Archive for 9 avril 2020

CES DOGMES QUE LA CRISE FAIT VOLER EN ÉCLATS

Il y avait déjà la décision de l’Union européenne de « suspendre » le Pacte de stabilité (la règle des « 3% de déficit » etc…) : c’était en soi , pour certaines figures des cercles dirigeants de l’UE -particulièrement en Allemagne- une sorte de révolution culturelle… sous la pression des circonstances. Puis est intervenue -toujours sous la contrainte des événements- une décision doublement « hérétique » de la Banque centrale européenne (BCE) . D’une part, la création, à partir de rien, de plus de 1000 milliards d’euros (soit l’équivalent de trois fois le budget de la France !) pour financer le rachat massif de titres de dette, notamment publique, auprès des banques qui les détiennent. (Rappelons qu’une telle mesure, radicalement contraire à la doctrine des traités européens, avait déjà été prise à plusieurs reprises depuis la crise de la zone euro en 2010 ). D’autre part, la décision de faire bénéficier de cette mesure exceptionnelle les pays membres, non plus au prorata de leur richesse (comme c’était la règle jusqu’ici !), mais en fonction des difficultés qu’ils ont à affronter. En clair, l’Italie davantage que l’Allemagne : seconde rupture avec l’orthodoxie ambiante, à Francfort.

Faut-il se satisfaire de voir voler en éclats ces dogmes gravés dans le marbre des textes européens ou martelés dans les discours officiels ? Ou, au contraire, s’en désintéresser ? S’en satisfaire, non car, en l’état, ces mesures, pour hétérodoxes qu’elles soient, ne résoudront pas les problèmes colossaux qui nous attendent. Mais s’en désintéresser, certainement pas ! C’est qu’elles nous en disent long sur ce qu’il serait possible de faire si un instrument aussi incroyablement puissant que la BCE était utilisé à bon escient : libérer les Etats de la dépendance aux marchés financiers en créant gratuitement l’argent nécessaire aux biens communs et orienter ces crédits vers les besoins humains, le service public, la transition écologique, la création de richesses utiles à l’humanité.

Or, si on pouvait déplorer jusqu’ici d’avoir, apparemment, prêché dans le désert au sujet de l’urgente transformation des missions de la BCE, il semble que la gravité de la crise que nous traversons aujourd’hui bouscule bien des préventions. Des idées circulent qui, sans répondre aux critères les plus pertinents, illustrent la place prise dans les réflexions en cours par la question-clé du rôle nouveau à faire jouer à la BCE.  En témoignent, par exemple, les nombreuses références faites -notamment dans des cercles d’économistes- à la notion dite de « monnaie hélicoptère » qui consisterait à verser directement aux particuliers (et aux entreprises…) de l’argent créé par la BCE. Des idées audacieuses émergent également dans des journaux qui ne nous avaient pas habitués naguère à la remise en cause de « tabous » aussi têtus de l’UE.  « Dans la zone euro, la Banque centrale européenne (BCE) a désormais à son bilan le quart de la dette des Etats. Pourquoi ne pas, tout simplement l’annuler ? Après tout, il ne s’agit que d’un jeu comptable : les Etats doivent de l’argent à leur propre Banque centrale, qui peut imprimer autant d’argent qu’elle le souhaite » -pouvait-on lire récemment dans « Le Monde » (1). La vérité se fraye son chemin.

——–
(1) 4/4/2020

9 avril 2020 at 4:43 Laisser un commentaire


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 249 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

avril 2020
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Archives

Catégories

Pages

Pages