CHANTAGE IGNOBLE SUR CHYPRE

16 novembre 2012 at 9:11 1 commentaire

Je me suis rappelé une récente et fort hasardeuse prédiction de François Hollande -« la sortie de la crise de la zone euro,nous en sommes près,tout près »-  à l’occasion d’une visite à Chypre,la semaine dernière.Ce pays,membre de la zone euro,et en prise directe avec la crise grecque,risque fort,en effet,d’être la prochaine victime de la « troïka »(Commission européenne,Banque centrale européenne,Fonds monétaire international).Ces derniers s’acharnent d’autant plus sur ce petit Etat qu’avec une population représentant de l’ordre de 1% de celle de l’Allemagne,et un poids économique (PIB) pesant 0,2% de celui de la zone euro,ils se sentent en position de force.Ah,les « valeurs européennes » vantées par M. Barroso!
Le mandat du Président de la République de Chypre,Demetris  Christofias,personnalité communiste, charismatique, de l’île,avait bien commencé,en février 2008.A la tête d’un parti -AKEL-  influent et respecté,mais néanmoins minoritaire,dans un pays plongé de longue date dans un bain économique libéral à l’anglo-saxonne,il a bataillé dur contre un parlement hostile,des lobbys agressifs,une hiérarchie de l’Eglise orthodoxe très conservatrice et des média privés déchainés,pour faire passer des mesures progressistes.
Ainsi,si l’opposition parlementaire a pu faire échec à son projet de taxation des plus riches et des profits,il a eu gain de cause sur des points marquants,tels que l’augmentation des pensions de 30%, celle du salaire minimum de 20% par an pendant trois ans,et,d’une façon générale,la progression sensible des dépenses sociales.
Malheureusement,cette dynamique a été brisée par les répercussions de la crise grecque.Les banques de l’île avaient 23 milliards d’euros (soit plus de 120% du PIB du pays!) de créances sur la Grèce,dont la restructuration de la dette a coûté à l’île l’équivalent de…50% du budget national! Une catastrophe aussitôt sanctionnée sur les marchés financiers par une hausse insoutenable des taux d’intérêt.
C’est ainsi qu’en juin dernier,l’Etat chypriote a dû se résoudre à demander à ses partenaires européens une aide de plusieurs milliards d’euros,à la fois pour recapitaliser ses deux plus grandes banques et honorer ses échéances financières. Les vautours ont aussitôt posé leurs conditions d’un éventuel « sauvetage »:réduction de 15% du traitement des fonctionnaires,suppression de l’indexation des salaires,réforme du système des retraites,réduction des prestations sociales de 10%,augmentation de la TVA,privatisations,date-butoir rapprochée (fin 2015) pour la réduction exigée des déficits publics,etc…Devant le refus des autorités chypriotes de céder à ce chantage,la troïka est repartie et ,depuis,les dirigeants européens font le mort. Un officiel allemand a même annoncé à la cantonnade que le dossier chypriote n’allait plus être examiné avant l’année prochaine,alors même que,sans aide extérieure,le pays risque la cessation de paiements …à la fin de ce mois! Finalement,il semblerait que l’impitoyable « troïka » accepte de reprendre les « négociations » dès à présent,mais à quelles conditions…?
Mais pourquoi les Chypriotes se feraient-ils du souci,puisque François Hollande nous assure que la crise de l’euro est presque finie?..
Publicités

Entry filed under: Actualité, Chroniques de l' "Humanité-Dimanche, Chypre.

SOS PALESTINE ! LE « NOBEL DE LA PAIX »

Un commentaire Add your own

  • 1. vbjcdkjsckjsbkd  |  28 novembre 2012 à 9:39

    Suite du commentaire :

    Cet accord de type anglo-américain est à mille lieues de toute culture juridique européenne. Il a été rédigé en anglais, puis traduit en allemand. Les règles d’immunité de l’accord sur le MES furent, par commodité, recopiées des statuts de la BRI (Banque des règlements internationaux, Bâle, Rothschild), respectivement des statuts de l’US-ESF (Exchange Stabilization Fund). Le ministère allemand des Finances à lui seul occupe 1900 employés et aurait sans autre pu rédiger l’accord sur le MES selon le droit germano-romain au sein de son institution. Mais que fit Schäuble ? Il remit le soin de rédiger cet accord à un bureau d’avocats américain qui est en relation directe avec les grands créanciers européens et Goldman Sachs.
    La chancelière Merkel, elle aussi, s’efforce de remettre la souveraineté budgétaire de la République fédérale allemande à l’administration fiscale du Mécanisme européen de stabilité. Tous les États qui se lancent sur cette voie acceptent la fin de l’État de droit libre et démocratique en renonçant à leur souveraineté budgétaire. Madame Merkel viole par là clairement son serment professionnel. La fameuse « union budgétaire » sent la dictature. Alors même que « tout pouvoir d’État émane du peuple » (art. 20 de la Loi fondamentale), les citoyens n’ont, là aussi, rien à dire quant il s’agit d’endosser les dettes d’États étrangers corrompus. Lors de telles décisions, on a de plus en plus l’impression que Madame Merkel est sous la contrainte de l’industrie de la finance.

    C’est l’ancien porte-parole de la ministre autrichienne des Finances, Maria Fekter (ÖVP), Harald Waiglein, qui représente l’Autriche dans le MES. Il fut autrefois journaliste à la télévision autrichienne ORF et à la [i]« Wiener Zeitung »[/i]. Il n’est pas un spécialiste des finances et fut après son adhésion au parti bourgeois ÖVP, en dernier, chef de la section III « Politique économique et marchés financiers » au ministère des Finances à Vienne. Sur les plans européen et international, il possède uniquement quelque expérience en tant que porte-parole et journaliste. En tant que membre du directoire du MES, Harald Waiglein jouit de l’immunité, ne paie pas d’impôt sur le revenu et dispose avec ses collègues d’une fortune de 700 milliards d’euros pour commencer.
    
Lors de l’effondrement de l’euro qui se profile, l’Allemagne devra payer jusqu’à 771 milliards d’euros, selon les calculs de l’institut Ifo. Face à un budget d’État de 306 milliards, cela « fait froid dans le dos ». S’il faut encore ajouter les plans de sauvetage pour l’Espagne et l’Italie, la somme totale à payer pour l’Allemagne atteindra 2,8 billions d’euros. Il est indéniable que l’Allemagne s’effondrerait sous la charge d’un tel poids. C’est dans ce contexte que les journaux [i]« Bild »[/i] et [i]« Süddeutsche Zeitung »[/i] ont publié un appel de l’ancien Premier ministre anglais, Tony Blair, intimant l’ordre à l’Allemagne de sauver l’euro. [h=#FFFF99]Les États-Unis aussi attendent le sauvetage de l’euro par l’Allemagne, même si cela menace l’existence du pays. C’est ce qu’a déclaré le ministre américain des Finances Geithner, lors d’un court séjour chez le ministre des Finances Schäuble à son domicile de vacances sur l’île de Sylt. Il fit aussi comprendre que les États-Unis ne toléreraient pas une sortie de l’Allemagne de l’euro. Car le retour au Deutsche Mark signifierait la renaissance d’une monnaie qui serait rapide de nouveau la plus forte monnaie du monde – ce qui n’est certainement pas le vœu des Alliés et de l’industrie financière. La disparition du Deutsche Mark fut une des raisons fondamentales de l’introduction de l’euro.[/h]
    
Angela Merkel a reçu aux États-Unis la médaille de la liberté, du fait qu’elle a appliqué sans broncher les objectifs d’après-guerre des États-Unis pour l’Allemagne, soit les 5D décidés pour l’Allemagne en 1945 lors de la Conférence de Potsdam: démilitarisation, dénazification, décentralisation, démocratisation et démontage. Pour mieux pouvoir appliquer tout cela, l’Allemagne n’a toujours pas de traité de paix et doit se contenter d’un traité d’armistice et de la clause d’« État ennemi » selon les statuts de l’ONU.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 181 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

novembre 2012
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Catégories

Pages

Pages


%d blogueurs aiment cette page :