Pour qui n’aurait pas suivi « l’affaire EULEX » -sur laquelle les média se montrent discrets- bref retour sur les faits en question. En décembre 2008, le Conseil européen unanime (les Chefs d’Etat et de gouvernement) décide de déployer au Kosovo la plus imposante mission civile jamais lancée dans le cadre de la « Politique européenne de sécurité et de défense ». Plus de 1500 personnes sont mobilisées en vue d’aider « les institutions du Kosovo, les autorités judiciaires et les organismes chargés de l’application des lois » à promouvoir l’Etat de droit et la lutte contre la corruption . D’où le nom de la mission : « EULEX » (Europe-Loi). Or, six ans -et un milliard d’euros- plus tard, non seulement le crime organisé continue d’y proliférer, mais , selon des révélations de membres importants de la mission, la procureure en chef d’EULEX-Kosovo, la Tchèque Jaroslava Novotna et deux autres juristes auraient accepté des pôts-de-vin de la maffia kosovare afin de passer l’éponge sur des dossiers compromettant le « milieu »…

Pour mesurer le désastre politique que représente cette affaire, il faut la replacer dans son contexte historique. Après avoir participé à une guerre totalement illégale contre l’ex-Yougoslavie; puis décidé -sous pression américaine- d’accorder unilatéralement l’indépendance au Kosovo (quitte à violer la résolution 1244 de l’ONU (1), l’Acte final de la Conférence d’Helsinki et la Charte des Nations Unies; à ouvrir une crise avec Moscou et à créer un dangereux précédent dans les relations internationales; et même à passer outre l’opposition explicite de cinq États membres de l’UE ! ), les principaux dirigeants européens avaient une obligation de résultats au Kosovo : celle d’y faire la démonstration que l’Union européenne était capable de gérer une crise grave dans son voisinage.

Or, avant même que n’explose la bombe EULEX, le bilan de l’ Union européenne dans ce « nouvel État » n’était pas vraiment au niveau des attentes…Non seulement, la situation économique et sociale y est effrayante (43% de chômeurs : taux officiel ! ) et la cohésion nationale inexistante ( la partition ethnique entre la région serbe du Nord -près d’un quart du territoire- et le reste du « pays » signe l’échec de la stratégie de « normalisation » du Kosovo que s’était fixée l’UE), mais l’ « État de droit » y connaît de sérieuses éclipses. Les rapports dénonçant les trafics d’organes, le trafic de drogue ou la traite d’êtres humains au Kosovo abondent. Circonstance aggravante : le Conseil de l’Europe et même l’OTAN (document interne qui a fuité) estiment que l’une des principales figures du crime organisé dans cet « État » n’est autre que…le Premier Ministre, « l’incontournable » mais encombrant allié des Occidentaux, Hashim Thaçi, ex-chef de l’UCK , l’armée de libération du Kosovo !

Faut-il voir dans ce constat d’échec de l’UE dans la gestion de la crise au Kosovo la raison de la « révision stratégique » de la mission EULEX décidée par Bruxelles en 2012 ? Quoiqu’il en soit, c’est en pleine « nouvelle (?) étape dans les relations entre l’UE et le Kosovo » (2) qu’a éclaté l’affaire relatée plus haut. Comment va réagir l’UE ? Dans l’immédiat, la nouvelle responsable de la diplomatie européenne , Federica Mogherini, a , selon le quotidien bruxellois « Le Soir », « annoncé la désignation imminente d’une sorte de « super flic » (…) chargé d’un vaste audit et de mettre son nez dans les magouilles potentielles ».C’est la moindre des choses ! Mais au-delà ? Quelles leçons vont-elles être tirées de l’expérience calamiteuse de la construction unilatérale , et de l’extérieur, d’un « nouvel État » dans les Balkans ? L’Europe tout entière risque de payer encore longtemps le prix d’une faute stratégique des « élites » occidentales du début du siècle.

————-
(1) « Le Kosovo pourra jouir d’une autonomie substantielle AU SEIN de la République fédérale de Yougoslavie  » (Aujourd’hui Serbie). Conseil de Sécurité -10/6/1999.
(2) Stefan Füle, alors commissaire européen à l’élargissement et à la politique européenne de voisinage (27/3/2012)

Advertisements

Entry filed under: Actualité, Angela Merkel, Berlin, Europe, GUE-NGL, HD, Kosovo, ONU, Paix.

ROSETTA : UN AUTRE VISAGE DE L’EUROPE ! 30 ANS APRES BHOPAL,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 176 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

novembre 2014
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Commentaires récents

Sylvie sur D’ISRAEL À LA TURQUIE :…
de ANDRADE sur LES TROIS PREMIÈRES LEÇONS DU…
Gabriel Legros-Colla… sur FACE À L’ EFFET TRUMP,…
Gabriel Legros-Colla… sur WOLFGANG SCHÄUBLE, «…
de ANDRADE sur PALESTINE : L’EUROPE AU…

Catégories

Pages

Pages


%d blogueurs aiment cette page :