Posts filed under ‘Macron’

« LES ERREURS DES OCCIDENTAUX » SELON MACRON

« Les choses changent. Et elles sont profondément bousculées par les erreurs des Occidentaux dans certaines crises ». L’auteur de ce qui ressemble à une amorce d’autocritique collective en matière de politique internationale n’est autre que le Président de la République lui-même (1). S’exclut-il de ces « Occidentaux » fourvoyés ? Apparemment non : « Nous avons sans doute longtemps sous-estimé l’impact de nouvelles puissances », reconnaît-il. « Regardons l’Inde, la Russie et la Chine (…) Elles pensent le monde avec une vraie logique, une vraie philosophie, un imaginaire que nous avons un peu perdu. Et donc, tout ça vient nous bousculer très profondément et rebattre les cartes (…) Les habitudes et données qui étaient les nôtres ne sont plus valables ».

Cet éclair de lucidité a, « a priori », de quoi nous réjouir ! Nous sommes, en effet, quelques uns à souligner de longue date l’urgence à dépasser l’occidentalo-centrisme et à faire nôtre l’injonction salutaire d’un Bertrand Badie : « Nous ne sommes plus seuls au monde » ! (2) Ceux qui contestent la vision occidentale traditionnelle de l’ordre international ne sont pas nécessairement des barbares à combattre ni même des égarés à remettre dans le droit chemin ! En tout cas, face à nombre d’enjeux, nous sommes dans le même bateau.

Dès lors, quelles conclusions stratégiques Emmanuel Macron tire-t-il de son légitime sinon courageux constat ? Certains projets présidentiels suscitent l’intérêt. C’est le cas -nous l’évoquions ici-même la semaine dernière- de la volonté affichée par Emmanuel Macron de « repenser très profondément nos liens avec la Russie ». Non pour acquiescer à la politique de ses dirigeants, mais pour nous libérer d’une « tension profondément stérile » et nous permettre de « faire quelque chose d’utile » avec ce voisin incontournable. A suivre, donc.

En revanche, deux mots caractérisent la plupart des autres perspectives qu’il dessine : au mieux, l’ambiguïté ; au pire, le pur effet d’annonce. Qu’entend-il au juste par « refonder profondément la civilisation européenne »? Comment définit-il le « véritable humanisme » qui aurait, selon lui, « toujours caractérisé l’Europe », et avec lequel il nous invite à renouer ? Inclut-il le respect de la dignité des réfugiés, par exemple ? Ou le refus de vendre des armes à un État guerrier ? Et que signifie concrètement « repenser très profondément les équilibres de l’économie de marché » ? La question est d’autant plus pertinente qu’il paraît que « nous avons commencé à le faire »…

On retiendra enfin un propos franchement inquiétant sur « l’attractivité de notre armée »; « en passe de devenir de manière indiscutable la première armée européenne », car « aujourd’hui, en Europe, personne n’a cette vitalité » ! « L’humanisme » de Macron a ses raisons que la raison ne connaît pas.

———
(1) Discours à la Conférence des ambassadeurs et ambassadrices (27/8/2019). Toutes les citations qui suivent sont tirées de ce même texte.
(2) Titre d’un livre de Bertrand Badie, éminent spécialiste des relations internationales.

26 septembre 2019 at 6:14 Laisser un commentaire

LA DIPLOMATIE DE MACRON : AUDACE OU ESBROUFE ?

Le G7 « historique » de Biarritz est encore dans toutes les mémoires. Pensez donc : le Président français y a été « autorisé » (dixit Donald Trump) par le Président américain à faire recevoir le Ministre des Affaires étrangères iranien par son homologue français non loin du Sommet, naturellement « sans mandat du G7 » a précisé l’hôte de la Maison-Blanche…L’avenir proche nous dira s’il se sera agi d’une initiative diplomatique créative  -c’est à dire conçue pour débloquer une situation avec un minimum de crédibilité- ou d’un « coup » avant tout destiné à glorifier son auteur. La créativité diplomatique est plus que louable ! Dans bien des cas, elle a permis de faire sauter des blocages et d’ouvrir de nouvelles perspectives. On s’en souvient : le grand Zhou Enlai avait eu l’idée géniale, en 1971, de profiter d’une fenêtre d’opportunité pour inviter en Chine l’équipe américaine de tennis de table afin d’ « ouvrir un nouveau chapitre dans les relations entre Américains et Chinois ». Le magazine Time titra : « Le bruit des balles (de ping-pong) a été entendu dans le monde entier ». De fait, trois mois plus tard, Henry Kissinger se rendit à Pékin pour préparer la visite historique du Président Nixon. De son côté, Barack Obama sut saisir l’occasion de la cérémonie en hommage à Nelson Mandela, au stade de Soweto, en 2013, pour aller à la rencontre de Raoul Castro et lui serrer la main . Ce bref échange, fit, lui aussi, le tour du monde et fut le prélude à un début de dégel entre Washington et La Havane. Peut-on espérer pareille attitude de la part de Donald Trump sur l’Iran ? Il est permis d’en douter…L’initiative de Biarritz conduira-t-elle à une réelle détente ou, au contraire, à une nouvelle désillusion du peuple iranien ? Nous verrons bien.

Audace ou esbroufe ? Par-delà le cas iranien, impossible de ne pas se poser la question à l’écoute du long discours -non écrit- d’Emmanuel Macron aux ambassadeurs et ambassadrices de France réunis à Paris au lendemain de ce fameux G7. Incontestablement brillant, visiblement dopé par la « formidable démonstration d’excellence de notre diplomatie » que fut, à ses yeux, « son » Sommet du G7, le Président a abordé d’emblée, avec une apparente franchise, des sujets « a priori » délicats pour un dirigeant libéral, tels que « la fin de l’hégémonie occidentale » ou « la crise de l’économie de marché financiarisée » qui, souligna-t-il, « conduit à des inégalités qui ne sont plus supportables » et « viennent bousculer la légitimité même de cette organisation économique » ( autrement dit, du capitalisme, si les mots ont un sens ) ! Ou encore le constat amer qu’ est « fini le temps où on expliquait aux gens  (que) la délocalisation, c’est l’ordre des choses, c’est une bonne chose pour vous (…) Je n’arrive plus à expliquer cette histoire ». Intéressant, non ? Et de conclure sur ce point que « la vocation de la France est (…) de tenter de bâtir un ordre nouveau ». Qui l’eût cru ! Hélas, le soufflé retombe dès que le promoteur de ce nouvel ordre précise que ce « beau projet humaniste » est précisément « au cœur de l’agenda du gouvernement » et de ses « réformes » !

Il y a, en revanche, parmi les « axes prioritaires » de politique internationale annoncés, à côté de projets à combattre résolument , des pistes qui méritent débat -en particulier concernant nos relations avec la Russie, voire la Chine. Nous y reviendrons sous peu.

5 septembre 2019 at 5:28 Laisser un commentaire

LETTRE OUVERTE À QUI APPRÉCIE IAN BROSSAT

« LE PCF vise la barre des 5% , le score minimum pour envoyer des députés à Strasbourg. Une mission pas impossible » : pour la première fois, le 17 mai dernier, le journal « Libération » reconnaissait que l’élection de Ian Brossat et des trois autres candidats et candidates placés en tête de la liste présentée par le Parti communiste français -Marie-Hélène Bourlard, Patrick Le Hyaric et Marie-Pierre Vieu- était envisageable. Pourquoi maintenant enfin ? « Parfois, en politique -explique le journal de Laurent Joffrin- certaines histoires s’emballent à grande vitesse. Un détail et tout s’accélère. Par exemple, Ian Brossat. Après un débat télévisé convaincant, la tête de liste du PCF aux européennes est une tendance qui ne cesse d’être en hausse » (1). Rendant compte du grand meeting réussi de la veille, à Paris, le quotidien « Le Monde » évoque, à son tour, « les bonnes ondes » qui « redonnent de l’espoir au parti de la place du Colonel Fabien ». (2) Pour « Le Parisien », Ian Brossat, « c’est l’une des révélations de cette campagne », qui « préfère la démonstration à la polémique, le débat à l’anathème » (3). Même son de cloche sur les réseaux sociaux et dans les conversations avec des gens de toutes les familles de la gauche, sans exception.

Pour avoir beaucoup côtoyé la tête de liste du PCF dans cette campagne, je vois bien la place que prendra très vite ce futur jeune député tant au sein de l’hémicycle de Strasbourg et de Bruxelles que sur le terrain, parmi les gens. Une chose est sûre : dans ces institutions si particulières, sa capacité à se montrer à la fois ferme et courtois, politique et concret, fort de son expérience sociale mais étranger à toute prétention,  fera merveille. Il saura se faire respecter, y compris de nos adversaires et de la Commission européenne. Il aura tôt fait de nouer des liens avec les autres composantes de notre groupe de la « Gauche unitaire européenne-Gauche verte nordique » , et au-delà, avec tous les alliés potentiels sur tel ou tel sujet d’importance. Il y sera un porte-parole créatif et moderne de notre peuple, pour toutes les avancées sociales, écologiques et de solidarité qu’il a développées tout au long de sa brillante campagne. Dans les institutions comme dans les territoires, il contribuera à redonner des lettres de noblesse aux idéaux et aux meilleures traditions de la gauche, dont il souhaite avec raison qu’elle « retrouve le chemin du rassemblement ». Nous serons nombreuses et nombreux à être fiers de lui et de ses camarades parlementaires.

Mais cette perspective si proche et si enthousiasmante ne deviendra réalité qu’à une double condition . D’abord, que chacune et chacun qui apprécie Ian Brossat et ses co-listières et co-listiers concrétise, dimanche prochain, cette légitime sympathie par son vote ! Et, dans le même temps, que nous utilisions toutes et tous les heures décisives qui nous séparent du verdict des urnes pour nous demander qui, dans notre entourage ou nos relations, gagnerait à partager notre conviction et notre acte électoral. Ne prenons pas le risque de regretter dimanche soir de ne pas avoir apporté notre pierre à l’édifice : ouvrir la porte du Parlement européen à Ian Brossat, Marie-Hélène Bourlard, Patrick Le Hyaric et Marie-Pierre Vieu !

———-
(1) Libération (17 mai 2019)
(2) Le Monde (17 mai 2019)
(3) Le Parisien (7 mai 2019)

23 mai 2019 at 6:31 Laisser un commentaire

Articles précédents Articles Plus Récents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 244 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

juin 2020
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Commentaires récents

Gilbert Gimenez dans LE RAPPORT « AMBIVA…
jean-louis Hoffet dans FACE À LA CRISE : STOP À L…
gibert dans PALESTINE : FACE À TRUMP, QUEL…
jean-louis Hoffet dans RÉVÉLER ENCORE ET TOUJOURS LA…
KACZMAREK PATRICK dans ENVERS LES KURDES , A NOUVEAU,…

Archives

Catégories

Pages

Pages