Archive for 2 avril 2020

CES EXIGENCES DE CHANGEMENT QUI NOUS RASSEMBLENT

La douloureuse expérience que nous vivons en ce moment est en train de rendre évidentes au plus grand nombre quelques vérités essentielles sur ce qui ne peut plus durer dans le système en vigueur dans nos pays. Le grand défi politique de l’après Covid-19 sera de faire en sorte que ces désormais fortes convictions s’affirment jusqu’à devenir autant d’exigences à même de s’imposer à nos gouvernants. Encore faudra-t-il développer des arguments à même d’ éviter que la gravité de la crise, et notamment la récession sans précédent qui s’annonce, ne parviennent ni à freiner ni à dévoyer cet appétit de changement.

Parmi les exigences qui montent si fort de la société que mêmes les habituels porte-voix de l’idéologie néolibérale doivent  reconnaître leur pertinence, la première est -et pour cause !- celle d’ une profonde révision des politiques en matière de santé publique. En France, les  annonces faites à plusieurs reprises, à ce propos, par Emmanuel Macron en disent long sur la force des pressions populaires qui s’exercent sur tous ceux qui incarnent les « réformes » successives ayant conduit à l’affaissement  progressif de « l’un des meilleurs systèmes de santé du monde ». Par delà le domaine de la santé, les revendications dominantes -pas seulement en France !- sont celle d’une vraie priorité au social en général, par opposition aux politiques d’austérité, de précarité et de privatisation ; celle d’un retour aux valeurs collectives prenant le contre-pied des prétendument incontournables « lois du marché »; celle d’une vision à long terme tournant le dos à la recherche du profit immédiat sacrifiant l’avenir. On peut raisonnablement penser qu’un large rassemblement peut s’opérer autour de telles idées.

En revanche, d’autres enjeux majeurs dans la période à venir risquent de faire l’objet de controverses à la suite de l’épreuve que nous subissons. C’est notamment le cas de l’attitude à observer vis-à-vis de la mondialisation. Il ne faudrait pas que le rejet -plus que jamais légitime et nécessaire- de l’actuel désordre capitaliste mondial (dictature du néolibéralisme, financiarisation galopante, libre-échange échevelé , irresponsabilité climatique, course au moins disant social ou environmental, excès de dépendance de pays tiers…) soit si peu que ce soit confondu avec une tendance au repli cher aux « trumpo-lepenistes » !  Il est, au contraire, vital d’affermir notre conscience d’une communauté de destin planétaire pour tous les humains. L’interdépendance mondiale est économique, elle est environnementale, elle est -on ne le voit que trop aujourd’hui- sanitaire, etc…A défis communs, réponses communes : il est donc indispensable d’agir pour l’émergence d’un pilotage solidaire de ce « village global » . Appelons cela comme on veut ! Mais il faut s’ouvrir au monde, coopérer, se coordonner. C’est à cela que doivent contribuer des nations démocratiques et une « Europe refondée ».

[JE VEUX RENDRE UN FRATERNEL HOMMAGE À MON AMI JEAN-CHARLES NEGRE, DONT LA DISPARITION M’A PROFONDÉMENT ATTRISTÉ]

2 avril 2020 at 5:49 Laisser un commentaire


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 244 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

avril 2020
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Archives

Catégories

Pages

Pages