BCE-GRÈCE : COUP DE FORCE, MAIS AVEU DE FAIBLESSE

12 février 2015 at 12:02 1 commentaire

wurtz-l-humanite-dimancheChacun savait -et notre ami Alexis Tsipras, le nouveau Premier Ministre grec, tout particulièrement !- que la victoire de Syriza donnerait lieu à un bras de fer implacable avec les principaux dirigeants européens. Pour une raison simple : voilà un gouvernement, authentiquement de gauche , qui prône une vraie réorientation politique, et qui revendique sur cette base son appartenance à l’Union européenne comme à la zone euro ! S’il réussit, il s’agira d’une rupture sans précédent avec le consensus implicite sur lequel s’appuie jusqu’ici la classe dirigeante de cette construction pour la faire fonctionner : « L’Europe, c’est nous ! Notre politique est la seule possible. Elle est à prendre ou à laisser. » Tout changement significatif que réalisera ce gouvernement dans la vie du peuple grec sera un puissant encouragement à la recherche d’alternatives progressistes, coopératives et solidaires dans toute l’Union européenne. De quoi semer l’inquiétude en haut lieu, en effet…

Pour autant, la plupart des observateurs, y compris parmi ceux que nul ne peut suspecter de complaisance pour la gauche grecque, ont dit leur surprise devant la brutalité de la mesure décidée la semaine dernière par la Banque Centrale Européenne (BCE) à l’encontre d’Athènes. En coupant l’accès à la principale source de financement des banques grecques -et, par là même, de l’Etat grec, condamné qu’il est à emprunter auprès d’elles l’argent dont il a un besoin aussi vital qu’urgent !- les « faucons » européens ont fait le choix de la politique du pire : aussi ignoble et irresponsable que celle de refuser l’insuline à un diabétique dans l’espoir d’obtenir sa reddition.

Ce coup de force est, paradoxalement, un aveu de faiblesse. La précipitation avec laquelle les ultra de la BCE ont « bétonné » toute discussion avec Athènes, tout comme l’arrogante fin de non-recevoir opposée au même moment par le ministre allemand des finances, Wolfgang Schäuble, aux propositions de son homologue grec, visaient à l’évidence à mettre le holà à un impressionnant flot de prises de positions favorables aux demandes des nouvelles autorités grecques. « Dépêchez-vous de remettre de l’ordre dans nos affaires, sinon nous ne maîtriserons bientôt plus rien ! » -tel est, en substance, le message stratégique lancé par la BCE aux ministres des finances de « l’Eurogroupe » qui doivent se réunir le 17 février prochain et aux Chefs d’Etat et de gouvernement qui se retrouvent le lendemain.

De fait, l’ « effet Syriza » dépasse largement le cadre de la gauche européenne. En France, l’Institut Montaigne, haut lieu de la propagande ultra-libérale, a fait faire un sondage qu’il comptait utiliser pour prouver que les Français étaient pour « maintenir la dette (grecque) et les échéances en l’état ». Patatras: l’enquête révèle que seuls 15% des personnes interrogées épousent cette position , tandis que 52% d’entre elles sont pour un allongement de la durée des remboursements (donc un allègement du service de la dette) et…30% favorables à une annulation totale ou partielle de cette dette ! Même un Matthieu Pigasse, le directeur-Europe de la Banque Lazard (et actionnaire du « Monde ») a jugé « indispensable » une annulation de 100 milliards d’euros de dette grecque en précisant que cela n’aurait aucune incidence budgétaire en France, les sommes prêtées étant déjà comptabilisées dans les dépenses et dans la dette de l’Etat ! « Répudier la dette publique d’au moins un tiers est peut-être la promesse la plus crédible d’Alexis Tsipras » a estimé de son côté un chroniqueur réaliste (ou résigné) des milieux d’affaires ! (1) . En Europe, en plus du rassemblement monstre de Podemos en Espagne et de la puissante manifestation en Irlande, retenons le soutien explicite à la Grèce de la Confédération des syndicats allemands DGB. Sans parler des messages cinglants venus d’outre-Atlantique et destinés à Bruxelles et à Berlin : tel celui du Nobel d’économie Stiglitz appelant l’Europe à « reprendre ses esprits » ou -cerise sur le gâteau- celui du Président Obama invitant ses partenaires européens à comprendre « qu’on ne peut pas continuer à pressurer des pays qui sont en pleine dépression ». Tsipras a raison de repousser le chantage : le combat ne fait que commencer. Il doit et il peut réussir.

—————
(1) Jean-Marc Vittori – Les Échos (20/1/2015) .
Publicités

Entry filed under: Allemagne, Angela Merkel, BCE, Berlin, Chroniques de l' "Humanité-Dimanche, Europe, France, Francis Wurtz, Grèce, GUE-NGL, l'Humanité, PCF, PGE, Syriza, Tsipras.

« LA FRANCE DOIT CHANGER DE POLITIQUE INTERNATIONALE » DES ESPOIRS FRAGILES, MAIS DES ESPOIRS !

Un commentaire Add your own

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 179 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

février 2015
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

Catégories

Pages

Pages


%d blogueurs aiment cette page :