Archive for 12 novembre 2020

ET MAINTENANT : QUELLE RELATION EUROPE-USA ?

Qui ne se réjouirait pas, parmi nous, de la perspective de voir Donald Trump quitter la Maison Blanche !  Il a incarné durant quatre ans tout ce que des progressistes, en Europe ou ailleurs, ne peuvent qu’exécrer : le nationalisme, le racisme, la misogynie, la volonté de dominer à tout prix, le mépris total du droit des peuples et des droits humains, la provocation, l’agressivité, le chantage, le mensonge…Les femmes et les hommes de gauche sont, du reste, loin d’être les seuls à attendre avec impatience  d’en être débarrassés . Dans l’Union européenne, mis à part les courants d’extrême-droite, tout le monde ou presque souhaitait l’élection de Joe Biden. Et cela se comprend aisément.
Faut-il, pour autant, imaginer que tous les nuages se dissiperont et tous les orages cesseront entre l’ « Europe » et l’ « Amérique » après l’arrivée au pouvoir d’un Président du Parti démocrate ? Ce serait une grave illusion. Certes, nous applaudirons le retour de Washington dans l’Accord de Paris sur le climat; sans doute aussi -à certaines conditions- dans celui sur le nucléaire iranien; voire dans les négociations avec Moscou sur la prolongation des accords de désarmement que Trump avait quittées . Nous accueillerons aussi, et très favorablement, le retour des Etats-Unis dans des organisations internationales que Trump avait scandaleusement torpillées, telle l’Organisation mondiale de la santé . Autant de changements qui sont tout sauf négligeables.
Mais -tout comme l’arbre ne doit pas cacher la forêt- ces initiatives ne doivent pas nous faire oublier qu’elles s’inscriront dans le but stratégique numéro 1 de tout Président des Etats-Unis depuis la seconde guerre mondiale : assurer à tout prix la pérennité du leadership américain dans le monde. Sur le plan militaire, cela signifie, outre le poids de Washington dans le cadre de l’OTAN, une pression permanente sur les « alliés » européens en faveur de l’augmentation des dépenses d’armements au nom du « partage du fardeau ». Sur le plan diplomatique, cela veut dire un soutien quasi-systématique  au gouvernement israélien quitte à déstabiliser le Proche-Orient et une tension constante avec le rival stratégique russe, préjudiciable à la coopération des pays européens avec leur grand voisin, notamment pour l’organisation de la sécurité collective du continent. Sur le plan commercial, cela se traduit par une concurrence acharnée, émaillée de conflits récurrents . Sur le plan économique, cela passe par l’utilisation , tantôt des ressources pétrolières, tantôt de la puissance des géants de la Silicon Valley comme arme de domination, avec en prime, le soutien à  « l’optimisation fiscale » des GAFAM…Resister fermement à cette obsession dominatrice est et restera une exigence vitale. D’autant que celle-ci ne fait que s’accentuer outre-Atlantique depuis que se rapproche inéluctablement le moment où le « statut » de première puissance mondiale passera des USA à la Chine -une perspective vécue dans toute la classe dirigeante nord-américaine comme inacceptable. Se laisser enrôler dans cette dangereuse croisade -qu’elle soit conduite par Trump ou par Biden- serait, pour les Européens une faute historique. Notre horizon n’est pas « l’Occident », mais l’humanité  et la planète.

12 novembre 2020 at 4:38 Laisser un commentaire


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 249 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

novembre 2020
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Archives

Catégories

Pages

Pages