Archive for janvier, 2020

L’HONNEUR PERDU DU PARTI VERT AUTRICHIEN

L’urgence climatique justifie-t-elle de se vendre à la droite contre des promesses écologiques ? Telle est la question que beaucoup de sympathisants verts en Europe doivent se poser depuis l’annonce de la formation de la coalition contre-nature entre le parti autrichien « Die Grünen-Die grüne Alternative » et le ÖVP du très conservateur Chancelier Sebastian Kurz, jusqu’il y a peu allié de l’extrême-droite héritière du sulfureux Haïder.

Ce parti vert n’en est d’ailleurs pas à sa première compromission politique. En 2002, il obtînt, avec 9,47% des voix, le meilleur score de sa famille politique en Europe, lors d’élections législatives nationales. Aussitôt, il ouvrit des négociations avec le même parti ÖVP ( qui avait été cloué au pilori par tous les gouvernements de l’UE, deux années auparavant, pour son alliance -déjà-  avec l’extrême-droite ) en vue de partager le pouvoir avec lui. Ce fut un échec. Faute de grive, on mange des merles : resté en dehors du pouvoir national, il profita d’un bon résultat , l’année suivante, dans le Land de Haute-Autriche pour entrer au gouvernement régional…en coalition avec l’ ÖVP (et les Sociaux-démocrates) . Rebelote en 2013, au Tyrol et dans le Vorarlberg. Bref, l’ ÖVP, le parti vert le connaît. Cela fait 18 ans que « l’urgence climatique » le pousse à chercher à partager le pouvoir avec ce bloc de droite. En particulier aujourd’hui, avec l’emblématique Chancelier Sebastian Kurz.

Mais qui est au juste ce personnage  ? Les apparences, d’abord . Il est jeune et fier de l’être. Arrivé au seuil du pouvoir par un putsch interne à sa famille politique, il fut élu en 2017 sur la promesse du « changement » et sur celle d’ « établir un nouveau style politique dans le pays, créer une nouvelle culture » . « Enfant prodige » de la politique, au costume impeccable, mais à la personnalité clivante, il passe , selon des « experts » cités par « Ouest-France », pour « l’un des meilleurs en marketing politique » possédant un « art parfaitement maîtrisé de la rhétorique ». (Toute ressemblance avec un personnage existant en France est purement fortuite…) Son programme , ensuite . Avant tout -outre un agenda économique libéral : « zéro déficit »-  « mettre fin à l’immigration clandestine pour assurer l’ordre et la sécurité » et mettre au pas les demandeurs d’asile et les minorités. À ce titre, il s’est rapproché, après son élection, du sinistre Salvini qui sévissait alors en Italie et de l’ultra-réactionnaire ministre de l’intérieur allemand, Seehofer, au point d’être cité en exemple par le Hongrois Viktor Orban . En Autriche même, il s’attira les reproches de son rival d’extrême-droite ( « Il reprend nos propositions » )  qui, après l’élection de 2017, décida de le rejoindre au gouvernement. Cette première coalition ne prit fin que lorsque ce crypto-facho fut pris la main dans le sac de la corruption, en mai 2019. Ce rappel suffit à le montrer : en acceptant d’occuper la place de ce dernier, pour devenir à son tour le bras droit de ce peu recommandable Chancelier Kurz, le leader du parti vert autrichien -et ceux qui le soutiennent- viennent de perdre leur honneur.

On ne sait pas toujours où commence le concept fumeux de « l’écologie ni de droite ni de gauche ». On sait à présent où elle peut finir.

10 janvier 2020 at 8:00 Laisser un commentaire

2020 : ESPOIR DE PAIX ENTRE MOSCOU ET KIEV

Parmi les rares bonnes nouvelles de la fin de l’année dernière et du début de celle-ci, en Europe, figurent les avancées concrètes et prometteuses sur le front des relations tumultueuses entre la Russie et l’Ukraine. On se souvient que les deux Présidents se sont accordés le 7 septembre 2019 sur un important échange de prisonniers parmi lesquels figuraient les vingt-quatre marins ukrainiens arrêtés par les autorités russes après le grave incident maritime du détroit de Kertch, en novembre 2018. Le 10 décembre, ils se sont fixés « l’objectif de procéder au désengagement des forces et des équipements d’ici la fin du mois de mars 2020 », et ce dans trois zones-clés disputées. A cette perspective de désescalade militaire s’est ajoutée le 21 décembre le règlement d’un long et pesant conflit économique : le géant gazier russe Gazprom a accepté de payer 2,6 milliards d’euros à son homologue ukrainien, Naftogaz, comme l’exigeait depuis près de deux ans la Cour d’arbitrage de Stockholm. Cette décision , hautement symbolique, devrait solder tous les contentieux énergétiques (la « guerre du gaz ») accumulés entre les deux pays depuis 2014. Dans ce contexte , on a envie de prendre au sérieux l’engagement pris par Vladimir Poutine lors du Sommet au « format Normandie » (1), le 10 décembre, à Paris, que la Russie allait « faire tout ce qui dépend d’elle pour que le conflit se termine ».

Qu’est-ce qui s’est passé pour en arriver à ce renversement de tendance , quand l’on se rappelle l’hystérie de l’ex-Président ukrainien, Porochenko, évoquant il y a un peu plus d’un an la menace d’une « guerre totale » entre les deux pays; choisissant comme slogan électoral le triptyque ultra-nationaliste « Armée. Langue. Foi » (glorifiant l’armée ukrainienne « la plus puissante du continent »; fustigeant l’usage de la langue russe; créant une Eglise orthodoxe indépendante de celle de Russie) ; instaurant « l’état de guerre » et interdisant aux hommes russes entre 16 et 60 ans d’entrer sur le territoire ukrainien…? Ce qui s’est passé, on le sait : c’est l’élection, à 74%, d’un nouveau Président ukrainien, Volodymyr Zelensky, sur la base d’un double engagement, celui d’une lutte acharnée contre la corruption ainsi que celui d’agir pour mettre fin au conflit du Donbass et de rouvrir le dialogue avec la Russie. C’est ce qu’il a commencé à faire.
´

Un obstacle majeur à la paix étant, avec l’éviction de Porochenko, désormais éliminé, chaque acteur est, plus que jamais, devant ses responsabilités. Vladimir Poutine, tout d’abord, qui sera jugé sur le respect concret de ses récents engagements . Volodymyr Zelensky, ensuite, qui doit compter avec les pressions des nostalgiques de l’affrontement avec Moscou et devra avoir la force de leur résister. Les dirigeants de l’UE enfin, qui, après avoir soufflé sur les braises de la tension russo-ukrainienne (en sommant les Ukrainiens divisés de choisir entre l’UE et la Russie) , a misé sur un milliardaire nationaliste et corrompu pour préparer la paix ! L’espoir renaît en 2020. Malheur à qui le décevrait .

———-
(1) Sommet réunissant (comme ce fut le cas le 6 juin 2014 en marge des célébrations du Débarquement en Normandie) la Russie, l’Ukraine, la France et l’Allemagne.

2 janvier 2020 at 6:22 Laisser un commentaire

Articles Plus Récents


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 5 257 autres abonnés

Chronique européenne dans l’Humanité Dimanche

Intervention au Parlement européen (vidéo)

GUE/NGL : vidéo

janvier 2020
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives

Catégories

Pages

Pages